Château de Montsabert

Le château de Montsabert est un monument du XIVe siècle, situé en Anjou, sur le territoire de la commune de Coutures dans le département de Maine-et-Loire, au sud de la Loire entre Angers et Saumur.

Château de Montsabert
Période ou style Médiéval
Type Forteresse
Début construction XIVe siècle
Fin construction XVIIe siècle
Protection  Classé MH (1986)
Coordonnées 47° 22′ 33″ nord, 0° 20′ 38″ ouest
Pays France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Commune Coutures
Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Historique

Au XIIIe siècle, le château de Montsabert appartenait à Guy de Pommerieux, seigneur de Pommérieux en Mayenne angevine[1].

Par la suite, le château passa à Jeanne de Laval-Tinténiac. En 1371, elle apporta ce bien en dot lors de son mariage avec le connétable Bertrand Du Guesclin.

Entre 1374 et 1380, du Guesclin apporta d'importantes modifications au château. En prévision d'une éventuelle attaque de la part des Anglais, en cette période conflictuelle de la guerre de Cent Ans, il transforma l'ancien château en petite forteresse avec deux enceintes[2].

Le château est protégé aux angles par trois tours de gabarit différent et d’un pavillon carré à échauguette et mâchicoulis[3].

À la mort du connétable, le château resta dans la famille de Laval. Le château devint propriété de Gilles de Rais, petit-neveu du connétable du Guesclin. Le domaine passa ensuite à Guy II de Laval-Loué puis à Pierre de Laval-Montmorency et à ses enfants jusqu'en 1575. Cette année-là, le château passa dans la famille d'Aubigné qui fit édifier la chapelle.

Par la suite d'autres propriétaires se succédèrent : Le Maistre puis Goislard de Monsabert. Chacun apporta sa touche en rénovations et modifications. Construction d'une loggia, aménagement de la cour intérieure avec création d'une orangerie, installation d'une balustrade, agrandissement des fenêtres. Tous ces aménagements lui donnèrent un aspect de style Renaissance[4].

En 1752, les terres dépendante du château de Montsabert furent érigées en comté[5].

Au XIXe siècle, l'architecte angevin René Hodé restaura entièrement le bâtiment.

Au XXe siècle, le château fut inscrit aux Monuments historiques en date du [6]. Durant plus d'une trentaine d'années, il fut un centre de colonie de vacances pour les enfants âgés de 3 à 10 ans de l'usine Francolor, devenue par la suite Francolor Kuhlmann située sur les communes de Saint-Denis (93), Villers-Saint-Paul (60), Oissel (76) et Saint-Clair-du-Rhône(38) .

Références

Voir aussi

Articles connexes

  • Portail de l’Anjou et de Maine-et-Loire
  • Portail des châteaux de France
  • Portail des monuments historiques français
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.