Chevauchement

En géologie, un chevauchement est un mouvement tectonique conduisant un ensemble de terrains à en recouvrir un autre par le biais d'un contact anormal de type faille inverse, généralement de faible inclinaison, nommé surface de chevauchement. Ce mouvement horizontal entraîne ainsi la superposition verticale de deux ensembles de terrains dont la succession n’est pas normale.

Pour les articles homonymes, voir Chevauchement (homonymie).
Diagramme sur les séquences d'un chevauchement aboutissant à un empilement d'écailles charriées.

On dit que l’unité supérieure est charriée ou, encore, allochtone : c’est la nappe de charriage. L’unité inférieure est considérée comme autochtone, c’est-à-dire comme n’ayant pas bougé. Plus précisément, ce mouvement tectonique correspond au phénomène de sous-charriage, la gravité faisant que c'est l'unité inférieure qui passe sous l'unité supérieure[1].

Les chevauchements correspondent à des unités tectoniques de dimensions modestes et de portée limitée, quelques kilomètres au plus, appartenant, le plus souvent, au même bassin sédimentaire. Un chevauchement d'amplitude pluri-kilométrique (dizaines de kilomètres, voire centaine) est appelé un charriage[2].

Notes et références

  1. Encyclopaedia universalis, Encyclopaedia Universalis, , p. 106.
  2. Alain Foucault et Jean-François Raoult, Dictionnaire de géologie : géophysique, Préhistoire, paléontologie, pétrographie, minéralogie, Paris, Dunod, (réimpr. 1984, 1988, 1995, 2000, 2005), 7e éd. (1re éd. 1980), 388 p. (ISBN 978-2-10-054778-4, lire en ligne), p. 71

Voir aussi

  • Portail de la géologie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.