Championnat d'Europe de football 2016

Le Championnat d'Europe UEFA de football 2016, communément abrégé en Euro 2016[1], est la quinzième édition du Championnat d'Europe de football, compétition organisée par l'Union des associations européennes de football (UEFA) et rassemblant les meilleures équipes masculines européennes. Il se déroule en France du 10 juin au 10 juillet 2016. Les matchs d'ouverture et de clôture du tournoi se jouent au Stade de France (Saint-Denis).

UEFA Euro 2016
Généralités
Sport Football
Organisateur(s) UEFA
Édition 15e
Lieu(x) France
Date Du au
Participants 24 équipes
(53 en phase qualificative)
Matchs joués 51
Affluence 2 427 303 spectateurs
(47 594 par match)
Site(s) 10 stades
Site web officiel fr.uefa.com

Palmarès
Tenant du titre Espagne
Vainqueur Portugal (1er titre)
Finaliste France
Demi-finalistes Allemagne
Pays de Galles
Buts 108 (2,12 buts par match)
Meilleur joueur Antoine Griezmann
Meilleur(s) buteur(s) Antoine Griezmann (6 buts)
Meilleur(s) passeur(s) Eden Hazard
Aaron Ramsey (4 passes)

Navigation

À partir de cette édition, le nombre de participants passe de 16 à 24 équipes. Des équipes ont ainsi obtenu leur première qualification à un Euro grâce à cet élargissement. L'Euro 2016 marque la première participation de l'Islande et de l'Albanie à une compétition internationale. Elle marque également la première participation à un Euro de la Slovaquie, du pays de Galles et de l'Irlande du Nord. L'Ukraine et l'Autriche ont acquis leur qualification pour la première fois sur le terrain, les deux équipes ayant déjà participé à des éditions antérieures en étant directement qualifiées en tant que pays hôtes. La Belgique est de retour dans cette compétition après seize ans d'absence et la Hongrie a mis fin à une absence de 44 ans en Championnat d'Europe et de trente ans de toutes compétitions internationales.

À l'inverse, trois anciens champions d'Europe sont absents. Les Pays-Bas, champions d'Europe 1988, finalistes du mondial 2010 et troisièmes du mondial 2014, ont terminé quatrièmes de leur groupe. La Grèce, championne d'Europe 2004, quart-de-finaliste en 2012 et huitième-de-finaliste du dernier Mondial, a terminé dernière de son groupe de qualification. Le Danemark, champion d'Europe 1992, a échoué en barrages. Récent mondialiste en 2014 et tête de série au tirage au sort des éliminatoires, la Bosnie-Herzégovine a également été éliminée lors des barrages.

Au premier tour de la compétition à partir du 10 juin, les vingt-quatre formations sont réparties en six poules (ou groupes) de quatre équipes. Les têtes de série sont la France (groupe A), l'Angleterre (groupe B), l'Allemagne (groupe C), l'Espagne (groupe D), la Belgique (groupe E) et le Portugal (groupe F). Les deux premiers de chaque poule ainsi que les quatre meilleurs troisièmes se qualifient pour la phase éliminatoire de la compétition, à partir des huitièmes de finale. À la fin de la phase de poules le 22 juin, le tableau éliminatoire fait apparaitre dans sa partie basse cinq équipes championnes du monde : Allemagne, Italie, Espagne, France et Angleterre, totalisant onze titres planétaires. Le , la France et le Portugal s'affrontent en finale après avoir battu en demi-finales respectivement l'Allemagne et le pays de Galles par deux buts à zéro. C'est le Portugal qui s'impose en prolongations sur un but d'Éder à la 109e minute qui offre à son pays son premier titre international. Antoine Griezmann est le meilleur buteur (six buts) et est désigné par l'UEFA meilleur joueur de la compétition.

Ce Championnat d'Europe sert également à déterminer quel sera le représentant européen à la Coupe des confédérations 2017, en plus de la Russie, pays hôte, et de l'Allemagne, qualifiée en tant que championne du monde 2014.

Désignation du pays organisateur

La désignation du pays organisateur s'est faite en . Quatre candidatures furent déposées le  : la France, la Turquie, l'Italie et une candidature commune de la Suède et de la Norvège, qui s'est retirée en décembre. Le , la France fut choisie d'une voix contre la Turquie. Elle organise la compétition pour la troisième fois, après les Championnats de 1960 et de 1984.

Choix du pays hôte[2]
Fédération candidate 1er tour (points) 2e tour (voix)
France 43 7
Turquie 38 6
Italie 23
Total 104 13

Nouveau format

Passage à 24 équipes

Le congrès de l'UEFA réuni à Bordeaux en 2008, a décidé (décret du 26 septembre) de faire passer le nombre d'équipes en phase finale de 16 à 24.

Cette augmentation du nombre de participants entraîne l'instauration d'une quatrième semaine de compétition avec l'ajout de huitièmes de finale, après les 3 matchs de poule du premier tour. En conséquence une équipe qui jouera la finale aura disputé 7 matchs (contre 6 auparavant).

La formule choisie pour la phase de groupe est analogue aux Coupes du monde qui s'étaient déroulées de 1986 à 1994 : six groupes de quatre équipes, les deux premières qualifiées pour les huitièmes de finale, ainsi que les quatre meilleurs troisièmes.

Ces changements entraînent une augmentation du nombre de rencontres à 51 (contre 31 en 2012) et la durée de la compétition à 31 jours.

Critiques sur le déséquilibre du tableau final

L'équipe hôte de la compétition (désignée automatiquement comme 1A) se trouve favorisée, si elle termine première du groupe A, notamment du fait qu'elle n'aurait pas à rencontrer une nation ayant terminé première de sa poule avant les demi-finales. En raison de la qualification d'un nombre réduit de troisièmes, les premiers de certains groupes n'auraient quant à eux pas l'avantage de jouer ces équipes repêchées, mais bien des seconds de poules[3].

Cependant, cette observation était réalisée dès 2012 par le secrétaire général de l'UEFA, Gianni Infantino, qui qualifiait la formule retenue à 24 équipes comme « pas idéale »[4].

Dans les faits, les résultats ont conduit à un autre déséquilibre : la partie basse est composée des cinq nations européennes championnes du monde et totalise 22 titres internationaux[5] contre aucun pour la moitié haute, notamment du fait a priori inattendu que l'Angleterre et l'Espagne aient terminé 2e de leurs groupes respectifs, le pays de Galles et la Croatie qui les ont devancés dans leurs poules respectives, partant par conséquent dans le haut du tableau. La presse italienne est notamment très affectée par le « chemin de croix » que devrait prendre sa sélection avant d'arriver en finale[6].

Villes et stades

[[Fichier:France location map-Regions and departements-2016.svg|300px|{{#if:|{{{alt}}}|Championnat d'Europe de football 2016 est dans la page France.]]
Championnat d'Europe de football 2016 (France)

Pratiquement tous les stades ont été construits ou rénovés pour l'occasion.

Au moment de la candidature française, 12 stades furent pré-sélectionnés pour l'Euro 2016. Le nombre est tombé à 10 à la suite des retraits de Nancy et de Strasbourg. Rennes et Metz ont hésité, mais n'ont pas trouvé les fonds nécessaires. Les nouveaux stades des agglomérations de Lyon, de Lille, de Nice et de Bordeaux n'étaient encore qu'à l'état de projet en 2010.

Le Conseil fédéral de la Fédération française de football annonce le les neuf stades retenus pour la compétition (Saint-Denis, Paris, Marseille, Villeneuve d'Ascq, Décines-Charpieu[7], Lens, Bordeaux, Nice et Nancy). Le Stadium de Toulouse et le stade Geoffroy-Guichard de Saint-Étienne sont désignés comme stades de réserve[8]. Le , le comité exécutif de l'UEFA repêche ces deux stades, justifiant cette décision par l'augmentation du nombre d'équipes participantes[9], portant à 10 le nombre de stades, et validant ainsi toutes les candidatures.

Villes non retenues

Le club de Strasbourg étant descendu en National au terme de la saison 2010, le maire a affirmé, le , que la ville n'avait pas les fonds suffisants pour pouvoir rénover le stade de la Meinau[10].

La ville de Nancy annonce le n'avoir pas pu trouver de financement pour l'extension du stade Marcel-Picot[11].

À la suite du retrait des villes de Nancy et Strasbourg, Metz retenta sa chance une seconde fois. La deuxième candidature était en passe d'être la bonne, mais à quelques jours de la décision, le maire de la ville de Metz, Dominique Gros, enterra tout espoir en annonçant son retrait du projet et le rendant financièrement irréalisable[12]. Le Conseil départemental de la Moselle ainsi que le FC Metz ne pouvaient assumer la partie financière de la municipalité.

Rennes, qui avait envisagé une candidature, se retire avant la clôture des inscriptions et ne présente pas le stade de la route de Lorient. En 2013, la ville envisage finalement de revenir sur cette décision, mais la candidature n'est pas compatible avec le cahier des charges de l'UEFA[13].

Villes retenues

Le , un communiqué du Paris SG et de la Ville de Paris indique que la rénovation du Parc des Princes s'effectuera en deux temps ; contrairement à ce qui était attendu, l'augmentation de la capacité du stade interviendra après l'Euro 2016[14].

Alain Juppé, maire de Bordeaux, est désigné président du club des villes d'accueil le [15]. Cette association a pour objectif de « coordonner les activités des dix villes françaises qui vont accueillir des matches du prochain Euro ». Le bureau est constitué de Jean-François Martins (adjoint aux sports et au tourisme de la mairie de Paris), Georges Kepenekian (premier adjoint au maire de Lyon), José Cobos (ancien joueur de l'OGC Nice et actuellement délégué auprès du maire de Nice chargé des grands évènements), Richard Miron (adjoint au maire de Marseille chargé des sports) et de Fabienne Soulas (adjointe au maire de Saint-Denis chargée de l'Euro 2016).

Lors du Championnat d'Europe, l'UEFA impose des contraintes supplémentaires (sécurité, tribunes présidentielles, loges Presse) plus importantes que lors des compétitions de clubs. Les capacités des stades sont donc abaissées[réf. nécessaire].

VilleNom du stadeCapacitéÉtatCoordonnéesRencontres disputées[16]
Groupes1/81/41/2FinaleTotal
Saint-DenisStade de France80 000[alpha 1]rénové48° 55′ 28″ N, 2° 21′ 36″ E 41117
MarseilleStade Vélodrome67 000rénové43° 16′ 11″ N, 5° 23′ 45″ E 4116
Lyon (Décines-Charpieu)Parc Olympique lyonnais58 000nouveau stade45° 45′ 56″ N, 4° 58′ 52″ E 4116
Lille Métropole (Villeneuve-d'Ascq)Stade Pierre-Mauroy50 186nouveau stade50° 36′ 43″ N, 3° 07′ 50″ E 4116
ParisParc des Princes45 000rénové48° 50′ 29″ N, 2° 15′ 11″ E 415
BordeauxStade Matmut-Atlantique42 000nouveau stade44° 53′ 50″ N, 0° 33′ 43″ O 415
Saint-ÉtienneStade Geoffroy-Guichard41 500rénové45° 27′ 39″ N, 4° 23′ 24″ E 314
LensStade Bollaert-Delelis35 000rénové50° 25′ 58,26″ N, 2° 48′ 53,47″ E 314
NiceAllianz Riviera35 000nouveau stade43° 42′ 25″ N, 7° 11′ 40″ E 314
ToulouseStadium de Toulouse33 100rénové43° 34′ 59″ N, 1° 26′ 03″ E 314

Communication et produits dérivés

Logotype

Logotype de l'Euro.

Le logotype de l'Euro 2016 est présenté le par Michel Platini, président de l'UEFA, au pavillon Cambon Capucines à Paris. Dans un communiqué, l'UEFA explique que « l'objectif est d'associer la créativité qui caractérise la culture française ainsi que la beauté du football et de donner à l'UEFA Euro 2016 son identité propre. Cela contribue à mettre en valeur le prestige de l'un des plus importants événements sportifs de la planète et lui conférant une identité facilement reconnaissable ». Il est conçu par Brandia Central, agence portugaise déjà chargée du logotype de l'Euro 2012.

Inspiré du thème « Célébrer l'art du football », le design est assez sobre et combine plusieurs mouvements artistiques et différents éléments liés au football. L'élément central du logotype est le trophée Henri Delaunay, créateur de la compétition. Le bleu, le blanc et le rouge, couleurs du drapeau français, se mêlent également à des lignes et des formes délicates afin de produire un style contemporain et sobre[17],[18],[19]. De loin, le cercle a l'apparence d'un yin et yang coloré. De près, on voit plutôt apparaître un smiley avec un sourire bleu (l'autre courbe bleue plus haut évoque le cercle central et le poteau de corner), un nez formé par une sorte d'amphore gallo-romaine et des yeux formés par les anses. Enfin, le logotype combine plusieurs mouvements artistiques, pointillisme (deux hexagones rouges et bleu symbolisent la France), art déco, art brut (les rayures), avant-garde (les étoiles qui renvoient plutôt à Jean Cocteau)[20],[21].

Slogan

Le slogan est dévoilé à Marseille le . Celui-ci est : « Le Rendez-Vous ». Les organisateurs veulent donner au tournoi, un esprit fédérateur des spectateurs et des acteurs afin de célébrer l'art du football, au plus haut niveau du continent européen. Ce nouveau slogan remplace celui utilisé lors de la campagne de candidature à l'organisation du Championnat : « Le Foot comme on l'aime ».

Chanson officielle

L'artiste qui composera la chanson officielle a été dévoilé le 10 juin 2015 : il s'agit du DJ français mondialement connu David Guetta. Il sera l'ambassadeur musical de cet Euro 2016 et il tiendra un concert sur le Champ de Mars le 9 juin 2016[22]. À noter, que la cérémonie d'ouverture se tiendra le 10 juin 2016 au Stade de France (Saint-Denis).

Le titre s'intitule This One's for You et est réalisé en collaboration avec la chanteuse suédoise Zara Larsson. Le titre est dévoilé pour la première fois le 13 mai 2016.

Mascotte

La mascotte est dévoilée à l'occasion du match amical France-Suède. Il s'agit d'un enfant ayant entre 5 et 12 ans, doté d'une cape et de chaussures volantes, lui permettant d'« aller à la rencontre des autres et rassembler les peuples ». Les précédentes mascottes pour les compétitions se déroulant en France s'appelaient « Péno » (Euro 1984) et « Footix » (France 98).

Pour l'Euro 2016, la fédération propose trois noms qui sont soumis aux votes des supporters : « Goalix » à la consonance gauloise, est dans la continuité de « Footix » ; « Driblou » faisant référence au geste technique ; ou « SuperVictor » comme un superhéros (Victor étant un prénom dont la racine latine est celle des mots « vainqueur » et « victoire »)[23],[24].

La mascotte s'appellera finalement Super Victor. « Ce nom, international, symbolise d’une part la victoire, et d’autre part les superhéros, commente le comité organisateur. Le petit garçon a en effet lui-même des super-pouvoirs grâce à sa cape et ses chaussures magiques lui permettant de voler, d’être un petit génie du football et de créer un peu de magie autour de lui. »[25]

Ballon

Le ballon officiel, baptisé « Beau Jeu », a été dévoilé par Zinédine Zidane sur son compte Instagram le [26].

À partir des huitièmes de finale, un nouveau ballon est utilisé, pour la première fois dans l'histoire de la compétition : « Fracas »[27]. Il ne s'agit cependant pas d'une évolution technologique, mais simplement de graphismes différents[28].

Billetterie

Les billets sont mis en vente à partir du 10 juin 2015 avec une procédure de tirage au sort des demandes[29]. Les billets les moins chers sont au prix de 25 euros[30].

Une exception demeure toutefois pour le match d'ouverture puisque les prix sont respectivement de 595, 395, 195 et 75 , selon les catégories.

Prix des billets Catégorie 4 Catégorie 3 Catégorie 2 Catégorie 1
Matches de groupe25 55 105 145 
Huitièmes de finale25 55 105 145 
Quarts de finale45 85 135 195 
Demi-finales65 165 295 495 
Match d'ouverture75 195 395 595 
Finale85 295 595 895 
  • Catégorie 1 : Position centrale
  • Catégorie 2 : Principalement dans les virages
  • Catégorie 3 : Derrière les buts, au niveau intermédiaire, et dans les virages
  • Catégorie 4 : Derrière les buts, au niveau inférieur ou supérieur selon le stade

Éliminatoires

  • Sélections qualifiées
  • Sélections non-qualifiées

Le tirage au sort des éliminatoires a lieu le dimanche à l'Acropolis de Nice. La phase de groupes débute le 7 septembre 2014 et se conclut le 13 octobre 2015. Les barrages en rencontres aller-retour sont disputés en novembre 2015, du 12 au 14 pour l'aller, et du 15 au 17 pour le retour.

Il s'agit de la première compétition officielle depuis l'admission à l'UEFA de Gibraltar.

Au total, 53 équipes se sont disputé 23 places qualificatives. Elles ont été réparties en huit groupes de six et un groupe de cinq, celui de la France, sans que ses matches n'entrent en compte dans le classement. 19 places qualificatives sont distribuées aux neuf vainqueurs de groupe, aux neuf deuxièmes et au meilleur troisième, qui s'assurent donc directement une participation à la phase finale de la compétition. Pour déterminer le meilleur troisième, les rencontres contre l'équipe en sixième position ne sont pas prises en compte. Les quatre autres places sont distribuées en barrages, entre les huit autres troisièmes.

  • Sélection directement qualifiée.
  • Sélection qualifiée aux barrages.
  • Sélection éliminée aux barrages.
  • Sélection éliminée en phase éliminatoire.
Groupe A Groupe B Groupe C Groupe D Groupe E Groupe F Groupe G Groupe H Groupe I
République tchèque
Islande
Turquie
Belgique
Pays de Galles
Espagne
Slovaquie
Allemagne
Pologne
Angleterre
Suisse
Irlande du Nord
Roumanie
Autriche
Russie
Italie
Croatie
Portugal
Albanie
Ukraine Irlande Hongrie Suède
Bosnie-Herzégovine Slovénie Norvège Danemark
Pays-Bas
Kazakhstan
Lettonie
Israël
Chypre
Andorre
Biélorussie
Luxembourg
Macédoine du Nord
Écosse
Géorgie
Gibraltar
Estonie
Lituanie
Saint-Marin
Finlande
Îles Féroé
Grèce
Monténégro
Liechtenstein
Moldavie
Bulgarie
Azerbaïdjan
Malte
Serbie
Arménie

Cinq équipes se qualifient pour la première fois : la Slovaquie, l'Albanie, l'Islande, le pays de Galles et l'Irlande du Nord. En outre, deux anciens pays co-organisateurs, l'Autriche et l'Ukraine, se qualifient pour la première fois sur le terrain.

