Championnat du monde masculin de handball

Le Championnat du monde masculin de handball réunit tous les deux ans l'élite du handball mondial sous l'égide de la Fédération internationale de handball (IHF). Après une première édition en 1938, cette épreuve se déroule régulièrement depuis 1954 et adopte sa cadence biennale depuis 1993.

Championnat du monde
masculin de handball
Généralités
Sport Handball
Création 1938 puis 1954
Organisateur(s) Fédération internationale de handball (IHF)
Éditions 26e (en 2019)
Catégorie Championnat du monde
Périodicité biennale (janvier) depuis 1993
Nations 32 qualifiées[1] (à partir de 2021)
Site web officiel Site officiel
Site officiel (archives)

Palmarès
Tenant du titre Danemark (2019)
Plus titré(s) France (6)
Pour la dernière compétition voir :
Championnat du monde 2019

En 2017, on dénombre cinquante-quatre sélections ayant pris part à la compétition. Aucune nation n'a participé à toutes les éditions. Neuf nations, toutes européennes, ont remporté l'épreuve. Une seule nation non-européenne a terminé sur le podium d'un championnat du monde : le Qatar en 2015. Avec six titres remportés depuis 1995, la France est la sélection la plus titrée.

Le dernier titre a été remporté par le Danemark en 2019 en Allemagne et au Danemark.

Histoire

De 1938 à 1958 : les premières compétitions

(en) Fédération internationale de handball, History of Men’s Handball World Championships : Part I 1938 – 1960, (lire en ligne)

Le premier championnat du monde de handball en salle en 1938 n'a duré que deux jours, ce qui n'est pas surprenant puisque seuls quatre pays y participaient. Les 5 et 6 février 1938, le Reich allemand, l'Autriche, la Suède et le Danemark, sous la direction de la Fédération internationale de handball amateur (IAHF), prédécesseur de la Fédération internationale de handball (IHF), déterminent les vainqueurs de ce tournoi toutes rondes, qui n'a donc pas eu de véritable finale. Vainqueurs de leurs trois matchs, l'Allemagne remporte la compétition devant l'Autriche, battue de justesse dans la "finale" 5 à 4, et la Suède qui a battu le Danemark 2 à 1.

Toutefois, c'est le handball à onze, sur gazon et en plein air qui prévaut dans la première moitié du XXe siècle. La Seconde Guerre mondiale et trois éditions du championnat du monde en plein air (1938, 1948 et 1952) plus tard, ce n'est qu'en 1954 qu'a lieu le second championnat du monde de handball en salle. Si le handball à onze en plein air était encore plus populaire en Europe centrale dans les années 1950, sa version à sept joueurs en salle prévalait de plus en plus en Scandinavie. Il était donc presque logique que la Suède, vice-champion du monde en plein air en 1952, ait non seulement accueilli mais aussi gagné ce tournoi. Les Allemands ont gagné leurs matchs du tour préliminaire contre la Suisse et la France, tandis que la Suède a vaincu le Danemark et la Tchécoslovaquie. En finale, l'hôte suédois écarte les Allemands 17 à 14 tandis que la Tchécoslovaquie remporte le bronze.

La troisième édition a eu lieu du 27 février au en République démocratique allemande. Seize équipes participent à la compétition : le Brésil est le premier pays non européen à participer à un championnat du monde tandis que l'Allemagne est composée de joueurs de l'Allemagne de l'Ouest et de l'Est concourant en tant qu'Équipe unifiée d'Allemagne. Le premier match des Allemands, remporté 46 à 4 face aux modestes Luxembourgeois, constitue encore aujourd'hui la plus large victoire à un championnat du monde. Meilleure attaque et meilleure défense de la compétition, l'Allemagne est néanmoins battue par la Tchécoslovaquie lors du tour principal et doit se contenter de la médaille de bronze. En finale, les Tchécoslovaques n'ont pas non plus eu la moindre chance face au tenant du titre, la Suède qui s'impose nettement 22 à 12, ayant déjà cinq buts d'avance à la mi-temps (10-5). Quant à la France elle est éliminée dès la phase préliminaire et se classe neuvième.

De 1961 à 1974 : la domination Roumaine

(en) Fédération internationale de handball, History of Men’s Handball World Championships : Part II 1961 – 1970, (lire en ligne)

Trois plus tard, en 1961, les 12 équipes qualifiées se rendent à nouveau en Allemagne, mais cette fois en République fédérale d'Allemagne. Il convient de mentionner l'absence de l'URSS, battue par la Roumanie lors des qualifications. L'hôte, qui présentait une équipe unifiée composée à la fois de joueurs de l'Allemagne de l'Ouest et de l'Est, a réalisé un résultat plutôt décevant, ne se classant que quatrième : après deux victoires lors du tour préliminaire, ils sont ensuite battus par la Roumanie 9 à 12 lors du tour principal et enfin par la Suède dans le match pour la médaille de bronze. À l'inverse, les Roumains, qui avaient été éliminés au tour préliminaire trois ans auparavant et n'ont terminé que deuxième dans le groupe du tour préliminaire du fait de leur défaite 8 à 12 face à la Tchécoslovaquie, remportent leur trois matchs du tour principal face à l'Allemagne, au Danemark et à la Norvège et se qualifient pour la finale. Dans l'autre groupe, la Tchécoslovaquie est d'abord tenue en échec par l'Islande (15-15) mais s'impose ensuite face à la Suède et à la France. C'est donc une revanche entre les deux états communistes de Tchécoslovaquie et de Roumanie. Disputée devant 14 000 spectateurs, la finale a nécessité deux prolongations pour désigner le vainqueur : à égalité 7-7 à l'issue du temps réglementaire, aucun but n'est marqué lors de la première prolongation puis la Roumanie s'impose 2-1 lors de la seconde prolongation et remporte son premier titre aux dépens de la Tchécoslovaquie.

