Chapeau (champignon)

Chez les champignons basidiomycètes et ascomycètes, le chapeau, appelé aussi piléus (du latin pileus, sorte de bonnet phrygien porté par les esclaves), est la partie du sporophore qui renferme les organes de fructification. Il est composé de trois tissus : la cuticule, qui est une membrane de surface, l'hyménophore qui constitue la chair du champignon et l'hyménium qui produit les spores. Ce dernier peut être lisse, formé de plis, de lames, de tubes ou d'aiguillons.

Pour les articles homonymes, voir Chapeau (homonymie) et Pileus (homonymie).
Sporophore chez les agaricales et les boletales : le pied ou stipe, le chapeau formé de l'hyménophore (chair et cuticule) et l'hyménium, ici des lamelles et des tubes.

Chez de nombreux Basidiomycètes et quelques Ascomycètes, le chapeau est porté par un organe appelé stipe ou pied du champignon. Ces champignons sont dits stipités[A 1]. Le stipe peut également présenter de nombreux états différents, porter un anneau ou être quasi absent.

La morphologie (forme) du chapeau est très importante pour identifier et classer la plupart des champignons supérieurs. Schématiquement, il existe quatre grands types de morphologie : coniques, concaves, convexes et crêtées. Ces différentes formes vont évoluer selon la croissance du champignon. La morphologie de la marge du chapeau et l'aspect de sa cuticule constituent d'autres caractères permettant d'affiner la détermination du champignon.

Le chapeau d'Amanita phalloides, ovoïde à l'état jeune, s'étale progressivement pour devenir convexe à maturité

Morphologie conique

Les quatre types définis ci-dessous, conique simple, umboné, mamelonné et papillé, peuvent facilement être confondus. De plus, certains champignons peuvent être simplement coniques à l'état jeune mais évoluer en vieillissant vers des faciès différents : umboné, mamelonné ou papillé. L'évolution peut être variable même au sein d'une même espèce. La base du cône - la marge - est aussi très variable et peut évoluer d'infléchie à arrondie et de récurvée à révolutée selon le taux d'humidité ou l'âge du champignon.

Chapeau conique simple

On parle de chapeau conique lorsque sa morphologie s'apparente à celle d'un cône[A 2].

Le genre Hygrocybe et parfois des espèces des genres Coprinus et Gliophorus se retrouvent dans ce type.

Chapeau ogival

Un chapeau est ogival si sa forme ressemble à une ogive.

On retrouve ces formes chez les genres Mycena, Coprinus et les Panaeolus

Chapeau ovoïde

Un chapeau est ovoïde ou ové s'il ressemble à une forme d'œuf dont la partie la plus large est proximale, soit proche du stipe (pied). Il est parfois appelé campanulé paraboloque

Cette morphologie se rencontre souvent dans le genre Hygrocybe, et parfois dans les genres Coprinus, à l'état jeune et à maturité, et Gliophorus.

Le genre Amanita présente chez plusieurs de ses espèces, une morphologie ovoïde à l'état jeune, avant de s'étaler à maturité. Plus mûre, l'espèce Amanita ovoidea présente aussi cette morphologie.

Chapeau piriforme

On parle de chapeau piriforme lorsque sa morphologie s'apparente à celle d'une poire.

Les membres de la famille des Morchellaceae se retrouvent, entre autres, dans ce type.

Chapeau galériculé

On parle de chapeau galériculé lorsque sa morphologie s'apparente à celle d'un casque.

C'est le cas dans le genre Mycena.

Chapeau campanulé

Le chapeau est campanulé quand il présente un morphologie en forme de cloche[A 3], et plus précisément en forme de la fleur de la campanule et non pas campanulé parabolique, plutôt synonyme d'ovoïde.

Cette morphologie se rencontre dans les genres Cortinarius et Hygrocybe, chez certains Mycènes ou encore des Entolomes du genre Nolanea.

Chapeau papillé

Un chapeau est papillé ou papilleux[A 4], s'il présente une éminence en forme de papille, non aiguë, en son centre.

Cette morphologie se rencontre notamment dans les genres Calocybe, Armillaria ou Floccularia.

Chapeau umboné

Le chapeau est umboné s'il présente une morphologie en forme d'umbon, sorte de bouclier convexe dont le centre est saillant.

Cette morphologie se rencontre notamment dans les genres Cortinarius, Hygrocybe et Entoloma.

