Championnat de Formule E FIA

Le championnat de Formule E de la FIA est un championnat de course automobile utilisant des monoplaces de Formule E, organisé par la FIA. C'est le seul championnat de ce type utilisant des véhicules propulsés par un moteur électrique.

Championnat de Formule E FIA
Généralités
Sport Sport mécanique
Création 2014
Organisateur(s) FIA
Formula E Holdings
Éditions 6
Catégorie Monoplace - Formule E
Périodicité 12 mois
Site web officiel www.fiaformulae.com

Palmarès
Plus titré(s)

Jean-Éric Vergne (2)

Renault-e.dams (3)
Pour la compétition en cours voir :
Championnat de Formule E FIA 2019-2020

La première saison, qui voit dix équipes s'affronter sur dix circuits urbains, se tient en 2014 et 2015[1]. En dehors des écuries spécifiques à cette discipline, le championnat attire de grands constructeurs comme Audi, Nissan, BMW, Porsche, Jaguar, et Mercedes-Benz, tous présents pour la saison 2019-2020 (Renault ayant quitté le championnat après la saison 2017-2018).

Historique

2011-2013 : genèse du projet

En 2011, la FIA lance une étude pour créer un championnat de course automobile électrique à l'horizon 2014. Après plusieurs hypothèses concernant le type de voitures engagées (la piste des sport-prototypes a été un temps envisagée), le championnat doit finalement être disputé avec des monoplaces.

2014-2015 : première saison

Présentation de la Spark-Renault SRT 01E au salon de Francfort 2013.

Le modèle Spark SRT 01E de Renault est le seul homologué pour la première saison du nouveau championnat.

2015-2016 : deuxième saison

À partir de cette deuxième saison, huit équipes peuvent développer leurs propres groupes propulseurs.

2016-2017 : troisième saison

Felix Rosenqvist à Berlin en 2017 (nouveau aileron avant).

2017-2018 : quatrième saison

2018-2019 : cinquième saison

2019-2020 : sixième saison

Voitures

Une Spark SRT 05E (Formule E), au salon de Genève 2018.

La Formule E de saison 5, appelée Spark SRT 05E (ou « Gen2 »), dispose d'une puissance de 250 kilowatts (340 chevaux) maximum.

Chaque concurrent peut utiliser la puissance maximum de 250 kW en qualifications et 200 kW en course (plus 25 kW lors du « mode attaque »[2] et 25 kW lors d'un FanBoost). Les véhicules sont équipés de batteries de 54 kWh permettant de disputer une épreuve sans changement de voiture[3].

Chaque voiture Gen2 doit peser 900 kg minimum pilote compris (dont 385 kg de batteries)[4]. La Gen2 peut accélérer de 0 à 100 km/h en 2,8 secondes, pour une vitesse maximale de 280 km/h[4].

Les véhicules sont autorisés à un niveau de bruit supérieur aux véhicules de tourisme, mais restent plus silencieux que les engins de course à moteur thermique ou hybride[4].

Organisation des courses

Circuits

Le championnat se déroule en grande majorité sur des circuits urbains temporaires. La première saison se déroule dans dix villes, sur trois continents différents[1].

Format des courses

À l'issue de deux simulations de course, à Pékin, début août 2014, les organisateurs de la Formule E établissent le programme-type d'une manche de Formule E[5].

Il y aura deux séances d'essais libres : la première se déroule sur 45 minutes, et la seconde sur 30 minutes. Les qualifications suivent et sont découpées en quatre groupes, constitué chacun de cinq pilotes. Chaque pilote a dix minutes pour réaliser le meilleur temps possible. La course se dispute plus tard et prend environ une heure. Durant cette course, les pilotes doivent rentrer aux stands au moins une fois, pour changer de voiture. Ce changement de voiture s'explique alors par le manque d'autonomie des monoplaces, dont les batteries ne permettaient pas d'assurer toute la durée la course[6]. À partir de la saison 5, une nouvelle voiture est introduite, la « Gen2 ». Cette dernière permet aux pilotes de parcourir toute la distance de course sans changer de voiture.

