Cisco Systems

Cisco Systems est une entreprise informatique américaine spécialisée, à l’origine, dans le matériel réseau (routeurs et commutateurs ethernet), et depuis 2009 dans les serveurs[2]. Elle est dirigée par Chuck Robbins depuis juillet 2015. Son prédécesseur, John Chambers[3], était en fonction depuis 1995 et est président du conseil d'administration depuis novembre 2006.

« Cisco » redirige ici. Pour les autres significations, voir Cisco (homonymie).

Cisco Systems

Création 1984
Fondateurs Sandra Lerner
Leonard Bosack
Forme juridique Inc.
Action NASDAQ : CSCO
HKSE : 4333
Slogan Mind Wide Open
Siège social San José (Californie)
Direction John Chambers (chairman)
Chuck Robbins (CEO)
Activité Industrie des télécommunications (en)
Produits Matériel réseau
Network management
Cisco IOS et NX-OS
Interface
Réseau de stockage SAN
Transmission sans fil
Téléprésence
Télévision IP
Voix sur IP
Centre de traitement de données
Filiales Scientific Atlanta (en), Cerent Corporation (en), StrataCom (en), NDS Group (en), Tandberg, WebEx, Linksys, Starent Networks (en), Sourcefire, Meraki, Cisco Systems (Netherlands) (d), Cisco Systems (Canada) (d), Cisco Systems (Norway) (d), Perspica (d), AppDynamics (en) et Cisco Systems (China) (d)
Effectif 75 900 ((juillet 2019)
Site web cisco.com

Capitalisation 195 017 millions USD fin janvier 2020
Chiffre d'affaires 51 904 millions USD fin juillet 2019
Résultat net 11 621 millions USD fin juillet 2019[1]

Historique

Un des campus de la société à San José en Californie.

Origines

Cisco, dont le siège social se trouve à San José en Californie, tire son nom de la ville où elle a été fondée, San Francisco et son fameux Golden Gate Bridge stylisé par les barres bleues du logo de la société[4].

Fondé le [5] par Leonard Bosack et Sandra Lerner, un couple qui travaillait au service informatique de l’université Stanford, Cisco n’a pas été la première société à créer et vendre des routeurs mais a mis au point le premier routeur permettant d’interconnecter des réseaux utilisant des protocoles de communication différents.[réf. nécessaire]

Alors que Cisco compte seulement 4 employés en 1986, l'entreprise commercialise son premier routeur. Dans ses premières années, Cisco comptera entre autres le CERN et le réseau européen EUnet comme clients[5].

La société entre en bourse (NASDAQ) le au prix de 10 cents l'action : la performance décevante de l'action à son introduction conduira à la démission de son directeur général Leonard Bosack et également, par effet domino, à celle de Sandra Lerner[5].

Années 2000

Après le rachat de plus de 80 startups pendant la période liée à la bulle internet, Cisco Systems est contrainte en 2001 de provisionner une charge, pour dépréciation d'actifs, de 2,2 milliards de dollars. Elle a régulièrement ensuite accru ses bénéfices de 2002 (1,8 milliard) à 2010 (7,8 milliards).

La spécificité de la gamme des produits Cisco est l’uniformité de son système d’exploitation, l'entreprise privilégiant pour la majorité de ses produits un système d’exploitation propriétaire nommé IOS.

Entré sur le marché de la VoIP en 1999, Cisco Systems est, en 2009, parmi les premiers fournisseurs de solutions sur le marché de la téléphonie sur réseaux IP, incluant l’Internet Protocol (IP) et les systèmes de circuits traditionnels avec six millions de téléphones IP vendus de 1999 à 2005. Le 8 millionième téléphone IP a été livré à la Deutsche Bank en mai 2006[réf. nécessaire].

Les défenseurs du logiciel libre, en particulier la Free Software Foundation, négocient avec Cisco depuis 2003 pour qu'ils arrêtent de contrevenir à la GPL. La GPL oblige les entreprises qui diffusent des logiciels protégés par cette licence à fournir leur code source à leurs clients, ce que ne fait pas l'équipementier. Après 5 ans de négociation et devant le manque de coopération de Cisco, la FSF a porté plainte contre l'entreprise en décembre 2008[6]. En mai 2009, un accord amiable a été trouvé. L'entreprise Cisco s’engage à rendre disponible le code source de ses produits Linksys, mais également à verser une contribution à la FSF.

Depuis 2010

Le président du Portugal Aníbal Cavaco Silva, Le PDG de Cisco John Chambers et Hélder Fragueiro Antunes au cours de la visite présidentielle portugaise 2011 aux États-Unis.

En juillet 2011, la société annonce qu'elle va se séparer de 9 % de ses employés (6 500 personnes) et vise une réduction cumulée de 15 % de son effectif[7], afin de réduire ses coûts et économiser ainsi 1 milliard de dollars par an. Elle décide également de vendre son usine située à Juárez au Mexique (employant 5 000 personnes) à l'entreprise taïwanaise Foxconn[réf. nécessaire].

En novembre 2012, Cisco annonce le rachat de Meraki pour 1,2 milliard de dollars[8].

Le , Cisco annonce avoir fait l'acquisition d'une société de cybersécurité, Sourcefire pour un montant de 2,7 milliards de dollars[9].

Le 15 août 2013, Cisco supprime 4 000 emplois, soit 5 % de ses effectifs. En août 2014, Cisco annonce la suppression de 6 000 emplois et une provision de 700 millions d'euros associés à cette restructuration[10]. Malgré près de 14 000 suppressions d'emplois en 4 ans, les effectifs de Cisco sont passés de 71 000 à 74 000 emplois, grâce à ses acquisitions[10].

En juin 2015, Cisco acquiert OpenDNS pour 635 millions de dollars pour renforcer ses activités dans la sécurité informatique[11]. En juillet 2015, Technicolor acquiert pour 550 millions d'euros une partie des activités de Cisco dans les équipements audiovisuels domestiques[12]. En octobre 2015, Cisco acquiert pour 452 millions de dollars Lancope, une autre entreprise de sécurité informatique[13]. En novembre 2015, Cisco annonce l'acquisition pour 700 millions de dollars d'Acano, une entreprise londonienne spécialisée dans la vidéo conférence[14]. En février 2016, Cisco acquiert pour 1,4 milliard de dollars Jasper Technologies, une entreprise américaine spécialisée dans l'internet des objets notamment liés à l'automobile et à la médecine[15]. En août 2016, Cisco annonce la suppression de 5 500 postes[16], alors que des estimations donnaient le nombre de ces départs aux alentours de 14 000 personnes, soit 20 % de la masse salariale du grou