Le 5e championnat du monde est organisé par la République socialiste tchécoslovaque en 1964. Après une médaille de bronze puis deux médailles d'argent lors des trois éditions précédentes, les hôtes espèrent enfin remporter leur premier titre et s'en donnent les moyens en gagnant leurs trois matchs du tour préliminaire : les Tchécoslovaques sont ainsi qualifiés en compagnie du Danemark tandis que la Suisse et la France sont éliminés. Dans le groupe A, un match à trois oppose les deux Allemagnes (RFA et RDA qui concourent séparément) et la Yougoslavie, les États-Unis perdant nettement ses trois matchs : les Yougoslaves ayant réalisé deux matchs nuls face aux deux Allemagnes, la défaite des Est-Allemands face aux Ouest-Allemands les élimine de la compétition. Dans le groupe B, la Suède, la Hongrie et l'Islande terminent avec chacun deux victoires pour une défaite, l'Islande étant éliminée en raison d'une plus mauvaise différence de buts. Enfin, dans le groupe D, la Roumanie remporte ses trois matchs tandis que l'URSS, le Japon et la Norvège, tous à 2 points, sont départagés selon la différence de buts en faveur des Soviétiques. Lors du tour principal, la Roumanie détruit les espoirs de l'hôte Tchécoslovaque en remportant de justesse la revanche de la finale de 1961 16 à 15. Dans l'autre groupe, les Suédois, malgré leur défaite contre la RFA, se qualifient pour la finale car les Allemands ont perdu contre la Hongrie et ont conservé le match nul concédé face à la Yougoslavie. Dans la petite finale, la Tchécoslovaquie a dominé la RFA 22 à 15 et remporte sa quatrième médaille consécutive. Vainqueur en finale de la Suède 25 à 22, la Roumanie conserve ainsi son titre.

La Suède accueille la 6e édition du championnat du monde en 1967. Seize équipes ont participé comme en 1964, mais le format a à nouveau été changé : si la première phase est identique (4 groupes de 4 équipes), un format coupe débute ensuite en quarts de finale. C'est ainsi que la Yougoslavie et la RFA, vainqueurs de leurs groupes respectifs, sont éliminées en quarts de finale respectivement face au Danemark (14-13) et à l'URSS (19-16), deuxième de son groupe derrière la Roumanie. Dans les deux autres quarts de finale, la Roumanie s'est difficilement imposée face à la Hongrie 20 à 19 et les hôtes suédois ont été nettement défaits par la Tchécoslovaquie 11 à 18. En demi-finale, la Tchécoslovaquie parvient enfin à écarter son chat noir en s'imposant 19 à 17 face à la Roumanie et retrouve en finale une surprenante équipe danoise, vainqueur de l'Union soviétique 17 à 12. La Roumanie sauve l'honneur en remportant après prolongations le match pour la troisième place contre l'URSS 21 à 19, tandis que la Tchécoslovaquie ne laisse pas passer l'occasion de remporter son premier titre pour sa troisième finale en battant le Danemark 14 à 11.

Pour le championnat du monde 1970 qui a eu lieu en France, le mode tournoi est resté inchangé si ce n'est l'introduction d'une poule de classement pour les équipes classées troisième après le tour préliminaire, pour jouer les places 9 à 12. En quarts de finale, le Danemark s'est vengé face la Tchécoslovaquie après la défaite subie lors de la finale de 1967 et a éliminé le tenant du titre 18 à 16. Dans le duel allemand, la RDA a battu la RFA 18 à 17 après prolongations tandis que la Roumanie et la Yougoslavie ont également atteint leur qualification en disposant respectivement de la Suède 15 à 13 et de la Hongrie 11 à 10. En demi-finales, les matchs sont moins serrés puisque la RDA a éliminé la Yougoslavie 17 à 13 et la Roumanie a battu le Danemark 18 à 12. Si la Yougoslavie a surclassé les Danois 29 à 12 dans la petite finale, une finale palpitante et très disputée a opposé à Paris la Roumanie et la RDA puisque ce n'est qu'après la deuxième période de prolongation que les Roumains ont remporté le match (13 à 12) et donc retrouvé le titre qu'ils avaient perdu trois ans plus tôt.

En 1974, la 8e édition a lieu en République démocratique allemande. Comme quatre ans plus tôt, les équipes de Roumanie et de la Allemagne de l'Est se sont affrontées en finale et une nouvelle fois les Roumains l'ont emporté, s'adjugeant après 1961, 1964 et 1970 leur quatrième titre de champion du monde. Ni la Yougoslavie, championne olympique à Munich, ni l'URSS, ni la RDA, évoluant pourtant devant son public n'ont réussi à battre le champion sortant. La formule du tournoi a fait, qu'après un tour éliminatoire facile, les Roumains, opposés successivement au Danemark et à la Tchécoslovaquie lors du tour principal n'ont jamais été réellement sollicités avant la finale. Par contre, la RDA, dès le tour éliminatoire, dut s'employer contre l'URSS (15-15) et puiser dans ses réserves au tour principal pour battre la Yougoslavie (19-17) avant de jouer la finale. Le classement final fait apparaître une progression très sensible des pays du bloc de l'Est :

  • les 7 premières équipes viennent de l'Est. Seule la Bulgarie, placée dans une poule difficile, n'a pu accéder au tour principal.
  • Le seul représentant des pays de l'Ouest dans les 8 premiers est le Danemark, classé 4e en 1970 à Paris. Encore faut-il noter qu'au tour éliminatoire, dans la poule A, figuraient également la République Fédérale Allemande et l'Islande : il était donc certain qu'au moins un pays de l'Ouest accéderait au tour final. On note par ailleurs un fléchissement très net des deux grands représentants des pays de l'Ouest : la République Fédérale Allemande et la Suède. Cette dernière ne doit sa 10e place qu'à une « victoire » sur la Roumanie. Si la logique sportive avait été respectée, c'est l'Espagne qui restait en course en poule de consolation et la Suède était purement et simplement éliminée.
  • Malgré un jeu fondé sur la vivacité, le risque, le Japon, par manque relatif de gabarits, ne réussit pas à gravir des échelons supplémentaires dans la hiérarchie mondiale.

