Claude François Marie Primat

Claude François Marie Primat (Lyon, - Toulouse, ), prélat français, fut évêque constitutionnel des départements du Nord puis du Rhône avant de devenir archevêque de Toulouse sous le Premier Empire.

Claude François Marie Primat
Biographie
Naissance
Lyon
Décès
Toulouse
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
Archevêque de Toulouse
Évêque constitutionnel du Rhone
Évêque constitutionnel du Nord

(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Biographie

Primat fit ses études à Lyon aux frais du chapitre de Saint-Jean et entra dans la Congrégation de l'Oratoire. Il enseigna la rhétorique et la théologie à Dijon puis, ayant été ordonné prêtre, il fut nommé en curé de l'église Saint-Jacques à Douai[1].

Il adhéra à la Révolution et accepta de prêter serment à la constitution civile du clergé. En 1791 il fut nommé évêque constitutionnel du département du Nord nouvellement créé, résidant à Cambrai. Ce nouveau diocèse s'étendait en grande partie sur celui de Cambrai dont l'archevêque Ferdinand Maximilien Mériadec de Rohan, prince de Guéméné, avait refusé le serment et trouvé refuge à Mons. Après s'être déclaré "vrai sans-culotte", Primat remit ses lettres de prêtrise à la Convention le et abdiqua. Il rentra néanmoins en grâce auprès du Comité des Évêques Réunis et en 1795 devint collaborateur aux Annales de la Religion. Il présida à Lille un synode diocésain en 1797, et participa au concile des évêques constitutionnels à Paris en 1798 où il fut nommé évêque du Rhône. Il résigna ce siège après le Concordat de 1801.

Primat devait ensuite faire une brillante carrière sous l'Empire : après le concordat et avec l’appui de Fouché il obtint le l'archevêché de Toulouse. Il assista au sacre de Napoléon et reçut le pallium le . De 1806 à 1815 il siégea au Sénat conservateur et fut nommé comte d'Empire. Il fut aussi membre de l'Académie de Toulouse et de l'Académie des Jeux floraux. Pendant les Cent-Jours il siégea à la Chambre des pairs.

Mgr Primat fut le principal consécrateur de Pierre Dupont de Poursat, évêque de Coutances.


Œuvres

  • Claude-François-Marie Primat, Le Paroissien complet, latin-français : à l'usage du diocèse de Toulouse et de ceux qui en ont adopté le rit, contenant les offices de tous les dimanches, fêtes chômées et doubles-majeurs de l'année; avec les instructions pour les solennités et autres fêtes, les prières du matin et du soir, celles pour la confession et la communion, l'ordinaire de la messe, les prières du prône et préfaces propres. Suivant le nouveau bréviaire, Toulouse, Joseph Dalles, (lire en ligne)

Sources

  • Biographie Universelle ancienne et moderne, Michaud frères, Paris, 1811
  • De Hoefer Jean Chrétien Ferdinand, Nouvelle biographie générale depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, Firmin-Didot 1862
  • Annales historiques de la Révolution française - n° 337

Notes et références

  1. Page 526- Galerie Douaisienne ou Biographie de la Ville de Douai par Hippolyte-Romain-Joseph Duthillœul - imprimé par Adam Aubers à Douai en 1884 - archivé à la Bibliotheca Bodletana numérisé par Google Books.

Articles connexes

  • Portail du catholicisme
  • Portail de la Révolution française
  • Portail du Premier Empire
  • Portail de la politique française
  • Portail de Cambrai
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.