Les grands absents sont les Pays-Bas, le Danemark et la Grèce, vainqueurs respectivement des Euro 1988, 1992 et 2004, les Pays-Bas et la Grèce ayant en outre été têtes de série au moment du tirage au sort. La Bulgarie, la Lettonie, la Norvège, l'Écosse et la Serbie, déjà présentes lors de précédentes éditions, ne se sont pas qualifiées pour cette édition.

Acteurs de l'Euro

Qualifiés

D'office

Pays Date de désignation Participations au tournoi final Meilleur résultat Dernière participation
(résultat obtenu)
France PO Organisateur +08,
1960, 1984, 1992, 1996, 2000, 2004, 2008, 2012
Vainqueur (2)
1984, 2000
2012
(Quart-de-finaliste)

Sur le terrain

Pays Date de qualification Participations au tournoi final Meilleur résultat

(en tournoi final uniquement)

Dernière participation
(résultat obtenu)
Angleterre
Groupe E - 1re place
+8,
1968, 1980, 1988, 1992, 1996, 2000, 2004, 2012
Demi-finaliste (2)
1968 (3e ), 1996
2012
(quart-de-finaliste)
Islande
Groupe A - 2e place
+0,
Première apparition
- -
République tchèque
Groupe A - 1re place
5 [31]
1996, 2000, 2004, 2008, 2012
Finaliste (1)
1996
2012
(quart-de-finaliste)
Autriche
Groupe G - 1re place
+1,
2008
1er tour
2008
2008
(1er tour)
Irlande du Nord
Groupe F - 1re place
+0,
Première apparition
- -
Portugal
Groupe I - 1re place
+6,
1984, 1996, 2000, 2004, 2008, 2012
Finaliste (1)
2004
2012
(Demi-finaliste)
Espagne T
Groupe C - 1re place
+9,
1964, 1980, 1984, 1988, 1996, 2000, 2004, 2008, 2012
Vainqueur (3)
1964, 2008, 2012
2012
(Vainqueur)
Suisse
Groupe E - 2e place
+3,
1996, 2004, 2008
1er tour (3)
1996, 2004, 2008
2008
(1er tour)
Italie
Groupe H - 1re place
+8,
1968, 1980, 1988, 1996, 2000, 2004, 2008, 2012
Vainqueur (1)
1968
2012
(Finaliste)
Belgique
Groupe B - 1re place
+4,
1972, 1980, 1984, 2000
Finaliste (1)
1980
2000
(1er tour)
Pays de Galles
Groupe B - 2e place
+0,
Première apparition
- -
Roumanie
Groupe F - 2e place
+4,
1984, 1996, 2000, 2008
Quart-de-finaliste (2)
1984 (gr. 1er tour), 2000
2008
(1er tour)
Albanie
Groupe I - 2e place
+0,
Première apparition
- -
Allemagne
Groupe D - 1re place
+11,
1972, 1976, 1980, 1984, 1988, 1992, 1996, 2000, 2004, 2008, 2012
Vainqueur (3)
1972, 1980, 1996
2012
(Demi-finaliste)
Pologne
Groupe D - 2e place
+2,
2008, 2012
1er tour (2)
2008, 2012
2012
(1er tour)
Russie
Groupe G - 2e place
4 [32]
1996, 2004, 2008, 2012
Demi-finaliste (1)
2008
2012
(1er tour)
Slovaquie
Groupe C - 2e place
+0,[31]
Première apparition (en tant que nation indépendante)
- -
Croatie
Groupe H - 2e place
+4,
1996, 2004, 2008, 2012
Quart-de-finaliste (2)
1996, 2008
2012
(1er tour)
Turquie
Meilleur 3e - Groupe A
+3,
1996, 2000, 2008
Demi-finaliste (1)
2008
2008
(Demi-finaliste)
Hongrie
Barragiste
+2,
1964, 1972
Demi-finaliste (2)
1964 (3e ), 1972
1972
(Demi-finaliste)
Irlande
Barragiste
+2,
1988, 2012
Quart de finaliste (gr. 1er tour) (1)
1988
2012
(1er tour)
Ukraine
Barragiste
+1,[32]
2012
1er tour
2012
2012
(1er tour)
Suède
Barragiste
+5,
1992, 2000, 2004, 2008, 2012
Demi-finaliste (1)
1992
2012
(1er tour)

Légende :
PO : Pays Organisateur
T : Tenant du titre

Effectifs des sélections

Camps de base

Dès le 5 septembre 2014, la société organisatrice de la compétition, EURO 2016 SAS, propose un site internet à destination des fédérations de l'UEFA cataloguant 66 sites retenus comme potentiels camps de base (regroupant un terrain d'entrainement et un hôtel de qualité, tout en étant faciles d'accès de et vers les stades de la compétition)[33].

Camps de base des équipes de l'Euro 2016[34],[35]
Équipe Camp de base
Albanie Perros-Guirec
Allemagne Évian-les-Bains
Angleterre Chantilly
Autriche Mallemort
Belgique Bordeaux / Le Pian-Médoc
Croatie Deauville
Espagne Saint-Martin-de-Ré / Sainte-Marie-de-Ré
France Clairefontaine-en-Yvelines
Hongrie Tourrettes
Irlande Versailles
Irlande du Nord Saint-Georges-de-Reneins / Saint-Jean-d'Ardières
Islande Annecy-le-Vieux
Italie Grammont / Montpellier
Pays de Galles Dinard
Pologne La Baule-Escoublac
Portugal Linas / Marcoussis
République tchèque Tours
Roumanie Orry-la-ville
Russie Croissy-sur-Seine / Rueil-Malmaison
Slovaquie Vichy
Suède Saint-Nazaire / Pornichet
Suisse Juvignac / Montpellier
Turquie Saint-Cyr-sur-Mer
Ukraine Aix-en-Provence
[[Fichier:France location map-Regions and departements-2016.svg|360px|{{#if:|{{{alt}}}|Championnat d'Europe de football 2016 est dans la page France.]]
Répartition des camps de base des équipes et des stades.
[[Fichier:Ile-de-France_region_location_map.svg|360px|{{#if:|{{{alt}}}|Championnat d'Europe de football 2016 est dans la page Île-de-France.]]
Détail de la répartition des camps de base des équipes et des stades en Île-de-France.

Arbitres

Le , l'UEFA désigne les dix-huit arbitres qui vont officier lors du Championnat d'Europe 2016[36].

Calendrier des rencontres

Calendrier des rencontres par groupe et par tour
Dates 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 1er 2 3 4 5 6 7 8 9 10
juin juillet
Poule A 1122
Poule B 2112
Poule C 222
Poule D 1122
Poule E 2112
Poule F 222
Huitièmes de finale 332
Quarts de finale 1111
Demi-finales 11
Finale 1
  • Nombre de matchs disputés par journée

1er tour (phase de groupes)

Tirage au sort

Le tirage au sort de la phase finale de l'Euro 2016 a lieu le 12 décembre 2015 à 18 h au Palais des congrès de Paris.

La France, pays organisateur, est la seule à connaitre son affectation de groupe au tirage (A1)[37].

Légende :
PO : Pays organisateur
T : Tenant du titre

Répartition des équipes avant le tirage au sort[38],[39]
Chapeau 1
Équipe Coeff
France PO 33,599
Espagne T 37,962
Allemagne 40,236
Angleterre 35,963
Portugal 35,138
Belgique 34,442
Chapeau 2
Équipe Coeff
Italie 34,345
Russie 31,345
Suisse 31,254
Autriche 30,932
Croatie 30,642
Ukraine 30,313
Chapeau 3
Équipe Coeff
République tchèque 29,403
Suède 29,028
Pologne 28,306
Roumanie 28,038
Slovaquie 27,171
Hongrie 27,142
Chapeau 4
Équipe Coeff
Turquie 27,033
Irlande 26,902
Islande 25,388
Pays de Galles 24,521
Albanie 23,216
Irlande du Nord 22,961

Groupes

Groupe A
Équipe Classement
déc.juin
France2517
Roumanie1622
Albanie3842
Suisse1215
Groupe B
Équipe Classement
déc.juin
Angleterre911
Russie2429
Pays de Galles1726
Slovaquie2624
Groupe C
Équipe Classement
déc.juin
Allemagne44
Ukraine2919
Pologne3427
Irlande du Nord3025
Groupe D
Équipe Classement
déc.juin
Espagne36
République tchèque2630
Turquie2118
Croatie1827
Groupe E
Équipe Classement
déc.juin
Belgique12
Italie1512
Irlande3133
Suède3535
Groupe F
Équipe Classement
déc.juin
Portugal78
Islande3634
Autriche1010
Hongrie2020

Indication des classements mondiaux FIFA au moment du tirage au sort (décembre)[40] et au début de la compétition (juin)[41]

Départage

Le règlement de l'UEFA fournit des règles de départage très précises[42] :

  1. Plus grand nombre de points obtenus dans les matches disputés entre les équipes à égalité ;
  2. Meilleure différence de buts dans les matches disputés entre les équipes à égalité ;
  3. Plus grand nombre de buts marqués lors des matches disputés entre les équipes à égalité.
  4. Si, après l'application des trois premiers critères à plusieurs équipes, seule une partie des équipes sont encore à égalité, on reprend les critères ci-dessus pour les équipes concernées par cette nouvelle égalité. Si, après l'application des trois premiers critères, toutes les équipes sont encore à égalité, les critères suivants s’appliquent :
  5. Meilleure différence de buts dans tous les matches du groupe ;
  6. Plus grand nombre de buts marqués dans tous les matches du groupe ;
  7. Cas particulier : si deux équipes sont encore à égalité après ces critères, se rencontrent lors du dernier match et que celui-ci s'achève sur un match nul (et à condition qu'aucune autre équipe du groupe ne se trouve dans le même type d'égalité), elles seront départagées par une séance de tirs au but ;
  8. Classement des points disciplinaires sur l'ensemble des matches du groupe (deux cartons jaunes ou un carton rouge direct équivalent à -3 points, et un carton jaune seul à -1 point) ;
  9. Position dans le classement par coefficient des équipes nationales masculines de l’UEFA.

Groupe A

Classement du Groupe A
  Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
1 France7 321041+3
2 Suisse5 312021+1
3 Albanie3 310213-2
4 Roumanie1 301224-2

Match 1 (match d'ouverture) France 2 - 1 Roumanie Stade de France, Saint-Denis

21 h CEST
Historique des rencontres
( Payet) Giroud 57e
( Kanté) Payet 89e
(0 - 0) 65e (pén.) Stancu Spectateurs : 75 113[43]
Arbitrage : Viktor Kassai
Rapport

Match 2 Albanie 0 - 1 Suisse Stade Bollaert-Delelis, Lens

15 h CEST
Historique des rencontres
(0 - 1) 5e Schär (Shaqiri ) Spectateurs : 33 805[44]
Arbitrage : Carlos Velasco Carballo
Rapport

Match 14 Roumanie 1 - 1 Suisse Parc des Princes, Paris

18 h CEST
Historique des rencontres
Stancu 18e (pén.) (1 - 0) 57e Mehmedi Spectateurs : 43 576[45]
Arbitrage : Sergei Karasev
Rapport

Match 15 France 2 - 0 Albanie Stade Vélodrome, Marseille

21 h CEST
Historique des rencontres
( Rami) Griezmann 90e
( Gignac) Payet 90+6e
(0 - 0) Spectateurs : 63 670[46]
Arbitrage : William Collum
Rapport

Match 25 Roumanie 0 - 1 Albanie Parc Olympique lyonnais, Décines-Charpieu

21 h CEST
Historique des rencontres
(0 - 1) 43e Sadiku (Memushaj ) Spectateurs : 49 752[47]
Arbitrage : Pavel Královec
Rapport

Match 26 Suisse 0 - 0 France Stade Pierre-Mauroy, Villeneuve-d'Ascq

21 h CEST
Historique des rencontres
(0 - 0) Spectateurs : 45 616[48]
Arbitrage : Damir Skomina
Rapport

L'équipe de France, pays hôte et favori des principaux bookmakers européens[49], avait intégré une poule abordable lors de la Coupe du monde 2014 et se retrouve dans une situation similaire deux ans plus tard. Elle y retrouve la Roumanie en match d'ouverture le 10 juin 2016, puis affronte l'Albanie le 15 juin et la Suisse le 19 juin. Malgré une mauvaise passe au cours des deux ans de préparation et des polémiques extérieures telles que l'affaire dite de la sextape[50] ayant entraîné l'exclusion de Karim Benzema ou les propos d'Éric Cantona sur la liste des tricolores[51], la France aborde l'Euro confiante des derniers matchs préparatoires réussis ayant démontré un gros potentiel offensif mais aussi des faiblesses défensives, guère arrangées par des forfaits en cascade dans ce secteur. La Suisse s'affiche comme l'autre favorite du groupe, mais la sélection, qui n'est jamais parvenue à franchir la phase de groupe d'un Euro, est en plein doute à cause d'une campagne qualificative moyenne et d'une préparation douteuse avec quatre défaites dans les six derniers matchs pour deux victoires dont une acquise difficilement contre la modeste Moldavie. C'est avec un effectif rajeuni que la Nati vise une qualification historique pour la phase à élimination directe. La Roumanie constitue la meilleure défense des éliminatoires avec seulement deux buts encaissés et a réussi deux matchs amicaux très convaincants et offensifs contre l'Italie et l'Espagne, mais une défaite inquiétante face à l'Ukraine a révélé les limites de sa défense. L'Albanie a réussi à battre le Portugal à Lisbonne ainsi qu'à devancer le Danemark et la Serbie aux éliminatoires. C'est la première fois que l'Albanie participe à une compétition internationale. Elle est composée de joueurs dispersés dans les championnats européens et asiatiques, n'ayant qu'un seul joueur évoluant dans le championnat local.

Au match d'ouverture, la France bat sur le fil une équipe de Roumanie combative, grâce à un tir dans la lucarne de son milieu de terrain londonien, Dimitri Payet (2-1). Dans l'autre match, la Suisse éprouve des difficultés face au néophyte albanais réduit à dix, dans une ambiance spéciale où le Suisse Granit Xhaka affronte son frère, l'Albanais Taulant Xhaka. La Nati l'emporte toutefois (1-0). Les gardiens Yann Sommer et Etrit Berisha se sont illustrés à plusieurs reprises au cours de la rencontre. Lors de son deuxième match face à l'équipe albanaise, la France s'impose, après avoir dominé mais en se faisant surprendre par les Albanais. Griezmann, grâce à un but à la dernière minute du temps réglementaire et Dimitri Payet dans le temps additionnel, qualifient leur équipe pour les huitièmes (2-0). Alors qu'une victoire lui aurait suffi pour se qualifier, la Suisse bute sur une équipe de Roumanie solide, qui obtient son deuxième pénalty en deux rencontres transformé par Stancu. Sur une reprise de volée de son milieu de terrain Admir Mehmedi, la Nati arrache le match nul (1-1). La première place se joue entre la France et la Suisse lors de la dernière journée. Au cours d'un match disputé, au cours duquel les Bleus voient trois de leurs tirs heurter la barre transversale, les deux nations se neutralisent (0-0), un nul qui permet à la France de terminer première de son groupe, et la Suisse deuxième. À noter qu'au cours de cette rencontre, cinq maillots suisses sont déchirés, alors qu'un des ballons du match est remplacé pour cause de crevaison. Dans l'autre match, l'équipe d'Albanie, qui a retrouvé son capitaine Cana de retour de suspension, domine et élimine la Roumanie. Les Roumains, pourtant les premiers à s'illustrer, n'ont pas résisté physiquement et ont cédé (0-1). Les Albanais remportent ainsi une victoire historique, la première victoire en phase finale de compétition officielle de leur histoire. Avec 3 points, ils gardent une chance de finir dans les quatre meilleurs troisièmes mais n'y parviennent pas.

À défaut d'être apparue exceptionnelle, la France se qualifie solidement pour le tour suivant. Toutefois, sa prestation reste mitigée. Figurante parmi les favoris à la victoire finale, elle n'est parvenue à remporter ses deux premiers matchs que dans les derniers instants et son jeu offensif n'est jugé au niveau attendu après une préparation brillante dans ce domaine. La Suisse obtient sa première qualification pour la phase à élimination directe d'un Euro. Après une préparation catastrophique (une victoire et trois défaites en matchs amicaux en 2016[52]), la Nati a su rebondir en obtenant difficilement des points contre l'Albanie et la Roumanie et en parvenant à accrocher la France. Défaite sans démériter par la Suisse et la France, l'Albanie surprend la Roumanie au dernier match pour arracher la troisième place et se donner le droit d'espérer une qualification en passant par les meilleurs troisièmes. La Roumanie, malgré un bon premier match et un deuxième solide, termine dernier du groupe avec un point. Alors que cette équipe avait montré lors de la préparation de l'aptitude à se projeter vers l'avant mais en étant maladroits dans le dernier geste, les Tricolorii n'ont pas été capables de marquer autrement que sur penalty et sont passés totalement à côté du match décisif contre l'Albanie. De ce fait, le sélectionneur roumain Anghel Iordănescu quitte son poste.