De 1978 à 1990 : l'alternance

Cette période a vu quatre vainqueurs différents sur les quatre éditions. La plus régulière a été l'Union soviétique, vainqueur en 1982 et finaliste en 1990. Seules deux autres nations ont atteint le podium à deux reprises : la Yougoslavie, vainqueur en 1986 et finaliste 4 ans plus tôt, et l'Allemagne de l'Est, troisième en 1978 et 1986.

Le championnat du monde 1978 est, pour la première fois, organisé par le Danemark. Cette 9e édition est remportée pour la première fois par l'Allemagne de l'Ouest, vainqueur en finale de l'Union soviétique, champion olympique en titre. L'Allemagne de l'Est complète le podium tandis que la Roumanie, double tenant du titre, ne termine qu'à la 7e place.

L'Allemagne de l'Ouest, hôte de la 10e édition en 1982, a donc une belle occasion pour défendre son titre. Si la compétition est un succès sportif puisqu'elle a été suivie par 160 000 spectateurs, les Ouest-Allemands loupent de peu le match pour la médaille de bronze et se classent finalement à la 7e place. Ce sont les Soviétiques qui obtiennent leur premier titre de champion du monde en ayant remporté leurs matchs contre les adversaires européens avec un écart moyen de neuf buts. Battue en finale 30 à 27, la Yougoslavie termine deuxième. Quant à la Pologne, elle remporte sa seconde médaille internationale, le bronze comme aux Jeux olympiques de 1976. Plus bas dans le classement, la Tchécoslovaquie, médaillée lors des cinq premiers Championnats du monde, confirme son déclin en étant relégué dans le Championnat du monde B 1983. Enfin, les 4 dernières places sont occupées par les 4 nations non européennes : Cuba, Japon, Koweït et Algérie.

En 1986, les seize équipes se sont affrontés en Suisse. La compétition a été remportée par la Yougoslavie qui confirme que son titre olympique à Los Angeles n'était pas totalement usurpé malgré une opposition réduite due au boycott de nombreuses nations majeures. La Hongrie, battue 22 à 24 en finale, réalise à cette occasion son meilleur résultat en compétition internationale. Pour l'Allemagne de l'Est, la médaille de bronze est la quatrième médaille remportée au cours des cinq derniers championnats du monde. En revanche, le tenant du titre, l'URSS doit se contenter d'une très décevante 10e place après avoir été battue notamment par l'Espagne qui, avec une belle 5e place, termine pour la première dans le top 10 mondial.

Le championnat du monde 1990 en Tchécoslovaquie marque le début de l'âge d'or de la Suède : emmenée par Bengt Johansson et de nombreux joueurs exceptionnels tels Magnus Wislander, Magnus Andersson ou bientôt Stefan Lövgren, ce premier titre depuis les victoires en 1954 et 1958 sera suivi par de nombreux autres avec notamment quatre championnats d'Europe et trois médailles d'argent olympiques jusqu'en 2002. L'URSS, battue 23 à 27 en finale, confirme son titre olympique à Séoul. En revanche, les vice-champions olympiques Sud-Coréens subissent un dur retour à la réalité avec 6 défaites en 7 matchs et une modeste 12e place. Quant à la médaille de bronze remportée par la Roumanie, il s'agit du dernier fait d'armes de cette équipe quadruple championne du monde qui ne parviendra ensuite plus à lutter pour les places sur le podium. Enfin, la France, emmenée par Jackson Richardson élu meilleur joueur de la compétition, termine à la 9e place, synonyme de qualification pour les Jeux olympiques de Barcelone.

De 1993 à 2001 : le triptyque Russie-Suède-France

Entre 1993 et 2001, le triptyque Russie-Suède-France domine la compétition puisque seule la Croatie s'est invitée une fois en finale tandis que la RF Yougoslavie a remporté deux médailles de bronze.

De 2003 à 2007 : l'alternance

Depuis 2009 : la domination française et l'émergence nordique

Vainqueur de son titre olympique en 2008, la France entame en 2009 une domination qui la voit remporter quatre des cinq éditions jusqu'en 2017, l'Espagne s’immisçant en 2013 à domicile. Avec cinq couronnes mondiales, Thierry Omeyer est ainsi le joueur le plus titré. Parallèlement, les pays Nordiques se montrent performants mais ce n'est pas la Suède, quadruple championne du monde, qui retrouve la tête d'affiche, mais deux nouveaux pays qui émergent : le Danemark, finaliste en 2011 et 2013 puis vainqueur en 2019, et la Norvège, finaliste en 2017 et 2019. Entre-temps, le Qatar est devenu en 2015 la première équipe non-européenne à terminer sur le podium d'un championnat du monde.

