Capitulaire De Villis

Le capitulaire De Villis, ou plus exactement le Capitulare de Villis vel curtis imperii (ou imperialibus) est un acte législatif datant de la fin du VIIIe siècle ou du début du IXe siècle[1].

Charlemagne fait part, à destination des villici, les gouverneurs de ses domaines (villæ, villis), d'un certain nombre d'ordres ou de recommandations qui pourront être contrôlés par les missi dominici (« les envoyés du maître »). Ce document est surtout connu par ses capitules (articles) 43, 62 et, surtout, 70, qui contient la liste d'une centaine de plantes, arbres, arbustes ou simples herbes dont la culture est préconisée, ordonnée dans les jardins du domaine royal. Par cette longue ordonnance de 120 articles (les fameux capitulæ), Charlemagne entendait, huit siècles avant Sully, réformer entièrement l'agriculture et l'administration de ses domaines, immenses superficies puisqu'ils s'étendaient de l'Allemagne à l'Espagne. Cependant, il serait par trop inexact et restrictif de réduire ce texte de 120 capitules à ces seuls trois articles.

Calendrier des activités par saison, époque des Carolingiens au IXe siècle.
Chapitre LXX du Capitulare de Villis vel curtis imperii.

Alcuin, auteur du Capitulaire De Villis ?

L'auteur et la date de ce long texte, dont le seul exemplaire encore existant est conservé à la Bibliothèque de Wolfenbüttel en Allemagne, sont inconnus comme c'est souvent le cas pour les manuscrits carolingiens.

Cette véritable somme technique d'une quarantaine de pages, n'a pu être écrite in extenso par Charlemagne mais reflète sa volonté politique, économique et culturelle. Cependant, certains auteurs[Qui ?] pensent qu'il aurait pu participer à certains articles comme la vénerie ou la fauconnerie.

Ce texte, qui s'intéresse et décrit minutieusement mille choses et activités (les métiers, les tissus, la chasse, la boucherie, la médecine, la botanique, l'agriculture, l'alimentation, mais aussi l'autorité dévolue à la reine, l'enseignement et la création d'écoles, etc.), n'a pas pu de toute évidence être écrit par un seul homme mais par une équipe complète. C'est une œuvre collective : l'une des premières du genre[réf. nécessaire].

Pour tenter d'attribuer une paternité à ce capitulaire, il ne reste que les érudits, les savants de l'époque au premier rang desquels arrivent les moines. Selon les spécialistes de la question[Qui ?], ce serait, pour sa plus grande partie, l'œuvre de l'un des grands scribes de Charlemagne. On[Qui ?] penche aujourd'hui pour Alcuin.

L'article 70

Bien qu'identifier précisément les espèces sélectionnées ne soit pas toujours aisé, la longue énumération des 94 plantes ( 73 herbes, 16 arbres fruitiers, 5 plantes textiles et tinctoriales) que les domaines royaux se doivent de cultiver, contenue dans les chapitres 43, 62, et surtout 70, donne de précieuses indications sur les fruits et légumes cultivés à l'époque en Europe Occidentale.

Les jardins modélisés

Pour la première fois, les différents jardins des moines sont clairement nommés et situés dans l'espace ; de même leurs attributions et leur contenu sont définis et, pour certains, détaillés. On obtient ainsi trois sortes de jardins différents :

Le capitulaire De Villis de nos jours

Aujourd'hui beaucoup de monastères possèdent un jardin (plus ou moins) conforme au capitulaire. Citons, outre Corbie :

Les essences qui suivent sont toutes mentionnées dans le chapitre LXX du Capitulaire de Villis, avec leur nom commun et le nom scientifique correspondant.

