Canton (Suisse)

Généralités

Les 26 cantons ont chacun leurs propres constitution, parlement, gouvernement et tribunaux. Les abréviations de deux lettres désignant les cantons suisses sont largement utilisées. Par exemple, elles servent aux plaques d'immatriculation et aux codes ISO 3166-2 avec le préfixe « CH- » (ex. : CH-SZ pour le canton de Schwytz).

Les Conférences des directeurs cantonaux, regroupées dans la Maison des cantons, constituent des institutions intercantonales.

Dénomination juridique

La majorité des cantons dit latins (de) – c'est-à-dire où l'on parle majoritairement une langue latine, soit le français dans les cantons romands et l'italien au Tessin, le romanche étant minoritaire partout – sont constitutionnellement des républiques. Les cantons de Genève, du Jura, de Neuchâtel et du Tessin[1] incluent officiellement « la république et canton » dans leur nom complet. De plus, le Valais[2] et Vaud[3] se décrivent comme républiques dans leur constitution cantonale.

La raison de cette dénomination est notamment historique et linguistique ; elle découle de la langue utilisée dans les Républiques françaises et italiennes d'alors qui faisaient (et font) référence au terme « république ». Les vingt autres cantons sont constitutionnellement des États (Staaten en allemand, Staat au singulier), en relation avec les liens et la langue partagée avec le monde germanophone.

Particularités cantonales

Six cantons étaient considérés jusqu'en 1999 comme des demi-cantons : Nidwald, Obwald, Appenzell Rhodes-Intérieures, Appenzell Rhodes-Extérieures, Bâle-Ville et Bâle-Campagne. Depuis lors[4], ils sont nommés cantons au même titre que les autres. Cette modification de la Constitution ne change que la dénomination des demi-cantons ; ceux-ci conservant leurs règles constitutionnelles particulières, à savoir qu'ils ne bénéficient que d'un seul siège au lieu de deux[5] au Conseil des États[6] et qu'ils ne comptent que pour moitié dans le décompte des voix des cantons lors de votations fédérales[7].

Cinquième Suisse

L'expression Cinquième Suisse est notamment utilisée lors de commentaires après des votations ou des élections pour désigner les Suisses de l'étranger. Plus de 716 000 expatriés sont recensés[8] en 2012.

Données cantonales

Abr. Armoiries Canton[9] Depuis Chef-lieu Population
(décembre 2018)[10]
Population
(en % du total suisse)
Superficie[11]
(en km2)
Superficie
(en % du total suisse)
Densité
(en hab./km2)
Nombre de
communes[12]
Langues officielles
ZH Zurich
(Zürich)
1351 Zurich +1 520 968,17,8+1 729,4,2 880162allemand
BE Berne
(Bern)
6 mars 1353 Berne +1 034 977,12,1+5 959,4414,4 174 346allemand
français
LU Lucerne
(Luzern)
7 novembre 1332 Lucerne +0409 557,4,8+1 493,443,6 27483allemand
UR Uriaoût 1291Altdorf +0036 433,0,4+1 076,572,6 3420allemand
SZ Schwytz
(Schwyz)
août 1291 Schwytz +0159 165,1,9+0906,922,2 17630allemand
OW Obwald
(Obwalden)
août 1291Sarnen +0037 841,0,4+0490,591,2 777allemand
NW Nidwald
(Nidwalden)
août 1291Stans +0043 223,0,5+0275,90,7 15711allemand
GL Glaris
(Glarus)
4 juin 1352 Glaris +0040 403,0,5+0685,31,7 593allemand
ZG Zoug
(Zug)
27 juin 1352Zoug +0126 837,1,5+0238,690,6 53111allemand
FR Fribourg
(Freiburg)
22 décembre 1481 Fribourg +0318 714,3,7+1 670,74 191 136français
allemand
SO Soleure
(Solothurn)
22 décembre 1481 Soleure +0273 194,3,2+0790,491,9 346109allemand
BS Bâle-Ville
(Basel-Stadt)
1501Bâle +0200 298,2,3+0037,0,1 5 4133allemand
BL Bâle-Campagne
(Basel-Landschaft)
1501Liestal +0289 527,3,4+0517,561,3 55986allemand
SH Schaffhouse
(Schaffhausen)
1501Schaffhouse +0081 991,1+0298,420,7 27526allemand
AR Appenzell Rhodes-Extérieures
(Appenzell Ausserrhoden)
17 décembre 1513 Herisau[13] +0055 234,0,6+0242,860,6 22720allemand
AI Appenzell Rhodes-Intérieures
(Appenzell Innerrhoden)
17 décembre 1513 Appenzell +0016 145,0,2+0172,520,4 946allemand
SG Saint-Gall
(St. Gallen)
19 février 1803Saint-Gall +0507 697,5,9+2 025,544,9 251 77allemand
GR Grisons
(Graubünden, Grischun, Grigioni)
19 février 1803 Coire +0198 379,2,3+7 105,4417,2 28106 allemand
romanche
italien
AG Argovie
(Aargau)
19 février 1803Aarau +0678 207,7,9+1 403,733,4 483211allemand
TG Thurgovie
(Thurgau)
19 février 1803Frauenfeld +0276 472,3,2+0991,022,4 27980allemand
TI Tessin
(Ticino)
19 février 1803Bellinzone +0353 343,4,1+2 812,26,8 126115italien
VD Vaud

