Correggio

Correggio (Curèš en dialecte local, Corrège en français) est une commune italienne d'environ 26 000 habitants située dans la province de Reggio d'Émilie et dans la région d'Émilie-Romagne.

Pour les articles homonymes, voir Correggio (homonymie).

Correggio

Le corso et les palais de Corregio
Noms
Nom français Corrège
Administration
Pays Italie
Région Émilie-Romagne 
Province Reggio d'Émilie 
Code postal 42015
Code ISTAT 035020
Code cadastral D037
Préfixe tel. 0522
Démographie
Gentilé correggesi (fr) Corregiasque
Population 25 395 hab. (31-12-2010[1])
Densité 331,11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 46′ 00″ nord, 10° 47′ 00″ est
Altitude Min. 33 m
Max. 33 m
Superficie 7 700 ha = 77 km2
Divers
Saint patron San Quirino évêque et martyr et San Michele Arcangelo
Fête patronale 4 juin
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Émilie-Romagne
Correggio
Géolocalisation sur la carte : Italie
Correggio
Géolocalisation sur la carte : Italie
Correggio
Liens
Site web http://www.comune.correggio.re.it/

    Géographie

    Correggio se trouve dans la plaine du Pô à une altitude variant de 25 à 43 mètres (31 m devant la mairie) et à 17 km au nord-est de Reggio nell'Emilia, sur la route nationale SS468 qui, longeant le fleuve Secchia jusqu’au chef-lieu Reggio, traverse la commune de Correggio et bifurque à l’est sur la liaison avec l’autoroute A22 et relie la commune de Carpi (MO, 8 km).
    Correggio est limitrophe de Campagnola Emilia et Rio Saliceto au nord, Carpi et Campogalliano de la province de Modène à l’est, San Martino in Rio et Reggio Emilia au sud, Bagnolo in Piano et Novellara à l’ouest.
    Grandes villes voisines :

    Histoire

    Antiquité

    Comme dans toute la zone comprise au nord de la via Emilia et le , la nature marécageuse des terres de cette valle Padusa, due aux alluvions des multiples fleuves et torrents comme le Crostolo et son affluent Tresinaro, descendant des Apennins, a attiré de nombreuses populations qui, dès l’antiquité, se sont établies dans cette région.
    Une nature formée de bandes de terre alluvionnaires non submergées appelées corrigiae sont à l’origine du nom Correggio et aussi de Corregioli, autre commune plus au Nord dans la province de Mantoue.
    Les trouvailles archéologiques témoignent du passage, à l’âge du fer, de populations Celtes, Ligures et Étrusques (culture de Villanona). Quant aux Romains, les travaux encore visibles de la centuriation témoignent non seulement de leur passage, mais aussi de leur établissement pendant plusieurs siècles.
    Le nom de Correggio apparaît pour la première dans un document daté de 946, sous la domination lombarde du Moyen-Âge.

    Seigneurie de Correggio (1009-1635)

    C’est de 1009 que date le premier document faisant référence à la famille feudataire Da Correggio, qui règnera sur Parme et Correggio pour environ 7 siècles.
    En 1452, quand les seigneurs durent se résigner à se replier sur leurs territoires ancestraux mais, toujours intéressés à se renforcer juridiquement et diplomatiquement, l’empereur Frédéric III leur attribua le titre de Comte ; mais en rendant les terres et les confins du territoire dépendant directement de l'empire. Le comté connu donc environ un siècle de développement et le pôle d’attraction de la vie sociale était représenté par la cour, qui fut le siège d’une grande activité diplomatique et culturelle. Les principaux hôtes en furent Ludovic Sforza (dit Le More), Ludovico Ariosto (dit L’Arioste), Pietro Bembo, Francesco Maria Molza, Bernardo Tasso, et beaucoup d’autres parmi les artistes et seigneurs les plus importants de l’époque. Les représentants locaux de la politique et de la culture de haut niveau : Nicolò Postumo, Veronica Gambara, Rinaldo Corso, Claudio Merulo et surtout Le Corrège (Antonio Allegri).

