Brou-sur-Chantereine

Brou-sur-Chantereine est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Pour les articles homonymes, voir Brou (homonymie).
Pour les articles homonymes, voir Chantereine (homonymie).

Brou-sur-Chantereine

La mairie.

Blason
Administration
Pays France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Torcy
Canton Villeparisis
Intercommunalité Communauté d'agglomération Paris - Vallée de la Marne
Maire
Mandat
Antonio de Carvalho
2014-2020
Code postal 77177
Code commune 77055
Démographie
Gentilé Breuillois
Population
municipale
4 382 hab. (2017 )
Densité 1 024 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 52′ 54″ nord, 2° 37′ 54″ est
Altitude Min. 40 m
Max. 57 m
Superficie 4,28 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Brou-sur-Chantereine
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Brou-sur-Chantereine
Géolocalisation sur la carte : France
Brou-sur-Chantereine
Géolocalisation sur la carte : France
Brou-sur-Chantereine
Liens
Site web brousurchantereine.info

    Ses habitants sont appelés les Breuillois.

    Géographie

    Localisation

    La commune est située à 20 km à l'est de Paris, à 23 km au sud-ouest de Meaux et à 40 km au nord de Melun[1].

    Communes limitrophes

    Communes limitrophes de Brou-sur-Chantereine
    Le Pin
    Villevaudé
    Chelles Pomponne
    Vaires-sur-Marne

    Géologie et relief

    La commune est classée en zone de sismicité 1, correspondant à une sismicité très faible[2].

    Hydrographie

    Le système hydrographique de la commune se compose de trois cours d'eau référencés :

    • le ru de Chantereine, long de 7,38 km[3], appelé aussi le « ruisseau de Chelles », affluent de la Marne ;
    • le ru de Venante, long de 5,64 km[4], affluent de la Marne qui parcourt la commune du nord au sud sur sa partie est ;
      • le ru de l‘Étang, long de 2,42 km[5], venant de l'étang de Villevaudé, se jette dans la Mare aux Sangsues, puis dans le ru de Venante.

    La longueur linéaire globale des cours d'eau sur la commune est de 5,15 km[6].

    Climat

    Brou-sur-Chantereine comme toute l’Île-de-France, est soumis à un climat océanique dégradé (Classification de Köppen).

    La station météorologique en Seine-et-Marne la plus rapprochée se trouve à Villeparisis à environ 11 km [7].

    Voies de communication et transports

    Brou-sur-Chantereine est desservie par plusieurs lignes de bus, qui relient notamment la ville aux gares de Chelles, de Vaires et à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle.

    La desserte par bus sont assurées par :

    Urbanisme

    Occupation des sols

    En 2018[8], le territoire de la commune se répartit en 67 % de forêts, 19,5 % de zones urbanisées, 11,8 % de terres arables et 1,8 % de zones industrielles commercialisées et réseaux de communication[6],[9].

    Lieux-dits, écarts et quartiers

    La commune compte 17 lieux-dits administratifs répertoriés[10].

    Logement

    En 2013, le nombre total de logements dans la commune était de 2 042 (dont 31,9 % de maisons et 56,5 % d’appartements).

    Parmi ces logements, 89 % étaient des résidences principales, 6,8 % des résidences secondaires et 4,2 % des logements vacants.

    La part des ménages propriétaires de leur résidence principale s’élevait à 49,7 %[11].

    Toponymie

    Forme ancienne : Brou en 1200, 1793, puis Brou-sur-Chantereine en 1911.

    La commune était autrefois formée de trois hameaux : Villeneuve-aux-Ânes[Note 1], La Forêt et Brou, ce dernier nom ayant été arbitrairement attribué par les géographes à la totalité du village[12]. Ce nom en usage dans les titres de l’an 1200 vient du latin Brolium qui signifie « petit bois »[13].

