Bréda

Bréda (en néerlandais : Breda) est une ville et commune néerlandaise, située dans le sud des Pays-Bas, dans la province du Brabant-Septentrional. Située la confluence de l'Aa et de la Mark, la première trace écrite de la ville date de 1125[1]. Au , la commune de Bréda compte 183 873 habitants, ce qui en fait la neuvième des Pays-Bas en termes de population, ainsi que la troisième au niveau provincial, après Eindhoven et Tilbourg.

Pour les articles homonymes, voir Breda (homonymie).

Bréda

Héraldique.

Drapeau.

La Grand-Place de Bréda, avec en arrière-plan l'église Notre-Dame de Bréda.
Noms
Nom néerlandais Breda
Administration
Pays Pays-Bas
Province Brabant-Septentrional
Bourgmestre
Mandat
Paul Depla (PvdA)
2015-2021
Code postal 4800-4841, 4847, 4850-4854
Indicatif téléphonique international +(31)
Démographie
Gentilé Brédois(e)
Population 183 873 hab. (2019)
Densité 1 424 hab./km2
Géographie
Coordonnées 51° 35′ 00″ nord, 4° 47′ 00″ est
Superficie 12 915 ha = 129,15 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Brabant-Septentrional
Bréda
Géolocalisation sur la carte : Pays-Bas
Bréda
Géolocalisation sur la carte : Pays-Bas
Bréda
Liens
Site web www.breda.nl

    Géographie

    Communes limitrophes

    Localités

    La commune de Bréda comporte les villages suivants :

    Transports

    Train

    Autoroute

    L'A16, entre Rotterdam et la frontière avec la Belgique (Direction Anvers).

    L'A27, qui relie Bréda à Almere, en passant par Utrecht.

    L'A58, entre Eindhoven et Flessingue (Zélande)

    Histoire

    Époque moderne

    En 1565 a été signé à Bréda un Compromis qui est l'acte d'association des provinces insurgées contre les Espagnols. Durant la guerre de Quatre-Vingts Ans, Bréda a changé de mains plusieurs fois. En 1577, Guillaume d'Orange, baron de Bréda, et les Hollandais reprirent en main la ville après un siège de deux mois et le paiement de leur solde aux soldats allemands au service du roi d'Espagne. En 1581, grâce à une complicité intérieure, les Espagnols commandés par Claude de Berlaymont, pénétrèrent dans la ville et s'en emparèrent après une sévère bataille suivie d'une mise à sac. Le , une action audacieuse a permis aux troupes anglo-hollandaises de reprendre le contrôle de la cité. Soixante-dix soldats hollandais ont réussi à s'introduire dans la ville, cachés dans une embarcation et ont mis en fuite les 600 soldats de la garnison, capturant la ville sans subir une seule perte.

    Les Espagnols reprirent la ville à l'issue du siège de Bréda qui a eu lieu sous le règne de Philippe IV d'Espagne. Le siège débuta le et dura plus de 9 mois, la ville ne se rendant que le . Vélasquez l'immortalisa dans son célèbre tableau La Reddition de Bréda, peint une dizaine d'années après le siège, auquel Vélasquez n'assista pas.

    Enfin en 1637, à la suite d'un siège de trois mois mené par Frédéric-Henri d'Orange-Nassau, la ville appartient définitivement aux Provinces-Unies hollandaises.

    Le 4 avril 1660 y a lieu la Déclaration de Breda (en), par laquelle le futur roi Charles II pardonne la Première révolution anglaise.

    La reddition de Bréda aussi appelé Les Lances peinte par Vélasquez et exposé au musée du Prado à Madrid.

    Le traité de Bréda a été signé le , par l’Angleterre, la République des Provinces-Unies, la France et le Danemark. De façon précipitée, il mit un terme à la deuxième guerre anglo-néerlandaise (1665-1667).

    Le 24 février 1793, les troupes de la République française, celles de l'Armée du Nord, commandées par le général Jean Le Michaud d'Arçon assiègent la ville qui capitule le 27 février.

    Époque contemporaine

    Pendant la Seconde Guerre mondiale, la ville est libérée par une manœuvre de la 1re division blindée polonaise planifiée et dirigée par le général Stanislaw Maczek le .

    Bréda abrite l'une des premières prisons panoptiques qui ait été construites. Les seuls criminels de guerre allemands emprisonnés aux Pays-Bas le furent dans cette prison. Ils étaient connus sous le nom des « Quatre de Breda » (Willy Paul Franz Lages libéré pour raisons médicales en 1966, Joseph Johann Kotälla mort en prison en 1979, Ferdinand Hugo aus der Fünten et Franz Fischer, libérés tous les deux en 1989).

    Politique et administration

    Jumelages

    Population et société

    Démographie

    Historique de la population

    Évolution récente
    Commune Aire urbaine
    1960 107 127 142 613
    1970 121 209 184 857
    1980 117 259 201 981
    1990 123 025 217 223
    2000 160 615 296 727
    2009 171 916 314 818

    Origines des habitants

    Valeurs absolues Structure en %
    Autochtones 135 801 78,92
    Allochtones occidentaux 18 063 10,50
    Allochtones non occidentaux 18 221 10,59
    Maroc 5 168 3,00
    Turquie 2 914 1,69
    Antilles néerlandaises et Aruba 2 057 1,20
    Suriname 2 048 1,19
    Autres 6 034 3,51

    Sports

    Économie

    Dans le centre de Bréda, il y a le centre commercial De Barones et 't Sas. Bréda a la plus grande densité de magasins de chaussures des Pays-Bas.

    Le marché sur la Grand-Place a lieu le mardi et le vendredi de 9 heures à 13 heures.

    Le bonbon Mentos est originaire de Bréda.[réf. nécessaire]

    Culture et patrimoine

    Lieux à voir et monuments

    Le château de Bréda.
    Le port de Bréda.

    Théâtres

    • Chassé Théâtre

    Musées

    Musée de Bréda.
    Museum of the Image (MOTI).
    Splitsing Vismarkstraat-Schoolstraat
    • Musée de Bréda
    • Museum of the Image (MOTI)

    Autres

    Événements

    • Carnaval
    • Festival de jazz de Bréda
    • Breda Photo
    • Singelloop Breda
    • Redhead Day

    Personnages célèbres nés, décédés ou liés à Bréda

    Galerie

    Notes et références

    1. (nl) P.C. Boeren, De heren van Breda en Schoten, p.94; E. de Marneffe, Cartulaire de l'abbaye d'Affligem, p.71, no. 40 (1125): "Ascelinus de Bruxella, et filius suus Henricus. Arnulfus et Ingelbertus de Breda."

    Voir aussi

    Articles connexes

    Liens externes

    • Portail des Pays-Bas
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.