Chartreuse de Mauerbach

La chartreuse de Val-de-tous-les-Saints de Mauerbach est une ancienne chartreuse située dans la commune de Mauerbach près de Vienne en Autriche. Son style baroque est remarquable et son cloître est le plus long d'Europe.

Chartreuse du Val-de-Tous-les-Saints
Vallis Omnium Sanctorum

La façade de l'église

Identité du monastère
Nom local Kartause Mauerbach
Présentation du monastère
Culte Catholique
Ordre Chartreux
Province cartusienne Allemagne supérieure
Type Monastère d'hommes
Fondateur Frédéric le Bel
Date de la fondation 1313
Personnes liées Conrad de Hainburg
Essaimage Chartreuse de Gaming (1330)
Chartreuse de Prague (1342)
Chartreuse de Valdice (1627)
Fermeture 1782
Armes du fondateur
Armoiries du monastère
Blasonnement « Parti, de gueules à la fasce d'argent et d'argent à un M majuscule de gueules. »
Architecture
Architecte Baroque
Protection Denkmalgeschützte Objekte
Localisation
Pays Autriche
Land  Basse-Autriche
District Sankt Pölten-Land
Coordonnées 48° 15′ 03″ nord, 16° 10′ 02″ est
Géolocalisation sur la carte : Autriche

Histoire

Le Martyre des chartreux de Mauerbach, assassinés par les Turcs, par Vicente Carducho (1632), musée du Prado.

La chartreuse de Mauerbach a été fondée en 1314 par les moines de l'Ordre de saint Bruno sous la protection du duc Frédéric le Bel qui s'y fera enterrer[1]. Conrad de Hainburg y est vicaire avant 1342. Les chartreux de Mauerbach fondent la chartreuse de Prague en 1342. La chartreuse est saccagée plusieurs fois à la fin du Moyen Âge entre 1483 et 1486 et en 1529, lorsqu'elle est assiégée par les Turcs qui égorgent sept moines de la chartreuse. En 1550, il n'y a plus que quatre moines de chœur (donc sans compter les frères convers) et il faut attendre le XVIIe siècle pour que la chartreuse retrouve un certain épanouissement. Le prieur Georg Fasel[2],[3] (1616-1631) reconstruit les bâtiments conventuels, caractéristiques avec les traditionnelles cellules les unes à côté des autres séparées par leur jardinet individuel. Plus tard l'abbé Brenner raconte dans ses chroniques de la chartreuse comment de la fin du XVIIe siècle au début du XVIIIe siècle elle a été aménagée dans un style baroque tardif. Le XVIIIe siècle, comme dans tant d'autres chartreuses européennes, est une période de prospérité pour Mauerbach, ce qui suscite des convoitises.

La chartreuse, selon les idées du despotisme éclairé de Joseph II, a donc été sécularisée en 1784, les chartreux dispersés, ainsi que leur bibliothèque. Les bâtiments ont dès lors abrité un asile d'aliénés et de vieillards. Servant ensuite d'hôpital civil à la fin de la guerre, les bâtiments ont été restaurés à un autre usage dans les années 1960 jusqu'en 1984[4]. L'ancienne chartreuse a été acquise par l'État autrichien en 1962[3].

Galerie

Héraldique

Les armes de la chartreuse de Mauerbach se blasonnent ainsi :

« De gueules à la fasce d'argent » qui est d'Autriche[5].
ou
« Parti, de gueules à la fasce d'argent et d'argent à un M majuscule de gueules », qui est de Mauerbach[6].

Notes et réferences

  1. Son corps sera transféré à la cathédrale Saint-Étienne de Vienne en 1784.
  2. Appelé par le cardinal Melchior Khlesl à quitter la chartreuse de Prüll (près de Ratisbonne) pour prendre la tête des chartreux de Mauerbach avec leur consentement.
  3. (de) Johannes Götzenauer, Prioren und Prälaten der Kartause Mauerbach. In: Kartause Mauerbach 1314 bis heute. Österreichische Zeitschrift für Kunst und Denkmalpflege LIII. 1999. Heft 2/3/4
  4. Restaurierwerkstätten Baudenkmalpflege Kartause Mauerbach, BDA
  5. Armorial historique des maisons de l'ordre des Chartreux, p.107.
  6. Armorial historique des maisons de l'ordre des Chartreux, p.109

Bibliographie

  • Lefebvre, F.A., Saint Bruno et l’Ordre des chartreux, t. 2, Paris, Librairie catholique internationale, , 682 p. (lire en ligne), p. 273.
  • Anonyme, Maisons de l'Ordre des Chartreux : Vues et notices, t. 4, Parminster, Sussex, Chartreuse de Saint-Hugues, , 318 p. (lire en ligne), p. 143-145.
  • (de) Kubes, Karl, « Zur Klosterbaukunst der Kartause Mauerbach. », Die Kartäuser und die Künste ihrer Zeit, Analecta Cartusiana 157/2, Salzbourg, 2001, A4, 117-170, 5 ill.
  • (de) Pfaffl, Johann, Das Tagebuch des Priors Placidus Schwesinger von Mauerbach, 1738-1751, Analecta Cartusiana 182, Salzbourg, 2003, 139-149, 29,5 cm.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail du baroque
  • Portail de l'Autriche
  • Portail de l’architecture chrétienne
  • Portail du monachisme
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.