Clair du Dauphiné

Saint Clair du Dauphiné, appelé également Saint Clair de Vienne, mort vers 660, est un abbé catholique. L'Église le célèbre le 1er janvier.

Pour les articles homonymes, voir Saint Clair et Saint-Clair.
Clair du Dauphiné
Statue de Saint Clair sur le fronton de l'église de Caluire.
Fonction
Abbé
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Religieux
Autres informations
Religion
Ordre religieux
Étape de canonisation

Biographie

Il naquit au sud de Vienne au VIIe siècle, en un lieu qui porte aujourd'hui son nom, la commune de Saint-Clair-du-Rhône[1]. Le diocèse de Vienne fleurissait d'une multitude de monastères, et Clair se retira dans celui de Saint-Ferréol-Trente-Pas, un des plus importants, qui comptait à l'époque quatre cents moines. Il s'y distingua de telle sorte que Caldéolde, l'archevêque, le nomma abbé de Saint-Marcel (petit monastère de trente religieux, et de sainte-Blandine (monastère réservé à des veuves). Il avait le don des prophéties, et celui d'accomplir des guérisons inexpliquées, miraculeuses.

Il mourut vers 660, en odeur de sainteté, et fut enterré dans l'église sainte-Blandine, auprès des martyrs de Lyon. Ses reliques sont placées dans l'église Saint-Pierre jusqu'à leur disparition au XVIe siècle.

Culte

L'Église catholique célèbre saint Clair le 1er janvier, selon le site nominis.cef.fr[2]. Toutefois il est célébré à une autre date dans la région alpine, le 2 janvier[3], pour la partie genevoise de la Savoie[1],[4],[5] et le 3 janvier, en Maurienne (Savoie)[4],[5] et dans le diocèse de Grenoble (Dauphiné)[6].

Saint Clair de Dauphiné est le patron des boisseliers[7].

Dans les régions du Dauphiné, du Lyonnais, de l'Auvergne ou encore de la Savoie[1], il est considéré comme un saint guérisseur pour les yeux[3]. On l'invoque ainsi pour la « protection des yeux et la guérison des affections oculaires » que l'on retrouve dans l'expression « Saint Clair qui fait voir clair »[1]. Il est, selon Arnold van Gennep, « pour la même raison le patron des tailleurs de pierres, qui risquent sans cesse d'être aveuglés par des éclats et des poussières »[8]. On est aussi le saint patron des verriers et des lunetiers[3]. Il est également vénéré lorsque l'on souhaite un temps clair, sans pluie[3].

Ses reliques étaient conservées et vénérées dans le Lyonnais jusqu'à leur destruction pendant les guerres de Religion (seconde moitié du XVIe siècle)[3]. Des paroisse savoyardes possédaient certaines reliques, selon l'abbé Burlet (Cons-Sainte-Colombe, Aix-les-Bains, Saint-Simon, Les Échelles et Saint-Alban)[4]. Arnold van Gennep complète la liste avec les églises du Verney, hameau de la commune de Bramans, et Yvoire[5].

La commune de Dingy-Saint-Clair (Haute-Savoie) accueillait un pèlerinage contre les maux des yeux se déroulant dans l'ancienne église du prieuré[9].

Bibliographie

  • Marius Blanc (abbé), La vie et le culte de Saint-Clair, Abbé de Saint-Marcel de Vienne en Dauphiné, vol. 2, t. 1, Toulon, Imprimerie catholique
  • Marius Blanc (abbé), La vie et le culte de Saint-Clair, Abbé de Saint-Marcel de Vienne en Dauphiné, vol. 2, t. 2, Toulon, Imprimerie catholique, (lire en ligne)
  • Jean-Robert Maréchal, Les Saints Patrons protecteurs, Editions Cheminements,
  • Arnold van Gennep, « Le culte populaire de saint Clair et saint Blaise en Savoie », Revue d'ethnographie et des traditions populaires, vol. 5, , p. 136-xxx

Références

  1. Roger Devos et Charles Joisten, Mœurs et coutumes de la Savoie du Nord au XIXe siècle : L'enquête de Mgr Rendu, Pringy, Académie salésienne - Centre alpin et rhodanien d'ethnologie, , 502 p. (ISBN 978-2-901102-01-4, lire en ligne), p. 25-26.
  2. « Saint Clair du Dauphiné », sur le site Nominis.
  3. Jacques Baudoin, Grand livre des saints : culte et iconographie en Occident, Nonette, Éditions CRÉER, , 519 p. (ISBN 978-2-84819-041-9, lire en ligne), p. 167.
  4. Joseph Burlet, Le culte de Dieu, de la Sainte Vierge et des saints en Savoie avant la Révolution : essai de géographie hagiologique, Chambéry, Imprimerie réunies, , 351 p. (lire en ligne), p. 128-129
  5. Arnold van Gennep, La Savoie : vie quotidienne, fêtes profanes & religieuses, contes & légendes populaires, architecture & mobilier traditionnels, art populaire, (réimpr. Curandera), 653 p., p. 249.
  6. « Les saints du diocèse », sur le site du diocèse de Grenoble - www.diocese-grenoble-vienne.fr
  7. Institut supérieur des métiers, Dictionnaire de l'artisanat et des métiers, Le Cherche midi, , 497 p. (ISBN 978-2-7491-2533-6, lire en ligne), p. 47
  8. Arnold van Gennep, Le Dauphiné traditionnel, vol. 3, éditions Curandera, .
  9. Roger Devos et Charles Joisten, Mœurs et coutumes de la Savoie du Nord au XIXe siècle : L'enquête de Mgr Rendu, Pringy, Académie salésienne - Centre alpin et rhodanien d'ethnologie, , 502 p. (ISBN 978-2-901102-01-4, lire en ligne), p. 71.
  • Portail du catholicisme
  • Portail du Dauphiné
  • Portail de l'histoire de la Savoie
  • Portail de l’Isère
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.