Organisateur du Championnat du monde 2009, la Croatie rêve de remporter son deuxième titre mondial 6 ans après sa victoire au Portugal. Et dans un premier temps, tout se déroule parfaitement puisque les Croates remportent tous ces matchs de poule dont une victoire sans enjeu face à la France, les deux équipes étant déjà qualifiées pour les demi-finales. Après avoir écarté respectivement la Pologne et le Danemark, la Croatie et la France se retrouvent pour la finale tant attendue. Dans une Arena Zagreb et ses 15 000 spectateurs acquis à la cause de l'équipe hôte, la France fait la différence dans les dix dernières minutes pour s'imposer 24 buts à 19, remportant ainsi son 3e titre de champion du monde. La Pologne complète le podium grâce à sa victoire 31 à 22 face au Danemark.

Lors du Championnat du monde 2011 organisé en Suède, la France est tenue en échec par l'Espagne lors du dernier match du tour préliminaire (28-28) mais les deux équipes remportent tous leurs autres matchs et se qualifient pour les demi-finales. Dans l'autre poule du tour principal, la Croatie et la Pologne sont devancées par le Danemark et la Suède. En demi-finale, les Français affrontent les Suédois devant les 12 000 spectateurs de la Malmö Arena. Au terme d'un match maitrisé, la France s'impose 29 à 26 et se qualifie pour sa deuxième finale mondiale consécutive où elle retrouve le Danemark qui a écarté l'Espagne 28 à 24. Dans une Malmö Arena de nouveau comble et acquise à la cause danoise - Malmö est à moins d'une heure de Copenhague - les Danois, menées de 3 buts à la mi-temps (12-15), parviennent à égaliser à 31-31 à 3 secondes de la fin du temps réglementaire. En prolongation, le Danemark passe devant pour la première fois du match (33-32), mais la France passe ensuite un 4-1 pour s'imposer 37 à 35. La France devient ainsi la troisième équipe à gagner deux championnats du monde consécutivement après la Suède (1954-1958) et la Roumanie (1970-1974). Elle a également amélioré deux records en remportant quatre tournois internationaux consécutifs ainsi qu'en participant à sa huitième demi-finale d'affilée.

Le Championnat du monde 2013 en Espagne voit le retour d'un format qui n'avait plus court depuis 2001, à savoir un seul tour de matchs en groupe avant la phase finale à élimination directe à partir des huitièmes de finale. Cette nouvelle formule est fatale à la France qui est sèchement battue en quart de finale par la Croatie 30 à 23. Ces Croates seront néanmoins battus en demi-finale par les Danois 30 à 24 mais se rattraperont en battant la Slovénie dans le match pour la troisième place (31-26). À domicile, l'Espagne remporte le titre de champion du monde en infligeant une lourde défaite en finale au Danemark sur le score de 35 à 19.

Le Championnat du monde 2015 au Qatar est un tournoi particulier tant sur le plan sportif (la France devient le pays le plus titré de l'histoire avec cinq victoires et le Qatar est la première équipe non-européenne à terminer sur le podium d'un championnat du monde) que sur le plan extra-sportif (controverses sur la qualification de l'Allemagne aux dépens de l'Australie, faible affluence dans les salles, forfaits du Bahreïn et des Émirats arabes unis pour raisons géopolitiques, naturalisation des joueurs du Qatar...). Hormis la surprise Qatarienne, les nations majeures sont présentes, même si la Croatie et le Danemark sont battus en quarts-de-finale par la Pologne et l'Espagne respectivement. À l'issue d'un match très engagé où les défenses des deux équipes prennent l'ascendant sur les attaques (seulement huit buts en seconde mi-temps pour chaque équipe), la France se défait 26 à 22 du tenant du titre espagnol et se qualifie pour la finale de la compétition. Après avoir écarté l'Allemagne en quart de finale 26 à 24, le Qatar s'impose sur le même écart face à la Pologne (31-29) et réussit l'exploit d'atteindre la finale de la compétition. Si les Français créent l'écart rapidement (13-7 à la 23e minute), le Qatar revient dans le match en début de seconde période mais reste tout le temps entre un et trois buts derrière la France qui s'impose finalement 25 à 22. Déjà championne olympique en 2012 et championne d'Europe en 2014, la France parvient par la même occasion à détenir pour la seconde fois tous les titres internationaux majeurs simultanément, ce qu'aucun autre pays n'est parvenu à accomplir dans l'histoire de ce sport. Dans le match pour la troisième place, une prolongation est nécessaire pour voir la Pologne s'imposer face à l'Espagne 29 à 28

Modalités de qualification

En octobre 2018, la Fédération internationale de handball (IHF) a décidé qu'à compter du Championnat du monde 2021, 32 équipes au lieu 24 sont qualifiées pour les championnats du monde[1].

En mars 2019, la Fédération internationale de handball (IHF) a dévoilé les nouvelles règles de qualification pour les championnats du monde[2],[3] :

  • 1 place pour le pays organisateur,
  • 1 place pour le tenant du titre,
  • en plus de 4 places attribuées pour l'Afrique, pour les Amériques (1 pour la zone Amérique du Nord et Caraïbes et 3 pour l'Amérique du Sud et l'Amérique Centrale), pour l'Asie et pour l'Europe, 12 places dites de « performance » sont offertes aux différents continents en fonction du classement (places 1 à 12) du Mondial précédent.
  • 0 ou 1 place pour l'Océanie, dans le cas où l'équipe de ce continent termine cinquième ou mieux au Championnat d'Asie
  • 1 ou 2 invitation(s) (Wild card), suivant le cas de l'Océanie

Dans le but de garantir la qualité de la compétition, l’IHF se réserve toutefois le droit de revoir la distribution des places de base après chaque compétition.

