Château de Courtrai (Lille)

Le château de Courtrai est un ancien château fort construit à partir de 1299 au nord-est de Lille sur ordre de Philippe le Bel après le siège de 1297 et démoli en 1577.

Château de Courtrai[1]
Château de Courtrai vu côté campagne
Présentation
Type
Destination initiale
Forteresse royale
Construction
1299
Démolition
Commanditaire
Propriétaire
Localisation
Pays
Division administrative
Lille
Coordonnées
50° 38′ 32″ N, 3° 03′ 58″ E
Localisation sur la carte de France
Localisation sur la carte du Nord
Localisation sur la carte de Lille

Emplacement

Le château est situé au nord-est du rivage de la Basse-Deûle, approximativement entre les actuelles rues des Tours, des Célestines et l'avenue du Peuple Belge [3]. Le château englobe la route de Gand dont le tracé, légèrement en biais par rapport à la Basse Deûle, conservé à l’intérieur de la forteresse entre ses deux portes, « porte de devant » côté ville, « porte de derrière » côté campagne, est celui de l’actuelle rue de Gand. Sa forme est celle d’un quadrilatère irrégulier de 150 mètres sur 190 soit une surface intérieure de 2,95 hectares.

Structure

La largeur de ses courtines était comprise entre comprise entre 2,30 et 5 mètres. L’enceinte, flanquée de plusieurs tours dont le diamètre approchait 14 mètres était entourée d’un fossé alimenté par la Basse Deûle. Les deux portes de la forteresse étaient encadrées de tours et protégées par des pont-levis. Celui de la porte de devant se prolongeait par un pont sur la Basse Deûle donnant accès à l’ancienne porte de Courtrai, devenue porte des chanoines, de l’enceinte de la ville près de la collégiale Saint-Pierre. Dans les premiers temps, l’accès à la ville était commandé par les deux portes de la forteresse que les assaillants venus de Flandres auraient été contraints de franchir pour entrer à Lille. La forteresse accaparant une des principales voies de pénétration constituait ainsi une puissante protection avancée de la ville. La porte de Courtrai, qui figure sur le plan Deventer des années 1560, à l’angle de la rue Saint-Jacques et de la rue des Tours donnant accès à une voie contournant le château, sur le tracé des actuelles rues Saint-Jacques et de Courtrai, aurait été construite ultérieurement. La porte de devant n’ayant pas fait l’objet de fouilles, son emplacement précis reste inconnu.

Le château comportait l'hôtel du gouverneur de la ville, le logement des militaires, des prisons, des magasins de réserves de vivres, des dépôts d’armements et de munitions. Les archives (Trésor des chartes) étaient déposées dans une de ses tours [4].

Démantèlement

Il est démantelé en 1577 à la demande du magistrat de Lille sur autorisation des États généraux, seul le mur côté ville est démoli, les autres fronts sont intégrés à l'enceinte urbaine[alpha 1].

Le terrain de l'ancien château, sur lequel plusieurs rues sont ouvertes, est englobé en 1617 dans une nouvelle enceinte entre la porte de Gand et la porte de Roubaix agrandissant la ville [5]. Sa chapelle est conservée (ancienne chapelle Saint-Vital). Le canal du pont de Flandre qui prend naissance à l'abreuvoir Saint-Jacques (rue Saint-Jacques face à l'ancien rectorat) et qui s'écoule entre la rue des Tours et la rue de Courtrai est l'ancien fossé du château. Ce canal est recouvert vers 1900. Après le démantèlement, l'hôtel du gouverneur est transféré dans l'hôtel de Santes, rue de l'Abbiette, actuelle rue de Tournai.

Notes et références

Notes

  1. Probablement du fait qu'il n'existe pas de mur d'enceinte côté ville (c'est du moins ce que laisse supposer les plans Deventer et un plan de 1650).

Bibliographie

Références

  1. Société d'artistes et gens de lettres, Anciens châteaux, demeures féodales, forteresses, citadelles et ruines historiques de l'Europe avec les traditions, légendes ou chroniques qui s'y rattachent et le récit des faits et gestes des possesseurs de ces manoirs: ouvrage orné de 90 gravures, G. A. Laligant, libraire-éditeur,
  2. Gilles Blieck, « Le château dit de Courtrai à Lille de 1298 à 1339 : une citadelle avant l'heure », Bulletin Monumental, vol. 155, no 3, , p. 185–206 (DOI 10.3406/bulmo.1997.913000, lire en ligne, consulté le 6 juillet 2018)p.188
  3. Gilles Blieck, « Le château dit de Courtrai à Lille de 1298 à 1339 : une citadelle avant l'heure », Bulletin Monumental, vol. 155, no 3, , p. 185–206 (DOI 10.3406/bulmo.1997.913000, lire en ligne, consulté le 6 juillet 2018)p.204 (28)
  4. Alexandre de Saint-Léger, Histoire de Lille Tome 1er, éditions des régionalismes, , 205 p. (ISBN 978 2 8240 0173 9), p. 76-77
  5. Alexandre de Saint-Léger, Histoire de Lille Tome 1er, éditions des régionalismes, , 205 p. (ISBN 978 2 8240 0173 9), p. 194-196

Voir aussi

Articles connexes

  • Portail de la métropole européenne de Lille
  • Portail des châteaux de France
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.