Bresilley

Bresilley est une commune française, située dans le département de la Haute-Saône en région Bourgogne-Franche-Comté.

Bresilley
Administration
Pays France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Vesoul
Canton Marnay
Intercommunalité Communauté de communes du Val Marnaysien
Maire
Mandat
Gabriel Paulin
2014-2020
Code postal 70140
Code commune 70092
Démographie
Population
municipale
188 hab. (2017 )
Densité 53 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 15′ 33″ nord, 5° 38′ 32″ est
Altitude Min. 192 m
Max. 221 m
Superficie 3,54 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône
Bresilley
Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône
Bresilley
Géolocalisation sur la carte : France
Bresilley
Géolocalisation sur la carte : France
Bresilley

    Géographie

    Bresilley est la commune la plus dans le sud du département de la Haute-Saône.

    Communes limitrophes

    Bard-lès-Pesmes
    Malans N Montagney
    O    Bresilley    E
    S
    Thervay (Jura) Ougney (Jura) Vitreux (Jura)

    Hydrographie

    L'Ognon à Bresilley.

    La commune se trouve sur la rive droite de la rivière Ognon

    Histoire

    L'histoire de Bresilley se confond avec celle de l'Abbaye cistercienne d'Acey dont elle dépendait.

    L'église date de la fin du XVIIIe siècle

    Politique et administration

    Rattachements administratifs et électoraux

    La commune fait partie de l'arrondissement de Vesoul du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la première circonscription de la Haute-Saône.

    Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Pesmes[1]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais rattachée au canton de Marnay.

    Intercommunalité

    La commune faisait partie de la petite communauté de communes du val de Pesmes, créée par un arrêté préfectoral du , et qui prenait la suite du Syndicat intercommunal de développement et d’aménagement du canton de Pesmes[2].

    Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants (et 5 000 habitants en zone de montagnes), le préfet de la Haute-Saône a présenté en octobre 2015 un projet de révision du schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) qui prévoit notamment la scission de cette communauté de communes et le rattachement de certaines de ses communes à la communauté de communes du Val marnaysien et les autres communes à celle du Val de Gray[3],[4].

    Malgré l'opposition du Val de Pesmes[5], le SDCI définitif, approuvé par le préfet le 30 mars 2016, a prévu l'extension :

    • du Val Marnaysien aux communes de Bard-lès-Pesmes, Berthelange, Brésilley, Chancey, Chaumercenne, Courcelles-Ferrières, Corcondray, Etrabonne, Ferrières-les-Bois, Malans, Mercey-le-Grand, Montagney, Motey-Besuche, Villers-Buzon, portant le nouvel ensemble à 13 784 habitants, selon le recensement de 2013 ;
    • Val de Gray aux communes d'Arsans, Broye-Aubigney-Montseugny, Chevigney, La Grande-Résie, La Résie-Saint-Martin, Lieucourt, Pesmes, Sauvigney-lès-Permes, Vadans, Valay et Venère, portant le nouvel ensemble à 20 807 habitants [6].

    C'est ainsi que la commune est désormais membre depuis le de la communauté de communes du Val Marnaysien.

    Politique locale

    Les communes de Bresilley et Bard-lès-Pesmes envisagent de fusionner le pour former une commune nouvelle[7].

    Liste des maires

    Liste des maires successifs[8]
    Période Identité Étiquette Qualité
    Les données manquantes sont à compléter.
    mars 2001 octobre 2004 Jean-Marie Bouhand    
    novembre 2004[9] En cours Gabriel Paulin   Réélu pour le mandat 2014-2020[10]

    Politique environnementale

    La commune a remplacé en 2016 sa station d'épuration des eaux usées, construite au milieu des années 1960, nuisante et qui n'était plus aux normes[11],[12].

    Démographie

    L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[14].

    En 2017, la commune comptait 188 habitants[Note 1], en augmentation de 1,08 % par rapport à 2012 (Haute-Saône : -1,29 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

    Évolution de la population  [modifier]
    1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
    166185202214222227245235243
    1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
    210210228189192188193206182
    1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
    186186173156159120111126131
    1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
    11010810089100125148172191
    2017 - - - - - - - -
    188--------
    De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
    (Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[15].)
    Histogramme de l'évolution démographique

    Économie

    Culture locale et patrimoine

    Lieux et monuments

    • Vieux chêne au tronc de m de circonférence, qui, selon plusieurs sources, aurait été planté en 1640, le long de la RD12, dans le but de délimiter le territoire de l'abbaye d'Acey voisine. Quatre chênes auraient alors été plantés, seul celui situé sur la commune de Bresilley demeure.
    Selon la légende, le roi Louis XI se serait reposé au pied de cet arbre entre 1470 et 1475, il aurait donc, selon la légende seulement, plus de 500 ans[7].
    Ce chêne fait l'objet d'une procession pour l'Assomption. Selon la tradition on y dépose une statuette de la Vierge, qui finit par être engloutie par la croissance de l'arbre. Huit Vierges ont été englouties par la croissance du chêne, l'actuelle est encore partiellement visible.
    • Église Saint-Léger, construite en 1787 et 1791 sur les plans de l'architecte Anatole Amoudru[16].
    • Maisons et fermes anciennes, des XVIIIe au XIXe siècle[17],[18],[19],[20],[21].
    • Mairie, du milieu du XIXe siècle[22].
    • Croix de chemin du XIXe siècle[23].
    • Moulin à eau, du début du XIXe siècle[24].