Groupe B

Classement du Groupe B
  Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
1 Pays de Galles6 320163+3
2 Angleterre5 312032+1
3 Slovaquie4 3111330
4 Russie1 301226-4

Match 3 Pays de Galles 2 - 1 Slovaquie Matmut Atlantique, Bordeaux

18 h CEST
Historique des rencontres
Bale 10e
( Ramsey) Robson-Kanu 81e
(1 - 0) 61e Duda (Mak ) Spectateurs : 37 831[53]
Arbitrage : Svein Oddvar Moen
Rapport

Match 4 Angleterre 1 - 1 Russie Stade Vélodrome, Marseille

21 h CEST
Historique des rencontres
Dier 73e (0 - 0) 90+2e V. Bérézoutski Spectateurs : 62 343[54]
Arbitrage : Nicola Rizzoli
Rapport

Match 13 Russie 1 - 2 Slovaquie Stade Pierre-Mauroy, Villeneuve-d'Ascq

15 h CEST
Historique des rencontres
( Chatov) Glouchakov 80e (0 - 2) 32e Weiss (Hamšík )
45e Hamšík (Weiss )
Spectateurs : 38 989[55]
Arbitrage : Damir Skomina
Rapport

Match 16 Angleterre 2 - 1 Pays de Galles Stade Bollaert-Delelis, Lens

15 h CEST
Historique des rencontres
Vardy 56e
( Dele Alli) Sturridge 90+2e
(0 - 1) 42e Bale Spectateurs : 34 033[56]
Arbitrage : Felix Brych
Rapport

Match 27 Russie 0 - 3 Pays de Galles Stadium, Toulouse

21 h CEST
Historique des rencontres
(0 - 2) 11e Ramsey (Alen )
20e Taylor
67e Bale (Ramsey )
Spectateurs : 28 840[57]
Arbitrage : Jonas Eriksson
Rapport

Match 28 Slovaquie 0 - 0 Angleterre Stade Geoffroy-Guichard, Saint-Étienne

21 h CEST
Historique des rencontres
(0 - 0) Spectateurs : 39 051[58]
Arbitrage : Carlos Velasco Carballo
Rapport

L'Angleterre et la Russie partent avec la faveur des pronostics sur la Slovaquie et le pays de Galles[réf. nécessaire]. Citée parmi les favorites du tournoi, l'Angleterre a procédé à un renouvellement massif de ses joueurs les plus anciens après son échec à la Coupe du monde 2014. Elle se présente ainsi avec une équipe jeune (25,4 ans de moyenne d'âge) et inexpérimentée. Les Three Lions ont remporté tous leurs matchs de qualification et sont les seuls de l'Euro à n'avoir convoqué que des joueurs locaux. À l'inverse, la Russie a la deuxième moyenne d'âge la plus élevée (29,26 ans). Si l'arrivée de Leonid Sloutski, à la suite du licenciement de Fabio Capello en 2015, a permis à la Russie de rebondir après son échec au Mondial 2014 et d'obtenir sa qualification, la Russie a dû faire face à une absence massive de titulaires comme celle d'Alan Dzagoev, d'Igor Denisov, de Denis Tcherychev ou de Iouri Jirkov. Les matchs de préparation qui ont suivi ces forfaits se sont avérés très peu convaincants malgré les compétences offensives de l'équipe. La Slovaquie et le pays de Galles participent à leur premier Euro et ont obtenu leur qualification à la suite de victoires de prestige respectivement contre l'Espagne et la Belgique. Le pays de Galles, emmené par sa star Gareth Bale, peut compter sur ses individualités pour marquer des buts et sur une défense solide. Toutefois, la préparation du pays de Galles s'est révélée inquiétante[réf. nécessaire] tandis que la Slovaquie, emmenée par son Napolitain Marek Hamsik, a battu l'Allemagne à Augsbourg en préparation. Les Slovaques se présentent avec une équipe largement basée à l'étranger avec vingt expatriés à travers les divers championnats étrangers.

Lors du premier match disputé entre les deux outsiders, le pays de Galles l'emporte sur une Slovaquie à deux visages (2-1). Gareth Bale a ouvert le score pour le pays de Galles sur coup-franc, quelques minutes après une occasion manquée par Marek Hamsik pour la Slovaquie. Dans l'autre rencontre, marquée par de nombreux incidents extra-sportifs, l'Angleterre ne convainc pas. Aidée par un portier Igor Akinfeïev, la Russie parvient à arracher le match nul à la toute dernière minute du temps additionnel (1-1). Le match d'ouverture de la deuxième journée de l'Euro voit une Russie méconnaissable chuter contre la Slovaquie d'un Marek Hamsik omniprésent et très collective (1-2). C'est la première fois en 35 matchs de compétition officielle que la Russie encaisse deux buts en une rencontre tandis que Vladimír Weiss devient le premier joueur évoluant dans un championnat hors-Europe à inscrire un but dans l'Euro 2016[réf. nécessaire]. L'Angleterre se refait de son côté une santé en remportant une victoire dans les tout derniers instants du match contre le pays de Galles qui avait ouvert le score sur un coup-franc de Bale (2-1). Lors de la dernière journée, la Slovaquie parvient à tenir en échec l'Angleterre à l'issue d'un match fermé marqué par les maladresses anglaises (0-0). Dans l'autre rencontre, la Russie encaisse trois buts pour la première fois depuis sa demi-finale perdue à l'Euro 2008 contre l'Espagne au terme d'une rencontre à l'issue de laquelle le pays de Galles, profitant du faux-pas de son voisin anglais, termine premier du groupe (0-3). Igor Akinfeïev a arrêté huit tirs cadrés sur la seule première mi-temps, sans quoi le score aurait été plus lourd pour la Russie.

À deux ans d'une Coupe du monde organisée sur ses terres et à moins d'un an de la Coupe des confédérations 2017, la Russie ne cesse de s'enfoncer. Éliminée-surprise en 2012 et trop passive en 2014, la Sbornaïa a vécu une humiliation[réf. nécessaire] en 2016, légèrement atténuée par les exploits de son gardien Igor Akinfeïev. Mis en doute avant même le début de la compétition par une série amicale catastrophique et des forfaits en cascade, les Medvedy (les Ours) ont laissé de leur équipe une image désastreuse sur le terrain comme à l'extérieur[réf. nécessaire] (débordements de ses hooligans qui ont valu aux Russes des menaces de disqualification). Dans les instants qui ont suivi le coup de sifflet final, le sélectionneur russe Leonid Sloutski a immédiatement annoncé sa démission, déclarant endosser la responsabilité de l'échec et qu'« une autre personne doit préparer le Mondial après une compétition comme ça ». Vassili Bérézoutski a de son côté dénoncé l'inefficacité de la règle de limitation des étrangers dans le Championnat russe et appelé ses dirigeants à la supprimer, déclarant également que si les footballeurs russes voulaient progresser, ils devaient évoluer en dehors de la Russie. Dans une moindre mesure, l'Angleterre a déçu en échouant à terminer première de son groupe alors qu'elle sortait d'une préparation convaincante et d'un sans-faute en qualification. Elle n'est parvenue à acquérir sa seule victoire que dans les derniers instants du match contre son voisin de Galles et buté sur une équipe de Russie au plus mal et sur la Slovaquie au dernier match. Le pays de Galles de Gareth Bale, pour sa première participation, a réussi là où celui de Ryan Giggs avait échoué et a surpris tous les observateurs[réf. nécessaire] en terminant premier du groupe. Solide défensivement et collectif offensivement, il a pu tout autant compter sur sa star Gareth Bale qui a marqué sur les trois rencontres ce que peu de joueurs ont réussi à faire avant lui.[réf. nécessaire] La Slovaquie, qui en était elle aussi à sa première participation, doit encore attendre le tableau final des meilleurs troisièmes, mais le total de quatre points acquis lui assure quasiment de participer aux huitièmes de finale. Pourtant défaite d'entrée par le pays de Galles, la Repre a su rebondir en battant la Russie et en contenant l'Angleterre. Marek Hamsik, sur lequel de nombreux supporters slovaques comptaient[réf. nécessaire], a répondu présent.

Groupe C

Classement du Groupe C
  Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
1 Allemagne7 321030+3
2 Pologne7 321020+2
3 Irlande du Nord3 3102220
4 Ukraine0 300305-5

Match 6 Pologne 1 - 0 Irlande du Nord Allianz Riviera, Nice

18 h CEST
Historique des rencontres
( Błaszczykowski) Milik 51e (0 - 0) Spectateurs : 33 742[59]
Arbitrage : Ovidiu Hațegan
Rapport

Match 7 Allemagne 2 - 0 Ukraine Stade Pierre-Mauroy, Villeneuve-d'Ascq

21 h CEST
Historique des rencontres
( Kroos) Mustafi 19e
( Özil) Schweinsteiger 90+2e
(1 - 0) Spectateurs : 43 035[60]
Arbitrage : Martin Atkinson
Rapport

Match 17 Ukraine 0 - 2 Irlande du Nord Parc Olympique lyonnais, Décines-Charpieu

18 h CEST
Historique des rencontres
(0 - 0) 49e McAuley (Norwood )
90+6e McGinn
Spectateurs : 51 043[61]
Arbitrage : Pavel Královec
Rapport

Match 18 Allemagne 0 - 0 Pologne Stade de France, Saint-Denis

21 h CEST
Historique des rencontres
(0 - 0) Spectateurs : 73 648[62]
Arbitrage : Björn Kuipers
Rapport

Match 29 Ukraine 0 - 1 Pologne Stade Vélodrome, Marseille

18 h CEST
Historique des rencontres
(0 - 0) 54e Błaszczykowski (Milik ) Spectateurs : 58 874[63]
Arbitrage : Svein Oddvar Moen
Rapport

Match 30 Irlande du Nord 0 - 1 Allemagne Parc des Princes, Paris

18 h CEST
Historique des rencontres
(0 - 1) 30e Gómez (Müller ) Spectateurs : 44 125[64]
Arbitrage : Clément Turpin
Rapport

Le groupe C comprend l'Allemagne, le champion du monde en titre, l'Ukraine et la Pologne, les deux organisateurs de l'édition précédente, ainsi que l'Irlande du Nord, débutant de l'Euro. L'Allemagne et la Pologne se retrouvent après les éliminatoires où chacun a remporté son match à domicile tandis que l'Ukraine et la Pologne étaient dans le même groupe aux qualifications pour le Mondial 2014 pour deux victoires ukrainiennes. L'Allemagne n'a jamais quitté le dernier carré d'une compétition depuis dix ans, mais elle semble en déclin[réf. nécessaire] depuis son sacre mondial en 2014 comme en témoigne sa campagne éliminatoire moyenne et les difficultés que rencontrent plusieurs joueurs en club. L'Ukraine et la Pologne s'affichent comme les deux favorites pour la deuxième place. Les Ukrainiens ont remporté leur premier barrage contre la Slovénie pour décrocher leur participation. Malgré quelques tensions entre joueurs et une campagne qualificative difficile, la Zbirna[Quoi ?] peut s'appuyer sur un groupe arrivé à maturité dont les ailiers Yarmolenko et Konoplyanka. L'Ukraine a envoyé un club en huitièmes de finale de la Ligue des champions au cours des deux dernières saisons, ainsi que le Dnipro Dnipropetrovsk en finale de la Ligue Europa en 2015 et le Chakhtar Donetsk en demi-finales en 2016. L'Ukraine a remporté tous ses matchs de préparation parmi lesquels trois ont été joués contre d'autres qualifiés à l'Euro. La Pologne aborde également l'Euro avec des ambitions élevées. Elle sort d'une campagne qualificative réussie où les Aigles blancs ont été emmenés par le duo Robert Lewandowski - Arkadiusz Milik et des références comme Grzegorz Krychowiak ou Łukasz Piszczek. Néanmoins, les Polonais restent sur une préparation mitigée avec surtout un nul concédé à domicile contre la modeste Lituanie ayant mis en lumière les faiblesses défensives de l'équipe.[réf. nécessaire] L'Irlande du Nord, nouvel arrivant dans la compétition, est le petit Poucet du groupe. Première d'un groupe abordable, elle est, avec ses 22 clubs représentés, la sélection dont les joueurs sont les plus dispersés et ne comporte aucun joueur local. Plus limitée que l'Ukraine et la Pologne[réf. nécessaire], elle n'est qu'outsider à une qualification.

Lors du premier match, la Pologne défait difficilement une Irlande du Nord archi-défensive sur la plus petite des marges grâce à un but de Milik (1-0). C'est la première victoire de l'histoire dans un Euro pour la Pologne. Dans l'autre rencontre, les champions du monde, l'Allemagne, viennent difficilement à bout de l'Ukraine au terme d'un match enlevé (2-0). Manuel Neuer et Andriy Pyatov ont réalisé de nombreuses parades. Lors de la deuxième journée, l'Ukraine, qui partait largement favorite face à l'Irlande du Nord, connaît un revers qui l'élimine quasiment de la compétition (0-2). Bien plus offensifs qu'au premier match, les Nord-Irlandais marquent sur coup de pied arrêté avant de doubler le score en toute fin de match contre une Zbirna méconnaissable[réf. nécessaire] dans tous les domaines dont l'échec est massivement attribué au coaching de Mikhaïl Fomenko chez les médias ukrainiens[65]. Les Jovto-Blakytni[Quoi ?] deviennent dans la foulée la première équipe, et la seule lors des deuxièmes journées, à être mathématiquement éliminée de l'Euro à la suite du match nul entre des Allemands en manque d'efficacité offensive et Polonais solides défensivement malgré un manque d'engagement offensif, la première rencontre de l'Euro à se finir sans but (0-0). À la dernière journée, l'Allemagne bat une Irlande du Nord largement dominée mais dont le gardien a effectué de nombreuses parades pour maintenir le score léger (1-0). Dans le derby des deux organisateurs de la dernière édition de l'Euro, la Pologne défait une Ukraine dominatrice mais en manque total de réalisme et qui termine sa compétition avec trois défaites sans le moindre but marqué (0-1).

Groupe D

Classement du Groupe D
  Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
1 Croatie7 321053+2
2 Espagne6 320152+3
3 Turquie3 310224-2
4 République tchèque1 301225-3

Match 5 Turquie 0 - 1 Croatie Parc des Princes, Paris

15 h CEST
Historique des rencontres
(0 - 1) 41e Modrić Spectateurs : 43 842[66]
Arbitrage : Jonas Eriksson
Rapport

Match 8 Espagne 1 - 0 République tchèque Stadium, Toulouse

15 h CEST
Historique des rencontres
( Iniesta) Piqué 87e (0 - 0) Spectateurs : 29 400[67]
Arbitrage : Szymon Marciniak
Rapport

Match 20 République tchèque 2 - 2 Croatie Stade Geoffroy-Guichard, Saint-Étienne

18 h CEST
Historique des rencontres
Škoda 76e
Necid 90 + 3e (pén.)
(0 - 1) 37e Perišić
59e Rakitić
Spectateurs : 38 376[68]
Arbitrage : Mark Clattenburg
Rapport

Match 21 Espagne 3 - 0 Turquie Allianz Riviera, Nice

21 h CEST
Historique des rencontres
( Nolito) Morata 34e
Nolito 37e
( Jordi Alba) Morata 48e
(2 - 0) Spectateurs : 33 409[69]
Arbitrage : Milorad Mažić
Rapport

Match 31 République tchèque 0 - 2 Turquie Stade Bollaert-Delelis, Lens

21 h CEST
Historique des rencontres
(0 - 1) 10e Yılmaz (Mor )
65e Ozan (Topal )
Spectateurs : 32 836[70]
Arbitrage : William Collum
Rapport

Match 32 Croatie 2 - 1 Espagne Matmut Atlantique, Bordeaux

21 h CEST
Historique des rencontres
( Perišić) Kalinić 45e
( Kalinić) Perišić 87e
(1 - 1) 7e Morata (Fàbregas ) Spectateurs : 37 245[71]
Arbitrage : Björn Kuipers
Rapport

Ce groupe D est considéré par certains médias comme le groupe de la mort[72]. Il comporte le double tenant du titre espagnol qui est cité parmi les favoris de la compétition. Éliminée prématurément de la Coupe du monde 2014 au Brésil après deux défaites en deux matchs, l'Espagne s'est reprise en effectuant une campagne de qualification presque parfaite, avec neuf victoires pour une seule défaite (1-2 en Slovaquie) et seulement trois buts encaissés et se présente à la phase finale avec l'ambition de conserver son titre. La République tchèque et la Turquie se retrouvent après les éliminatoires, où elles avaient terminé, respectivement, 1re et 3e de groupe devant les Pays-Bas qu'elles étaient parvenues à battre et éliminer. Ces deux équipes comptent des individualités renommées comme les Tchèques Tomáš Rosický d'Arsenal ou Jaroslav Plašil de Bordeaux, ainsi que le Turc Arda Turan du FC Barcelone. La République tchèque a réalisé une préparation inégale, battant la Russie mais perdant à domicile contre la Corée du Sud. Lors de sa précédente participation à une phase finale lors de l'Euro 2008, la Turquie était parvenue à renverser des situations compromises en fin de match contre la République tchèque et la Croatie. Aux exceptions d'un nul contre la Grèce et d'une défaite contre l'Angleterre, les Turcs ont remporté tous leurs matchs de préparation. La quatrième équipe de ce groupe, la Croatie, fait partie des principaux outsiders de cette compétition, grâce à certains de ses plus grands joueurs. L'Intériste Ivan Perisić, le Barcelonais Ivan Rakitić et les Madrilènes Luka Modrić et Mateo Kovačić figurent dans le milieu de terrain des Vatreni. La Croatie peut s'appuyer également sur le turinois Mario Mandžukić en attaque. Les Croates sont toutefois minés par de nombreux problèmes internes tels que les polémiques liées au président controversé du Dinamo Zagreb, l'instabilité des sélectionneurs (trois changements depuis 2012 dont une démission et un licenciement) et l'attitude des supporters croates lors des rencontres opposant la Croatie à l'Italie en qualification (jets de fumigènes et affaire de la croix gammée)[réf. nécessaire]. En raison du conflit qui l'oppose à son sélectionneur Ante Čačić, le scouser Dejan Lovren a été écarté. Les Vatreni retrouvent les Espagnols, qu'ils avaient affrontés lors du dernier Euro et qu'ils avaient été proches d'éliminer en phase de groupe.[réf. nécessaire]

Lors d'un premier match, tendu, entre Turcs et Croates, les joueurs balkaniques l'emportent sur la plus petite des marges face aux joueurs de Fatih Terim (1-0). Luka Modrić, inscrit le but de la victoire d'une reprise de volée en première période, alors que le gardien turc, Volkan Babacan, est sauvé par deux fois par sa barre transversale sur des tirs du capitaine Darijo Srna et de l'ailier Ivan Perisić en seconde période. Pour son entrée en lice, les Ibériques, tenants du titre, ne percent la défense tchèque qu'en fin de match après avoir peiné à trouver la faille dans la solide équipe du gardien londonien Petr Čech (1-0). Après une domination presque totale, la Croatie perd face à l'équipe tchèque, qui a tenu jusqu'au bout des dix minutes de temps additionnel (2-2). Les Tchèques n'ont eu des occasions que lors du temps additionnel, dans un match marqué par des jets de fumigènes de la part des supporteurs croates et l'explosion d'un pétard, secouant un stadier français[73]. L'Espagne, elle, domine son match contre la Turquie (3-0) et se qualifie. Pour son dernier match, la Turquie est au bord de l'élimination, elle affronte la République tchèque, alors troisième du groupe. La Turquie remporte son match 2-0 grâce à des buts de Burak Yılmaz et de Ozan Tufan. La Turquie reprend espoir en faisant partie pour le moment des 4 meilleurs troisième. L'Espagne affronte la Croatie en tant que favori et déjà qualifié même s'il elle doit assurer sa première place afin d'éviter l'Italie en huitième. La Croatie, elle, est pratiquement qualifié avant le match. La Roja ouvre le score grâce à Álvaro Morata qui signe son troisième but dans la compétition. Malgré cela, la Croatie égalise juste avant la mi-temps d'un but de Nikola Kalinić. La Croatie pousse en seconde période, profitant des quelques erreurs de l'Espagne et parvient à marquer en fin de match, à la 87e minute à la suite d'un contre conclu par Ivan Perišić. La Croatie prend donc la tête du groupe et oblige l'Espagne à rencontrer l'Italie en huitième.

