Bataille de la Somme (1918)

Lors de la Première Guerre mondiale, la Seconde Bataille de la Somme se déroula, en 1918, sur le Front de l'Ouest à la fin de l’été, dans le bassin de la Somme. Ce fut l'une des contre-offensives alliées couronnées de succès, de ce que l'on a appelé l'Offensive des Cent-Jours.

Pour les articles homonymes, voir Bataille de la Somme (1916).
Seconde Bataille de la Somme (1918)
Des soldats anglais rechargent un Gun Carrier Mark I, nommé Kingston , aux alentours de Miraumont, dans le département de la Somme.
Informations générales
Date du 21 août au
Lieu La Somme, France
Issue Victoire des Alliés
Belligérants
 Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande
Australie
Nouvelle-Zélande
États-Unis
Empire allemand
Commandants
Douglas Haig
Henry Rawlinson
Arthur Currie
John Monash
Erich Ludendorff
Forces en présence
IIIe armée britannique
IVe armée britannique
Corps canadien
Corps australien
2e Corps des États-Unis
IIe armée allemande
Pertes
5 600 tués, blessés, capturés ou disparusLourdes, 6 000 prisonniers

Première Guerre mondiale

Batailles

Front d'Europe de l’Ouest


Front italien


Front d'Europe de l’Est


Front du Moyen-Orient


Front africain


Bataille de l'Atlantique

Contexte historique

Les Allemands après la signature du Traité de Brest-Litovsk ramenèrent l'ensemble de leurs troupes du front oriental sur le front ouest et lancèrent une grande offensive à partir du 21 mars 1918. C'est ce qu'ils appelèrent la Bataille du Kaiser ou Offensive du printemps pour les Alliés.

L'avance allemande fut stoppée devant Amiens, au cours de la Bataille de Villers-Bretonneux le 24 avril 1918 par les troupes australiennes.

Le résultat principal de la bataille de la Somme de l'été 1918, après une pause pour le redéploiement et le ravitaillement des troupes, est qu'elle fut le point de départ du parcours victorieux des Alliés vers l’armistice du , .

Déroulement de la bataille

La prise d'Albert

Le 15 août 1918, le maréchal Douglas Haig refusa la demande du maréchal Ferdinand Foch de poursuivre l'offensive d’Amiens, parce que cette attaque s’essoufflait, les troupes s'éloignant de leur approvisionnement et leur artillerie, et que des réserves allemandes étaient déplacées dans le secteur. Au lieu de cela, Haig commença à planifier une offensive à Albert, qui débuta le . L’attaque principale fut lancée par la IIIe armée britannique, auquel fut adjoint le 2e Corps des États-Unis. Albert tomba le .

La prise de Péronne

La seconde bataille commença le avec l’ouverture de la deuxième bataille de Bapaume, au nord du fleuve. Celle-ci se développa en une avancée qui repoussa la IIe armée allemande sur un front de 55 km, du sud de Douai à La Fère, au sud de Saint-Quentin, dans l’Aisne.

Après la prise d'Albert, la Ire armée britannique étendit l’attaque sur douze autres kilomètres, le 26 août, sur ce que l’on appelle parfois la deuxième bataille d’Arras[1]. Bapaume tomba le . Le Corps australien traversa la Somme, dans la nuit du 31 août, et brisa les lignes allemandes lors de la bataille du mont Saint-Quentin et de la bataille de Péronne. Le commandant de la IVe armée britannique, le général Henry Rawlinson, qualifia l’avancée des Australiens du au 4 septembre comme la plus grande réussite militaire de la guerre [2].

Le contrôle de la ligne Drocourt-Quéant

Dans la matinée du 2 septembre, après une bataille intense, le Corps canadien prit le contrôle de la ligne Drocourt-Quéant (saillant ouest de la ligne Hindenburg). La bataille fut menée par les 1re et 4e divisions canadienne, et par la 52e division britannique[3]. Les Allemands subirent de lourdes pertes, et les Canadiens capturèrent plus de 6 000 prisonniers non blessés. Les pertes du Canada s’élèvèrent à 5 600 hommes[4]. À midi, le commandant allemand, Erich Ludendorff, décide de se retirer derrière le Canal du Nord.

Le même jour, les Allemands furent contraints de se replier sur la ligne Hindenburg, depuis laquelle ils avaient lancé leur offensive du printemps.

Au cours de leur avance vers la ligne Hindenburg, dans une bataille acharnée, les troupes canadiennes, dirigées par le général Arthur Currie, investirent les travaux de terrassement du canal du Nord lors de la bataille du Canal du Nord[5].

La bataille de la ligne Hindenburg

Fin septembre-début octobre, eut lieu une des batailles des plus héroïques de toute la guerre avec la rupture de la ligne Hindenburg (bataille de la ligne Hindenburg) par les troupes britanniques, australiennes et américaines (sous le commandement du général australien John Monash). Peu de temps après, les Canadiens brisèrent la ligne Hindenburg lors de la Bataille de Cambrai.

Un élément clé de la ligne de ravitaillement allemande était parallèle au front. Cette Seconde Bataille de la Somme de 1918 faisait partie d’une stratégie visant à repousser des éléments de la ligne allemande derrière cette ligne majeure de ravitaillement afin de la couper et de rendre impossible un approvisionnement efficace des forces allemandes du front.

La campagne commença avec la bataille de Bapaume et, peu après, par la bataille de Saint-Mihiel, en Lorraine, dans le but de réduire les saillants avant d’utiliser les brèches dans les lignes allemandes rendue discontinue pour prendre le contrôle du chemin de fer stratégique.

Ce plan a fonctionné, mais il avait fallu un travail acharné sur le canal de Saint-Quentin, au milieu de défenses préparées d’avance, pour qu’il réussisse.

Notes et références

  1. Rickard, J (5 September 2007). « Second battle of Bapaume, 21 August-1 September 1918. », Military History Encyclopedia on the Web, consultée le 22 avril 2010.
  2. Australian War Memorial, 1998, « Mont St Quentin and Péronne ». Consulté le 1er mars 2007.
  3. « The Saskatchewan Dragoons » Consulté le 15 juin 2008.
  4. Canadian War Memorials in France, "Dury Memorial" Consulté le 15 juin 2008.
  5. Veterans Affairs Canada, "Bourlon Wood Memorial" Consulté le 15 juin 2008.

Pour approfondir

Liens internes

  • Portail de la Première Guerre mondiale
  • Portail d'Amiens
  • Portail de la Somme
  • Portail de la Picardie
  • Armée et histoire militaire françaises
  • Portail de l’Empire britannique
  • Portail de l'Empire allemand
  • Portail des forces armées des États-Unis
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.