Billie Jean King

Billie Jean King (née Billie Jean Moffitt[2] le à Long Beach, Californie) est une joueuse de tennis américaine, dont la carrière s'étend de 1959 à 1983.

Pour les articles homonymes, voir Billie, Moffitt, Jean et King.
Ne doit pas être confondu avec Billie Jean.

Billie Jean King
(née Moffitt)

Billie Jean King en 2011
Carrière professionnelle
1959 – 1989[1]
Pays États-Unis
Naissance
Long Beach (Californie, États-Unis)
Taille 1,64 m (5 5)
Prise de raquette Droitière, revers à une main
Gains en tournois 1 966 487 $
Hall of Fame Membre depuis 1987
Palmarès
En simple
Titres 129
Meilleur classement N°1 (1966)
En double
Meilleur classement N°1 (1967)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple V (1) V (1) V (6) V (4)
Double F (2) V (1) V (10) V (5)
Mixte V (1) V (2) V (4) V (4)
Titres par équipe nationale
Fed Cup 7 (1963, 66-67, 76-79)

Considérée comme l'une des plus grandes joueuses de tous les temps [3], King a remporté 129 titres, dont douze titres du Grand Chelem. Elle s'est également illustrée en double dames et double mixte, pour un total de 39 titres du Grand Chelem (douze en simple, seize en double dames et onze en double mixte).

Numéro un mondiale en 1966, elle réalise le Petit Chelem six années plus tard, en 1972, lui permettant ainsi d'accomplir le Grand Chelem en carrière. King s'est particulièrement illustrée au tournoi de Wimbledon, qu'elle a remporté à six reprises en simple, dix fois en double dames, et quatre en double mixte, détenant ainsi, avec Martina Navrátilová, le record de vingt sacres dans le temple londonien.

Avec l'équipe des Etats-Unis, elle remporte la Fed Cup à quatre reprises, en 1963, 1966, 1967, 1973, et à quatre reprises en tant que capitaine, en 1977, 1978, 1979 et 1996.

King est tout autant connue pour son engagement en faveur de l'égalité des sexes et de la reconnaissance du sport féminin. Très active durant sa carrière, elle fonde la Women's Tennis Association (WTA) en 1973, dont elle devient la première présidente.

Billie Jean King fait son entrée au International Tennis Hall of Fame en 1987.

Carrière tennistique

Billie Moffitt-King en 1969.

Droitière, Billie Jean King a commencé sa carrière amateur à la fin des années 1950 (devenant professionnelle au début des années 1970) et s'est retirée du circuit WTA en 1983. Sa période de domination coïncide plus ou moins avec celle d'Evonne Goolagong et surtout de Margaret Court, avant la mainmise de Chris Evert à partir de 1974-1975.

En simple, Billie Jean King a gagné douze tournois du Grand Chelem dont quatre avant l'"ère Open", performance d'autant plus remarquable qu'elle a disputé les Internationaux d'Australie à seulement cinq occasions – et tout juste sept fois Roland Garros.

En double, elle totalise vingt-sept titres du Grand Chelem : seize en double dames, onze en double mixte.

À égalité avec Martina Navrátilová, elle détient le record de victoires à Wimbledon, avec vingt trophées au total en simple, double dames et mixte.

Elle est l'une des dix joueuses[4] à avoir gagné les quatre titres du Grand Chelem en simple.

En 1972, elle a réalisé le petit Chelem en simple, ne s'alignant pas à l'Open d'Australie.

Billie Jean King (à droite) lors de la victoire américaine en Coupe de la Fédération en 1966.

Cinq fois numéro 1 mondiale en simple entre 1966 et 1974[5] et membre du top 10 pendant dix-sept années au total, elle a également été numéro un en double pendant douze saisons (un record), dont huit avec Rosie Casals.

Billie Jean King est aussi la joueuse la plus âgée[6] à avoir remporté un tournoi en simple, en s'imposant au Classic de Birmingham en 1983.

Elle est la première athlète féminine, tous sports confondus, à avoir gagné plus de 100 000 $ en une seule saison (1971).

Elle a épisodiquement joué en double jusqu'en 1990.

Après sa carrière de joueuse, elle organise le premier tournoi réservé exclusivement aux femmes. Pour défendre les joueuses et leur donner leur juste place, elle participe au lancement du magazine Women Sports. Elle fonde également la Women'Sport Foundation, destinée à encourager les futures générations de femmes sportives. Enfin, elle prend la direction de la Philadelphia Freedoms qui évolue en WTT (World Team Tennis). Elle reconnaît sans complexe être lesbienne et participe à la lutte contre le sida[7].

