Cantharellales

L'ordre des Cantharellales est un ordre de champignons basidiomycètes. Dans cet ordre que l'on rencontre en Europe et en Amérique du Nord se trouvent les chanterelles, les pieds de moutons et les clavaires. Si au départ Linné y classait les champignons infundibuliformes ou cornucopiés, (en forme d'entonnoir ou de corne d'abondance), les études récentes montrent que de nombreux autres morphologies résupinées ou clavées, (de forme étalée ou en forme massue) sont phylogénétiquement proches des chanterelles.

Description

L'ordre comprend non seulement les chanterelles Cantharellaceae, mais aussi quelques-uns des champignons à picots Hydnaceae, certains champignons clavarioides Aphelariaceae et Clavulinaceae et les champignons corticioïdes Botryobasidiaceae. Les espèces au sein de l'ordre sont diversement ectomycorhiziennes, saprotrophiques, associées à des orchidées, ou agents pathogènes des plantes. Ceux qui présentent une importance économique comprennent les comestibles récoltés commercialement comme les espèces des genres Cantharellus, Craterellus et Hydnum ainsi que les agents pathogènes des cultures dans les genres Ceratobasidium et Thanatephorus comme les Rhizoctonia.

Taxinomie

Les origines

Les Chanterelles, à l'origine des Cantharellales

L'ordre des Cantharellales fut initialement proposé en 1926 par le mycologue allemand Ernst Albert Gäumann[1] pour accueillir au sein de l'embranchement des Basidiomycota les espèces de champignons à basides « stichiques » (basides dont les noyaux sont disposées longitudinalement).

Sur cette base, l'ordre des Cantharellales comprenait trois familles: les familles des Cantharellaceae, y compris les Hydnaceae, des Clavulinaceae, et des Exobasidiaceae. Ce dernier groupe est maintenant transféré dans les Exobasidiales.

En 1995, l'ordre a été modifié, sur la base d'une recherche micromorphologique pour y inclure non seulement les Cantharellaceae, mais aussi les Scutigeraceae, les Sparassidaceae et les Typhulaceae[2].

Situation actuelle

La recherche moléculaire et l'analyse cladistique des séquences d'ADN ont redéfini l'ordre des Cantharellales[3].

Avec la famille des Cantharellaceae (girolles et leurs apparentés, y compris les Craterellaceae), l'ordre se compose actuellement de champignons morphologiquement diversifiés par les sporocarpes dans:

  • la famille des Aphelariaceae (champignons clavarioïdes des régions sub tropicale, Java Nouvelle-Zélande),
  • la famille des Botryobasidiaceae (champignons corticioïdes),
  • la famille des Ceratobasidiaceae (heterobasidiomycètes),
  • la famille des Clavulinaceae (champignons clavarioïdes),
  • la famille des Hydnaceae (champignons à « piquots »),
  • la famille des Tulasnellaceae (heterobasidiomycètes).

Phylogramme de l'ordre des Cantharellales

En 2006, une étude importante développe le clades des cantharelloïdes: les résultats sont en accord avec les études antérieures et place les genres Cantharellus, Craterellus, Hydnum, Clavulina, Membranomyces, Multiclavula, Sistotrema, Botryobasidium ainsi que la famille des Ceratobasidiaceae dans ce clade. Les analyses phylogénétiques démontrent la monophylie de tous les genres, sauf Sistotrema, qui était très polyphyletique. La relation entre le genre Tulasnella et les membres du clade cantharelloïde n'est pas encore précise, mais il existe des preuves cumulative qu'ils sont probablement groupes frères[3].

Renvoi de quelques familles dans d'autres ordres

Les études de 2006 vont également modifier le placement dans d'autres ordres[3],[4]. Les familles des Clavariaceae, des Physalacriaceae, des Pterulaceae et des Typhulaceae, précédemment incluses dans l'ordre, sont maintenant placées dans l'ordre des Agaricales.

La famille des Clavariadelphaceae est maintenant placée dans l'ordre des Gomphales.

La famille des Sparassidaceae est maintenant placée dans l'ordre des Polyporales.

La famille des Scutigeraceae est remplacée par la famille des Albatrellaceae dans l'ordre des Russulales.

Selon les références de 2008, l'ordre contient 7 familles, 38 genres et 544 espèces[2].

