Cachexie

La cachexie est un affaiblissement profond de l’organisme (perte de poids, fatigue, atrophie musculaire, etc.) lié à une dénutrition très importante. La cachexie n'est pas une maladie en elle-même, mais le symptôme d'une autre.

Cachexie

Spécialité Oncologie et psychiatrie
CISP-2 T08
CIM-10 R64
CIM-9 799.4
MeSH D002100
Médicament Somatrem (en) et megestrol (en)
Patient UK Cachexia

Mise en garde médicale

Définition et cause

La définition formelle de la cachexie est la perte de masse corporelle telle qu'elle ne peut plus être inversée ni trouvée à l'aide d'une nutrition adaptée. Elle est observée au cours de plusieurs maladies : anorexie mentale, cancer (cachexie cancéreuse, produite par des substances sécrétées par la tumeur, les cachexines), BPCO, insuffisance cardiaque, insuffisance hépatique, insuffisance rénale, tuberculose, SIDA, alzheimer, certaines protozooses intestinales chez les patients immunodéprimés (comme la cryptosporidiose ou les microsporidioses[1]) ou certaines maladies auto-immunes.

Mécanisme

La cachexie réduit les patients à un état d'immobilité dû à l'anorexie, à l'asthénie et à l'anémie, mais aussi par atteinte musculaire par hypercatabolisme protéique et donc perte de masse maigre (sarcopénie).

Le mécanisme exact par lequel la cachexie cause ces symptômes est encore mal compris ; il est probable que les cytokines inflammatoires, telles que le TNF-α (également nommé cachexine pour cette raison), l'interféron gamma (IFNγ), et l'interleukine 6 (IL-6) aient un rôle à y jouer, ainsi que le facteur inducteur de protéolyse sécrété par la tumeur elle-même.

Les patients atteints d'anorexie mentale présentent de hauts niveaux plasmatiques de ghréline, phénomène que l'on remarque également chez les sujets atteints de cachexie cancéreuse[2].

Traitement

Il n'existe pas de traitement établi pour la cachexie, mais plutôt une série de composés dont un effet secondaire serait de ralentir la cachexie cancéreuse, souvent en stimulant l'appétit ou augmentant la masse musculaire : on peut notamment citer les corticoïdes, les stéroïdes anabolisants ou l'acétate de megestrol. Tous ces produits ou familles de composés (une vingtaine) font l'objet d'études à divers niveaux mais, à cette date (2003), aucun ne semble avoir passé avec succès le stade des essais de phase III (essais cliniques randomisés en double aveugle sur de larges groupes).

Notes et références

  1. Association française des enseignants de parasitologie et mycologie, Parasitoses et mycoses des régions tempérées et tropicales, Elsevier Masson, 3e édition, chapitre 3 : « Autres protozooses intestinales ».
  2. (en) Garcia JM, Garcia-Touza M, Hijazi RA, Taffet G, Epner D, Mann D, Smith RG, Cunningham GR, Marcelli M. « Active ghrelin levels and active to total ghrelin ratio in cancer-induced cachexia » J Clin Endocrinol. Metab. 2005;90:2920-6. PMID 15713718.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de la médecine
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.