Groupe E

Classement du Groupe E
  Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
1 Italie6 320131+2
2 Belgique6 320142+2
3 Irlande4 311124-2
4 Suède1 301213-2

Match 9 Irlande 1 - 1 Suède Stade de France, Saint-Denis

18 h CEST
Historique des rencontres
( Coleman) Hoolahan 48e (0 - 0) 71e (csc) Clark Spectateurs : 73 419[74]
Arbitrage : Milorad Mažić
Rapport

Match 10 Belgique 0 - 2 Italie Parc Olympique lyonnais, Décines-Charpieu

21 h CEST
Historique des rencontres
(0 - 1) 32e Giaccherini (Bonucci )
90+3e Pellè (Candreva )
Spectateurs : 55 408[75]
Arbitrage : Mark Clattenburg
Rapport

Match 19 Italie 1 - 0 Suède Stadium, Toulouse

15 h CEST
Historique des rencontres
( Zaza) Éder 88e (0 - 0) Spectateurs : 29 600[76]
Arbitrage : Viktor Kassai
Rapport

Match 22 Belgique 3 - 0 Irlande Matmut Atlantique, Bordeaux

15 h CEST
Historique des rencontres
( De Bruyne) R. Lukaku 48e
( Meunier) Witsel 61e
( Hazard) R. Lukaku 70e
(0 - 0) Spectateurs : 39 493[77]
Arbitrage : Cüneyt Çakır
Rapport

Match 35 Italie 0 - 1 Irlande Stade Pierre-Mauroy, Villeneuve-d'Ascq

21 h CEST
Historique des rencontres
(0 - 0) 85e Brady (Hoolahan ) Spectateurs : 44 268[78]
Arbitrage : Ovidiu Hațegan
Rapport

Match 36 Suède 0 - 1 Belgique Allianz Riviera, Nice

21 h CEST
Historique des rencontres
(0 - 0) 84e Nainggolan (Hazard ) Spectateurs : 34 011[79]
Arbitrage : Felix Brych
Rapport

Le groupe E est l'autre poule prétendant au statut de groupe de la mort[72]. Il est composé de l'un des outsiders de cet Euro, la Belgique, qui retrouve un Championnat d'Europe après seize années. Deuxième au classement FIFA et composée de joueurs évoluant parmi les plus grands clubs mondiaux, l'équipe des Diables Rouges tentera de faire valoir ses qualités, malgré le forfait de son capitaine et défenseur, le citizen Vincent Kompany. Autre favori de ce groupe, l'Italie est le finaliste sortant du dernier Euro et est l'une des équipes invaincues en qualifications (avec l'équipe d'Autriche et l'équipe d'Angleterre). La Squadra Azzurra retrouve l'équipe irlandaise, qui se trouve en position d'outsider face aux équipes belges et italiennes, et face à la Suède. La sélection du trèfle a su tenir tête aux champions du monde allemands en éliminatoires (victoire et match nul). La Suède, quant à elle, compte énormément sur Zlatan Ibrahimovic pour s'extraire de cette phase de groupe, ce qu'elle n'a pas réussi à faire quatre ans plus tôt.

Équipe en moyenne la plus vieille du tournoi[réf. nécessaire], l'Irlande fait match nul face à la Suède, dans un match opposant les deux outsiders, en ouvrant le score d'une reprise de volée du canari Wes Hoolahan. Sur une des seules percées de son attaquant-vedette Zlatan Ibrahimovic, la sélection jaune obtient le point du nul sur un auto-goal de Ciaran Clark. Dans le match des favoris, la Squadra Azzurra réussit à battre l'équipe belge malgré une occasion pour Lukaku à la suite d'un contre et gagne (2-0). Lors de la deuxième journée, l'Italie bat la Suède (1-0). Éder marque en toute fin de match, après une percée dans la défense nordique. La « Squadra Azzurra » est donc qualifiée. La Belgique, elle, a profité de son deuxième match de la compétition pour reprendre un peu de confiance contre la formation irlandaise (3-0) après une seconde période aboutie grâce à un doublé de Romelu Lukaku et un but de Axel Witsel. Cette non-victoire irlandaise assure à l'Italie la première place définitive du groupe E et permet à la Belgique de viser la deuxième place en cas de non-défaite contre la Suède. L'Irlande, elle, a besoin d'une victoire contre l'Italie pour se qualifier.

Au terme de la troisième journée, l'équipe de Martin O'Neill bat l'équipe B de la Squadra Azzurra (déjà assurée de la première place du groupe) grâce à une tête à la 85e minute de Robbie Brady. Dans le même temps, le joueur de l'AS Rome, Radja Nainggolan, offre la victoire aux Diables Rouges face à la Suède, garantissant ainsi aux joueurs de Marc Wilmots la deuxième place du groupe. Zlatan Ibrahimovic prend sa retraite internationale après cette défaite. Les suédois repartent avec un seul modeste point, et n'ont pas été capable de marquer autrement que sur un csc.

Groupe F

Classement du Groupe F
  Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
1 Hongrie5 312064+2
2 Islande5 312043+1
3 Portugal3 3030440
4 Autriche1 301214-3

Match 11 Autriche 0 - 2 Hongrie Matmut Atlantique, Bordeaux

18 h CEST
Historique des rencontres
(0 - 0) 62e Szalai (Kleinheisler )
87e Stieber (Priskin )
Spectateurs : 34 424[80]
Arbitrage : Clément Turpin
Rapport

Match 12 Portugal 1 - 1 Islande Stade Geoffroy-Guichard, Saint-Étienne

21 h CEST
Historique des rencontres
( Gomes) Nani 31e (1 - 0) 50e B. Bjarnason (Guðmundsson ) Spectateurs : 38 742[81]
Arbitrage : Cüneyt Çakır
Rapport

Match 23 Islande 1 - 1 Hongrie Stade Vélodrome, Marseille

18 h CEST
Historique des rencontres
G. Sigurðsson 40e (pén.) (1 - 0) 88e (csc) Sævarsson Spectateurs : 60 842[82]
Arbitrage : Sergei Karasev
Rapport

Match 24 Portugal 0 - 0 Autriche Parc des Princes, Paris

21 h CEST
Historique des rencontres
(0 - 0) Spectateurs : 44 291[83]
Arbitrage : Nicola Rizzoli
Rapport

Match 33 Islande 2 - 1 Autriche Stade de France, Saint-Denis

18 h CEST
Historique des rencontres
( Árnason) Böðvarsson 18e
( Teddy Bjarnason) Traustason 90+4e
(1 - 0) 60e Schöpf Spectateurs : 68 714[84]
Arbitrage : Szymon Marciniak
Rapport

Match 34 Hongrie 3 - 3 Portugal Parc Olympique lyonnais, Décines-Charpieu

18 h CEST
Historique des rencontres
Gera 19e
Dzsudzsák 47e 55e
(1 - 1) 42e Nani (Ronaldo )
50e Ronaldo (João Mário )
62e Ronaldo (Quaresma )
Spectateurs : 55 514[85]
Arbitrage : Martin Atkinson
Rapport

Ce groupe F oppose un outsider attendu du tournoi, le Portugal de Cristiano Ronaldo, à trois équipes jugées plus faibles, mais qui ont néanmoins montré de réelles qualités sur la phase qualificative. Le Portugal tentera de se racheter auprès de ses supporteurs après son échec à la Coupe du monde au Brésil. Ils sont opposés au premier match à l'Islande de l'ancien joueur barcelonais Eidur Smári Guðjohnsen. Pour se qualifier pour leur première compétition internationale, les Strákarnir okkar ont notamment éliminé les Oranje néerlandais, battu la République tchèque et terminé deuxième devant la Turquie. L'Autriche a obtenu pour la première fois sa qualification sur le terrain à l'issue d'un quasi-sans-faute (un seul match nul), battant notamment la Russie à deux reprises sans David Alaba et en battant la Suède à Stockholm avec quatre buts inscrits. L'équipe d'Autriche peut s'appuyer sur un quatuor offensif. Elle retrouve le pays avec lequel elle forma pendant longtemps une seule entité géographique : la Hongrie. La moitié des joueurs des Magyars magiques évolue dans le championnat national et l'autre moitié à l'étranger. Comptant avant tout sur une discipline exemplaire en phase de groupe, le match de barrages retour remporté contre la Norvège a marqué un véritable tournant[réf. nécessaire], la Hongrie étant parvenue par la suite à poursuivre le développement de son jeu offensif et à déstabiliser la Croatie, la Côte d'Ivoire et l'Allemagne en préparation.

Dans le derby des descendants de l'Empire austro-hongrois, la sélection hongroise défait la sélection autrichienne au terme d'un match disputé (2-0). L'Autriche voit sa série de neuf victoires consécutives en match de compétition officielle prendre fin. Le gardien Gábor Király bat le record du joueur le plus âgé ayant joué sur le terrain pendant un Euro avec ses quarante ans. Ce record était auparavant détenu par Lothar Matthäus à l'Euro 2000 (trente-neuf ans). Peu après, l'Islande contraint le Portugal au match nul après avoir été mené à la mi-temps pour ce qui est son premier match de phase finale de compétition internationale (1-1). Cristiano Ronaldo s'est montré inefficace face à la défense islandaise. Lors de la deuxième journée du groupe, la Hongrie et l'Islande s'affrontent. L'Islande était à quelques minutes d'une première victoire en compétition internationale après avoir ouvert le score par Gylfi Sigurdsson, mais la Hongrie égalise dans les derniers instants du match (1-1). Quelques instants plus tard au Parc des Princes, l'Autriche parvient à tenir le nul contre le Portugal de Cristiano Ronaldo qui a notamment raté un penalty (0-0). Les Autrichiens sont apparus en faiblesse offensive, loin de ce que David Alaba et le quatuor d'attaque avaient démontré en qualifications (seulement trois tirs au cours du match), mais Robert Almer s'est illustré par ses nombreuses parades décisives tandis que les Lusitaniens ont été maladroits, retenus par la défense autrichienne, ou malchanceux (deux poteaux). Dans le match le plus prolifique des phases de groupes, Hongrois et Portugais se tiennent coude à coude (3-3). Menés à trois reprises, Cristiano Ronaldo et les siens obtiennent un match nul qui leur assure la qualification. Alors qu'une victoire l'aurait également qualifiée, l'Autriche de Marcel Koller subit sa deuxième défaite contre l'Islande (2-1). Les Vikings accrochent la deuxième place de ce groupe et se qualifient, pour leur première participation à une compétition, pour les huitièmes de finale. Les Lusitaniens, déçoivent énormément en finissant troisième dans un groupe largement à leur portée, mais seront repêché en tant que meilleurs troisièmes devant l'Irlande du Nord grâce à leur différences de buts et leurs fair-play aux dépend de la Turquie et de l'Albanie. Toutefois, en ayant gagné aucun des trois matchs, les médias portugais se déchainent contre la Seleçao, notamment sur Cristiano Ronaldo après son pénalty raté et son inefficacité offensive. Il se rachètera en marquant un doublé décisif contre la Hongrie qui assure la qualification à ses coéquipiers, mais peu de gens croient en cette équipe à aller loin dans le tournoi.

Meilleurs troisièmes

Classement des troisièmes

Les 4 meilleures équipes classées troisièmes de leur poule sont repêchés pour compléter le tableau des huitièmes de finale. Un classement comparatif des résultats de chacune des 6 équipes concernées est effectué afin de les départager, selon les critères :

  1. plus grand nombre de points obtenus ;
  2. meilleure différence de buts ;
  3. plus grand nombre de buts marqués ;
  4. classement des points disciplinaires (deux cartons jaunes dans le même match ou un carton rouge direct équivalent à -3 points, et un carton jaune à -1 point) ;
  5. position dans le classement par coefficient des équipes nationales masculines de l’UEFA.
Classement
Rang Gr. Équipe Pts Matchs Buts Cartons
J G N P Bp Bc Diff. CJ CR CRD P
1B Slovaquie 431 1 133 0 700-7
2E Irlande 431 1 124 -2 500-5
3F Portugal 330 3 044 0 200-2
4C Irlande du Nord 331 0 222 0 400-4
5D Turquie 331 0 224 -2 700-7
6A Albanie 331 0 213 -2 810-11

     Équipe qualifiée en tant que meilleure 3e.

Appariements en huitièmes de finale

Puisque quatre des six groupes placent une troisième équipe dans le tableau final, les différentes combinaisons formées par les groupes de provenance des équipes qualifiées servent à les répartir contre les premiers des groupes A à D (voir tableau final ci-dessus), comme suit[86] :

Appariements des huitièmes de finale en fonction des groupes d'origine des repêchés du premier tour
Groupes d'origine
des meilleurs 3e
Adversaires de
[1A] France [1B] Pays de Galles [1C] Allemagne [1D] Croatie
ABCD[3C] Irlande du Nord[3D] Turquie[3A] Albanie[3B] Slovaquie
ABCE[3C] Irlande du Nord[3A] Albanie[3B] Slovaquie[3E] Irlande
ABCF[3C] Irlande du Nord[3A] Albanie[3B] Slovaquie[3F] Portugal
ABDE[3D] Turquie[3A] Albanie[3B] Slovaquie[3E] Irlande
ABDF[3D] Turquie[3A] Albanie[3B] Slovaquie[3F] Portugal
ABEF[3E] Irlande[3A] Albanie[3B] Slovaquie[3F] Portugal
ACDE[3C] Irlande du Nord[3D] Turquie[3A] Albanie[3E] Irlande
ACDF[3C] Irlande du Nord[3D] Turquie[3A] Albanie[3F] Portugal
ACEF[3C] Irlande du Nord[3A] Albanie[3F] Portugal[3E] Irlande
ADEF[3D] Turquie[3A] Albanie[3F] Portugal[3E] Irlande
BCDE[3C] Irlande du Nord[3D] Turquie[3B] Slovaquie[3E] Irlande
BCDF[3C] Irlande du Nord[3D] Turquie[3B] Slovaquie[3F] Portugal
BCEF[3E] Irlande[3C] Irlande du Nord[3B] Slovaquie[3F] Portugal
BDEF[3E] Irlande[3D] Turquie[3B] Slovaquie[3F] Portugal
CDEF[3C] Irlande du Nord[3D] Turquie[3F] Portugal[3E] Irlande
  • Combinaison réalisée
  • Phase à élimination directe

    Tableau final

    Huitièmes de finale Quarts de finale Demi-finales Finale
    25 juin 2016, 15 h, Saint-Étienne 30 juin 2016, 21 h, Marseille 6 juillet 2016, 21 h, Décines-Charpieu 10 juillet 2016, 21 h, Saint-Denis
    2e A Suisse 1ap (4)
    2e C Pologne 1 tab(5)    
    Pologne 1ap (3)
    25 juin 2016, 21 h, Lens
    Portugal 1 tab(5)    
    1er D Croatie 0
    1er juillet 2016, 21 h, Villeneuve-d'Ascq
    3e F Portugal 1 ap
    Portugal 2
    25 juin 2016, 18 h, Paris
        Pays de Galles 0    
    1er B Pays de Galles 1
    7 juillet 2016, 21 h, Marseille
    3e C Irlande du Nord 0    
    Pays de Galles 3
    26 juin 2016, 21 h, Toulouse
        Belgique 1
    1er F Hongrie 0
    2 juillet 2016, 21 h, Bordeaux
    2e E Belgique 4
    Portugal 1 ap
    26 juin 2016, 18 h, Villeneuve-d'Ascq
        France 0
    1er C Allemagne 3
    3e B Slovaquie 0    
    Allemagne 1ap (6)
    27 juin 2016, 18 h, Saint-Denis
        Italie 1 tab(5)    
    1er E Italie 2
    3 juillet 2016, 21 h, Saint-Denis
    2e D Espagne 0
    Allemagne 0
    26 juin 2016, 15 h, Décines-Charpieu
        France 2
    1er A France 2
    3e E Irlande 1    
    France 5
    27 juin 2016, 21 h, Nice
        Islande 2
    2e B Angleterre 1
    2e F Islande 2

    Parmi les nations qualifiées pour la phase finale, toutes celles qui ont déjà remporté une Coupe du monde ou d'Europe se trouvent dans la seconde partie de tableau, ce qui garantit que l'un des finalistes au moins jouera pour obtenir son premier titre. Dans la première partie, seuls la Belgique et le Portugal ont déjà atteint une finale du Championnat d'Europe (Euro 1980 et 2004 respectivement) alors que la Hongrie a quant à elle disputé deux finales de Coupe du monde (1938 et 1954).