À titre d'exemple, en conséquence du classement final du championnat du monde 2019, la distribution des 12 places « performance » pour le Championnat du monde 2021 est la suivante :

  • Afrique : 2 places (en plus des 4 places de bases)
  • Amériques : 1 place (en plus des 4 places de bases)
  • Asie : 0 place (en plus des 4 places de bases)
  • Europe: 9 places (en plus des 4 places de bases).

Palmarès

Par édition

ÉditionAnnéeHôte(s)Vainqueur ScoreFinaliste Troisième ScoreQuatrième
1re 1938  Reich allemand Allemagne TTR Autriche* Suède TTR Danemark
2e 1954 Suède Suède 17 – 14 Allemagne unifiée[4] Tchécoslovaquie 24 – 11 Suisse
3e 1958 Allemagne de l'Est Suède (2) 22 – 12 Tchécoslovaquie[5] Allemagne unifiée[4] 16 – 13 Danemark
4e 1961 Allemagne de l'Ouest Roumanie 9 – 8 Tchécoslovaquie[5] Suède 17 – 14 Allemagne unifiée[4]
5e 1964 Tchécoslovaquie Roumanie (2) 25 – 22 Suède Tchécoslovaquie 22 – 15 Allemagne de l'Ouest
6e 1967 Suède Tchécoslovaquie[5] 14 – 11 Danemark Roumanie 21 – 19 Union soviétique
7e 1970 France Roumanie (3) 13 – 12 Allemagne de l'Est Yougoslavie 29 – 12 Danemark
8e 1974 Allemagne de l'Est Roumanie (4) 14 – 12 Allemagne de l'Est Yougoslavie 18 – 16 Pologne
9e 1978 Danemark Allemagne de l'Ouest (2) 20 – 19 Union soviétique Allemagne de l'Est 19 – 15 Danemark
10e 1982 Allemagne de l'Ouest Union soviétique 30 – 27 Yougoslavie Pologne 23 – 22 Danemark
11e 1986 Suisse Yougoslavie 24 – 22 Hongrie Allemagne de l'Est 24 – 23 Suède
12e 1990 Tchécoslovaquie Suède (3) 27 – 23 Union soviétique Roumanie 27 – 21 Yougoslavie
13e 1993 Suède Russie (2) 28 – 19 France Suède 26 – 19 Suisse
14e 1995 Islande France 23 – 19 Croatie Suède 26 – 20 Allemagne
15e 1997 Japon Russie (3) 23 – 21 Suède France 28 – 27 Hongrie
16e 1999 Égypte Suède (4) 25 – 24 Russie RF Yougoslavie 27 – 24 Espagne
17e 2001 France France (2) 28 – 25ap Suède RF Yougoslavie 27 – 17 Égypte
18e 2003 Portugal Croatie 34 – 31 Allemagne France 27 – 22 Espagne
19e 2005 Tunisie Espagne 40 – 34 Croatie France 26 – 25 Tunisie
20e 2007 Allemagne Allemagne (3) 29 – 24 Pologne Danemark 34 – 27 France
21e 2009 Croatie France (3) 24 – 19 Croatie Pologne 31 – 23 Danemark
22e 2011 Suède France (4) 37 – 35ap Danemark Espagne 24 – 23 Suède
23e 2013 Espagne Espagne (2) 35 – 19 Danemark Croatie 31 – 26 Slovénie
24e 2015 Qatar France (5) 25 – 22 Qatar Pologne 29 – 28ap Espagne
25e 2017 France France (6) 33 – 26 Norvège Slovénie 31 – 30 Croatie
26e 2019 Danemark, Allemagne Danemark 31 – 22 Norvège France 26 – 25 Allemagne
27e 2021 Égypte inconnu .. – .. inconnu inconnu .. – .. inconnu
28e 2023 Pologne, Suède inconnu .. – .. inconnu inconnu .. – .. inconnu
29e 2025 Croatie, Danemark, Norvège inconnu .. – .. inconnu inconnu .. – .. inconnu
30e 2027 Allemagne inconnu .. – .. inconnu inconnu .. – .. inconnu

Tableau des médailles

Rang Nation Victoires Finalistes Troisièmes places Total
1 France0000000000
1995, 2001, 2009, 2011, 2015, 2017

1993
000000
1997, 2003, 2005, 2019
11
2 Suède000000
1954, 1958, 1990, 1999
0000
1964, 1997, 2001
000000
1938, 1961, 1993, 1995
11
3 Roumanie (/)000000
1961, 1964, 1970, 1974
-00
1967, 1990
6
4 Russie (/)0000
1982, 1993, 1997
0000
1978, 1990, 1999
-6
5 Allemagne (///)0000
1938, 1978, 2007
00
1954, 2003

1958
6
6 Espagne00
2005, 2013
-
2011
3
7 Croatie
2003
0000
1995, 2005, 2009

2013
5
Danemark
2019
0000
1967, 2011, 2013

2007
5
9 Rép. tchèque (/)
1967
00
1958, 1961
00
1954, 1964
5
10 Serbie (//)
1986

1982
000000
1970, 1974, 1999, 2001
6
11 Allemagne de l'Est-00
1970, 1974
00
1978, 1986
4
12 Norvège-00
2017, 2019
-2
13 Pologne-
2007
0000
1982, 2009, 2015
4
14 Autriche-
1938
-1
Hongrie-
1986
-1
Qatar-
2015
-1
17 Slovénie--
2017
1
Total26262678