    Histoire

    Le village de Brou est mentionné au XIIIe siècle, en 1205, pour sa seigneurie de Brou[14]. Elle accueille une église à la fondation du collège Louis-le-Grand et un couvent de Mathurins, fondé au XIIIe siècle au lieu-dit La Villeneuve-aux-Ânes. Le village est constitué de trois hameaux : le hameau de Brou, le plus ancien, situé dans le nord de la commune ; le hameau de La Villeneuve-aux-Ânes, au sud de la route menant de Chelles à Lagny, qui abrite un prieuré fondé au XIIIe siècle ; le hameau de La Forest, au nord du château de Brou. Dans ce hameau se trouvait également le château de Madame de Pomponne, entièrement disparu, à proximité duquel se dressait une chapelle conservée jusqu'au XVIIIe siècle. Les terres de Brou ont été administrées par plusieurs seigneurs successifs soumis à la suzeraineté du roi jusqu'à la Révolution[15]. La localité devient le siège de la congrégation des sœurs de Jésus crucifié, fondée en 1930 pour y accueillir des femmes de santé délicate.

    Le , le label de "Ville conviviale - Ville solidaire" a été attribué à Brou-sur-Chantereine[14].

    • Le Moulin et le Four à pain du château de Brou ont été séparés du domaine pour constituer une propriété. Le Plan d'intendance de 1780 des archives départementales de Seine et Marne est explicite sur le bâtiment traversé par le ru de Chantereine. Cette propriété est tombée dans l'oubli de sa fonction première. Rachetée par la CAMC elle est aujourd'hui la propriété de l'EPFIF depuis le 7/11/2016, sans que l'on connaisse le devenir de ces éléments d'architecture restants, du Four et du Moulin du château de Brou[16].
    • Description du Moulin et du Four à pain du château sur le ru de Chantereine:

    Politique et administration

    Rattachements administratifs et électoraux

    La commune se trouve depuis 1994 dans l'arrondissement de Torcy du département de Seine-et-Marne. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la dixième circonscription de Seine-et-Marne.

    Elle faisait partie de 1793 à 1964 du canton de Lagny-sur-Marne, année où elle intègre le canton de Chelles. Elle est rattachée en 1975 au canton de Vaires-sur-Marne[17]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune intègre le canton de Villeparisis.

    Intercommunalité

    Brou-sur-Chantereine était l'une des quatre communes ayant formé la communauté de commune de Marne et Chantereine, créée en 2005 et transformée en communauté d'agglomération sous le nom de communauté d'agglomération de Marne et Chantereine.

    Dans le cadre de la mise en œuvre de la loi MAPAM du 27 janvier 2014, qui prévoit la généralisation de l'intercommunalité à l'ensemble des communes et la création d'intercommunalités de taille importante en Île-de-France, capables de dialoguer avec la métropole du Grand Paris, cette intercommunalité fusionne avec ses voisines pour former, le , la communauté d'agglomération Paris - Vallée de la Marne, dont la commune est désormais membre.

    Tendances politiques et résultats

    Élections nationales

    Liste des maires

    Liste des maires successifs
    Période Identité Étiquette Qualité
    Les données manquantes sont à compléter.
    1914 mai 1925 Victor Eugène Thiébaut   Polytechnicien
    mai 1925 septembre 1926 Edmond Coucherant    
    septembre 1926 mai 1929 Louis Auguste Brunet   Retraité
    mai 1929 juin 1930 Edmond Coucherant    
    juin 1930 1932 Louis Auguste Brunet   Retraité
    janvier 1932 1945 Georges Christ   Architecte
    1945 1947 Jean Chaillet    
    1947 1960 Gustave Colson    
    1960 mars 1977 René Cassier DVG Enseignant
    mars 1977 janvier 1999 René Ménard PCF  
    janvier 1999 mars 2008 Jean-Marc Deschamps PCF  
    mars 2008 En cours
    (au 20 février 2018)
    Antonio De Carvalho UMP puis UDI Chef d'entreprise
    Réélu pour le mandat 2014-2020[19],[20]

    Actions internationales

    La ville est engagée dans des activités de solidarité internationale et de coopération décentralisée.

    • Coopération développement : La commune a mené, avec la communauté urbaine de Dunkerque, la réhabilitation d’habitats avec la ville de Regla (municipalité de La Havane à Cuba). Les résultats de ce projet sont désormais inscrits dans la lutte contre la vulnérabilité humaine face aux risques climatiques dans la Caraïbe.
    • Coopération citoyenne : la ville est membre de l’ONG brésilienne Solidariedade de Porto Alegre depuis 2005. Elle soutient des actions de l’Association care and concern au Sri Lanka.
    • Autres actions : Brou soutient les projets des ASI locales (Mali, Cuba, Haïti), et organise tous les ans les « journées de solidarité internationale ».

