Benoit Dorais

Benoit Dorais est le maire de l'arrondissement Le Sud-Ouest depuis l'élection municipale montréalaise de 2009, président du comité exécutif de la ville de Montréal depuis 2017 et une figure importante de l'Administration Plante.

Biographie

Né et élevé dans le quartier Saint-Henri, il obtient son baccalauréat en philosophie à l'UQAM en 1997[1].

Commissaire à la CSDM

En 2007, après avoir travailler une dizaine d'années comme membre du personnel à la Commission scolaire de Montréal (CSDM), il y devient commissaire avec l'équipe du Mouvement pour une école moderne et ouverte (en) (MÉMO) et siège à la Commission des ressources humaines, financières et immobilières. Il restera commissaire scolaire de Saint-Henri–Petite-Bourgogne–Pointe-Saint-Charles jusqu'à la fin de 2012[2].

Carrière politique

Maire d'arrondissement

Pendant son mandat à la CSDM, il commence à s'engager politiquement en devenant adjoint politique, à partir d'octobre 2008, de Thierry St-Cyr, député de Jeanne-Le Ber à la Chambre des communes du Canada. Il démissionne de ce poste un an plus tard alors qu'il est élu maire de l'arrondissement Le Sud-Ouest de Montréal aux élections municipales montréalaises de 2009 sous la bannière de Vision Montréal[3], parti dont il est le président du caucus de 2011 à 2012.

Vice-président du comité exécutif

Il quitte cette présidence puisqu'il est nommé vice-président du comité exécutif de la Ville de Montréal ainsi que responsable de l'habitation et du logement social, des grands projets, des immeubles, des stratégies et transactions immobilières[4]. Ces nouvelles responsabilités l'amène aussi à démissionner de son poste de commissaire scolaire à la CSDM[2].

Chef de Coalition Montréal

En 2013, il rejoint l'équipe du nouveau parti politique municipal, Coalition Montréal, parti formé pour soutenir la candidature de Marcel Côté à la mairie de Montréal. Sous cette bannière, il est réélu maire de son arrondissement lors des élections municipales de novembre de la même année[5].

En juin 2014, il succède à Marcel Côté, décédé le mois précédent, comme chef de Coalition Montréal et par le fait même devient chef de la deuxième opposition au conseil municipal de Montréal[6].

En janvier 2016, il est nommé président du conseil d’agglomération de Montréal. Ce conseil regroupe le maire de Montréal et quinze représentants de Montréal et quinze des villes reconstituées de l'île de Montréal[7]. Ensemble, ils se réunissent une fois par mois pour discuter de dossiers touchant les services de l’agglomération[8]. Le rôle du président est d'assurer le bon déroulement des échanges avec les 15 villes défusionnées.

Le 24 décembre 2016, Benoit Dorais quitte la direction de Coalition Montréal pour siéger comme conseiller municipal indépendant[9].

Au pouvoir avec Projet Montréal

Après s'être fait courtisé pendant cinq mois par les deux principaux partis municipaux, il joint, le 31 mai 2017, l'équipe de Projet Montréal donnant ainsi à cette formation la direction d'une troisième mairie d'arrondissement[10]. À la suite de ce choix, il se voit retirer la présidence du conseil d’agglomération de Montréal par le maire Denis Coderre[11].

Sous la bannière de son nouveau parti, il se présente de nouveau à la mairie d'arrondissement Le Sud-Ouest lors des élections municipales de 2017. Contrairement, aux deux précédentes élections qu'il avait remportées avec moins de 1% du vote sur ses principaux rivaux, il remporte cette élection avec une très forte majorité de 71,41% des votes exprimés[12]. Son parti, Projet Montréal obtient également les faveurs de l'électorat: sa candidate à la mairie de Montréal, Valérie Plante, défait le maire sortant, Denis Coderre et les 33 candidats élus de la formation donne au parti une majorité au conseil municipal. Projet Montréal obtient également 10 des 18 mairies d'arrondissement.

Président du comité exécutif

Deux semaines après les élections, le 20 novembre 2017, la nouvelle mairesse de Montréal, Valérie Plante dévoile la composition du comité exécutif et, comme annoncée durant la campagne électorale[13], la présidence du comité est attribuée à Benoit Dorais[14]. Ce dernier est également nommé responsable des finances, des ressources humaines, des affaires juridiques, de l'évaluation foncière et de la gestion et planification immobilière à la ville de Montréal[15].

Critiques

Au printemps 2019, Benoit Dorais est intercepté pour grand excès de vitesse à 171 km/h au volant d'un VUS sur l'autoroute 35 en Montérégie. En juillet 2019, le conseiller municipal indépendant Marvin Rotrand (en) demande sa démission en questionnant l'«éthique sociale» de Dorais en soulignant que celui-ci est «le président exécutif d’un parti qui estime que la possession d'une voiture est antisociale et dont la priorité numéro un est [...] la réduction de la vitesse»[16].