Bilan par nation

Bilan des championnats du monde[6]
Nation P. 38 54 58 61 64 67 70 74 78 82 86 90 93 95 97 99 01 03 05 07 09 11 13 15 17 19 Pts
Suède24561081141311-74-1065 229
Allemagne*24****4**465977-64-5895115794 222
France22-698141012-16--9646 211
Danemark234545748448-919-9-9134510 193
Russie*21----5495105658616-7191214 176
Serbie*19--896754--985-81010--18 153
Espagne20--12----13108555117454713457 156
Hongrie20--7-88879961117411-6-9678-710 125
Croatie13-------------1310955646 120
Rép. tchèque*18-7611101377811-18-1012---17-- 118
Roumanie14--147591010------1519---- 118
Pologne15--5--1214461411-----10-8917- 96
Islande20--1069-111413-6108145-117158-612111411 84
Allemagne de l'Est8--**-**-**10968-------------- 71
Norvège15--67111312-----13-121314-71399-- 70
Égypte15----15-------12667415141714141615138 50
Suisse10-4-10121415--12111347------------ 41
Slovénie8-------------18--17111210--48- 38
Tunisie14-----15-------1516121014411172011141912 32
Qatar7-----------------162123--20813 24
Corée du Sud11----------1212151281412--15121321--- 21
Japon14---12131110121214-15-2315---16--16--2224 22
Autriche6-11---------14--------18-13-19 20
Brésil14--15----------2424161922191921211316169 18
Algérie14-------15-161616-161715131817-19151724-- 14
Argentine12--------------222115171816181218121817 14
Cuba7---------131514-13148----20----- 12
Macédoine6---------------18----11-1491515 12
Biélorussie4-------------9--------151811- 10
Arabie saoudite9--------------21222119--23-19222021 9
Grèce1------------------6------- 8
Ukraine2----------------7--14------ 8
Koweït8---------15---20-192320221822----- 8
Australie7---------------23-212424242424--- 7
États-Unis6----16-1616----1621--24--------- 6
Maroc6-------------2223172223-20------ 6
Chili5---------------------2223232116 5
Slovaquie2--------------------1017---- 5
Lituanie1--------------10----------- 4
Bulgarie2-------1114----------------- 4
Portugal3--------------19-1612-------- 4
Angola4------------------2021----2423 4
Pays-Bas1---11---------------------- 3
Canada3-----16--15---------23------- 3
Groenland3----------------2024-22------ 3
Bahreïn3---------------------23--2320 3
Chine2--------------2020---------- 2
Finlande1--13----------------------- 1
Luxembourg1--16----------------------- 1
Italie1--------------18----------- 1
Nigeria1---------------23---------- 1
Monténégro1----------------------22--- 1
Bosnie-Herzégovine1-----------------------20-- 1
Iran1-----------------------21-- 1
Corée unifiée1-------------------------22 1
Participants5446161216161616161616161624242424242424242424242424-
Éditions 38 54 58 61 64 67 70 74 78 82 86 90 93 95 97 99 01 03 05 07 09 11 13 15 17 19 -

Légende :    — Pays hôte ; Q : Pays qualifié

* Les points sont calculés de la manière suivante :

Place45678910111213-24Part.
Points15121098765432101
Notes

Bilan par joueur

Onze joueurs ont été champions du monde à au moins trois reprises[7] :

Titres Joueur Nationalité Éditions
5 Thierry Omeyer France 2001, 2009, 2011, 2015, 2017
4Jérôme Fernandez France2001, 2009, 2011, 2015
Daniel Narcisse France 2001, 2009, 2015, 2017
Michaël Guigou France 2009, 2011, 2015, 2017
Nikola Karabatic France 2009, 2011, 2015, 2017
Cédric Sorhaindo France 2009, 2011, 2015, 2017
3Cornel Oțelea Roumanie1961, 1964, 1970
Didier Dinart France2001, 2009, 2011
Luc Abalo France2009, 2011, 2017
William Accambray France2011, 2015, 2017
Xavier Barachet France2009, 2011, 2015

Les joueurs avec deux titres sont[7] : Joël Abati, Magnus Andersson, Grégory Anquetil, Viatcheslav Atavine, Ștefan Birtalan, Ioan Bogolea, Aurel Bulgaru, Patrick Cazal, Gabriel Chicid, Mircea Costache I, Mircea Costache II, Alexandru Dincă, Alberto Entrerríos, Cristian Gațu, Christian Gaudin, Bertrand Gille, Guillaume Gille, Valeri Gopine, Viatcheslav Gorpichine, Oleg Grebnev, Gheorghe Gruia, Roland Gunesch, Virgil Hnat, Samuel Honrubia, Petre Ivănescu, Guillaume Joli, Kjell Jónsson, Franck Junillon, Luka Karabatic, Daouda Karaboué, Vassili Koudinov, Andreï Lavrov, Ghiță Licu, Ola Lindgren, Kentin Mahé, Bruno Martini, Roland Mattsson, Ioan Moser, Cezar Nica, Olimpiu Nodea, Hans Olsson, Staffan Olsson, Stefan Orban, Cornel Penu, Ioan Popescu, Valentin Porte, Mihai Redl, Jackson Richardson, Albert Rocas, Pavel Soukossian, Tomas Svensson, Pierre Thorsson, Dimitri Torgovanov, Magnus Wislander, Rolf Zachrisson.

Remarque : en gras, les joueurs susceptibles de remporter un nouveau titre.

En termes de participations, l'Argentin Gonzalo Carou a pris part à 10 Championnats du monde entre 2001 et 2019[8]. Le gardien égyptien Mohamed Bakir El-Nakib aurait lui participé aux 11 éditions[réf. nécessaire] entre 1995 et 2015.