    Brou-sur-Chantereine est notamment membre de Cités Unies France comme vice-présidente du groupe pays Caraïbes (dans le Pôle Amérique latine), membre de la Commission des affaires mondiales (CCRE-CGLU), membre d'ATTAC, membre de l’observatoire international de la démocratie participative (OIDP), membre du réseau 9 du programme URB-AL et membre du réseau des élus et collectivités territoriales hors-AGCS.

    Jumelages

    La ville de Brou-sur-Chantereine est jumelée avec  Collazzone (Italie) depuis le .

    Population et société

    Territoire

    En 1911, le quartier "le Petit Chelles" est annexé, doublant ainsi la surface du bourg pendant que la population gagne 50 %.

    À l'issue de la Deuxième Guerre mondiale, la mairie, dont le bâtiment a été détruit lors des violents bombardements alliés, déménage dans la propriété de la famille Ducellier, équipementier automobile.

    Démographie

    L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[22].

    En 2017, la commune comptait 4 382 habitants[Note 2], en diminution de 0,25 % par rapport à 2012 (Seine-et-Marne : +3,7 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

    Évolution de la population  [modifier]
    1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
    175148160123117120108125128
    1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
    118125133129137172193165164
    1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
    2232083054027261 8632 0151 1841 968
    1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
    3 0153 2694 6644 4294 4694 2804 2584 2534 393
    2017 - - - - - - - -
    4 382--------
    De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
    (Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[23].)
    Histogramme de l'évolution démographique

    Enseignement

    La commune regroupe deux écoles maternelles (Suzanne-Demetz et Danièle-Casanova), deux écoles primaires (Jean-Jaurès et Romain-Rolland) et un collège (Jean-Jaurès). L'inspection académique départementale de l'éducation nationale des écoles maternelles et primaires se situe à Lagny-sur-Marne ; celle du collège se situe à Melun.

    Santé

    Depuis 1967, Brou-sur-Chantereine abrite une clinique privée, la clinique Chantereine, et un laboratoire d’analyses médicales. En 2006, la commune comptait quatre médecins généralistes, trois médecins spécialistes, onze auxiliaires médicaux et une pharmacie. La ville est rattachée à l’hôpital intercommunal de Montfermeil et au centre hospitalier de Lagny-sur-Marne.

    Médias

    La commune édite un magazine municipal mensuel.

    Cultes

    • Culte catholique : l'église de Brou, placée sous le vocable de Saint Baudile dépend du secteur pastoral de Vaires Brou Chantereine, géré par le père Marouan Kouaik.
    • Culte protestant : l'église réformée se situe à Chelles.

    Économie

    • Entreprises commerciales et artisanales.

    Revenus de la population et fiscalité

    En 2016, le nombre de ménages fiscaux était de 1 693 (dont 62 % imposés) représentant 4 263 personnes et le médiane du revenu disponible par unité de consommation de 21 300 [11].

    Emploi

    En 2016 , le nombre total d’emploi dans la zone était de 866, occupant 1 900 actifs résidants.

    Le taux d’activité de la population (actifs ayant un emploi) âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 67,6 % contre un taux de chômage de 8,8 %. Les inactifs se répartissent de la façon suivante : 10,3 % d’étudiants et stagiaires non rémunérés, 6,1 % de retraités ou préretraités et 7,2 % pour les autres inactifs[11] .

    Entreprises et commerces

    En 2015, le nombre d’établissements actifs était de 279 dont 2 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 11 dans l'industrie, 26 dans la construction, 165 dans le commerce-transports-services divers et 75 étaient relatifs au secteur administratif.

    Cette même année, 32 entreprises ont été créées, dont 20 par des Auto-entrepreneurs[11].

    Culture locale et patrimoine

    Lieux et monuments

    • Église Saint Baudile
    • Jardin d'agrément dit jardin de la mairie de Brou-sur-Chantereine[24].
    • Cité jardin dite cité des cheminots de Brou[25].
    • Château de Brou

    Le château de Brou-sur-Chantereine[26] a été construit à la fin du XVIIe siècle par la famille Feydeau, qui avait acquis la terre de Brou en 1608. Il est resté dans cette famille pendant plus de deux siècles. Remanié au XVIIIe siècle, délaissé après la Révolution française jusqu'en 1844, il est alors racheté par Charles Floréal Thiébaut, fondeur de bronzes d'art à Paris, et appartient toujours à la famille Thiébaut, qui y a récemment fait de nombreuses restaurations. Il a été classé au titre des monuments historiques en 1984.