On parle parfois de chapeau subumboné, c'est-à-dire légèrement umboné dans un creux central du chapeau, comme chez certains lactaires.

Chapeau umboné et papillé

Certains sporophores peuvent, en vieillissant, présenter les deux caractéristiques simultanément.

Morphologie concave

Chapeau déprimé

Le chapeau du champignon est déprimé[A 5] lorsqu'il présente un léger creux central. En cas d'humidité, l'eau qui s'accumule peut modifier la couleur de la cuticule.

Cette morphologie fréquente chez les Basidiomycètes se rencontre par exemple chez les Russulaceae du genre Russula ou chez le genre Lactarius.

Chapeau ombiliqué

Le chapeau est ombiliqué[A 6] s'il présente en son centre une forme d'ombilic ou de nombril.

Cette morphologie se présente chez la chanterelle en tube, Hydnum umbilicatum et chez Clitocybe langei.

Chapeau obconique

Le chapeau est obconique lorsqu'il présente la forme d'un cône renversé comme chez les genres Hydnellum, comme Hydnellum scrobiculatum et Hydnellum concrescens) et le genre Pycnoporus.

Chapeau infundibuliforme

Le chapeau est infundibuliforme[A 7] lorsqu'il est en forme d'entonnoir, c'est-à-dire qu'il présente un creux plus profond qu'un chapeau déprimé. Il ne faut pas le confondre avec un chapeau cornucopié ou déprimé.

Cette morphologie se rencontre chez les clitocybes du genre Infundibulicybe, comme l'espèce Infundibulicybe geotropa, ou les Craterelles du genre Craterellus.

Chapeau cornucopié

Le chapeau est cornucopié lorsqu'il présente un creux important et que son stipe (pied) est en entonoir et sinueux, lui conférant la forme d'une corne d'abondance, en latin cornucopia.

Cette morphologie se rencontre surtout chez les craterelles du genre Craterellus et chez certains Pleurotus.

Chapeau turbiné

Le chapeau est turbiné[A 8] quand il présente une forme de turbine verticale. Cette morphologie se présente typiquement chez certaines espèces des genres Gomphus comme Gomphus clavatus, Hydnellum et Polyporus comme Polyporus alveolaris et Panus conchatus.

Chapeau pétaloïde

Le chapeau est pétaloïde quand il présente une forme de pétale. Cette morphologie se présente typiquement chez certaines espèces du genre Hohenbuehelia et certains Pleurotus.

Chapeau cupuliforme

Le chapeau est cupuliforme[A 9] lorsqu'il présente une forme de cupule, c'est-à-dire d'une petite coupe. Certains chapeaux peuvent prendre cette forme sous l'effet de la sécheresse.

C'est le cas notamment des pézizes, et du genre Dumontinia.

Morphologie convexe

Chapeau convexe simple

Un chapeau convexe présente une forme bombée[A 10].

Cette morphologie peut se rencontrer chez les Boletaceae mais aussi dans le genre Agaricus.

Chapeau cylindrique

Un chapeau est cylindrique ou oblong, parfois allongé quand il présente une forme cylindrique aux bords grossièrement parallèles et atténuée aux deux extrémités.

Chapeau sphérique

Un chapeau est sphérique lorsqu'il présente la forme d'une boule.

Chapeau pulviné

Le chapeau est pulviné s'il présente une morphologie en forme de coussin[A 11].

Cette morphologie peut se rencontrer chez les Boletaceae et certaines Polyporaceae du genre Cryptoporus. Dans les genres Boletus ou Leccinum, le sporophore peut être convexe jeune et devenir pulviné adulte, l'hyménium développant ses tubes. Le genre Aphelaria peut également présenter cette morphologie chez les sujets adultes.

Chapeau étalé

Un chapeau est étalé lorsque sa face supérieure est plate[A 12]. Cette morphologie apparaît lorsque le champignon arrive à maturité, notamment dans l'ordre des Agaricales, chez Amanita muscaria par exemple. Cette morphologie apparaît parfois dans le genre Boletus par temps sec.

Chapeau excentré

Le chapeau est excentré ou excentrique si son stipe (pied) est décentré, c'est-à-dire si le pied du champignon n'est pas au milieu du chapeau[A 13].

Cette morphologie se rencontre surtout chez le genre Pleurotus et certaines Polyporaceae, ainsi que chez les Ganoderma et les Auriscalpium.