Classification linéenne

L'espèce Aphelaria complanata

Cet ordre est constitué des familles et genres suivants[2].

Famille des Aphelariaceae

  • genre Aphelaria
  • genre Phaeoaphelaria
  • genre Tumidapexus

Famille des Botryobasidiaceae

L'espèce Botryobasidium subcoronatum
  • genre Allescheriella
  • genre Alysidium
  • genre Botryobasidium
  • genre Botryohypochnus
  • genre Haplotrichum
  • genre Suillosporium

File:2007-07-14 Cantharellus cibarius2.jpg

Famille des Cantharellaceae

L'espèce Cantharellus cibarius

Famille des Ceratobasidiaceae

  • genre Cejpomyces
  • genre Ceratobasidium
  • genre Ceratoporia
  • genre Ceratorhiza
  • genre Moniliopsis
  • genre Rhizoctonia
  • genre Scotomyces
  • genre Thanatephorus

Famille des Clavulinaceae

L'espèce Clavulina cristata
  • genre Clavulicium
  • genre Clavulina
  • genre Membranomyces
  • genre Multiclavula

Famille des Hydnaceae

L'espèce Hydnum repandum
  • genre Burgoa
  • genre Corallofungus
  • genre Cystidiodendron
  • genre Gloeomucro
  • genre Hydnum
  • genre Ingoldiella
  • genre Osteomorpha
  • genre Paullicorticium
  • genre Repetobasidiellum
  • genre Sistotrema

Famille des Tulasnellaceae

L'espèce Tulasnella violea
  • genre Epulorhiza
  • genre Pseudotulasnella
  • genre Tulasnella

Genres incertae sedis

L'ordre des cantharellales est aussi constitué de genres qui n'ont pas encore de position taxinomique déterminée[2].

  • Burgella Diederich & Lawrey 2007[5]
  • Minimedusa Weresub & P.M. LeClair 1971
  • Odontiochaete Rick 1940
  • Radulochaete Rick 1940
  • Stilbotulasnella Oberw. & Bandoni 1982

Notes et références

  1. (de) Gäumann, E. (1926). Vergleichende Morphologie der Pilze. Iéna: Gustav Fischer, 1926
  2. (en) P.M. Kirk, P.F. Cannon, D.W. Minter et J.A. Stalpers, Dictionary of the Fungi, Wallingford CABI, , 760 p. (ISBN 978-0-85199-826-8, lire en ligne), p. 116
  3. (en) Jean Marc Moncalvo, Brenda Koster, Susie M. Dunham, Torsten Bernauer, P. Brandon Matheny, Teresita Porter, Simona Margaritescu, Michael Weiß, Sigisfredo Garnica, Eric Danell, Gitta Langer, Ewald Langer, Ellen Larsson, Karl-Henrik Larsson et Rytas Vilgalys, « The cantharelloid clade: dealing with incongruent gene trees and phylogenetic reconstruction methods », Mycologia, vol. 98, , p. 37-948 (lire en ligne)
  4. (en) P.B. Matheny, J.M. Curtis, V. Hofstetter, M-C. Aime, J-M. Moncalvo, Z.W. Ge, J.C. Slot, J.F. Ammirati, T.J. Baroni, N.L. Bougher, K.W. Hughes, D.J. Lodge, R.W. Kerrigan, M.T. Seidl, D.K. Aanen, M. De Nitis, G.M. Daniele, D.E. Desjardin, B.R. Kropp, L.L. Novell, A. Parker, E.C. Vellinga, R. Vilgalys et D.S. Hibbetts, « Major clades of Agaricales: a multilocus phylogenetic overview », Mycologia, vol. 98, no 6, , p. 982–995 (lire en ligne)
  5. (en) Paul Diederich et James Lawrey, « New lichenicolous, muscicolous, corticolous and lignicolous taxa of Burgoa s. l. and Marchandiomyces s. l. (anamorphic Basidiomycota), a new genus for Omphalinafoliacea, and a catalogue and a key to the non-lichenized, bulbilliferous basidiomycetes », Mycological Progress, vol. 6, no 2, , p. 61-80 (DOI 10.1007/s11557-007-0523-3, lire en ligne)

Liens externes

  • Portail de la mycologie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.