(Waadt)

19 février 1803Lausanne +0800 162,9,4+3 212,037,8 249309français
VS Valais
(Wallis)
4 août 1815Sion +0343 955,4+5 224,2512,7 66 126français
allemand
NE Neuchâtel
(Neuenburg)
19 mai 1815Neuchâtel +0176 850,2,1+0802,931,9 22031français
GE Genève

(Genf)

19 mai 1815 Genève +0499 480,5,8+0282,480,7 1 76845français
JU Jura1er janvier 1979Delémont +0073 419,0,9+0838,552 8853français
CH Suisse
(Schweiz, Svizzera, Svizra)
août 1291 (Confédération des III cantons)

12 septembre 1848 (État fédéral)

Berne (de facto) +8 544 527,100+41 284,57100 2072 212 allemand
français
italien
romanche[14]

Entrées dans la Confédération

La Confédération suisse s'est construite par alliances et conquêtes progressives à travers les siècles.

Les trois cantons primitifs

La Confédération des VIII cantons

La Confédération des XIII cantons

La République helvétique

en 1798, La République helvétique a vu le redécoupage arbitraire des anciens cantons et la création de neuf autres à savoir :

Le mécontentement fut tel que Bonaparte établit l'Acte de Médiation en 1803, restaurant les anciennes communautés dans leurs grandes lignes, mais créant de nouveaux cantons.

La Suisse moderne

Représentation des cantons au parlement fédéral

Les cantons ont un nombre de représentants au Conseil national variant selon leur population. Au Conseil des États, leur nombre est identique, quelles que soient la taille et la population du canton, à savoir deux chacun et un par ancien demi-canton.

Dans la culture

Dans l'introduction de certaines éditions de l'album de bande dessinée Les Helvétiques (aventure de Corto Maltese), Hugo Pratt présente les 26 cantons à travers de courts textes, accompagnés de ses aquarelles. Ces documents évoquent le voyage fait par le héros, qui visite tous les cantons en 1924.

Notes et références

  1. Constitution de la République et Canton du Tessin : « Le Canton du Tessin est une république démocratique [… qui] est membre de la Confédération suisse et sa souveraineté n'est limitée que par la constitution fédérale. »
  2. RS 131.232 Constitution du Canton du Valais - Article 1, consulté le 15 mai 2013 : « Le Valais est une république démocratique, souveraine […] incorporée comme Canton à la Confédération suisse. »
  3. RS 131.231 Constitution du canton de Vaud - Article 1, consulté le 15 mai 2013 : « Le Canton de Vaud est une république démocratique [… qui] est l'un des États de la Confédération suisse. »
  4. Chancellerie fédérale. Votation populaire du 18 avril 1999.
  5. Art. 150, al. 2 de la Constitution fédérale suisse.
  6. Page d'accueil Assemblée fédérale deux sièges pour chacun des 20 cantons et d'un siège pour chacun des 6 demi-cantons.
  7. Art. 152, al. 4 de la Constitution fédérale suisse.
  8. « Près de 716’000 Suisses vivent à l’étranger », communiqué de presse, consulté le 30 avril 2013.
  9. Entre parenthèses le nom du canton dans ses langues officielles autres que le français.
  10. « Population résidante permanente par canton », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 1er décembre 2008).
  11. Annuaire statistique du canton de Fribourg, Service de la statistique du canton de Fribourg, (lire en ligne), p. 67.
  12. Au .
  13. Siège du gouvernement et du parlement ; le siège de l'autorité judiciaire se trouve à Trogen).
  14. Au niveau fédéral, le romanche est reconnu comme langue nationale mais pas officielle, selon l'« article 70 de la Constitution ».

Voir aussi

Article connexe

Lien externe

  • Portail de la Suisse
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.