Du milieu des années 1990 à 2002, elle a été capitaine de l'équipe américaine de Fed Cup.

Elle est membre du International Tennis Hall of Fame depuis 1987. En 2005, les journalistes américains de Tennis Magazine l'ont élue au 9e rang des « quarante plus grands champions de tennis de ces quarante dernières années » (hommes et femmes confondus), derrière Rod Laver (8e) et devant Ivan Lendl (10e)[8].

Le 28 août 2006, les organisateurs de l'US Open ont décidé de renommer le stade de Flushing Meadows en stade Billie Jean King.

Depuis plus de vingt ans elle partage la vie d'Ilana Kloss, laquelle a également été sa partenaire de double au début des années 1980.

Elle reçoit en 2009 par nomination du président Barack Obama[9] la plus haute distinction civile américaine, la médaille présidentielle de la Liberté. Par ailleurs, le président américain décide de l'intégrer dans la délégation officielle des États-Unis pour les Jeux olympiques d'hiver de 2014 à Sotchi. La présence de Billie Jean King, ouvertement homosexuelle, sera la réponse des États-Unis aux lois homophobes promulguées en 2013 par le président russe Vladimir Poutine[10].

La « bataille des sexes »

Billie Jean King avec le score de la « bataille des sexes ».

Outre ses remarquables performances dans les tournois du monde entier, Billie Jean King reste également célèbre pour sa victoire en 1973 contre Bobby Riggs, numéro un mondial au milieu des années 1940, alors âgé de cinquante-cinq ans.

En 1973, Bobby Riggs s'est reconverti avec succès dans les matchs exhibition. Volontiers machiste et provocateur, il a pour habitude de critiquer publiquement le tennis féminin, selon lui « inférieur à celui pratiqué par les hommes », et de clamer : « Aucune joueuse en activité ne pourrait jamais venir à bout d'un retraité ». Après avoir sèchement battu Margaret Court quelques mois plus tôt (6-2, 6-1), il met donc King au défi de le battre. King, la meilleure joueuse du moment, refuse initialement le duel, avant d'accepter à la suite de la défaite cuisante de Court. Sachant que l'impact en faveur de l'égalité homme-femme serait considérable en cas de victoire de sa part, Billie Jean King s'est finalement décidée à défier Riggs sur le court[11]. Une somme de 100 000 $ avait été mise en jeu[11].

Le 20 septembre, à Houston, se tient donc la « bataille des sexes », colossal événement médiatique. Devant plus de trente mille spectateurs et cinquante millions de téléspectateurs estimés dans trente-sept pays, King l'emporte au meilleur des cinq manches (6-4, 6-3, 6-3), dans un match qui joua un grand rôle non seulement dans la reconnaissance du sport féminin, mais également du tennis comme sport majeur. En effet, l'année suivante les tournois masculins et féminins connurent la plus forte fréquentation jamais enregistrée et signèrent leurs premiers contrats de diffusions avec des chaînes de télévisions nationales aux États-Unis[12].

Cette rencontre a été largement contestée par ceux[Qui ?] qui ont mis en avant l'inutilité de faire des comparaisons, hommes et femmes pratiquant tout simplement des tennis différents. De plus, bien plus tard[Quand ?], une rumeur persistante affirme que King aurait bénéficié d'un traitement de faveur pendant la rencontre, Riggs n'ayant prétendument eu droit qu'à un seul service au lieu de deux[réf. nécessaire]. Le match s'est en réalité déroulé dans le strict respect des règles habituelles (deux engagements chacun). Il n'en reste pas moins que ce match a considérablement crédibilisé l'image du tennis féminin dans l'opinion publique, malgré la très importante différence d'âge des joueurs : vingt-cinq ans.

En 2001, pour une chaîne de télévision américaine, une comédie (When Billy beat Bobby[13]) relate l'évènement, avec Holly Hunter dans le rôle de King.

En 2017, le film Battle of the Sexes des réalisateurs Jonathan Dayton et Valerie Faris, avec Emma Stone (Billie Jean King) et Steve Carell (Bobby Riggs), revient également sur cet événement.

Défense des droits des femmes et des LGBT

D'abord mariée à l'avocat Larry King (en) (de 1965 à 1987), Billie Jean King réalise en 1968 qu'elle était attirée par les femmes[14]. Durant son mariage, elle entretient une liaison avec son assistante, Marilyn Barnett, laquelle menace en 1981 de rendre publique des lettres prouvant cette relation ; Billie Jean King finit alors par révéler son homosexualité, devenant la première sportive à faire un coming out[15].