    Personnalités liées à la commune

    Héraldique

    Les armes de la commune se blasonnent ainsi :
    Tranché au 1) d’argent à la croix pattée alésée de gueules, au 2) d’azur plain.

    Voir aussi

    Articles connexes

    Liens externes

    • « bresilley », Ma commune, Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales (consulté le 1er mars 2020).

    Notes et références

    Notes

    1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

    Références

    1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
    2. « C.C.V.P., E.P.C.I. et autres sigles », Vie communautaire, sur http://www.ccvaldepesmes.fr (consulté le 28 juillet 2016).
    3. « Présentation du projet de SDCI révisé » [PDF], Intercommunalité, Préfecture de la Haute-Saône, (consulté le 23 juillet 2016).
    4. Guillaume Minaux, « Haute-Saône : le projet de redécoupage », L'Est républicain, (lire en ligne).
    5. Maxime Chevrier, « Fusion : les élus du Val de Pesmes sonnent la charge : Les élus de la Communauté de communes du Val de Pesmes avaient préparé leur affaire. Hier après-midi, ils ont débarqué devant la préfecture pour acter le refus de voir leurs intérêts bafoués, dans un principe d’éclatement de ce territoire », L'Est républicain, édition de Vesoul, (lire en ligne).
    6. « Arrêté préfectoral du 30 mars 2016 portant définition du schéma départemental de coopération intercommunale du département de la Haute-Saône » [PDF], Intercommunalité, Préfecture de la Haute-Saône (consulté le 23 juillet 2016), p. 3.
    7. Maxime Chevrier, « Bresilley et Bard-lès-Pesmes, mariés avant la fin de l’année ! : La mutualisation du personnel communal avait déjà montré la voie : Bresilley et Bard-lès-Pesmes formeront, au 1er janvier 2017, une « commune nouvelle ». Les deux maires lancent un concours pour trouver un nom », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône, (lire en ligne) « Même si l’affrontement de quelques écueils est à prévoir, avec de vieilles querelles de clocher, les deux villages distants de 2,5 km ne feront plus qu’un d’ici peu. L’instauration de ces « communes nouvelles », qui ont donné naissance à « La Romaine » en Haute-Saône ou « Les Auxons » dans le Doubs, trouveront à nouveau un de ces exemples appelés à se multiplier. « Car les dotations de l’État, en baisse comme chacun sait, sont maintenues par le biais de cette création » explique-t-on, du côté de la Préfecture ».
    8. « Les maires de Bresilley », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 10 novembre 2016).
    9. « Municipales : Gabriel Paulin se représente », L'Est républicain, (lire en ligne) « Gabriel Paulin, maire de Bresilley depuis 2004, briguera un autre mandat pour les toutes prochaines élections municipales ».
    10. « Deuxième mandat pour Gabriel Paulin », L'Est républicain, (lire en ligne).
    11. « Station d’épuration, un dossier « gênant », L'Est républicain, (lire en ligne).
    12. Maxime Chevrier, « La station bientôt en service : C’est un projet de 20 ans qui va aboutir à Bresilley, où la station d’épuration sera refaite et délocalisée, pour le grand plaisir d’un village qui a su entreprendre », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône, (lire en ligne).
    13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
    14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
    15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
    16. « L'église paroissiale Saint-Léger », notice no IA00016398, base Mérimée, ministère français de la Culture.
    17. « IA00016396 », notice no IA00016396, base Mérimée, ministère français de la Culture.
    18. « Maison », notice no IA00016393, base Mérimée, ministère français de la Culture.
    19. « Ferme », notice no IA00016397, base Mérimée, ministère français de la Culture.
    20. « Maison », notice no IA00016394, base Mérimée, ministère français de la Culture
    21. « Maison », notice no IA00016395, base Mérimée, ministère français de la Culture
    22. « Mairie », notice no IA00016401, base Mérimée, ministère français de la Culture.
    23. « Croix de chemin », notice no IA00016400, base Mérimée, ministère français de la Culture.
    24. « Moulin », notice no IA00016399, base Mérimée, ministère français de la Culture.
    • Portail de la Haute-Saône
    • Portail des communes de France
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.