    Le Palazzo des princes

    Dans l’opposition entre François Ier et Charles Quint les Da Correggio choisirent ce dernier, qui par deux fois, en 1530 et 1532, vint en visite dans la cité.

    En 1557-58, Correggio subît un long siège par les troupes de la Sainte Ligue qui ne réussirent point à prendre la cité. En récompense à cette fidélité, l’empereur Ferdinand Ier du Saint-Empire en 1559 éleva Correggio au rang de Cité avec le privilège de battre monnaie et de maintenir un Catalogue de la noblesse citadine. En 1616, par le paiement d’une confortable somme, Correggio fut érigée en Principauté.
    Mais le climat politique et économique ne fut pas favorable à ce nouvel état qui était destiné à être absorbé par les seigneuries plus puissantes. Destinée favorisée par la médiocrité et les ennuis juridico-financiers du prince Siro da Correggio, accusé d’adultère et de falsification de monnaie et, en 1635, la principauté tomba aux mains du Duché de Modène, mais conserva une relative autonomie administrative et culturelle.

    Temps modernes

    Au cours des XVIIIe et XIXe siècles, bien qui Correggio connu une légère évolution culturelle, celle-ci ne fut pas accompagnée du développement socio-économique. La cité et la classe dominante constituée de propriétaires terriens appartenant à la noblesse ou aspirant à en faire partie, furent fidèles au Duché d’Este et restèrent imperméables à la modernisation économique et culturelle, et ni à l’impulsion politique du Risorgimento.

    En 1860, avec l’annexion plébiscitaire de l'Émilie, Correggio entra dans le royaume d'Italie.

    Monuments et lieux d’intérêt

    • la basilique de San Quirino, édifiée entre 1512 et 1587,
    • l’église de San Francesco, la plus ancienne de la cité.
    • l’église de San Giuseppe Calasanzio,
    • l’église de Santa Chiara, construite en 1666.
    • l’église de Santa Maria della Misericordia,
    • l’église de San Sebastiano, construite en 1591.
    • la rocchetta, petite forteresse en partie démolie.
    • le palazzo des Princes, résidence de la famille Da Correggio.
    • le théâtre communal Bonifazio Asioli,
    • le palazzo communal (mairie et administration)
    • le palazzo de la Raison et la tour de l’horloge.

    Administration

    Les maires successifs
    Période Identité Étiquette Qualité
    04/06/2004 En cours Mario Iotti centre gauche  
    Les données manquantes sont à compléter.

    Hameaux

    Budrio, Canolo, Fazzano, Fosdondo, Lemizzone, Mandrio, Mandriolo, Prato, San Biagio, San Martino

    Communes limitrophes

    Bagnolo in Piano (9 km), Campagnola Emilia (8 km), Campogalliano (MO, 10 km), Carpi (MO, 8 km), Novellara (9 km), Rio Saliceto (5 km), San Martino in Rio (4 km)

    Population

    Évolution de la population en janvier de chaque année

    1861 1901 1921 1951 1961 1971 1981 1991 2001
    11 65114 44519 32019 37419 58320 10220 01820 11320 604
    2012 - - - - - - - -
    25 552--------

    Ethnies et minorités étrangères

    Selon les données de l’Institut national de statistique (ISTAT) au 1º la population étrangère résidente et déclarée était de 3259 personnes, soit 12,8 % de la population résidente.
    Les nationalités majoritairement représentatives étaient :

    Pos.PaysPopulation
    1 Pakistan790
    2 Inde635
    3 Roumanie279
    4 Maroc253
    5 Ukraine210
    6 Chine198
    7 Tunisie143
    8 Albanie116
    9 Pologne84
    10 Moldavie76

    Personnalités liées à Correggio

    Économie

    Correggio, cité traditionnellement agricole (production de lambrusco), siège d’importantes industries du secteur mécanique, électronique et de la matière plastique. Depuis 2003, premier centre italien pour le recyclage du bois.

    Sources

    Notes

    Articles connexes

    Liens externes

    • Portail de l'Émilie-Romagne
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.