Boulevard Décarie

Le boulevard Décarie est une artère du centre de l'île de Montréal.

Pour les articles homonymes, voir Décarie.

Boulevard Décarie
La rue Décarie près de la rue Jean-Talon
Orientation Nord-sud[1]
Débutant Rue Saint-Jacques dans l'arrondissement Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce
Finissant rue Poirier de l'arrondissement Saint-Laurent
Longueur 9,4 km
Désignation 1912
Autrefois Boulevard Monkland (section de l'arrondissement Saint-Laurent)
Attrait Collège Villa Maria
Orange Julep
Galeries Norgate
Géolocalisation sur la carte : Région métropolitaine de Montréal

Situation et accès

D'orientation nord/sud, il traverse l’arrondissement de Notre-Dame-de-Grâce/Côte-des-Neiges et se prolonge jusqu’à la rue Poirier dans l'arrondissement Saint-Laurent. Au nord du boulevard de la Côte-Vertu et jusqu'à la rue Poirier, l'artère devient Rue Décarie.

Origine du nom

Elle porte le nom de Jean Descarries (ou Descaris) dit le Houx l'un des premiers européens qui s'établit à Notre-Dame-de-Grâce.

Historique

Vers la fin du XVIIe siècle, le nord du Vieux-Montréal n’était qu’une immense forêt s’étalant au pied du mont Royal, entourée de marécages et de ruisseaux. Cependant, Jean Descarries (ou Descaris) dit le Houx et Jean Leduc, originaires d’Igé en Perche (France), s’établissent à Notre-Dame-de-Grâce le .

Ces deux Français reçoivent chacun trente arpents de terre à Notre-Dame-de-Grâce, un vaste territoire qui s’étendait depuis ce qui allait devenir la rue Atwater jusqu’à Lachine.

C’est alors que prend naissance la grande famille des Descarries qui fut ancrée très longtemps dans le secteur. Par exemple, Daniel-Jérémie Décarie (1836-1904) fut maire de Notre-Dame-de-Grâce de 1877 à 1904 et son fils, l'avocat Jérémie-Louis Décarie (1870-1927), fut un parlementaire québécois.

En , on désigne officiellement cette voie par boulevard Décarie. (Une partie du tronçon était déjà connue sous le nom d'avenue Décarie.)

Par la suite, le boulevard Décarie est devenu l’axe commercial de la région montréalaise. Dans les années 1930, des commerces s’y alignent et le ciné-théâtre Snowdon accueille les spectateurs. En 1942, un énorme édifice «Boule orange», en forme de grosse orange est érigé au 7700 boulevard Décarie par la compagnie Orange Julep.

En 1949, sur le modèle des centres commerciaux américains, on construit sur le boulevard Décarie à l’angle de Côte-Vertu, le premier centre commercial de banlieue du Québec, le Norgate.

Ensuite, en 1967, des voies rapides (Autoroute 15 ou Autoroute Décarie) sont installées le long du boulevard et son aspect change radicalement.

Entre 1981 et 1986, le tronçon ouest de la ligne orange du métro de Montréal est construit, longeant ce boulevard sur la plupart de son trajet. Les stations Villa-Maria, Namur, De la Savane, Du Collège et Côte-Vertu donnent directement sur le boulevard, alors que les stations Vendôme et Snowdon se trouvent à proximité. Toutefois, le tronçon entre Snowdon et Namur dévie à l'est pour passer sous l'avenue Victoria (stations Côte-Sainte-Catherine et Plamondon).

Le , à la suite de violents orages qui se sont abattus sur la ville, une bonne portion de l'autoroute est inondée, ce qui a fait deux morts : une noyade, et une électrocution. Voir Déluge de Montréal.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire

Références

  1. Au Québec, par convention, on entend par orientation est/ouest ce qui est parallèle au fleuve Saint-Laurent, même si, en réalité, le fleuve coule du sud-ouest vers le nord-est.

Source

  • Ville de Montréal, Les rues de Montréal. Répertoire historique, Édition Méridien, 1995
  • Portail de Montréal
  • Portail du Québec
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.