    Huitièmes de finale


    Match 37 Suisse 1 - 1 (ap) Pologne Stade Geoffroy-Guichard, Saint-Étienne

    15 h CEST
    Historique des rencontres
    ( Derdiyok) Shaqiri 82e (0 - 1, 1 - 1, 1 - 1) 39e Błaszczykowski (Grosicki ) Spectateurs : 38 842[87]
    Arbitrage : Mark Clattenburg
    Rapport
    Lichtsteiner
    Xhaka
    Shaqiri
    Schär
    Rodríguez
    Tirs au but
    4 - 5
    Lewandowski
    Milik
    Glik
    Błaszczykowski
    Krychowiak

    Dans le premier huitième de finale de ce Championnat d'Europe, l'équipe de Pologne parvient à défaire la Suisse. Deux buts, de Jakub Błaszczykowski et de Xherdan Shaqiri, ne suffisent pas à départager les deux équipes au terme du temps réglementaire et de la prolongation (1-1). La Pologne l'emporte finalement aux tirs au but, Granit Xhaka ratant son penalty pour la Suisse (4-5).


    Match 38 Pays de Galles 1 - 0 Irlande du Nord Parc des Princes, Paris

    18 h CEST
    Historique des rencontres
    McAuley 75e (csc) (0 - 0) Spectateurs : 44 342[88]
    Arbitrage : Martin Atkinson
    Rapport

    Le derby britannique est remporté par l'équipe du pays de Galles (1-0), grâce à un but contre son camp du défenseur nord-irlandais Gareth McAuley. Les Gallois ont peiné face à une défense nord-irlandaise solide, mais se qualifient tout de même pour leur premier quart de finale d'un Championnat d'Europe[89]. L'Irlande du Nord sort la tête haute après une compétition disputée dans le meilleur état d'esprit, notamment grâce à ses nombreux et exemplaires supporteurs[90],[91],[92].


    Match 39 Croatie 0 - 1 (ap) Portugal Stade Bollaert-Delelis, Lens

    21 h CEST
    Historique des rencontres
    (0 - 0, 0 - 0, 0 - 0) 117e Quaresma Spectateurs : 33 523[93]
    Arbitrage : Carlos Velasco Carballo
    Rapport

    Dans un match très fermé, le Portugal arrive à se défaire des Croates (1-0 a.p) grâce à un but de Ricardo Quaresma à la 117e minute, alors que Rui Patricio venait d'effectuer une parade décisif à la suite d'un corner croate. Alors que les attentes sur ce match étaient assez importantes  le Portugal ayant été finaliste de l'Euro 2004 et la Croatie ayant remporté sa poule et atteint par deux fois les quarts de finale de l'Euro , elles n'ont pas réussi à développer un jeu offensif, en dépit de la présence de joueurs évoluant dans certains des meilleurs clubs européens. Le temps réglementaire a vu aucun tir de la part des deux équipes. La Croatie quitte la compétition après avoir impressionné au premier tour en battant notamment l'Espagne.


    Match 40 France 2 - 1 Irlande Parc Olympique lyonnais, Décines-Charpieu

    15 h CEST
    Historique des rencontres
    ( Sagna) Griezmann 58e
    ( Giroud) Griezmann 61e
    (0 - 1) 2e (pén.) Brady Spectateurs : 56 279[94]
    Arbitrage : Nicola Rizzoli
    Rapport

    Un doublé éclair d'Antoine Griezmann permet à la France de l'emporter face à l'équipe irlandaise (2-1). Un penalty (obtenu par Shane Long, concédé par Paul Pogba) transformé par Robbie Brady a, dès la 2e minute, donné l'avantage à la Green Army, qui n'aura mené qu'une mi-temps face au pays organisateur. Ils quittent néanmoins la compétition la tête haute, en se rachetant auprès de leurs supporters et en faisant mieux qu'à leur dernière participation où ils avaient terminés derniers du tournoi avec 0 point (Euro 2012). Quant à l'équipe de France, elle retrouve ses capacités offensives mais sa fébrilité défensive laisse douter certains médias que les Bleus ne parviendront pas à atteindre l'objectif initial d'atteindre le dernier carré.


    Match 41 Allemagne 3 - 0 Slovaquie Stade Pierre-Mauroy, Villeneuve-d'Ascq

    18 h CEST
    Historique des rencontres
    Boateng 8e
    ( Draxler) Gómez 43e
    ( Hummels) Draxler 63e
    (2 - 0) Spectateurs : 44 312[95]
    Arbitrage : Szymon Marciniak
    Rapport

    Les champions du monde allemands l'emportent facilement face à la Slovaquie de Marek Hamšík sur le score de trois buts à zéro. Jérôme Boateng, en ouvrant le score pour la Nationalmannschaft, inscrit son premier but en sélection d'une reprise de volée.


    Match 42 Hongrie 0 - 4 Belgique Stadium, Toulouse

    21 h CEST
    Historique des rencontres
    (0 - 1) 10e Alderweireld (De Bruyne )
    78e Batshuayi (Hazard )
    80e Hazard
    90+1e Carrasco (Nainggolan )
    Spectateurs : 28 921[96]
    Arbitrage : Milorad Mažić
    Rapport

    Dans une rencontre où la Hongrie aura eu la possession de balle, c'est l'équipe des Diables Rouges qui ouvre le score, rapidement, par son défenseur central Toby Alderweireld. Dans la seconde période, les Hongrois manquent de réalisme alors que les Belges se procurent les meilleures occasions. Finalement, les Magyars encaissent trois buts dans les derniers instants du match, dont deux par les remplaçants Michy Batshuayi et Yannick Carrasco.


    Match 43 Italie 2 - 0 Espagne Stade de France, Saint-Denis

    18 h CEST
    Historique des rencontres
    ( Giaccherini) Chiellini 33e
    ( Darmian) Pellè 90+1e
    (1 - 0) Spectateurs : 76 165[97]
    Arbitrage : Cüneyt Çakır
    Rapport

    Dans un remake de la finale du dernier Championnat d'Europe, les vice-champions italiens prennent leur revanche sur les doubles tenants du titre espagnols en l'emportant deux à zéro. Méconnaissable durant les 45 premières minutes, la Roja paye son manque d'engagement et encaisse le premier but de la rencontre. L'Espagne n'avait plus encaissé de but en match à élimination directe d'un Euro depuis 2000. Plus dominateurs en seconde période, les Espagnols butent sur Gianluigi Buffon, qui permet, par quatre fois, à l'Italie de garder le score intact. De son côté, David de Gea empêche les Transalpins d'aggraver le score. En toute fin de match, Graziano Pellè, comme face à la Belgique en phase de groupe, double la mise et assure à l'Italie sa première victoire face à l'Espagne en compétition officielle depuis le 9 juillet 1994 en quart de finale de la Coupe du monde.


    Match 44 Angleterre 1 - 2 Islande Allianz Riviera, Nice

    21 h CEST
    Historique des rencontres
    Rooney 4e (pén.) (1 - 2) 6e R. Sigurðsson (Árnason )
    18e Sigþórsson (Böðvarsson )
    Spectateurs : 33 901[98]
    Arbitrage : Damir Skomina
    Rapport

    Lors de ce match a priori déséquilibré, l'Angleterre se fait surprendre par le petit poucet islandais (1-2). Les Three Lions avaient pourtant ouvert le score dès la 4e minute par un pénalty de Wayne Rooney. Mais les Vikings égalisent presque immédiatement à la 6e minute et prennent même l'avantage à la 18e minute grâce à leur attaquant Kolbeinn Sigþórsson. Le score en reste là et l'Angleterre est éliminée tandis que l'Islande se qualifie pour les quarts de finale de sa première compétition internationale. Cette défaite est vue par la presse britannique comme « la plus humiliante de l'histoire » de la sélection anglaise[99]. L'Islande se voit alors confronté au pays organisateur au Stade de France, mais conserve ces espoirs en restant sur cette victoire inattendue.

    Quarts de finale


    Match 45 Pologne 1 - 1 (ap) Portugal Stade Vélodrome, Marseille

    21 h CEST
    Historique des rencontres
    ( Grosicki) Lewandowski 2e (1 - 1, 1 - 1, 1 - 1) 33e Sanches (Nani ) Spectateurs : 62 940[100]
    Arbitrage : Felix Brych
    Rapport
    Lewandowski
    Milik
    Glik
    Błaszczykowski
    Tirs au but
    3 - 5
    Ronaldo
    Sanches
    Moutinho
    Nani
    Quaresma

    Dans un match annoncé équilibré, la Pologne ouvre le score dès la 2e minute grâce à Robert Lewandowski. Puis, 30 minutes plus tard, le jeune Renato Sanches égalise. En deuxième mi-temps, les deux équipes ne parviennent pas à marquer malgré des occasions de chaque côté. Les prolongations ne donnent rien et elles doivent alors passer par les tirs au but. Les trois premières tentatives des deux équipes sont réussies, jusqu'au tir du Polonais Jakub Błaszczykowski qui est arrêté par Rui Patrício. Ensuite, c'est Ricardo Quaresma qui a la balle de qualification au bout du pied et celui-ci marque son tir en pleine lucarne. Le Portugal se qualifie pour les demi-finales avec un bilan d'un match gagné (en prolongation) et quatre nuls en cinq matchs, ce qui n'échappe à la critique de plusieurs journalistes, notamment français.


    Match 46 Pays de Galles 3 - 1 Belgique Stade Pierre-Mauroy, Villeneuve-d'Ascq

    21 h CEST
    Historique des rencontres
    ( Ramsey) Williams 31e
    ( Ramsey) Robson-Kanu 55e
    ( Gunter) Vokes 86e
    (1 - 1) 13e Nainggolan (Hazard ) Spectateurs : 45 936[101]
    Arbitrage : Damir Skomina
    Rapport

    Annoncés comme favoris, les Diables rouges dominent les premières minutes du match. Cela se concrétise avec le but de Radja Nainggolan à la 13e minute, qui marque en pleine lucarne dans l'axe des 25 mètres. Cependant les Gallois n'abandonnent pas et enchaînent les occasions mais butent sur la défense belge. Jusqu'à la 31e minute où Ashley Williams égalise grâce à une reprise du ballon avec la tête. Durant la seconde mi-temps, les Belges dominent les dix premières minutes tandis que les Gallois ne font que défendre. Mais sur une occasion, Robson-Kanu porte le score à 2-1 et permet au pays de Galles de prendre l'avantage sur la Belgique. Par la suite, les Diables rouges passent à l'offensive mais ne parviennent pas à revenir à égalité grâce à une solide défense galloise qui tient le coup. C'est à la 86e minute, cette fois-ci encore, sur une rare occasion offensive galloise que Vokes emmène son équipe en demi-finale avec un but marqué de la tête sur un centre précis de Gunter. les Gallois se qualifient pour la première demi-finale de leur histoire dans un grand tournoi. La Belgique repart avec beaucoup de déception, au terme d'un match où le sélectionneur Marc Wilmots sera tenu responsable pour ses choix tactiques médiocres.


    Match 47 Allemagne 1 - 1 (ap) Italie Matmut Atlantique, Bordeaux

    21 h CEST
    Historique des rencontres
    Özil 65e (0 - 0, 1 - 1, 1 - 1) 78e (pén.) Bonucci Spectateurs : 38 764[102]
    Arbitrage : Viktor Kassai
    Rapport
    Kroos
    Müller
    Özil
    Draxler
    Schweinsteiger
    Hummels
    Kimmich
    Boateng
    Hector
    Tirs au but
    6 - 5
    Insigne
    Zaza
    Barzagli
    Pellè
    Bonucci
    Giaccherini
    Parolo
    De Sciglio
    Darmian

    Cette affiche des quarts de finale oppose deux des favoris de ce Championnat d'Europe : d'un côté, l'Allemagne championne du monde en titre et, de l'autre, l'Italie du vétéran Gianluigi Buffon. L'équipe italienne est considérée comme la bête noire de l'Allemagne, car la Nationalmannschaft n'a jamais battu la Squadra Azzurra en 8 rencontres officielles[103]. Dans une rencontre de haut niveau, ce sont les champions du monde qui ouvrent le score après une longue domination, en deuxième période, grâce à Mesut Özil. Les Transalpins jouent en contre et arrivent à résister aux assauts allemands. Sur un penalty provoqué par Jérôme Boateng, le bianconero Leonardo Bonucci égalise pour les Italiens, qui arrachent ainsi la prolongation. Alors que les occasions allemandes et italiennes s'enchaînent, les deux équipes ne parviennent pas à se départager. Ils doivent en passer par les tirs au but. Une séance d'anthologie démarre : c'est le 9e tireur allemand, Jonas Hector, qui qualifie l'Allemagne pour la demi-finale. Sur neuf tireurs de chaque côté, trois Allemands et quatre Italiens ratent leur tentative ou butent sur les deux gardiens adverses. En continuant la compétition, l'Allemagne rallonge sa liste de records : ce sera sa sixième demi-finale consécutive dans un grand tournoi et, pour la première fois, la Mannschaft élimine l'Italie, sans toutefois la battre.


    Match 48 France 5 - 2 Islande Stade de France, Saint-Denis

    21 h CEST
    Historique des rencontres
    ( Matuidi) Giroud 12e
    ( Griezmann) Pogba 20e
    ( Griezmann) Payet 43e
    ( Giroud) Griezmann 45e
    ( Payet) Giroud 59e
    (4 - 0) 56e Sigþórsson (G. Sigurðsson )
    84e B. Bjarnason (Skúlason )
    Spectateurs : 76 833[104]
    Arbitrage : Björn Kuipers
    Rapport

    Cette affiche des quarts de finale semble sur le papier la plus déséquilibrée, entre d'un côté la France, championne du monde, double championne d'Europe et double vainqueur de la Coupe des confédérations, et de l'autre l'Islande, participant à sa première compétition internationale mais auteure d'un parcours inattendu. De fait, la supériorité française ne fait aucun doute au cours de la première période et le pays hôte mène 4 buts à 0 à la mi-temps grâce aux buts de Giroud, Pogba, Payet et Griezmann. C'est la première fois de l’histoire de l’Euro qu’une équipe inscrit 4 buts lors d’une première mi-temps d’un match[105]. L'Islande parvient cependant à se reprendre en deuxième période en inscrivant deux buts, en encaissant cependant un de plus, par Olivier Giroud une nouvelle fois. La rencontre se termine sur le score de 5 buts à 2, un remake du match contre la Suisse au dernier mondial, et la France se qualifie pour les demi-finales de « son » Euro pour affronter sa bête noire, l'Allemagne.

    Demi-finales

    Match 49 Portugal 2 - 0 Pays de Galles Parc Olympique lyonnais, Décines-Charpieu

    21 h CEST
    Historique des rencontres
    ( Guerreiro) Ronaldo 50e
    ( Ronaldo) Nani 53e
    (0 - 0) Spectateurs : 55 679[106]
    Arbitrage : Jonas Eriksson
    Rapport

    Dans cette première demi-finale, on retrouve le Portugal qui n'a remporté aucun match de la compétition dans le temps réglementaire et le pays de Galles, surprise de cette Euro, qui a notamment éliminé la Belgique en quart de finale. La première mi-temps est pauvre en occasions. La seconde mi-temps est plus animée et le Portugal ouvre le score sur une tête de Cristiano Ronaldo puis double la mise trois minutes plus tard sur une frappe de Ronaldo déviée par Nani. Le Pays de Galles ne revient pas dans ce match et le Portugal l'emporte deux à zéro et se qualifie pour la finale.


    Match 50 Allemagne 0 - 2 France Stade Vélodrome, Marseille

    21 h CEST
    Historique des rencontres
    (0 - 1) 45+2e (pén.) 72e Griezmann Spectateurs : 64 078[107]
    Arbitrage : Nicola Rizzoli
    Rapport

    Alors que les Bleus n'ont plus battu les Allemands en compétition officielle depuis le Mondial 1958, c'est la première fois que l'Allemagne et la France s'affrontent à l'Euro. La Mannschaft dispute sa sixième demi-finale d'affilée, en Coupe du monde et à l'Euro[108]. Dans une rencontre annoncée serrée entre les champions du monde allemands et le pays hôte français, l'entame de match est en faveur des Français qui sont disposés en 4-2-3-1, mais supérieurs techniquement les Allemands dominent la première mi-temps face à des Bleus regroupés en défense. Sur un corner français en fin de première mi-temps, Bastian Schweinsteiger touche le ballon de la main et l'arbitre siffle penalty, Antoine Griezmann le transforme et la France mène contre le cours du jeu[109]. En deuxième mi-temps, les Français plus libérés, continuent de défendre mais les Allemands n'ont plus la même emprise. Antoine Griezmann reprend de la semelle un centre de Paul Pogba dévié par le gardien Manuel Neuer qui voit la balle passer entre ses jambes. Les Bleus conservent leur avance jusqu'en fin de match avec notamment une parade décisive d'Hugo Lloris devant Joshua Kimmich dans les arrêts de jeu. La France se qualifie pour la finale de « son » Euro grâce au doublé de Griezmann, meilleur buteur de la compétition avec 6 buts.

    Finale

    Finale Portugal 1 - 0 a. p. France Stade de France, Saint-Denis

    21 h CEST
    Historique des rencontres
    ( Moutinho) Éder 109e (0 - 0, 0 - 0, 0 - 0) Spectateurs : 75 868[110]
    Arbitrage : Mark Clattenburg
    Rapport
    Portugal
    France

    Portugal :
    1Rui Patrício 120+3e
    3Pepe
    4José Fonte 119e
    5Raphaël Guerreiro 95e
    7Cristiano Ronaldo 25e
    10João Mário 62e
    14William Carvalho 98e
    16Renato Sanches 79e
    17Nani
    21Cédric 34e
    23Adrien Silva 66e
    Remplaçants :
    20Ricardo Quaresma 25e 
    8João Moutinho 66e 
    9Éder 79e 
    Sélectionneur :
    Fernando Santos

    France :
    1Hugo Lloris
    3Patrice Évra
    7Antoine Griezmann
    8Dimitri Payet 58e
    9Olivier Giroud 78e
    14Blaise Matuidi 97e
    15Paul Pogba 115e
    18Moussa Sissoko 110e
    19Bacary Sagna
    21Laurent Koscielny 107e
    22Samuel Umtiti 80e
    Remplaçants :
    20Kingsley Coman 58e 
    10André-Pierre Gignac 78e 
    11Anthony Martial 110e 
    Sélectionneur :
    Didier Deschamps

    Assistants :
    Simon Beck
    Jake Collin
    Quatrième arbitre :
    Viktor Kassai
    Arbitres assistants additionnels :
    Anthony Taylor (en)
    Andre Marriner (en)

    Homme du match :
    Pepe

    Dominateurs en première partie de match[réf. nécessaire], les Français parviennent à se procurer de réelles occasions. La Seleção parvient cependant à résister au jeu de l'équipe de France malgré la blessure rapide de Cristiano Ronaldo. Alors que le match venait à peine de débuter, sur un contact appuyé de Dimitri Payet, le capitaine de la Seleção, Cristiano Ronaldo, s'effondre sur le terrain dès la 8e minute de jeu. Touché au genou, le joueur portugais fait son retour sur la pelouse du Stade de France, mais dix minutes plus tard (18e), il s'effondre en pleurs, faisant signe au banc lusitanien de le remplacer. Malgré une intervention du staff médical portugais, il quitte définitivement la finale de l'Euro 2016 (24e) sur civière et sous l'ovation du public. Aussitôt remplacé par Ricardo Quaresma, en pleine confiance après son but contre la Croatie en huitième de finale[réf. nécessaire], les Portugais parviennent à résister aux Français jusqu'à la pause.