Essais privés

Les équipes et les pilotes ont la possibilité d'effectuer dix journées d'essais privés : six avant le début de la saison, deux pendant la saison et deux après la fin du championnat. Les journées d'essais comportent deux périodes de trois heures chacune (matin et après-midi). Chaque écurie peut réaliser des essais privés sur le circuit de son choix. Les circuits adaptés aux écuries de Formula E doivent être sinueux et peu rapide pour se rapprocher des tracés urbains que chaque équipe retrouvera lors de la saison.

Quelques circuits utilisés en essais par des équipes de Formule E :

Attribution des points

Tous les résultats excepté le moins bon, sont pris en compte pour le classement des pilotes. Tous les résultats sont pris en compte pour le classement des équipes.

Les vainqueurs reçoivent des primes de résultat.

Équipes

Chaque écurie comprend deux pilotes titulaires et deux voitures. Les écuries ont aussi la possibilité d'embaucher deux pilotes d'essais maximum. Onze équipes sont inscrites en saison cinq et douze en saison six.

Pour la première saison, il s'agissait de Audi Sport Abt (Allemagne), Andretti Autosport (États-Unis), e.dams-Renault (France), Dragon Racing (États-Unis), NEXTEV TCR (Chine), Mahindra Racing (Inde), TrulliGP (Suisse), Super Aguri (Japon), Venturi Grand Prix Formula E Team (Monaco)[1] et Virgin Racing (Angleterre)[8].

Pour la saison 2019-2020, on compte DS Techeetah, Audi Sport, Virgin Racing, Nissan e.dams, BMWi Andretti Motorsports, Mahindra Racing, Panasonic Jaguar Racing, GEOX Dragon, NIO 333 Racing, ROKiT Venturi Racing, TAG-Heuer Porsche Formula e Team, et Mercedes-Benz EQ Formula e Team.

Palmarès

Saison Championnat des pilotes Championnat par équipe
Pilote Voiture Écurie
2014-2015 Nelsinho Piquet Spark-Renault SRT 01E McLaren NEXTEV TCR e.dams-Renault
2015-2016 Sébastien Buemi Spark-Renault SRT 01E Renault Renault-e.dams Renault-e.dams
2016-2017 Lucas di Grassi Spark-Renault SRT 01E EVO Abt Schaeffler Audi Sport Abt Schaeffler Renault-e.dams
2017-2018 Jean-Éric Vergne Spark-Renault SRT 01E EVO Renault DS Techeetah Audi Sport Abt Schaeffler
2018-2019 Jean-Éric Vergne Spark SRT05E-Gen2 DS DS Techeetah DS Techeetah
2019-2020 Spark SRT05E-Gen2

Galerie

Diffuseurs

Notes et références

  1. DiCaprio s'engage en Formule E - ESPNF1, 9 décembre 2013.
  2. « Mode attaque », Site officiel.
  3. Catherine Pacary, « Automobile : l'autonomie doublée des nouvelles formules E », Le Monde, .
  4. « Voitures et technologie », Site officiel (consulté le 8 mars 2020).
  5. « La Formula E établit son programme », AUTOhebdo, .
  6. Yves Maroselli, « VIDÉO. Formula E : les limites de l'électrique », Le Point, .
  7. Circuit Formula E Modulable - Pôle mécanique Alès-Cévennes.
  8. (en) « Spotters guide to Formula E », Site officiel, (voir archive).
  9. (en) Jamie O'Leary, « Formula E secures Fox Sports TV deal », Autosport, .
  10. (en) « TV Asahi acquires broadcasting rights for Formula E », Motorsport.com, (consulté le 14 août 2014).
  11. (en) « ITV4 secures Formula E live TV deal », Crash.net, (consulté le 14 août 2014).
  12. (en) « CCTV to broadcast Formula E across China », Sportspromedia.com, (consulté le 14 août 2014).
  13. « Formula E », RTBF (consulté le 29 février 2020)

Annexes

Articles connexes

Liens externes

  • Portail du sport automobile à énergies alternatives
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.