Cirse

Les cirses sont des plantes herbacées, bisannuelles ou vivaces, appartenant à la famille des Astéracées (ou Composées) et au genre Cirsium. L'appellation cirse vient du grec kirsion, nom d'un chardon employé pour lutter contre les varices appelées kirsos[1].

Cirsium

Pour le groupe de rock alternatif argentin, voir Cirse (groupe).
Cirse des champs (Cirsium arvense) butiné par une abeille domestique (Apis mellifera).

Description

Très proches des chardons (genre Carduus), avec lesquels ils sont fréquemment confondus, ils s'en distinguent essentiellement par les aigrettes de leurs fruits, appelées aussi pappus : les chardons ont un pappus formé de poils simples ou denticulés, tandis que les cirses ont un pappus de poils plumeux. Pour le reste, il y a entre les deux genres beaucoup plus de ressemblances que de différences : tiges souvent ailées, feuilles épineuses, fleurs tubulées (le plus souvent dans les teintes roses) groupées en capitules, présence d'écailles ou de touffes de poils entre les fleurs, bractées épineuses.

Le mot cirsion désignait en latin une sorte de chardon censé lutter contre les varices (grec kirsos = varice).

Ravageurs

La chenille d'Aethes cnicana vit sur les cirses.

Principales espèces

  • Cirsium acaule Scop. - Cirse acaule
  • Cirsium alatum (S.G.Gmel.) Bobrov
  • Cirsium albicans Willk.
  • Cirsium appendiculatum Griseb.
  • Cirsium arvense (L.) Scop. - Cirse des champs
  • Cirsium baytopae P.H.Davis & Parris
  • Cirsium boujartii (Piller & Mitterp.) Sch.Bip.
  • Cirsium bourgaeanum Willk.
  • Cirsium brachycephalum Jur.
  • Cirsium bulgaricum DC.
  • Cirsium candelabrum Griseb.
  • Cirsium canum (L.) All
  • Cirsium carniolicum Scop.
  • Cirsium ciliatum Moench
  • Cirsium costae (Sennen & Pau) Petr.
  • Cirsium creticum (Lam.) d'Urv
  • Cirsium decussatum Janka
  • Cirsium dissectum (L.) Hill
  • Cirsium echinatum (Desf.) DC.
  • Cirsium echinus (M.Bieb.) Hand.-Mazz.
  • Cirsium epiroticum Petr.
  • Cirsium eriophorum (L.) Scop. - Cirse laineux
  • Cirsium erisithales (Jacq.) Scop.
  • Cirsium ferox (L.) DC
  • Cirsium filipendulum Lange
  • Cirsium flavispina Boiss. ex DC.
  • Cirsium furiens Griseb. & Schenk
  • Cirsium giraudiasii Sennen & Pau
  • Cirsium glabrum DC
  • Cirsium grecescui Rouy
  • Cirsium heldreichii Halácsy
  • Cirsium heterophyllum (L.) Hill - Cirse à feuilles variables
  • Cirsium heterotrichum Panc
  • Cirsium hypoleucum DC.
  • Cirsium hypopsilum Boiss. & Heldr.
  • Cirsium italicum (Savi) DC.
  • Cirsium lacaitae Petr.
  • Cirsium laniflorum (M.Bieb.) Fisch.
  • Cirsium ligulare Boiss.
  • Cirsium lobelii Ten.
  • Cirsium mairei Halácsy
  • Cirsium monspessulanum (L.) Hill - Cirse de Montpellier
  • Cirsium montanum (Waldst. & Kit. ex Willd.) Spreng.
  • Cirsium morinifolium Boiss. & Heldr.
  • Cirsium morisianum Rchb.f.
  • Cirsium obvallatum (M.Bieb.) M.Bieb.
  • Cirsium odontolepis Boiss. ex DC.
  • Cirsium oleraceum (L.) Scop. - Cirse maraîcher
  • Cirsium palustre (L.) Scop. - Cirse des marais
  • Cirsium pannonicum (L.f.) Link
  • Cirsium polycephalum DC.
  • Cirsium richteranum Gillot
  • Cirsium rivulare (Jacq.) All.
  • Cirsium scabrum (Poir.) Bonnet & Barratte
  • Cirsium scariosum
  • Cirsium serrulatum (M.Bieb.) Fisch.
  • Cirsium sintenisii Freyn
  • Cirsium spathulatum (Moretti) Gaudin
  • Cirsium spinosissimum (L.) Scop.
  • Cirsium subniveum
  • Cirsium tenoreanum Petr.
  • Cirsium tuberosum (L.) All.
  • Cirsium tymphaeum Hausskn.
  • Cirsium ukranicum Besser ex DC.
  • Cirsium valentinum Porta & Rigo
  • Cirsium vallis-demonis Lojac.
  • Cirsium vulgare (Savi) Ten. - Cirse commun
  • Cirsium waldsteinii Rouy
  • Cirsium welwitschii Coss.

Utilisations

Tous les espèces de cirses (59, dont 23 en France, 11 en Suisse et 9 en Belgique, l'espèce la plus commune étant le cirse des champs) sont à priori sans danger et peuvent être consommées crus ou cuites, bien que certaines soient trop amères, trop petites ou trop épineuses[2].

Notes et références

  1. Jean-Claude Rameau, Dominique Mansion, G. Dumé, Flore forestière française, Forêt privée française, , p. 1013
  2. François Couplan, Eva Styner, Guide des plantes sauvages comestibles et toxiques, 180, delachaux et niestlé, p. 180.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de la botanique
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.