    • Jardin d'agrément et parc du château de Brou[27].

    Personnalités liées à la commune

    Cinéma

    La commune a servi de toile de fond au film d'Alain Corneau Le Deuxième Souffle.

    Héraldique, devise et logotype

    Les armes de Brou-sur-Chantereine se blasonnent ainsi :
    D’azur au chevron d’or, accompagné de trois coquilles du même.

    Le blason de la commune représente les armes de la famille Feydeau, ancienne et illustre famille de magistrats et d'officiers royaux qui posséda Brou de 1608 à 1844. Les branches de chêne représentent la région des bois (qui entoure la commune). La couronne murale, quant à elle, est le symbole des couronnes portées par les déesses grecques qui protégeaient les cités. Au bas du blason, la croix de guerre 1939-1945, avec une étoile de bronze a été ajoutée le par Max Lejeune, secrétaire d’État aux Forces armées avec citation à l'Ordre du Régiment[30],[14].

    Voir aussi

    Bibliographie

    Articles connexes

    Liens externes

    Notes et références

    Notes

    1. On trouve également le nom de Villeneuve-aux-Aulnes.
    2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

    Références

    1. « Localisation de Brou-sur-Chantereine » sur Géoportail (consulté le 20 mars 2020).
    2. « Plan séisme consulté le 19 janvier 2017 »
    3. Sandre, « Fiche cours d'eau - ru de chantereine (F6641000) » consulté le 18 août 2017
    4. Sandre, « Fiche cours d'eau - ru Venante (F6626000) » consulté le 18 août 2017
    5. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le ru de l‘Étang (F6626500) »
    6. Site SIGES - Seine-Normandie consulté le 17 août 2018
    7. Station-meteo.com
    8. Site Corine Land Cover Mises à jour.
    9. [PDF]Fiche communale d'occupation des sols en 2017 (comparaison avec 2012) sur le site cartoviz.iau-idf.fr
    10. Site territoires-fr.fr consulté le 30 mai 2018 sous le code commune 77055
    11. Statistiques officielles de l’INSEE (version nov 2016).
    12. Dictionnaire universel des géographies physique, historique et politique du monde ancien, du moyen-âge et des temps modernes, comparées par Masselin J.-G.</
    13. Histoire topographique, politique, physique et statistique du département de Seine-et-Marne, Volume 1, par le docteur Félix Pascal.
    14. « Découvrir la ville », sur Brou-sur-Chantereine (consulté le 2 septembre 2012)
    15. « Brou-sur-Chantereine » (consulté le 2 septembre 2012)
    16. Association Riverains des bords de Marne
    17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
    18. Résultats de l’élection présidentielle 2017 sur le site du ministère de l’Intérieur
    19. « Brou  : la division de la droite ravit la gauche », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne, (lire en ligne, consulté le 7 mai 2018).
    20. « Antonio de Carvalho (UDI) reste maire de Brou-sur-Chantereine », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne, (lire en ligne, consulté le 7 mai 2018).
    21. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
    22. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
    23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
    24. Notice N° IA77000160, Source Mérimée, Ministère de la Culture
    25. Notice N° IA77000157, Source Mérimée, Ministère de la Culture
    26. Château de Brou-sur-Chantereine.
    27. Notice N° IA77000159, Source Mérimée, Ministère de la Culture
    28. Hendrik Delaire, « Brou-sur-Chantereine : il y a quinze ans Jacques Higelin revenait dans sa commune natale », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne, (lire en ligne, consulté le 7 avril 2018) « Décédé ce vendredi à 77 ans, le chanteur Jacques Higelin était revenu en 2003 dans sa commune natale de Brou-sur-Chantereine à l’occasion des Journées internationales de la solidarité ».
    29. Classement ATP
    30. Site de la mairie
    • Portail de Seine-et-Marne
    • Portail des communes de France
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.