Chapeau flabelliforme

Un chapeau est flabelliforme s'il présente une morphologie en forme d'éventail[A 14].

Cette morphologie se rencontre notamment dans le genre Pleurotus et divers genres de la famille des Polyporaceae, comme Daedaleopsis, Spongipellis, Laetiporus, Trametes et Trichaptum.

Chapeau gibbeux

Un chapeau est gibbeux s'il présente une ou plusieurs bosses à sa surface, conférant souvent un aspect déséquilibré au sporophore.

Les Inocybes possèdent une ou plusieurs bosses irrégulièrement disposées. Chez les Hydnum, les spécimens adultes de l'espèce Hydnum repandum présentent parfois de curieuses protubérances.

Morphologie crêtée

Chapeau crêté

Un chapeau est crêté s'il présente des crêtes. Cette morphologie se retrouve chez certains ascomycètes du genre Morchella, comme chez Morchella Anatolica et chef Boletus thibetanus et les helvellaceae, et les gyromitres.

Chapeau réticulé

Un chapeau réticulé est nervuré comme un filet formant un réseau. La crête du réseau peut avoir une couleur différente[A 15].

Cette morphologie se rencontre chez certains bolets, comme le bolet du Tibet, Boletus reticuloceps. Il ne faut toutefois pas confondre un chapeau réticulé avec un chapeau craquelé du fait de la sécheresse, comme chez Boletus chrysenteron.

Chapeau alveolé

Un chapeau alvéolé présente de petites fosses plus ou moins régulières comme des alvéoles[A 16]. Les crêtes de ces alvéoles peuvent être d'une couleur différente. Cette morphologie se retrouve chez certains ascomycètes du genre Morchella, la famille des Phallaceae et les gyromitres.

Chapeau plissé

Un chapeau est plissé lorsqu'il a une surface présentant des plis.

Cette morphologie se présente chez les basidiomycètes du genre Boletus et les ascomycètes du genre Disciotis

Autres morphologies

Chapeaux coalescents

Les chapeaux sont coalescents lorsqu'ils fusionnent pendant le développement des sporophores.

Chapeau déliquescent

Le chapeau est déliquescent si sa bordure se désagrège progressivement à maturité et sous l'action de l'humidité.

Chapeau membraneux

Un chapeau est membraneux s'il est réduit à la simple épaisseur de sa cuticule[A 17].

Cette morphologie se rencontre notamment dans la famille des Psathyrellaceae et plus particulièrement dans le genre Parasola.

Modification de la morphologie

La morphologie peut évoluer au cours du développement et du vieillissement du sporophore. Ainsi la même espèce peut présenter une forme différente selon son âge, jeune, à maturité ou vieux.

On peut observer l'évolution d'un chapeau campanulé jeune pour devenir umboné adulte, ou encore un coprin qui jeune est cylindrique et deviendra conique vieux.

Notes et références

    Références issues de Essai taxonomique sur les familles et les genres des Hyménomycètes de N. Patouillard (Imprimerie Declume, Lons-le-Saulnier,1900)

    1. p. 143: chapeau stipité, espèce stipitée
    2. p. 169 : chapeau conique
    3. p. 169: chapeau campanulé
    4. p. 20: espèce papilleuse
    5. p. 155: chapeau déprimé
    6. p. 156: chapeau ombiliqué
    7. p. 156: espèces infundibuliformes
    8. p. 103: cupuliforme ou turbiné, Enslinia ...
    9. p. 20: Espèces cupuliformes, p. 30: réceptacles cupuliformes, p. 103 : cupuliforme ou turbiné, Enslinia ...
    10. p. 159, p. 174 : chapeau convexe, p. 49 : hymenium convexe
    11. p. 95, forme pulvinée, p. 95: typiquement pulvinés
    12. p. 13, espèces étalées, p. 97: chapeau étalés
    13. p. 97, chapeau excentrique, formes excentriques, p. 146 : stipe excentrique, espèces excentriques
    14. p. 70: chapeau flabelliforme, p. 151,rameux flabelliformes
    15. p. 127 : forme réticulée, p. 26, hymenium réticulé, p. 124 : stipe réticulé
    16. p. 134 : pores alvéolés, p 80: tubes alvéolés
    17. p. 80, p. 169 : chapeau membraneux, p. 141 : réceptacle membraneux, p. 129: Cantharellus membraneux, p. 141 : espèce membraneuse

    Voir aussi

    • Portail de la mycologie
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.