Conseil régional de Poitou-Charentes

Le conseil régional de Poitou-Charentes est jusqu'en 2015 l'assemblée délibérante de la région française Poitou-Charentes, collectivité territoriale décentralisée agissant sur le territoire régional. Elle comprend 55 conseillers régionaux et siége à Poitiers, au 15 rue de l'ancienne Comédie, dans le centre-ville.

Cet article concerne le conseil régional de l'ancienne région Poitou-Charentes supprimé à compter du . Pour l'assemblée qui lui a succédé, voir Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine.
Conseil régional de Poitou-Charentes

Présentation
Type Conseil régional
Présidence
Président Jean-François Macaire (PS)
Élection
Structure
Membres 55 conseillers régionaux
Composition actuelle.
Élection
Système électoral Scrutin proportionnel à deux tours avec prime majoritaire
Dernière élection Élections régionales françaises de 2010 (14 et )
Divers
Site web http://www.poitou-charentes.fr/

Le conseil régional de Poitou-Charentes disparaît le en même temps que la région éponyme. Son dernier président est le socialiste Jean-François Macaire. Le , le socialiste Alain Rousset, dont la liste est arrivée en tête lors de l'élection régionale de 2015, est élu président de la nouvelle région Nouvelle-Aquitaine.

Historique

En octobre 2012, les représentants des auto-écoles et la présidente de la région conviennent de travailler ensemble en vue d'une « formation théorique » au permis de conduire dans les lycées. L'expérimentation sera lancée en janvier 2013 avec l'objectif de généraliser le dispositif en Région Poitou-Charentes en septembre de la même année[1].

Présidents du conseil régional

Ségolène Royal

Composition

1986-1992

1992-1998

1998-2004

2004-2006

2010-2015

Résultat des élections de 2010

Résultats des élections régionales françaises des 14 et 21 mars 2010 en Poitou-Charentes[2]
Tête
de liste
Liste Premier tour Second tour Sièges
# % # % # %
  Ségolène Royal* PS - PRG - MRC - 240 885 38,98 392 292 60,61
39
70,91
  Françoise Coutant 73 644 11,92
  Dominique Bussereau Majorité présidentielle 182 011 29,45 254 910 39,39
16
29,09
  Jean-Marc de Lacoste-Lareymondie FN 47 728 7,72  
  Gisèle Jean FG - PCOF - M'PEP 28 801 4,66
  Pascal Monier MoDem - AEI 26 980 4,37
  Myriam Rossignol NPA - Alternatifs - FASE 11 431 1,85
  Ludovic Gaillard LO 6 450 1,04
 
Inscrits 1 284 492 100,00 1 284 411 100,00  
Abstention 641 143 49,91 597 412 46,51  
Votants 643 349 50,09 686 999 53,49  
Blancs et nuls 25 419 3,95 39 797 5,79  
Exprimés 618 010 96,05 647 202 94,21  

* liste de la présidente sortante

Groupes politiques

Les 55 conseillers régionaux élus en 2010 se répartissent ainsi:

Liste des conseillers régionaux

Charente (11 sièges) Vienne (13 sièges) Charente-Maritime (19 sièges) Deux-Sèvres (12 sièges)
Majorité (8 sièges)
Joëlle Averlan - PS
Michel Broncy - PS
Michel Gourinchas - PS
Françoise Coutant - EE
Jean-Christophe Hortolan - EE
Madeleine Ngombet-Bitoo - PS
Marie-Laure Tissandier - PS
Christophe Ramblière - PRG

Opposition (3 sièges)
Véronique Marendat - NC
Vincent You - PCD
Henri de Richemont - UMP
Majorité (9 sièges)
Cyril Cibert - PS
Guy Eyermann - DVG
Eric Joyaux - EE
Valérie Marmin - ex-MoDem
Jean-François Macaire - PS
Hélène Schemwell - EE
Reine-Marie Waszak-Delage - PS
Georges Stupar - ex-Verts
Brigitte Tondusson - PS

Opposition (4 sièges)
Philippe Rabit - UMP
Véronique Abelin - NC
Olivier Chartier - UMP
Pascale Guittet - CPNT
Majorité (13 sièges)
Benoît Biteau - PRG
Alexis Blanc - PS
Alain Bucherie - ex-Verts
Jacky Emon - DVG
Olivier Falorni - DVG
Nathalie Garnier - PRG
Marie-Paule Jammet - EE
Régine Joly - PS
Patrick Larible - EE
Françoise Mesnard - PS
Thierry Lepesant - PS
Laurence Marcillaud - EE
Maryline Simoné - PS

