Camp Boiro

Le camp Boiro ou camp Mamadou Boiro (1960 – 1984)[1] est un ancien camp d'internement militaire, de torture et de mise à mort de Guinée qui porte le nom d'un ancien commissaire de police assassiné sous la présidence d'Ahmed Sékou Touré.

Camp Boiro
Présentation
Gestion
Date de création 1960
Date de fermeture 1984
Victimes
Morts 50 000
Géographie
Pays Guinée
Coordonnées 9° 32′ 13″ nord, 13° 41′ 08″ ouest
Géolocalisation sur la carte : Guinée
Géolocalisation sur la carte : Conakry

Le camp

L'« Auschwitz des Guinéens »[2] abritait les prisonniers politiques du régime : selon Raymond-Marie Tchidimbo, ancien archevêque de Conakry et auteur du livre « Un prêtre dans les geôles de Sékou Touré », tous les opposants politiques de Sékou Touré se retrouvaient en diète dans ce camp qui paraissait être un simple camp de la garde présidentielle. Parmi eux figurent l'ancien secrétaire général de l'Organisation de l'unité africaine, Diallo Telli, qui y meurt le , Koumandian Keita, le secrétaire géneral du syndicat des enseignants, ou Fodéba Keïta.

Les organisations estiment que 50 000 personnes sont mortes dans ce camp[3], décimant l'élite guinéenne.

Jean-Paul Alata témoigna de son séjour dans ce camp.

Le camp d'internement fut définitivement fermé après la mort de Sékou Touré.

Notes et références

Voir aussi

Bibliographie

  • Alsény René Gomez, Camp Boiro: parler ou périr, Éditions Harmattan, , 268 p..

Liens externes

  • Portail de la Guinée
  • Portail de l’histoire militaire
  • Portail de Conakry
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.