En juin 2019, Dorais se voit vivement critiqué pour le changement de nom de la Fête nationale du Québec par celui du « Festival du solstice d'été » dans l'arrondissement Sud-Ouest. Selon ses explications, il s'agissait de rendre l’événement plus inclusif et rassembleur. Toutefois, ses critiques dénonçaient une tentative délibérée d'effacer la culture québécoise francophone, notamment à Montréal. Devant la pression populaire et à la demande la mairesse Plante et de la ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal, Chantal Rouleau, Dorais et les organisateurs se rétractent le 13 juin 2019 pour reprendre l'appellation d'origine, soit « La Saint-Jean dans le Sud-Ouest »[17].

Les critiques se poursuivent en novembre 2019 alors que l'ex-maire du Plateau-Mont-Royal, Luc Ferrandez, accuse Benoit Dorais de mentir à la population. Cette accusation fait suite à une entrevue donnée par Paul Arcand qui recevait alors M. Dorais en onde au 98.5 FM le 26 novembre sur sa tribune matinale. Ce dernier nie à cette occasion les coupures récentes de son administration dans le plan d'immobilisation de la ville dévoilées par Le Journal de Montréal plus tôt au courant de la même semaine. Les coupures qui représentent un montant autour de 400 millions selon l'enquête découleraient selon Ferrandez d'une directive de M. Dorais[18]. «Il ment. On était tous là. (...) Il a envoyé une directive à tous les conseils d’arrondissement. Il a envoyé une directive à tous les services. Tous les projets qui ne sont pas engagés doivent être arrêtés pour évaluation», a déclaré M. Ferrandez, à propos de Benoît Dorais. [19]

Notes et références

  1. « De nombreux diplômés de l'UQAM élus aux élections municipales | UQAM », sur Actualités UQAM, (consulté le 15 juillet 2019)
  2. https://csdm.ca/wp-content/blogs.dir/6/files/Proces-verbal_2012-12-19.pdf
  3. « Résultats des élections pour les postes de maire et de conseiller - Élections municipales 2009 - Ministère des Affaires municipales et de l'Habitation », sur www.mamh.gouv.qc.ca (consulté le 15 juillet 2019)
  4. « Lyn Thériault devient présidente du caucus des élus de Vision Montréal », sur Journal Métro, (consulté le 15 juillet 2019)
  5. « Résultats des élections pour les postes de maire et de conseiller - Élections municipales 2013 - Ministère des Affaires municipales et de l'Habitation », sur www.mamh.gouv.qc.ca (consulté le 15 juillet 2019)
  6. Patrick Georges / Agence QMI, « Benoit Dorais devient chef de Coalition Montréal », sur Le Journal de Montréal, (consulté le 15 juillet 2019)
  7. « Benoit Dorais nommé président du conseil d’agglomération », sur Journal Métro, (consulté le 15 juillet 2019)
  8. « Ville de Montréal - Portail officiel - Conseil d'agglomération », sur ville.montreal.qc.ca (consulté le 15 juillet 2019)
  9. Annabelle Caillou, « Benoit Dorais quitte la direction de Coalition Montréal », sur Le Devoir, (consulté le 15 juillet 2019)
  10. Pierre-André Normandin, « Courtisé de toutes parts, Benoit Dorais décide de joindre Projet Montréal », La Presse, (lire en ligne, consulté le 16 juillet 2019)
  11. Pierre-André Normandin, « Coderre dégomme Dorais après son passage chez Projet Montréal », La Presse, (lire en ligne, consulté le 16 juillet 2019)
  12. « Résultats des élections pour les postes de maire et de conseiller - Élections municipales 2017 - Ministère des Affaires municipales et de l'Habitation », sur www.mamh.gouv.qc.ca (consulté le 16 juillet 2019)
  13. (en) « Valérie Plante nommera Benoit Dorais président du comité exécutif », sur Projet Montréal (consulté le 16 juillet 2019)
  14. La Presse canadienne, « La mairesse de Montréal forme son comité exécutif présidé par Benoit Dorais », sur L’actualité, (consulté le 16 juillet 2019)
  15. « Ville de Montréal - Portail officiel - Profil de l'élu », sur ville.montreal.qc.ca (consulté le 15 juillet 2019)
  16. Agence QMI, « Grand excès de vitesse: Marvin Rotrand réclame la démission de Benoit Dorais », sur Le Journal de Montréal, (consulté le 15 juillet 2019)
  17. Radio-Canada, « Festival du solstice : les organisateurs font marche arrière », sur Ici Radio-Canada, (consulté le 20 août 2019)
  18. Dominique Cambron-Goulet, « Montréal a bien reporté des projets », sur Le Journal de Montréal (consulté le 26 novembre 2019)
  19. Jean-Louis Fortin, « L’ex-maire Luc Ferrandez traite Benoît Dorais de menteur », sur Le Journal de Montréal (consulté le 26 novembre 2019)

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de Montréal
  • Portail de la politique québécoise
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.