    Dès leur retour des vestiaires, les Français se montrent beaucoup moins dangereux, et les Portugais parviennent à maîtriser leur jeu grâce à une défense (Pepe, José Fonte) et un milieu de terrain solide sous notamment l'influence de William Carvalho en position de milieu défensif. Dans un Stade de France stressé par la tournure du jeu[réf. nécessaire], les gardiens Hugo Lloris et Rui Patrício réalisent plusieurs parades.

    C'est donc en prolongation que les deux finalistes de cet Euro 2016 ont vu le score évoluer. Entré en fin de match, en remplacement de Renato Sanches, l'attaquant Eder a su peser sur la défense tricolore. A la 107e minute, il touche le ballon de la main, mais la faute est attribuée par erreur au défenseur Laurent Koscielny[111]. Le Portugal obtient pour l’occasion un coup franc très bien placé, que Raphaël Guerreiro place sur la barre du but français[112]. Deux minutes après, Laurent Koscielny, qui vient d’écoper d’un carton jaune à la place d'Eder, préfère laisser s'échapper ce dernier[113], qui parvient à ouvrir le score d'une frappe puissante à ras de terre, plein axe (109e). Les Portugais parviennent alors à inverser la tendance et ainsi remporter leur premier match contre la France depuis 41 ans. En s'imposant dans cette finale de l'Euro 2016, la Seleção parvient ainsi à battre les Français jouant à domicile, un scénario similaire à la finale de l'Euro 2004, où les Portugais avaient perdu chez eux face à la Grèce.

    La Seleção parvient ainsi à remporter son premier titre international et se qualifie ainsi pour la Coupe des confédérations de 2017 qui se tiendra en Russie.

    Statistiques et récompenses

    Statistiques générales

    • L'Espagne est l'équipe ayant le plus réussi de passes avec 91 % de réussite. Elle est suivie de la Suisse (91 %) et de l'Allemagne (90 %)[114].
    • L'Allemagne est l'équipe qui possède le plus le ballon durant un match avec une moyenne de 63 % de possession. Elle est suivie de l'Espagne avec 61 %[115].
    • Le Portugal et la France sont les équipes qui ont le plus tiré au but avec 121 tirs. Elles sont suivies de l'Allemagne (108 tirs)[116].
    • Le gardien islandais Hannes Halldórsson a réalisé le plus grand nombre d'arrêts avec 27 arrêts. Il est suivi par le Belge Thibaut Courtois et le Portugais Rui Patrício avec chacun 20 arrêts[117].
    • Le Français Antoine Griezmann est le meilleur buteur de la compétition avec six buts (dont un pénalty), suivi de l'Espagnol Álvaro Morata, du Gallois Gareth Bale, des Français Olivier Giroud et Dimitri Payet et des Portugais Cristiano Ronaldo et Nani (trois buts)[118].
    • Le Belge Eden Hazard et le Gallois Aaron Ramsey sont les meilleurs passeurs de la compétition avec quatre passes décisives, ils sont suivis de Cristiano Ronaldo, auteur de trois passes décisives[118].
    • L'Euro 2016 a mis fin a un certain nombre de séries, voire de "malédictions" existantes. En quart de finale, l’Allemagne a mis fin à une série de neuf défaites en grande compétition contre la Squadra Azzurra. Au tour suivant, la France bat la Mannschaft pour la première fois dans un tournoi majeur depuis 58 ans. Enfin, en finale, le Portugal bat la France pour la première fois en compétition officielle, après trois demi-finales perdues (1984, 2000 et 2006). La dernière victoire portugaise face aux Bleus remontait au 26 avril 1975 lors d'un amical[119] au stade olympique de Colombes, remporté sur le score de deux buts à zéro grâce aux réalisations de Nené et Marinho.

    Cette édition est l'une des moins fertiles en nombre de buts depuis plusieurs années. Après la phase de poules (36 matchs), la moyenne atteignait 1,94 buts par match. Après les huitièmes, elle remontait à 2 buts par match (88 buts inscrits en 44 matchs). Après les quarts, et grâce notamment à la rencontre France-Islande (5-2) la plus prolifique de la compétition, cette moyenne s'élevait à 2,15 buts par match, toujours inférieure à celles de l'Euro 2012 et du Mondial 2014[120]. Après les demies, la moyenne est à 2,14 buts par match.

    Résumé par équipe

    Le classement ainsi que les points sont donnés à titre indicatif.

    Sont comptabilisés les buts pendant le temps réglementaire et les prolongations, mais pas ceux des tirs au but.

    Les éliminations et qualifications après la séance de tirs au but sont comptabilisées comme des matches nuls.

    Rang ÉquipeJ.V. trV. apQ. tabN.É. tabD. apD. trPtsBPBCDiff.Niveau atteint
    1 Portugal712131395+413vainqueur
    2 France751116135+813finale
    3 Pays de Galles64212106+411demi-finale
    4 Allemagne631111173+411demi-finale
    5 Italie53111062+418quarts de finale
    6 Belgique532995+49quarts de finale
    7 Pologne52111942+211quarts de finale
    8 Islande5221889-112quarts de finale
    9 Croatie4211754+18huitièmes de finale
    10 Espagne422654+14huitièmes de finale
    11 Suisse4121632+16huitièmes de finale
    12 Angleterre412154403huitièmes de finale
    13 Hongrie4121568-212huitièmes de finale
    14 Slovaquie4112436-39huitièmes de finale
    15 Irlande4112436-318huitièmes de finale
    16 Irlande du Nord413323-16huitièmes de finale
    17 Turquie312324-27phase de groupe 3e
    18 Albanie312313-218phase de groupe 3e
    19 Roumanie312124-210phase de groupe 4e
    20 Suède312113-24Phase de groupe 4e
    21 République tchèque312125-35Phase de groupe 4e
    22 Autriche312114-315Phase de groupe 4e
    23 Russie312126-42Phase de groupe 4e
    24 Ukraine33005-55Phase de groupe 4e

    Classement des buteurs

    6 buts
    3 buts
    2 buts
    1 but
    • 57 joueurs
    1 but contre son camp

    Classement des passeurs

    4 passes décisives
    3 passes décisives
    2 passes décisives
    1 passe décisive
    • 61 joueurs

    Discipline

    Bilan par joueur

    1 carton rouge
    3 cartons jaunes
    2 cartons jaunes
    2 cartons jaunes (suite)
    1 carton jaune
    • 139 joueurs

    Bilan par équipe

    Lors de la phase de groupes, ce classement sert éventuellement à départager des équipes à égalité. Il est ensuite donné à titre indicatif.

    Class. Équipe Groupe Points J Moy.
    1 Russie B 2 -2 3 -0.67
    2 Angleterre B 3 -3 4 -0.75
    3 Espagne D 4 -4 4 -1.00
    Suède E 4 -4 3 -1.33
    5 République tchèque D 5 -5 3 -1.67
    Ukraine C 5 -5 3 -1.67
    7 Irlande du Nord C 6 -6 4 -1.50
    Suisse A 6 -6 4 -1.50
    9 Turquie D 7 -7 3 -2.33
    10 Autriche F 1 5 -8 3 -2.67
    Croatie D 8 -8 4 -2.00
    12 Belgique E 9 -9 5 -1.80
    Slovaquie B 9 -9 4 -2.25
    14 Roumanie A 10 -10 3 -3.33
    15 Allemagne C 11 -11 6 -1.83
    Albanie A 1 8 -11 3 -3.67
    Irlande E 1 8 -11 4 -2.75
    Pays de Galles B 11 -11 6 -1.83
    Pologne C 11 -11 5 -2.20
    20 Hongrie F 12 -12 4 -3.00
    Islande F 12 -12 5 -2.40
    22 France A 13 -13 7 -1.86
    Portugal F 13 -13 7 -1.86
    24 Italie E 18 -18 5 -3.60

    2 cartons jaunes pour un même joueur dans un même match sont annulés par le carton rouge qui en découle.

    Suspensions

    Le tableau ci-dessous résume les joueurs suspendus pendant la compétition.

    Joueurs Cartons Suspensions
    Duje Čop Groupe H des qualifications, 9e journée, vs Bulgarie (10 octobre 2015) Groupe D, 1re journée, vs Turquie (12 juin 2016)
    Marek Suchý Groupe A des qualifications, 10e journée, vs Pays-Bas (13 octobre 2015) Groupe D, 1re journée, vs Espagne (13 juin 2016)
    Lorik Cana Groupe A, 1re journée, vs Suisse (11 juin 2016) Groupe A, 2e journée, vs France (15 juin 2016)
    Aleksandar Dragović Groupe F, 1re journée, vs Hongrie (14 juin 2016) Groupe F, 2e journée, vs Portugal (18 juin 2016)
    Burim Kukeli Groupe A, 1re journée, vs Suisse (11 juin 2016)
    Groupe A, 2e journée, vs France (15 juin 2016)
    Groupe A, 3e journée, vs Roumanie (19 juin 2016)
    Alfreð Finnbogason Groupe F, 1re journée, vs Portugal (14 juin 2016)
    Groupe F, 2e journée, vs Hongrie(18 juin 2016)
    Groupe F, 3e journée, vs Autriche (22 juin 2016)
    Bartosz Kapustka Groupe C, 1re journée, vs Irlande du Nord (12 juin 2016)
    Groupe C, 3e journée, vs Ukraine (21 juin 2016)
    Huitième de finale, vs Suisse (25 juin 2016)
    N'Golo Kanté Groupe A, 2e journée, vs Albanie (15 juin 2016)
    Huitième de finale, vs Irlande (26 juin 2016)
    Quart de finale, vs Islande (3 juillet 2016)
    Adil Rami Groupe A, 3e journée, vs Suisse (19 juin 2016)
    Huitième de finale, vs Irlande (26 juin 2016)
    Quart de finale, vs Islande (3 juillet 2016)
    Thomas Vermaelen Groupe E, 2e journée, vs Irlande(18 juin 2016)
    Huitième de finale, vs Hongrie (26 juin 2016)
    Quart de finale, vs Pays de Galles (1er juillet 2016)
    Thiago Motta Groupe E, 1re journée, vs Belgique (13 juin 2016)
    Huitième de finale, vs Espagne (27 juin 2016)
    Quart de finale, vs Allemagne (2 juillet 2016)
    William Carvalho Huitième de finale, vs Croatie (25 juin 2016)
    Quart de finale, vs Pologne (30 juin 2016)
    Demi-finale, vs Pays de Galles (6 juillet 2016)
    Ben Davies Groupe B, vs Angleterre (16 juin 2016)
    Quart de finale, vs Belgique (1er juillet 2016)
    Demi-finale, vs Portugal (6 juillet 2016)
    Aaron Ramsey Huitième de finale, vs Irlande du Nord (25 juin 2016)
    Quart de finale, vs Belgique (1er juillet 2016)
    Demi-finale, vs Portugal (6 juillet 2016)
    Mats Hummels Huitième de finale, vs Slovaquie (26 juin 2016)
    Quart de finale, vs Italie (2 juillet 2016)
    Demi-finale, vs France (7 juillet 2016)

    Hommes du match

    2 fois
    1 fois
    1 fois (suite)
    1 fois (suite)

    Meilleur joueur

    L'UEFA a désigné le français Antoine Griezmann comme le meilleur joueur de la compétition[121].

    Joueur clé

    L'UEFA a désigné le portugais Cristiano Ronaldo comme joueur clé de la compétition[122].

    Équipe-type

    Le lendemain de la finale, l'UEFA dévoile l'équipe-type de l'Euro 2016[123].

    Équipe-type
    Gardiens Défenseurs Milieux Attaquants
    Rui Patrício Raphaël Guerreiro
    Pepe
    Jérôme Boateng
    Joshua Kimmich
    Toni Kroos
    Joe Allen
    Aaron Ramsey
    Antoine Griezmann
    Dimitri Payet
    Cristiano Ronaldo

    Aspects socio-économiques

    Législation et exemptions fiscales

    En prévision de l'Euro 2016, la France se dote dès 2014 d'une législation exonérant la société organisatrice de cette manifestation sportive, « Euro 2016 SAS », qui appartient à l'UEFA et à la FFF[124], de tout impôt sur les bénéfices, cotisations sociales et taxe d’apprentissage, conformément à l'engagement pris par la France dès le dépôt de son dossier de candidature pour l'organisation de cette compétition en 2010[125],[126]. Cette mesure, prise en raison de la compétition des territoires pour attirer les compétitions majeures, suscite la polémique car elle devrait entraîner, selon les estimations, autour de 200 millions d'euros de manque à gagner pour l'État français[127].

    Sponsors et médias

    Les sponsors de l'événement incluent : Abritel, Adidas[128], Tourtel[129], FDJ[130], McDonald's[131], Coca-Cola[132], Carlsberg[133], Continental[134], Hisense[135], HyundaiKia[136], SOCAR[137]  cette société est une entreprise pétrolière publique de l'Azerbaïdjan, ce financement crée une polémique compte tenu du régime politique contesté du pays[138],[139] , Crédit agricole[140], SNCF[141], PROMAN[142] (entreprise d'intérim[143]), Orange[144], Turkish Airlines[145], et La Poste[146]. Les diffuseurs officiels en France sont TF1, M6 et beIN Sports. La radio officielle est Radio France via France Info et France Bleu.

    Effets économiques

    Selon une étude commandée par l'UEFA, l'Euro 2016 coûtera au total 1,650 milliard d’euros (investissement pour la construction ou la rénovation des stades, sans compter 400 millions pour améliorer l'accès et les transports[147]) pour des retombées évaluées à 1,134 milliard d’euros pour l’activité en France[148]. Ces retombées économiques sont dues au surcroît d'activité généré, hors infrastructures et hors consommation locale : 800 millions de dépenses des 2,5 millions de spectateurs attendus (dont un million d'étrangers de 110 pays différents), avec notamment 600 millions pour l'hébergement, la restauration, le commerce, 200 millions de dépenses sur les « fans zones », et 400 millions pour le montant total des marchés remportés par les entreprises françaises en lien avec l'organisation[149]. Les rentrées fiscales de TVA liées à l'événement sont estimées à 178 millions (TVA de 10 à 20 % sur la consommation additionnelle et de 5,5 % sur la billetterie), ce qui porte les retombées économiques totales à 1,312 milliard d'euros[150].

    Les recettes de la compétition se montent à 1,9 Md€ (elles se répartissent en 1 Md€ de droits TV, 400 M€ de sponsoring, 250 M€ de billetterie, 250 M€ en hospitalités : vente de loges et de prestations à des entreprises, goodies) et reviennent directement à l’UEFA[151] qui estime à 900 millions d'euros les bénéfices attendus[152].

    Le 13 septembre 2012, Kuoni est désigné comme responsable de l'hébergement. Cet accord couvrira les besoins pour les équipes participantes, les officiels de match, les partenaires commerciaux et de diffusion, les journalistes, les fournisseurs et équipes responsables de l'organisation de la phase finale[153]. La société suisse avait déjà assumé ces fonctions pour l'Euro 2008.

    Sécurité et risques d'attentats

    À la suite des attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis, devant même le stade de France, les risques qui pèsent sur la compétition sont majeurs[154]. Malgré les inquiétudes de Just Fontaine, qui souhaite voir délocalisée la compétition[155], l'UEFA ne songe aucunement à réattribuer l'organisation de la compétition et maintient sa confiance envers le comité d'organisation français[156], avec lequel elle se réunit très régulièrement pour aborder les problèmes de sécurité, notamment celui des fans zones[157], identifié comme préoccupation potentielle majeure lors des 31 jours de l'Euro.

    De nombreuses personnalités du monde du football affirment dans les jours suivant les attentats leur soutien au maintien de la compétition en France, comme Vicente del Bosque[158] ou Joachim Löw[159]. Si plusieurs rencontres amicales sont suspendues (Allemagne-Pays-Bas[160] et Belgique-Espagne[161]), avec des menaces terroristes avérées[162],[163], les matchs retour des barrages sont maintenus sans incident à noter[164]. Le match amical opposant l'Angleterre et la France a eu lieu sans encombre au stade de Wembley, donnant lieu à un vibrant hommage du public[165].

    Le , le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve détaille les dispositifs de sécurités qui seront déployés lors du Championnat[166]. Au total, 77 000 personnels du ministère de l'Intérieur sont mobilisés[167] : 42 000 policiers (dont 2 000 de la sécurité publique, 5 000 de la police aux frontières, 2 000 membres des Compagnies républicaines de sécurité (CRS), 10 000 de la préfecture de police de Paris), 30 000 gendarmes (dont des membres du GIGN) et 5 200 personnels de la sécurité civile (dont 2 500 sapeurs-pompiers et 300 démineurs). Dans les infrastructures de transport, une partie des militaires de l'opération Sentinelle sera mobilisée[167]. De plus, 13 000 agents de sécurité privée et 1 000 bénévoles des associations de secourisme seront présents[167]. Enfin, le GIGN, le RAID et la BRI seront prêts à intervenir[167]. Le secrétaire d'état aux sports, Thierry Braillard annonce quelques jours avant le début de la compétition que la diffusion des matchs à la terrasse des cafés et restaurants serait interdite pour des raisons de sécurité[168]. En juillet 2016, le gouvernement lance son application SAIP, qui permet aux utilisateurs d'être prévenus en cas d'attentat à proximité de l'endroit où ils se trouvent[169].