Opposition (6 sièges)
Dominique Bussereau - UMP
Sally Chadjaa - UMP
Bruno Drapon - NC
Thierry Joulin - CPNT
Véronique Laprée - MPF
Sylvie Marcilly - UMP
Majorité (9 sièges)
Françoise Bély - PS
Emile Bregeon - DVG
Yves Debien - PS
Pascal Duforestel - PS
Julie Geairon - PS
Serge Morin - EE
Ségolène Royal - PS
Nathalie Lanzi - PS
Geneviève Paillaud - EE

Opposition (3 sièges)
Philippe Mouiller - UMP
Xavier Argenton - NC
Marie-Elise Dang-Vu - MPF

Deux départs ont été particulièrement commentés dans la presse :

  • Dominique Bussereau (alors le leader de l'opposition régionale comme tête de liste UMP/NC et Ministre des Transports) quelques mois après les élections régionales le mardi 3 août 2010[3]. Son départ se verra remplacé par le suivant sur la liste de Charente-Maritime, Hervé Blanché;
  • Olivier Falorni (qui siégeait dans le groupe PS "Une Énergie d'Avance", le groupe de Ségolène Royal), part pour des raisons politiques (il n'est pas touché par le cumul des mandats). Il avait été élu quelques jours auparavant Député socialiste dissident de Charente-Maritime face à Ségolène Royal, qui était elle investie par le PS. Olivier Farloni a pris la parole lors de la session du 18 juin pour confirmer son départ[4].
  • Vincent You, élu PCD de Charente prend sa carte à l'UDI fin 2014

Fonctionnement du Conseil Régional

Le Conseil Régional s'est doté en 2010 dès les premières sessions (dites « d'installation ») d'un règlement intérieur[5]. Celui-ci a été modifié entre sa version de 2004 et de 2010, pour réduire de 6 à 3 les élus nécessaires pour la constitution d'un groupe politique[5].

La cause annoncée de ce changement avait été décriée par la presse et l'opposition, jugée « politique » et « partisane », car elle était liée à la constitution en parallèle de ce groupe interne au Conseil Régional, d'un parti politique, dit « des Centriste-Humanistes » et présidé par Alexis Blanc[6] pour son soutien à Ségolène Royal et alors qu'en 2004, avec davantage d'élus, le groupe FN n'avait pu disposer d'un groupe au sein du Conseil Régional.

Les groupes d'opposition ont formé un « intergroupe », mettant en commun leurs moyens, avec deux porte-parole[7].

Le règlement intérieur définit également les moyens annuels donnés à chaque groupe constitué (les chiffres donnés dans le tableau ci-dessous sont des estimations du règlement intérieur).

Ainsi ont été constitués les groupes suivants, par ordre d'importance :

Nom du groupeSoutien de l'exécutif régionalTendance politiqueNbre d'élusMoyens financiers (estimations)
groupe Une Énergie d'AvanceouiPS et les partis de la majorité2635 500 
groupe Union Pour un Renouveau RégionalnonUMP, PCD, MPF, CPNT1116 750 
groupe Europe-Écologie Les VertsouiEELV1015 500 
groupe Nouveau-Centre (devenu depuis groupe UDI)nonNouveau-Centre, puis UDI dont un indépendant59 250 
groupe Centriste-Humanisteouiex-MODEM36 750 

Budget et finances

Taxes

AnnéeTaxe foncière bâtiesTaxe foncière non-bâtiesContribution économique territoriale (anciennement Taxe Professionnelle)
TauxMoy.RangTauxMoy.RangTauxMoy.Rang
20012,972,7116e7,725,8921e2,162,238e
20022,972,6916e7,725,8720e2,162,229e
20032,972,6916e7,725,8820e2,162,229e
20042,972,6916e7,725,9120e2,162,239e
20053,323,1712e7,726,6820e2,512,7210e
20103,322,6711e8,636,516e

Audit

En 2016, un audit commandé par Alain Rousset, président PS de la nouvelle grande région, montre une « forte dégradation » de la situation financière de la région Poitou-Charentes sous la direction de son ex-présidente, Ségolène Royal. L'audit relève notamment des retards de paiements s'élevant à 132 millions d'euros et une situation de quasi banqueroute si la région n'avait pas connu de fusion. Le vice-président de cette commission des Finances, le PS Florent Boudié, note « une gestion absolument pas maîtrisée, et qui connaît une accélération de sa dégradation très forte » depuis 2013[8]. La capacité de désendettement de la région est passée de 4,1 ans en 2013 à 20,4 ans en 2015[9].

Notes et références

Annexes

Liens externes

  • Portail de la politique française
  • Portail de Poitou-Charentes
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.