Statistiques et récompenses

Pays hôtes

Nombre Pays hôte Édition(s)
7 Allemagne (///)1938, 1958, 1961, 1974, 1982, 2007, 2019
4 (+1) Suède1954, 1967, 1993, 2011, (2023)
3 France1970, 2001, 2017
2 Tchécoslovaquie1964, 1990
2 Danemark1978, 2019
1 (+1) Égypte1999, (2021)
1 Suisse1986
1 Islande1995
1 Japon1997
1 Portugal2003
1 Tunisie2005
1 Croatie2009
1 Espagne2013
1 Qatar2015
0 (+1) Pologne(2023)

Meilleurs joueurs et meilleurs buteurs par tournoi

Le tableau ci-dessous recense les meilleurs joueurs (depuis 1990) et les meilleurs buteurs[9] des différents Championnats du monde entre 1954 et 2019 :

Édition Meilleur joueur Équipe Meilleur buteur Équipe Buts
1954Bernhard Kempa ? Allemagne de l'Ouest Otto Maychrzak (de) Allemagne de l'Ouest16
1958- Mogens Olsen Danemark46
1961- Zdeněk Rada Tchécoslovaquie24
Petre Ivănescu Roumanie
1964- Andreas Fenyő Hongrie32
Josip Milković (de) Yougoslavie
Hans Moser (de) Roumanie
1967- Herbert Lübking Allemagne de l'Est38
Hans-Günter Schmidt Allemagne de l'Est
Josip Milković Yougoslavie
1970- Vladimir Maksimov Union soviétique31
1974- Ștefan Birtalan Roumanie43
1978- Jerzy Klempel Pologne47
Péter Kovács Hongrie
1982- Vasile Stîngă Roumanie65
1986- Kang Jae-won Corée du Sud67
1990Jackson Richardson France Julián Duranona Cuba55
Alexandre Toutchkine Union soviétique
1993Magnus Andersson Suède Marc Baumgartner Suisse41
Yoon Kyung-shin Corée du Sud
József Éles Hongrie
1995Jackson Richardson (2) France Yoon Kyung-shin (2) Corée du Sud86
1997Talant Dujshebaev Espagne Yoon Kyung-shin (3) Corée du Sud62
1999Stefan Lövgren Suède Rolando Uríos Cuba57
2001Stefan Lövgren (2) Suède Edouard Kokcharov Russie61
2003Christian Schwarzer Allemagne Carlos Pérez Hongrie64
2005Ivano Balić Croatie Wissem Hmam Tunisie81
2007Ivano Balić (2) Croatie Guðjón Valur Sigurðsson Islande66
2009Igor Vori Croatie Kiril Lazarov Macédoine92
2011Nikola Karabatic FranceMikkel Hansen Danemark68
2013Mikkel Hansen DanemarkAnders Eggert Danemark55
2015Thierry Omeyer FranceDragan Gajić Slovénie71
2017Nikola Karabatic (2) FranceKiril Lazarov (2) Macédoine50
2019Mikkel Hansen (2) DanemarkMikkel Hansen (2) Danemark72
Remarque : avec 92 buts marqués en 2009, Kiril Lazarov détient le record du plus grand nombre de buts marqués lors d'une édition.

Statistiques concernant les finales

  • Plus petite différence de buts : 1 but en 1938 (Allemagne - Autriche 5-4), en 1961 (Roumanie - Tchécoslovaquie 9-8), en 1970 (Roumanie - Allemagne de l'Est 13-12), 1978 (Allemagne (de l'Ouest) - URSS 20-19 et en 1999 (Suède - Russie 25-24).
  • plus grande différence de buts : 16 buts en 2013 (Espagne - Danemark 35-19).
  • plus petit total de buts : 9 buts en 1938 (Allemagne - Autriche 5-4).
  • plus grand total de buts : 74 buts en 2005 (Espagne - Croatie 40-34).
  • plus petit nombre de buts marqués par un champion : 5 par l'Allemagne contre l'Autriche en 1938.
  • plus grand nombre de buts marqués par un finaliste battu : 35ap par le Danemark contre la France en 2011.
  • entre 1993 (début de la périodicité biennale les années impaires) et 2018, la France a participé à plus de la moitié des finales (sept sur treize).

Autres championnats du monde

Championnats du monde B et C

En guise de tournoi de qualification pour le Championnat du monde et les Jeux olympiques de 1972 ont été organisés entre 1977 et 1992 un Championnat du monde B. Véritable deuxième division du handball mondial, les meilleures équipes obtenaient ainsi leurs billets pour la compétition reine tandis que les moins bonnes équipes étaient reléguées dans un Championnat du monde C qui a existé entre 1976 et 1990.

À titre d'exemple, l'équipe de France termine onzième du Championnat du monde B 1985, elle est donc reléguée dans le tournoi C. Vainqueur de la compétition l'année suivante, la France termine ensuite huitième du Championnat du monde B 1987 puis cinquième du Championnat du monde B 1989, ce qui lui permet ainsi de participer au Championnat du monde 1990 où elle obtient sa qualification pour les Jeux olympiques de 1992 à Barcelone.

Hormis les Championnat du monde B de 1985 à 1992, ces "Championnats du monde" n'étaient en réalité disputés que par des équipes européennes. Les équipes africaines, américaines et asiatiques obtenaient leur qualification par le biais de tournois continentaux. À noter qu'avant l'intronisation de ces Championnats du monde B et C, des tournois de qualification européens ont été organisés selon un format équivalent en guise de qualification pour les Jeux olympiques de 1972[10] et 1976[11].