    Les attaques par drone sont un des dangers qui menacent les stades. En conséquence, tous les stades de l'Euro 2016 sont protégés par un dispositif israélien de repérage et de prise de contrôle de tout drone approchant un stade[170].

    Plusieurs pays en lice (Russie, Croatie, Angleterre, Allemagne...) sont souvent accompagnés de hooligans, si bien que cinq matches[171] sont classés « niveau 3 » sur une échelle de risques de 4 et font l'objet d'un dispositif de sécurité renforcé, notamment au niveau des fan zones et des endroits des villes où les supporteurs sont le plus susceptibles de se rassembler[172]. Malgré ce renforcement, des phénomènes de violences initiés par des mouvements de foule et une alcoolisation excessive se sont déroulés en prélude du match opposant l'Angleterre à la Russie qui a eu lieu le 11 juin au stade Vélodrome de Marseille[173].

    L'inquiétude quant à des risques terroristes est amplifiée lors du double meurtre de Magnanville ; le djihadiste auteur de ces assassinats prophétise en effet que « l'Euro sera un cimetière »[174].

    Fans zones

    Organisation

    Des « fans zones », apparues lors de l'Euro 2008 en Suisse et en Autriche, sont prévues dans chaque ville française accueillant une rencontre du championnat. Il s'agit de grandes places disposant d'écrans géants retransmettant les rencontres en direct, accessibles aux spectateurs munis de billets ou non[175]. Elles sont définies et réglementées par une circulaire du 5 mars 2015 signée par Patrick Kanner, Thierry Braillard et Bernard Cazeneuve[176] qui prevoit notamment des contraintes de contrôle d'entrée (inspection visuelle des sacs et/ou palpation) et de vidéosurveillance.

    Localisation et capacités d'accueil

    Les dix sites retenus sont les suivants[177] :

    Fan zone (ville, site) Capacité Sécurité Ouverture
    Lille
    Parc Matisse
    25 000 places200 agents de sécuritéTous les jours de matches ou de concerts
    Lens
    Hôtel de ville
    7 000 à
    10 000 places
    100 agents de sécuritéLes jours de matches à Lens, ou de l'équipe de France et certains matches à enjeu
    Saint-Denis
    Parc de la Légion d'Honneur
    10 000 places100 agents de sécuritéTous les jours
    (sauf semaine du baccalauréat)
    Paris
    Champ de Mars
    92 000 places400 agents de sécuritéTous les jours de matches ou de concerts
    Lyon
    Place Bellecour
    50 000 places120 agents de sécuritéTous les jours de matches
    Saint-Étienne
    Parc François Mitterrand
    20 000 places100 agents de sécuritéLes jours de matches à Saint-Étienne ou de l'équipe de France
    Bordeaux
    Place des Quinconces
    62 750 places300 agents de sécuritéTous les jours
    (sauf le 4 juillet)
    Toulouse
    Allée Jules Guesdes
    11 500 places160 agents de sécuritéLes jours de matches à Toulouse ou de l'équipe de France
    Marseille
    Plages du Prado
    80 000 places400 agents de sécuritéTous les jours de matches
    Nice
    Théâtre de verdure et Jardin Albert-Ier
    10 000 places120 agents de sécuritéLes jours de matches à Nice ou de l'équipe de France
    et toutes les rencontres à partir des 1/4 de finale

    Controverses

    Déjà identifiées comme un problème majeur de sécurité de l'Euro[157], le Conseil national des activités privées de sécurité (CNAPS), dépendant du ministère de l'Intérieur, recommande la suppression des fans zones[178]. Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse, réagit le lendemain dans le même sens, indiquant qu'il « penche pour ne pas en installer », ne disposant pas des moyens nécessaires pour leur sécurisation, alors que Noël Le Graët indique qu'une réunion à ce sujet est prévue le mardi 24 novembre, avec entre autres Bernard Cazeneuve (ministre de l'Intérieur), Patrick Kanner (ministre des Sports) et Alain Juppé (président du club des villes hôtes)[179],[180].

    Fin mai, le Premier ministre Manuel Valls assure que les fans zones seront maintenues, même celle du Champ-de-Mars, au pied de la Tour Eiffel à Paris[181], quand bien même le préfet de police de la ville estime qu'il faudrait qu'elle soit fermée pendant les rencontres se déroulant au Parc des Princes et au Stade de France (ce qui concernerait 12 des 51 matchs de la compétition)[182]. La présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, a annoncé de son côté être inquiète en ce qui concerne la sécurité du public dans les fans zones[183] et vouloir les interdire au moindre dérapage.

    Troubles à l'ordre public

    Troubles à l'ordre public à Marseille

    Plusieurs actes de trouble à l'ordre public ont été déplorés lors du championnat, que ce soient des actes de hooliganisme, des violences entre fans ou d'autres actes, à la fois sur les sites où les matchs ont eu lieu et dans les villes à proximité[184],[185]. La violence a commencé immédiatement avant le début du tournoi , et a impliqué des affrontements entre supporters de plusieurs pays. Certaines de ces émeutes sont venues de gangs listés comme hooligan, qui visent délibérément à provoquer. Les organisateurs et les responsables gouvernementaux de plusieurs pays ont condamné ces actes et ont recommandé diverses sanctions pouvant aller jusqu'à l'exclusion de l'Euro pour les sélections où leurs fans sont mis en cause et l'interdiction de l'alcool.

    Précautions

    En marge de la compétition, les policiers français accueillent au début du mois de juin 180 policiers étrangers[186], venus des vingt-trois autres pays qualifiés à l'Euro[187]. Le but de ces effectifs est de traquer les hooligans présents sur le sol français[188], d'alerter les autorités françaises d'un éventuel changement de programme des supporters[189] et d'anticiper d'éventuelles bagarres[190]. Leur nombre est toutefois remis en question après les premiers incidents à Marseille et à Nice[191].

    Événements

    Marseille

    Dans la nuit du jeudi au vendredi précédant le début de la compétition, les premiers incidents ont lieu à Marseille, le 10 juin lorsque les fans anglais présents lancent quelques projectiles en direction des forces de l'ordre, qui utilise des gaz lacrymogènes pour disperser la foule. Un Français et un Anglais sont placés en garde à vue. Plusieurs bagarres entre supporters sont également à déplorer[192]. Plus tard, six supporters anglais sont arrêtés et accusés d'avoir jeté des bouteilles sur la police. Un fan anglais est hospitalisé, tandis que des dizaines d'autres personnes sont blessées dans les affrontements. Le lendemain en début d'après-midi et à quelques heures du match Angleterre-Russie, alors que les Anglais ont annexé le Cours d'Estienne-d'Orve, une trentaine de Russes débarque et commence à jeter des chaises et autres projectiles sur les fans anglais présents en terrasse. Les forces de l'ordre interviennent à nouveau et un hélicoptère anti-émeutes tourne au dessus du Vieux-Port et tous les bars ont fermé[193]. Le bilan est désastreux, étant de pas moins de trente blessés dont un entre la vie et la mort après avoir été battu à coup de barre de fer[194]. Peu avant le match, quelques incidents sont vite maîtrisés aux alentours du stade Vélodrome, mais quelques autres incidents ont lieu à l’intérieur même du stade après le coup de sifflet final, quand une centaine de fans russe escaladent une clôture pour attaquer les supporters adverses. Après les incidents, dix-neuf personnes sont arrêtées et déférées au parquet dont douze (Russes, Français, Anglais et Autrichien) sont condamnées à des peines de prison ferme allant jusqu'à trois ans[195]. Plus d'une vingtaine de fans russes sont également expulsés dont Alexandre Chpryguine, président de l’association des supporteurs russes, collaborateur du député Igor Lebedev, membre d'un parti d’extrême droite, qui sera de nouveau arrêté en France au Stadium de Toulouse quelques jours après son expulsion. L'équipe russe est suspendue avec sursis et menacée d'exclusion de la compétition en cas de nouvel incident dans un stade[196].

    Une semaine plus tard au Stade Vélodrome, avant le match entre l'Islande et la Hongrie, les fans hongrois ont tenté d'escalader leurs tribunes pour aller provoquer leurs adversaires avant le coup d'envoi.

    De nouveaux troubles ont lieu avant la rencontre Pologne - Ukraine à la fois sur le Vieux-Port et autour du Stade Vélodrome[197].

    Lille

    Le 12 juin, des hooligans allemands s’en prennent à des supporters ukrainiens sur la Grand-Place de Lille. Des chaises volent, des personnes sont bousculées, mais l’intervention rapide des CRS provoque vite l’accalmie. Une trentaine de supporters se sont notamment jetés des bouteilles en verre et donnés des coups de pied et des coups de poing pendant quelques minutes[198].

    Quelques jours plus tard, une bagarre éclate dans un train entre Calais et Lille, entre supporters anglais et gallois et implique une quinzaine de passagers des deux pays, dans un wagon[199].

    C’est un policier britannique spécialisé, faisant partie de ceux qu’on appelle des « spotters », chargés de repérer les supporteurs fauteurs de troubles, présent à bord du train, qui a pu alerter la police française. L’Angleterre et le Pays-de-Galles seront opposés sur le terrain jeudi à Lens en match de poule, et entre 40 et 50 000 supporters de ces pays y sont attendus. Beaucoup d’entre eux sont arrivés dès ce mercredi à Lens, dans une ambiance bon enfant.

    Le 19 juin, quelques heures après le match Russie-Slovaquie, l’ambiance tourne à l’orage. Plusieurs centaines d’Anglais alcoolisés chahutent avec les forces de l’ordre avant d'’affronter de nouveau les fans anglais, quelques jours après les affrontements à Marseille, pendant quelques minutes, avant que ces derniers ne soit mis en déroute par des Russes, aidés de hooligans français. Pendant les événements du Vieux-Lille, d’autres groupes d’Anglais se sont reconstitués Grand-Place, et dans le quartier des Arts, obligeant les policiers à intervenir. À minuit, environ 300 Anglais sont à nouveau rassemblés, avec des Français, place de la Gare. Les policiers chargent à plusieurs reprises, avec gaz et grenade lacrymogène. Les supporters répondent avec des bouteilles. trente-sept personnes sont interpellées et on compte 50 blessés légers dont 16 hospitalisations[200].

    Nice

    Au lendemain des premiers incidents de l'Euro, de nouveaux affrontements ont eu lieu entre des Niçois et des supporters nord-irlandais, faisant sept blessés dont un souffrant d'un traumatisme crânien. Une bagarre éclate après que des Niçois ont provoqué les supporteurs britanniques Cours Saleya avec des échanges de coups et de jets de bouteilles[201].

    Le 17 juin, une dizaine d'ultras espagnols arborant des insignes néo-nazis, et un supporter recherché après l'agression d'un employé de supérette sont interpellés. Les interpellés arboraient des croix gammées et des visages de hauts dignitaires nazis tatoués sur leur corps et sont suspectés de vol avec violences en réunion[202].

    Paris

    Le 12 juin, des hooligans parisiens s'en prennent à des supporters turcs à proximité du Parc des Princes avant le début du match Turquie-Croatie mais la police intervient rapidement et disperse les individus[203]. Des hooligans s'en prennent également à des supporters croates.

    Trois jours plus tard, un bref affrontement entre supporters polonais et allemands se produit au Trocadéro[204].

    En marge de la finale de l'Euro 2016 le 10 juillet, la police a procédé à une cinquantaine d'interpellations, notamment près de la fan zone à Paris, aux abords du Stade de France (pour outrage, dégradations ou encore vente interdite à la sauvette)[205].

    Lyon

    À Lyon, également en marge de la finale, 9 personnes ont été placées en garde à vue pour des « violences, outrages, détention d'artifices ou encore entrave à l'intervention des secours »[205].

    Saint-Étienne

    Pendant le match République Tchèque-Croatie, à Geoffroy Guichard, les supporters croates lancent des fumigènes puis une bombe agricole qui touche un pompier qui tentait de débarrasser la pelouse des fumigènes. S'ensuivent des affrontements dans la tribune entre supporters croates devant un des CRS et des stadiers rapidement dépassés par les événements[206]. Le match est interrompu pendant plusieurs minutes.

    Toulouse

    Le match Russie-Pays de Galles était classé à hauts risques après les incidents intervenus à Marseille[207]. Il y a eu finalement 7 interpellations[208] dont Alexandre Chpryguine, expulsé de France après les incidents lors de Angleterre-Russie[209].

