Charles Brennus

Charles Brennus, pseudonyme de Brennus Ambiorix Crosnier, est un médailleur, ciseleur et un dirigeant sportif national français, né à Châteaudun le et mort au Mans le .

Pour les articles homonymes, voir Brennus.
Charles Brennus Ambiorix Crosnier
Charles Brennus en 1922.
Alias
Le père Brennus
Naissance
Châteaudun
Décès (à 84 ans)
Le Mans
Nationalité Française
Profession
Activité principale
Président de la commission rugby de l’USFSA
Autres activités
président-fondateur du SCUF
Distinctions

Il a notamment réalisé le bouclier de Brennus.

Biographie

Activités professionnelles et artistiques

Il exerce la profession de maître graveur dans le 3e arrondissement de Paris au 17 rue Chapon puis au no 40 rue de Montmorency.

Parmi ses œuvres principales on relève :

Dirigeant sportif

Venu au sport à 30 ans passés, Charles Brennus s'adonne avec succès au cyclisme, au cross-country et au rugby. Il fonde le SCUF le sous le nom de Sporting club amateur. Membre de l'équipe première de rugby de 1896 à 1900, il en est le capitaine pendant les deux premières saisons.

En parallèle, il s'impose dès 1896 comme un des dirigeants majeurs de l'USFSA où on le retrouve dans toutes les commissions (cyclisme, athlétisme, rugby, natation) ainsi qu'au Conseil et à son Comité de Paris. Surnommé « le père Brennus » par les dirigeants et supporters de clubs, il préside la commission de rugby durant plus d'un quart de siècle, jusqu'en 1919. Juge-arbitre national, directeur des championnats de France d'athlétisme, membre du jury des Jeux Olympiques de 1900, il est reconnu dès 1898 comme un des meilleurs arbitres, se chargeant de l'organisation pratique des matchs sur le territoire français et manageant l'équipe de France.

Le , la commission de rugby de l'USFSA laisse place à la Fédération française de rugby placée sous la présidence d'Octave Léry. Charles Brennus en est nommé président d'honneur en 1921. Il se retire de la vie sportive dès le début de la Seconde Guerre mondiale, et quitte en 1941 le quartier du Marais pour Le Mans où il réside chez sa fille. Il y meurt le des suites d'une crise d'urémie. Il est enterré à Franconville[1].

Décorations

Galerie

Notes et références

Annexes

Bibliographie

  • Charles Brennus et le SCUF[réf. non conforme].
  • « Charles Brennus, le père du rugby français », Le Miroir des Sports, n°34, 24 février 1921.
  • « Mémoire de Charles Brennus, le père du rugby français », Match : l'intran, 31 mai 1932.
  • « Brennus, cet illustre inconnu », L’Équipe, (lire en ligne, consulté le 12 juin 2015).

Article connexe

Liens externes

  • Portail de la sculpture
  • Portail de la numismatique
  • Portail du rugby à XV
  • Portail de la France
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.