Les résultats des Championnats du monde B et C sont :

Championnats du monde B[12]
Édition Nation hôte Finale Petite finale
Champion Score Finaliste Troisième Quatrième
B 1977 Autriche Suède20 − 19 Allemagne de l'Est Tchécoslovaquie Islande
B 1979 Espagne Espagne24 − 18 Suisse Hongrie Islande
B 1981 France Pologne23 − 16 Tchécoslovaquie Suède Danemark
B 1983[13] Pays-Bas HongrieTTR Tchécoslovaquie Allemagne de l'Ouest Suède
B 1985 Norvège Allemagne de l'Est27 − 23 Union soviétique Pologne Tchécoslovaquie
B 1987[14] Italie Union soviétique23 − 18 Tchécoslovaquie Pologne Allemagne de l'Ouest
B 1989 France Islande29 − 26 Pologne Roumanie Espagne
B 1992 Autriche Norvège26 − 19 Autriche Islande Suisse
Championnats du monde C[15]
Édition Nation hôte Finale Petite finale
Champion Score Finaliste Troisième Quatrième
C 1976 Portugal PortugalTTR Finlande Pays-Bas Suisse
C 1978 Suisse SuisseTTR Israël Norvège Autriche
C 1980 Îles Féroé Norvège21 − 19 France Autriche Israël
C 1982 Belgique Bulgarie19 − 17 Belgique Norvège Autriche
C 1984 Italie Bulgarie25 − 19 Finlande Pays-Bas Israël
C 1986 Portugal France29 − 21 Pays-Bas Israël Autriche
C 1988 Portugal Pays-Bas23 − 22 Israël Autriche Italie
C 1990 Finlande Norvège32 − 27 Finlande Allemagne de l'Ouest Bulgarie

Championnat du monde à onze (en plein air)

Édition Année Hôte Finale Petite finale
Champion Score Finaliste Troisième Score Quatrième
1re1938 Allemagne Allemagne 23 – 0 Suisse Hongrie 10 – 2 Suède
2e1948 France Suède 11 – 4 Danemark Suisse 21 – 1 France
3e1952 Suisse Allemagne de l'Ouest 19 – 8 Suède Suisse 12 – 10 Autriche
4e1955 Allemagne de l'Ouest Allemagne de l'Ouest 25 – 13 Suisse Tchécoslovaquie 13 – 10 Suède
5e1959 Autriche Équipe unifiée d'Allemagne 14 – 11 Roumanie Suède 18 – 9 Autriche
6e1963 Suisse Allemagne de l'Est 14 – 7 Allemagne de l'Ouest Suisse 10 – 6 Pologne
7e1966 Autriche Allemagne de l'Ouest TTR Allemagne de l'Est Autriche TTR Pologne

Championnat des Pays émergents

Édition Année Hôte Finale Petite finale
Champion Score Finaliste Troisième Score Quatrième
1re 2015 Kosovo  Îles Féroé 27 – 24 Lettonie  Kosovo 28 – 16 Uruguay
2e 2017 Bulgarie  Îles Féroé (2) 26 – 25 Turquie  Kosovo 32 – 25 Chypre
3e 2019 Géorgie  Géorgie 31 – 21 Cuba Bulgarie 47 – 31 Grande-Bretagne

Championnat du monde sur plage (beach handball)

Année Pays organisateur Champion Finaliste Troisième
2004 Égypte Égypte Turquie Russie
2006 Brésil Brésil Turquie Espagne
2008 Espagne Croatie Brésil Serbie
2010 Turquie Brésil (2) Hongrie Turquie
2012 Oman Brésil (3) Ukraine Croatie
2014 Brésil Brésil (4) Croatie Qatar
2016 Hongrie Croatie (2) Brésil Qatar
2018 Russie Brésil (5) Croatie Hongrie

Notes et références

  1. (en) « IHF Council decides to increase number of teams at World Championships », Fédération internationale de handball (IHF), (consulté le 12 mars 2019)
  2. (en) « Distribution of places for expanded World Championship », Fédération internationale de handball (IHF), (consulté le 12 mars 2019)
  3. « Le Mondial 2021 se précise », sur handnews.fr, (consulté le 12 mars 2019)
  4. En 1954, 1958 et 1961, l'équipe d'Allemagne était composée à la fois de joueurs de l'Allemagne de l'Ouest et de l'Est.
  5. La Tchécoslovaquie a été divisée en Slovaquie et République tchèque en 1993. Les deux équipes concourent séparément et sont considérées comme différentes de la Tchécoslovaquie.
  6. (de) « Classement des équipes aux championnats du monde depuis 1938 », sur bundesligainfo.de (consulté le 4 avril 2014)
  7. (en) « Handball / World Championships - Men - Most titles (players) », sur allcompetitions.com (consulté le 5 mars 2020)
  8. (es) « Gonzalo Carou, el hombre de los 10 mundiales », sur balonmanoactual.com, (consulté le 5 mars 2020)
  9. (de) « Meilleurs buteurs des championnats du monde entre 1954 et 2013 » (consulté le 6 mars 2014)
  10. (en) « Tournoi de qualification européen 1972 », sur todor66.com (consulté le 4 février 2019)
  11. (en) « Tournoi de qualification européen 1976 », sur todor66.com (consulté le 4 février 2019)
  12. (en) « Résultats détaillés des Championnats du monde B », sur todor66.com (consulté le 4 février 2019)
  13. « Championnat du monde B 1983 », Archives de la FFHB, Fédération française de handball, no 188, (lire en ligne, consulté le 23 mai 2019)
  14. « Championnat du monde B 1987 : Tous les résultats », Archives de la FFHB, Fédération française de handball, , p. 14 à 16 (lire en ligne, consulté le 23 mai 2019)
  15. (en) « Résultats détaillés des Championnats du monde C », sur todor66.com (consulté le 4 février 2019)

Voir aussi

  • Portail du handball
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.