    Notes et références

    Notes

    1. Les capacités des stades sont celles imposées par l'UEFA, et valables uniquement lors de l'Euro.

    Références

    1. Site officiel
    2. « Euro 2016 : La France gagne 7 voix à 6 », sur football365.fr,
    3. Julien Guyon, « Euro 2016 : comment le tableau final favorise la France, par Julien Guyon, mathématicien », sur lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 23 juin 2016)
    4. (en) Martyn Ziegler, « Uefa admit expansion of European Championships to 24 teams 'not ideal' », sur independent.co.uk, The Independant, (consulté le 23 juin 2016)
    5. Allemagne: 4 CDM 3 Euros / Italie: 4 CDM 1 Euro / France: 1 CDM 2 Euros 2 Coupes des confédérations / Espagne: 1 CDM 3 Euros / Angleterre: 1 CDM
    6. « Euro 2016 : Les Italiens pestent contre le tableau après avoir hérité de l’Espagne en 8e », sur rmcsport.bfmtv.com, RMC Sport, (consulté le 23 juin 2016)
    7. « Avant le grand stade de Lyon, il y avait la zad de Décines », sur www.euro2016-foot.fr, (consulté le 9 avril 2015)
    8. « Félix-Bollaert a été choisi », sur lequipe.fr, (consulté le 20 mai 2011)
    9. « Finales à Wembley, Amsterdam et Prague en 2013 », sur uefa.com, (consulté le 16 juin 2011)
    10. « Strasbourg se rétracte », sur sport24.com, le .
    11. « Pas d’Euro 2016 à Nancy », sur sport24.com, (consulté le 2 décembre 2011)
    12. Metz renonce à l’Euro 2016
    13. Euro 2016. Platini : « Rennes, ils resteront chez eux ! »
    14. « Le Paris Saint-Germain et la Ville de Paris communiquent », sur psg.fr
    15. « Juppé président du Club des sites d'accueil », sur fr.uefa.com, UEFA, 28 mai 2014, mis à jour le 4 juin 2014 (consulté le 20 novembre 2015)
    16. Calendrier des rencontres, annonce officielle de UEFA EURO 2016, Twitter
    17. « Le logo de l'UEFA EURO 2016 dévoilé », sur uefa.com, UEFA, (consulté le 27 juin 2013)
    18. Bruno Lesprit, « L'Euro 2016 a un logo, c'est déjà ça », sur lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 27 juin 2013)
    19. « Le logo dévoilé », sur lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le 27 juin 2013)
    20. Bruno Lesprit, « L'Euro 2016 a un logo, c'est déjà ça », sur lemonde.fr,
    21. Description du logo sur le site de l'agence Brandia Central
    22. Lucas bretonnier, « David Guetta : le DJ qui fait danser la planète », Le Parisien Magazine, no supplément au Parisien no 22044, , p. 10 à 14 (ISSN 2262-6077)
    23. Présentation officielle de la mascotte, UEFA Euro 2016, éditeur officiel, hébergé par Vine, 18 novembre 2014
    24. Euro 2016 : la mascotte s'appellera Driblou, Goalix ou SuperVictor, Paco Delo, Le Parisien, 18 novembre 2014
    25. La mascotte de l'Euro 2016 s'appellera Super Victor !
    26. « Zidane dévoile «Beau jeu», le ballon de l'Euro 2016 », sur leparisien.fr,
    27. « Euro : Un nouveau ballon à partir des huitièmes de finale », sur lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le 23 juin 2016)
    28. Nicolas Rouyer, « Euro 2016 : on change de ballon à partir des 8e ?! », sur europe1.fr, Europe 1, (consulté le 23 juin 2016)
    29. Euro 2016: Le tirage au sort pour l'attribution des places fait beaucoup de déçus
    30. « Euro 2016: des billets à partir de 25 euros », sur lexpress.fr, L'Express, (consulté le 12 mai 2015)
    31. + 3 participations avec la Tchécoslovaquie dont la République Tchèque et la Slovaquie étaient membres jusqu'en 1993 : 1960, 1976 ( V), 1980.
    32. + 6 participations en tant que Union soviétique (devenue CEI à la fin en 1992) dont la Russie (héritière principale) et l'Ukraine étaient membres : 1960 ( V), 1964, 1968, 1972, 1988, 1992
    33. « Lancement du catalogue des camps de base de l’UEFA EURO 2016 » [PDF], sur fr.uefa.com, UEFA, (consulté le 10 juin 2016)
    34. « Où est basée votre équipe ? », sur fr.uefa.com, UEFA, (consulté le 10 juin 2016)
    35. Fabrice Rigobert, « Euro 2016 : découvrez la carte des camps de base des 24 équipes », sur franceinfo.fr, (consulté le 10 juin 2016)
    36. « L'arbitre Clément Turpin sélectionné pour l'Euro 2016 », sur lequipe.fr, L'Equipe, (consulté le 15 décembre 2015)
    37. « Phase finale », sur uefa.com, UEFA (consulté le 13 octobre 2015)
    38. Classement UEFA mis à jour le 13 novembre 2015
    39. « Tirage : la composition des chapeaux », sur fr.uefa.com,
    40. « Classement mondial FIFA décembre 2015 », sur fr.fifa.com,
    41. « Classement mondial FIFA juin 2016 », sur fr.fifa.com,
    42. [PDF]Règlement du Championnat d'Europe de football de l'UEFA 2014 à 2016
    43. « Full Time Report - Match 1 » [PDF], sur UEFA.com,
    44. « Full Time Report - Match 2 » [PDF], sur UEFA.com,
    45. « Full Time Report - Match 14 » [PDF], sur UEFA.com,
    46. « Full Time Report - Match 15 » [PDF], sur UEFA.com,
    47. « Full Time Report - Match 25 » [PDF], sur UEFA.com,
    48. « Full Time Report - Match 26 » [PDF], sur UEFA.com,
    49. Euro 2016 : pour les bookmakers, le favori est... la France, site europe1.fr, 23-24 mai 2016.
    50. « Chronologie : ce qu'il faut savoir de l'affaire de la sextape Valbuena et de l'implication de Karim Benzema », sur lequipe.fr,
    51. « Euro : Cantona laisse entendre que Didier Deschamps n'a pas sélectionné Benzema et Ben Arfa en raison de leurs origines », sur lequipe.fr,
    52. « Calendrier de la saison 2016-Suisse », sur footballdatabase.eu
    53. « Full Time Report - Match 3 » [PDF], sur UEFA.com,
    54. « Full Time Report - Match 4 » [PDF], sur UEFA.com,
    55. « Full Time Report - Match 13 » [PDF], sur UEFA.com,
    56. « Full Time Report - Match 16 » [PDF], sur UEFA.com,
    57. « Full Time Report - Match 27 » [PDF], sur UEFA.com,
    58. « Full Time Report - Match 28 » [PDF], sur UEFA.com,
    59. « Full Time Report - Match 6 » [PDF], sur UEFA.com,
    60. « Full Time Report - Match 7 » [PDF], sur UEFA.com,
    61. « Full Time Report - Match 17 » [PDF], sur UEFA.com,
    62. « Full Time Report - Match 18 » [PDF], sur UEFA.com,
    63. « Full Time Report - Match 29 » [PDF], sur UEFA.com,
    64. « Full Time Report - Match 30 » [PDF], sur UEFA.com,
    65. (ru) Вацко обвиняет Фоменко
    66. « Full Time Report - Match 5 » [PDF], sur UEFA.com,
    67. « Full Time Report - Match 8 » [PDF], sur UEFA.com,
    68. « Full Time Report - Match 20 » [PDF], sur UEFA.com,
    69. « Full Time Report - Match 21 » [PDF], sur UEFA.com,
    70. « Full Time Report - Match 31 » [PDF], sur UEFA.com,
    71. « Full Time Report - Match 32 » [PDF], sur UEFA.com,
    72. Guillaume Navarro, « Euro 2016 : deux groupes de haut niveau », sur l'Equipe.fr, (consulté le 26 mai 2016)
    73. https://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Republique-tcheque-croatie-interrompu-par-des-jets-de-fumigenes-et-un-petard/696166
    74. « Full Time Report - Match 9 » [PDF], sur UEFA.com,
    75. « Full Time Report - Match 10 » [PDF], sur UEFA.com,
    76. « Full Time Report - Match 19 » [PDF], sur UEFA.com,
    77. « Full Time Report - Match 22 » [PDF], sur UEFA.com,
    78. « Full Time Report - Match 35 » [PDF], sur UEFA.com,
    79. « Full Time Report - Match 36 » [PDF], sur UEFA.com,
    80. « Full Time Report - Match 11 » [PDF], sur UEFA.com,
    81. « Full Time Report - Match 12 » [PDF], sur UEFA.com,
    82. « Full Time Report - Match 23 » [PDF], sur UEFA.com,
    83. « Full Time Report - Match 24 » [PDF], sur UEFA.com,
    84. « Full Time Report - Match 33 » [PDF], sur UEFA.com,
    85. « Full Time Report - Match 34 » [PDF], sur UEFA.com,
    86. UEFA, « Règlement du Championnat d'Europe de football de l'UEFA 2014-2016 », sur uefa.org, (consulté le 10 juin 2015), p. 17-18 (Chap. II Système de la compétition, art. 17 Formule de la phase finale)
    87. « Full Time Report - Match 37 » [PDF], sur UEFA.com,
    88. « Full Time Report - Match 38 » [PDF], sur UEFA.com,
    89. « Euro 2016 : le pays de Galles peut remercier l'Irlande du Nord », sur europe1.fr,
    90. « Quand les fans irlandais chantent la sérénade à une Française » sur leparisien.fr. (consulté le 26/06/2016)
    91. « Euro 2016 : quand des supporteurs irlandais chantent à la gloire de la police française à Bordeaux » sur yahoo.com. (consulté le 26/06/2016)
    92. « Les supporters de l'Irlande du Nord considérés comme les meilleurs de l'Euro » sur bfmtv.com. (consulté le 26/06/2016)
    93. « Full Time Report - Match 39 » [PDF], sur UEFA.com,
    94. « Full Time Report - Match 40 » [PDF], sur UEFA.com,
    95. « Full Time Report - Match 41 » [PDF], sur UEFA.com,
    96. « Full Time Report - Match 42 » [PDF], sur UEFA.com,
    97. « Full Time Report - Match 43 » [PDF], sur UEFA.com,
    98. « Full Time Report - Match 44 » [PDF], sur UEFA.com,
    99. « Pour la presse anglaise, la défaite contre l'Islande est «la plus humiliante de l'histoire» », sur lequipe.fr, .
    100. « Full Time Report - Match 45 » [PDF], sur UEFA.com,
    101. « Full Time Report - Match 46 » [PDF], sur UEFA.com,
    102. « Full Time Report - Match 47 » [PDF], sur UEFA.com,
    103. Allemagne-Italie en football
    104. « Full Time Report - Match 48 » [PDF], sur UEFA.com,
    105. Ronan Tésorière, « Euro 2016 : les Bleus explosent les records en une mi-temps », sur leparisien.fr,
    106. « Full Time Report - Match 49 » [PDF], sur UEFA.com,
    107. « Full Time Report - Match 50 » [PDF], sur UEFA.com,
    108. Julie Rasplus, Simon Gourmellet, Pierre Godon, Fabien Magnenou, Marie-Violette Bernard, Clément Parrot, « Euro 2016 : revivez la palpitante demi-finale entre la France et l'Allemagne (2-0) », sur francetvinfo.fr, .
    109. Rémi Dupré, Euro 2016 : les Bleus délivrés de la malédiction allemande, Le Monde, 7 juillet 2016.
    110. « Full Time Report - Match 51 » [PDF], sur UEFA.com,
    111. « La main d’Eder qui enrage la France », sur 7sur7.be, 7 sur 7,
    112. « Finale : la barre pour Raphaël Guerreiro », sur lequipe.fr, L’Equipe,
    113. « Equipe de France  : Laurent Koscielny évoque la défaite de l’Euro contre le Portugal », sur lequipe.fr, L’Equipe,
    114. « Statistiques par équipes », sur UEFA,
    115. « Statistiques par équipes », sur UEFA,
    116. « Statistiques par équipes », sur UEFA,
    117. « Statistiques des joueurs », sur UEFA,
    118. « Statistiques des joueurs », sur UEFA,
    119. « L'Euro 2016, c'était le tournoi des fins de séries », sur slate.fr,
    120. « Stats : les Bleus remontent la moyenne de buts par match », sur lequipe.fr, L’Équipe,
    121. « Antoine Griezmann Joueur de l'EURO », sur uefa.com,
    122. Cristiano Ronaldo, quelle année 2016 !
    123. « Antoine Griezmann et Dimitri Payet dans l'équipe type de l'Euro », sur lequipe.fr, (mis en ligne et consulté le 11 juillet 2016)
    124. Euro 2016 : la grande arnaque fiscale, lefigaro.fr, 10 juin 016
    125. Comment la France est devenue un paradis fiscal pour l'UEFA, mediapart.fr, 4 décembre 2014
    126. Football : l'UEFA ne paiera pas d'impôt pour l'Euro 2016, 3 novembre 2014
    127. Cyrille Pluyette, « Le régime fiscal de l'Euro 2016 pointé du doigt », sur lefigaro.fr,
    128. « Adidas fournira les ballons », UEFA.com, (lire en ligne, consulté le 13 décembre 2015)
    129. « Sponsors Officiels - EURO 2016 », UEFA.com, (lire en ligne, consulté le 13 décembre 2015)
    130. « FDJ devient le premier sponsor national de l’UEFA EURO 2016 », UEFA.com, Union of European Football Associations, (lire en ligne, consulté le 3 octobre 2014)
    131. « McDonald's signed up as official Euro sponsor », UEFA.com, Union of European Football Associations, (lire en ligne, consulté le 4 juillet 2012)
    132. « Coca-Cola signs for Euro 2012, 2016 », UEFA.com, Union of European Football Associations, (lire en ligne, consulté le 4 juillet 2012)
    133. UEFA, « Carlsberg signs as Official Sponsor for UEFA national team compétitions », UEFA.com (consulté le 15 mai 2013)
    134. « Continental to sponsor Euro 2012 and 2016 », UEFA.com, Union of European Football Associations, (lire en ligne, consulté le 4 juillet 2012)
    135. http://www.hisense.fr/Hisense-sponsor-UEFA-EURO2016
    136. « Hyundai-Kia joins as official sponsor for UEFA Euro 2012™ and UEFA Euro 2016™ », UEFA.com, Union of European Football Associations, (lire en ligne, consulté le 4 juillet 2012)
    137. « Sponsorship deal with SOCAR »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogle • Que faire ?), UEFA.com (consulté le 31 juillet 2013)
    138. Nicolas Rinaldi Euro de football : quand l'UEFA ne respecte pas les valeurs qu'elle défend Marianne (magazine), 12 mai 2016
    139. Clément Guillou Euro 2020 : Platini récompense un grand pays de foot, l’Azerbaïdjan Rue89, 19 septembre 2014
    140. « Crédit Agricole nouveau sponsor de l'EURO 2016 », UEFA.com, Union of European Football Associations, (lire en ligne, consulté le 21 mars 2015)
    141. « La SNCF quatrième partenaire national », UEFA.com, Union of European Football Associations, (lire en ligne, consulté le 2 avril 2015)
    142. « Un deuxième partenaire national », UEFA.com, Union of European Football Associations, (lire en ligne, consulté le 2 avril 2015)
    143. http://www.proman-emploi.fr/euro-2016/
    144. « Orange partenaire global de l'UEFA EURO 2016 », UEFA.com, Orange, (lire en ligne, consulté le 13 décembre 2015)
    145. « Turkish Airlines devient sponsor mondial de l'Euro 2016 », UEFA.com, L'équipe, (lire en ligne, consulté le 13 décembre 2015)
    146. « Foot: La Poste va acheminer les billets de l'Euro 2016 », Le Point, (lire en ligne, consulté le 13 décembre 2015)
    147. Elsa Conesa, « Football : l'UEFA ne paiera pas d'impôt pour l'Euro 2016 », sur lesechos.fr,
    148. « Euro 2016. Platini: "Nous voulons un Euro populaire et festif" », sur ouest-france.fr,
    149. Christophe Palierse, « A un mois de l’Euro 2016 », sur lesechos.fr,
    150. Emmanuel Jarry, « Les retombées de l'Euro 2016 évaluées à 1,3 milliard d'euros », sur capital.fr,
    151. Cyrille Haddouch, « L’Euro 2016 sur de bons rails », sur lefigaro.fr,
    152. « Euro 2016: l'UEFA sera exonérée de tout impôt, hors TVA », sur lexpress.fr,
    153. Kuoni responsable de l'hébergement à l'EURO 2016
    154. Alexandre Ferret, « Football : inquiétudes pour la sécurité de l'Euro 2016 », sur lepoint.fr, Le Point, (consulté le 17 novembre 2015)
    155. Avec AFP, « Attentats à Paris : Just Fontaine veut donner l'Euro 2016 à un autre pays », sur lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le 17 novembre 2015)
    156. Avec AFP, « Attentats à Paris: L'UEFA n'est pas inquiète pour la tenue de l'Euro 2016 », sur 20minutes.fr, 20 minutes, (consulté le 17 novembre 2015)
    157. Nicolas Camus, « Attentats à Paris: «Les fans zones sont le problème le plus grave pour l'Euro 2016» », sur 20minutes.fr, 20 minutes, (consulté le 17 novembre 2015)
    158. Romain Vinot, « Del Bosque : « J’espère que l’Euro aura lieu en France » », sur mensquare.com, (consulté le 17 novembre 2015)
    159. « Attentats à Paris, Löw : "L'Euro 2016 en France sera sans danger" », sur goal.com, (consulté le 17 novembre 2015)
    160. « Le match Allemagne-Pays-Bas annulé en raison d’une menace « d’explosion » », sur lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 20 novembre 2015)
    161. « Amical : Belgique - Espagne annulé en raison de la menace terroriste », sur lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le 20 novembre 2015)
    162. Avec AFP, « Allemagne - Pays-Bas: Angela Merkel justifie l'annulation du match », sur 20minutes.fr, 20 minutes, (consulté le 20 novembre 2015)
    163. Avec AFP, « Attentats à Paris: Belgique-Espagne annulé, Salah Abdeslam aurait été aperçu à côté du stade », sur 20minutes.fr, 20 minutes, (consulté le 20 novembre 2015)
    164. AFP, « Euro-2016: brassards noirs lors des barrages retours, après les attentats de Paris », sur lexpress.fr, L'Express, (consulté le 20 novembre 2015)
    165. « Revue de presse - « Une soirée de fraternité » », sur lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le 18 novembre 2015)
    166. Julia Pascual, « Euro 2016 : Cazeneuve dévoile le dispositif de sécurité », Le Monde.fr, (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 26 mai 2016)
    167. « Euro 2016 : l’État, les organisateurs et les villes-hôtes mobilisés pour une sécurité optimale », sur Gouvernement.fr (consulté le 26 mai 2016)
    168. La retransmission des matches en terrasse interdite
    169. « Sans frontières - Jérusalem, le stade du futur », sur You Tube, Télé Matin,
    170. Angleterre - Russie, Turquie - Croatie, Allemagne - Pologne, Angleterre - pays de Galles et Ukraine - Pologne.
    171. « Euro-2016: l'ombre du hooliganisme ressurgit », sur lexpress.fr,
    172. « Euro 2016 : "Pas de constat d'échec" à Marseille, selon le chargé de la lutte anti-hooliganisme », sur francetvinfo.fr,
    173. « En direct - Attentat à Magnanville: Abballa a diffusé la vidéo des meurtres sur Facebook, la police recherche des complices », sur France-Soir,
    174. Gérald Roux, Elene Usdin, « Expliquez-nous... les fan-zones », sur franceinfo.fr, (consulté le 7 juin 2016)
    175. « Instruction Interministérielle portant Prescriptions Nationales en Matière de Sécurisation des « Fans Zones » Organisées à l'Occasion de l'Euro 2016 de Football » [PDF], sur legifrance.gouv.fr, (consulté le 7 juin 2016)
    176. Louis Boy, « CARTES. Où se trouvent les "fan zones" et les stades de l'Euro 2016 ? », sur franceinfo.fr, (consulté le 7 juin 2016)
    177. « Euro 2016 : Imbroglio autour des fan-zones », sur lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le 20 novembre 2015)
    178. « Euro 2016 : le maire de Toulouse «penche» pour ne pas installer de fan-zones », sur lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le 20 novembre 2015)
    179. Laurent Rivier, « Sécurité. Noël Le Graët, tel un menhir », sur letelegramme.fr, Le Télégramme, (consulté le 20 novembre 2015)
    180. Marc de Boni, « Euro : malgré la menace, Manuel Valls veut le maintien des «fan zones» », sur lefigaro.fr, Le Figaro, (consulté le 7 juin 2016)
    181. « Euro 2016 : vers la fermeture des fans zones à Paris », sur lesechos.fr, Les Échos, (consulté le 7 juin 2016)
    182. Valérie Pécresse est "inquiète" à propos des fan zones
    183. « Les défaillances des pouvoirs publics face aux hooligans à Marseille », sur RTL.fr (consulté le 20 juin 2016)
    184. « Euro-2016: enfin du football pour oublier les hooligans? », sur lesechos.fr, (consulté le 20 juin 2016)
    185. « Euro 2016 : 180 policiers étrangers en renfort pour traquer les hooligans », sur leparisien.fr,
    186. « Des policiers étrangers en renfort contre les hooligans », sur ouest-france.fr,
    187. « Euro : 180 policiers étrangers en renfort pour traquer les hooligans », sur lequipe.fr,
    188. « Marseille: Les spotters, ces policiers étrangers qui renseignent la police française », sur 20minutes.fr,
    189. Willy Le Devin, « Les hooligans marqués à la culotte », sur liberation.fr,
    190. « Euro 2016 : Les questions qui entourent les débordements de Marseille et Nice », sur 20minutes.fr,
    191. « Football / Euro 2016 : scènes de violences avec des supporters anglais à Marseille », sur midilibre.fr
    192. « Euro 2016. Violences à Marseille : «C'était la guerre», raconte un témoin », sur leparisien.fr,
    193. « Euro 2016: Un supporter anglais entre la vie et la mort », sur parismatch.com
    194. « Euro-2016 : trois supporters russes condamnés à la prison ferme après les violences à Marseille », sur france24.com,
    195. « Euro : l'UEFA suspend la Russie avec sursis et la menace d'exclusion de la compétition en cas de nouvel incident dans un stade », sur francetvinfo.fr,
    196. « Euro - Violences : incidents avant Pologne - Ukraine », sur lequipe.fr,
    197. « Lille : affrontements Grand-Place entre supporters allemands et ukrainiens », sur francetvinfo.fr,
    198. « Hazebrouck : cinq interpellations après des affrontements entre supporters anglais et gallois dans un train Calais-Lille », sur lavoixdunord.fr
    199. « Euro 2016 : des heures d’incidents et d’affrontements à Lille entre supporters et forces de l’ordre (VIDÉOS) », sur 16 juin 2016
    200. « Affrontements à Nice entre la police et des supporters », sur 11 juin 2016
    201. « La police a interpellé ce vendredi onze supporters espagnols, place Garibaldi à Nice, quelques heures avant le match Espagne-Turquie à l'Allianz Riviera. », sur nicematin.com,
    202. « Euro: des hooligans parisiens ont attaqué des supporters turcs près du Parc des Princes », sur dhnet.be, .
    203. (en) « Fight between Polish and German hooligans 16.06.2016 », sur hooliganstv.com, .
    204. « Euro 2016 : 50 interpellations en marge de la finale », sur tempsreel.nouvelobs.com, .
    205. « La Croatie A Tout Gâché », sur sofoot.com,
    206. « Euro - Sécurité : 1900 policiers et gendarmes mobilisés à Toulouse », sur lequipe.fr,
    207. « Euro 2016/ violences : 7 interpellations dont 4 Russes en marge du match Russie - pays de Galles à Toulouse », sur franceinfo.fr,
    208. « Un hooligan russe, censé être déjà expulsé, interpellé en plein match Russie-Galles », sur lejdd.fr,

    Voir aussi

    Articles connexes

    Liens externes

    • Portail du football
    • Portail des années 2010
    • Portail de la France
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.