essence nom commun nom scientifique famille
liliumLysLilium candidumLiliacées
rosasRoseRoseRosacées
fenigrecumFenugrecTrigonella foenum-graecumFabacées
costumMenthe-coq ou Grande balsamiteTanacetum balsamitaAsteracées
salviamSaugeSalvia officinalisLamiacées
rutamRue des jardinsRuta graveolensRutacées
abrotanumCitronnelle ou AuroneArtemisia abrotanumAsteracées
cucumeresConcombreCucumis sativusCucurbitacées
peponesMelonCucumis meloCucurbitacées
cucurbitaCalebasse ou GourdeLagenaria sicerariaCucurbitacées
fasiolumCornilleVigna unguiculataFabacées
ciminumCuminCuminum cyminumApiacées
ros marinusRomarinRosmarinus officinalisLamiacées
careiumCarvi ou Cumin des présCarum carviApiacées
cicerum italicumPois chicheCicer arietinumFabacées
squillaScille maritimeDrimia maritimaHyacinthacées
gladiolumGlaïeulGladiolusIridacées
draganteaEstragonArtemisia dracunculusAsteracées
anesumAnis vertPimpinella anisumApiacées
coloquentidaColoquinteCitrullus colocynthisCucurbitacées
solsequiamSouciCalendula officinalisAsteracées
ameumKhellaAmmi visnagaApiacées
silumChervisSium sisarumApiacées
lactucaLaitueLactuca sativaAsteracées
gitNigelle ou Cumin noirNigella sativaRanunculacées
eruca albaRoquetteEruca sativaBrassicacées
nasturtiumCresson de fontaineNasturtium officinaleBrassicacées
pardunaGrande bardaneArctium lappaAsteracées
pulediumMenthe pouliotMentha pulegiumLamiacées
olisatumMaceronSmyrnium olusatrumApiacées
petreselinumPersilPetroselinum crispumApiacées
apiumCéleriApium graveolensApiacées
levisticumLivèche ou Ache des montagnesLevisticum officinaleApiacées
savinamGenévrier sabineJuniperus sabinaCupressacées
anetumAnethAnethum graveolensApiacées
fenicolumFenouilFoeniculum vulgareApiacées
intubasChicorée endiveCichorium intybusAsteracées
diptamnumFraxinelleDictamnus albusRutacées
Dictame de CrèteOriganum dictamnusLamiacées
sinapeMoutarde blancheSinapis albaBrassicacées
satureiaSarriette communeSatureja hortensisLamiacées
sisimbriumHerbe au chantre ou BarbaréeSisymbrium officinaleBrassicacées
mentamMenthe poivréeMentha piperitaLamiacées
mentastrumMenthe en épi ou Menthe verteMentha spicataLamiacées
tanazitamTanaisieTanacetum vulgareAsteracées
neptamCataireNepeta catariaLamiacées
febrefugiamCamomille SauvageMatricaria chamomillaAsteracées
papaverPavotPapaverPapaveracées
betaBeta vulgarisBeta vulgarisChénopodiacées
vulgiginaAsaret d'EuropeAsarum europaeumAristolochiacées
mismalvasMauve musquéeMalva moschataMalvacées
alteasGuimauve officinaleAlthaea officinalisMalvacées
malvasGrande mauveMalva sylvestrisMalvacées
carvitasCarottes sauvagesDaucus carotaApiacées
pastenacasPanaisPastinaca sativaApiacées
adripiasArroche des jardinsAtriplex hortensisChénopodiacées
blidasAmarante sauvage ou Amarante bletteAmaranthus blitumAmaranthacées
ravacaulosChou-raveBrassica oleracea var. gongylodesBrassicacées
caulosChouBrassica oleraceaBrassicacées
unionesOignonAllium cepaAlliacées
britlasCibouletteAllium schoenoprasumAlliacées
porrosPoireauAllium porrumAlliacées
radicesRadisRaphanus sativusBrassicacées
ascalonicaÉchaloteAllium ascalonicumAlliacées
cepasCibouleAllium fistulosumAlliacées
aliaAilAllium sativumAlliacées
warentiaGarance des teinturiersRubia tinctorumRubiacées
cardonesCardon, ArtichautCynara cardunculusAsteracées
fabas majoresFèvesVicia fabaFabacées
pisos mauriscosPoisPisum sativumFabacées
coriandrumCoriandreCoriandrum sativumApiacées
cerfoliumCerfeuilAnthriscus cerefoliumApiacées
lacteridaÉpurgeEuphorbia lathyrisEuphorbiacées
sclareiamSauge sclaréeSalvia sclareaLamiacées

Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie complémentaire

  • Élisabeth Magnou-Nortier, « Capitulaire De Villis et curtis imperialibus (vers 810-813) : texte, traduction et commentaire », Revue historique, no 607, juillet-septembre 1998, p. 643-690 [lire en ligne].
  • Benjamin Guérard, « Explication du capitulaire De Villis », Bibliothèque de l'École des chartes, 1853, vol. 14, 1re partie, p. 201-247 [lire en ligne] ; 2e partie, p. 313-350 [lire en ligne] ; 3e partie, p. 546-572 [lire en ligne].

Références

  1. Benjamin Guérard, « Explication du capitulaire de Villis [premier article.] », Bibliothèque de l'école des chartes, vol. 14, no 1, , p. 201–247 (DOI 10.3406/bec.1853.445132, lire en ligne, consulté le 26 mars 2018)
  • Portail de la botanique
  • Portail du Haut Moyen Âge
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.