Elle a utilisé sa notoriété pour défendre les droits des femmes et les droits LGBT. Sa participation à la bataille des sexes en 1973 s'inscrit dans cette logique. Elle a aussi participé à la création de la Women's Tennis Association et de la Women's Sports Foundation (en)[16]. Elle s'est aussi impliquée dans la Elton John AIDS Foundation (en)[16].

En 2009, Barack Obama lui remet la médaille présidentielle de la Liberté pour son combat en faveur des femmes et des homosexuels[17].

Palmarès (partiel)

En simple dames

En double dames

En double mixte

Parcours en Grand Chelem (partiel)

Parcours aux Masters

Parcours en Coupe de la Fédération

Classements WTA

Distinctions

Hors des courts

  • En 2009, elle joue son propre rôle dans la série Ugly Betty (épisode 23 de la saison 3), dans lequel elle perd un match (sa partenaire lui réplique même : « Are you sure that you won six times Wimbledon? »).
  • En 2016, elle joue son propre rôle dans l'épisode 14 de la 2e saison de la série Bienvenue chez les Huang (Fresh Off the Boat), où elle doit entrainer Emery, un jeune prodige du tennis.
  • Elle est incarnée par Emma Stone dans le film Battle of the Sexes (2017), qui retrace son match contre Bobby Riggs.

Notes et références

  1. Premier et dernier matchs officiels connus
  2. Née Moffitt, elle devient Mrs. King à la suite de son mariage avec Lawrence King à Long Beach, le 17 septembre 1965. Ils divorceront en 1987.
  3. « The 50 Greatest Players of the Open Era (W): No. 6, Billie Jean King », sur Tennis.com (consulté le 10 avril 2019)
  4. Les neuf autres joueuses sont : Margaret Smith Court, Maureen Connolly, Shirley Fry, Steffi Graf, Doris Hart, Chris Evert, Martina Navrátilová, Serena Williams et Maria Sharapova.
  5. Avant le classement informatique WTA
  6. À trente-neuf ans, sept mois et vingt-trois jours.
  7. Xavière Gauthier, Pionnières de 1900 à nos jours, éditions Flammarion : Paris, 2010
  8. (en) Liste complète et portraits des quarante lauréats sur le site officiel de Tennis MagazineSampras est premier, devant Navrátilová et Graf.
  9. (en) Office de presse de la Maison-Blanche
  10. (fr) JO : Obama envoie l'ex-championne gay Billie Jean King à Sotchi sur le site officiel de France Info
  11. « Les grands reportages - Les années 70 - La révolution sexuelle (7/8) » (consulté le 2 août 2017)
  12. « Remembering the Battle of the Sexes », sur www.si.com,
  13. (en) When Billy beat Bobby
  14. (en) Alessandra Stanley, « The Legacy of Billie Jean King, an Athlete Who Demanded Equal Play », The New York Times, (lire en ligne).
  15. (en) David Walsh, « The Big Interview: Billie Jean King », The Sunday Times, (lire en ligne).
  16. (en) « Billie Jean King still got game », sur abilitymagazine.com (consulté le 16 décembre 2015).
  17. (en) Sheryl Gay Stolberg, « Obama Gives Medal of Freedom to 16 Luminaries », sur nytimes.com, (consulté le 16 décembre 2015).
  18. Dotation totale messieurs et dames
  19. 1er tour à Sewanee
  20. Premiers tours à Osaka, Kobe et Shizuoka
  21. Abandon des deux joueuses
  22. Une dotation supplémentaire de 15.000 $ est allouée au tableau de double
  23. Margaret Court déclare forfait à la suite du décès de sa mère.
  24. L'édition 1974 correspond également au Tournoi de tennis de Los Angeles.
  25. Entre 1975 et 1978, l'épreuve de double dames des Masters (Virginia Slims Championships) se déroule une ou deux semaines plus tard que l'épreuve de simple, à l'occasion d'un tournoi bien distinct, le championnat de double WTA (également appelé Bridgestone Doubles en raison de son principal sponsor).
  26. En raison de circonstances extérieures au tournoi, la finale n'a pu être jouée. Les finalistes se partagent les gains et les points au classement mais personne n'emporte le titre.
  27. L'Open d'Australie est organisé en décembre de 1978 à 1985.
  28. L'Open d'Australie a lieu deux fois (janvier et décembre) en 1977.
  29. Pas de tableau double mixte à l’Open d'Australie de 1970 à 1985.
  30. (en) Sheryl Gay, « Obama Gives Medal of Freedom to 16 Luminaries », The New York Times, (consulté le 7 décembre 2017)

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail du tennis
  • Portail des femmes et du féminisme
  • Portail LGBT
  • Portail des États-Unis
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.