Créole guyanais

Le créole guyanais ou le guyanais (kriyòl gwiyannen, kriyòl Lagwiyann et gwiyannen dans la langue) est un créole à base lexicale française parlé en Guyane et au Brésil, dans une partie de l'État voisin de l'Amapá. Il a été également partiellement influencé par l'anglais (exemple : chwit de sweet), le portugais (exemple : briga, dérivé du verbe brigar), l'espagnol (exemple : èstati, du mot estatua) et le néerlandais à la suite d'occupations successives[réf. souhaitée].

Ne doit pas être confondu avec français de Guyane.

Créole guyanais
Kriyòl gwiyannen

Interview en créole guyanais et français lors des États généraux du multilinguisme dans les outre-mer (décembre 2011).
Pays France, Brésil
Région Guyane, Amapá
Nombre de locuteurs 250 000[1] - 300 000[2]
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-3 gcr
IETF gcr
Échantillon
Article premier de la Déclaration universelle des droits de l’homme (voir le texte en français) :
Artik 1 Tout moun fèt lib é égal annan dinyité ké annan drwè. Yé gen rézon ké konsyans, é divèt aji roun bay ròt kou frè ké sò.
Kriyòl Gwiyannen

L'apport de langues africaines (notamment les langues gbe pour les structures grammaticales) et amérindiennes (vocabulaire concernant la faune et la flore) sont fondamentaux dans l'originalité de la langue.

Le créole guyanais a reçu également l'apport de quelques langues régionales telles que le breton et le charentais.

Le créole guyanais compte de nombreux mots en commun avec le créole des Antilles ; en revanche, au niveau des pronoms personnels, il présente davantage de similitudes avec les créoles de l'Île Maurice, des Seychelles et de la Louisiane.

Il est devenu une véritable langue au fil du temps, toujours en constante évolution, sous l'influence du français et des langues des pays voisins (le Brésil et le Surinam). Au Brésil, il est surtout parlé dans l'État de l'Amapá, frontalier de la Guyane.

Histoire

Le créole guyanais était une langue parlée entre les esclaves et les colons. Mais les conditions de la constitution du créole guyanais ont été assez sensiblement différentes du créole antillais, d'une part à cause des conflits entre Français, Anglais, Néerlandais, Portugais et Espagnols, et, d'autre part, des dialectes français comme le cadien ont beaucoup influencé le créole guyanais, ce qui a rendu celui-ci sensiblement différent des créoles Martiniquais, Haïtien, Sainte-Lucien et Guadeloupéen. Dans le territoire Brésilien de l'Amapá, frontalier avec la Guyane française, ce créole est souvent confondu avec le karipuna, un autre créole. Cependant, le créole guyanais est largement parlé et compris en Amapá.

Il existe donc en créole guyanais quelques mots en commun avec les créoles des Antilles, cependant, un certain nombre de mots les différencient sensiblement.

Par ailleurs, les Guyanais prononcent la phonème /ʁ/ comme en français de France standard, alors qu'aux Antilles, la prononciation tend plutôt à se rapprocher de la semi-voyelle [w].

Vocabulaire Prononciation en français chez le Guyanais En créole guyanais Prononciation en français chez l'Antillais
Riz Ri Douri Wi
Dormir Dormir Dronmi Dowmiw

Les pronoms-déterminants possessifs sont placés avant le nom, contrairement aux variétés antillaises :

Français Ma maison Leurs enfants Sa femme
Créole guyanais Mo kaz Yé timoun So fanm/So madanm
Créole guadeloupéen Kaz an mwen Ti-moun a yo Madanm ay/Fanm ay
Créole martiniquais Kay mwen Ti-moun yo Madanm-li/Fanm-li

Écriture et lexique

Les voyelles sont :

  • a (anwa) ; é (tchenbé) ; è (dibè) ; i (divan); o (dilo) ; ò (chalò) ; ou
  •  ou  est considéré en tant que voyelle (dibout, « debout ») dans le cas d'une semi-voyelle, on écrit  w .

Les semi-voyelles sont :

  • w (comme pour wapa ⇒ bois très résistant aux nuisibles),
  • y (comme pour (ayè ⇒ hier en français),

Les voyelles nasales sont :

  • en ⇒ dipen, chyen ; an ⇒ konran, annan, on ⇒ rézon, wonm.

Les consonnes sont :

  • b, ch, d, f, g, j, k, l, m, n, p, r, s t, v, z. (pas de : c, h, q, x).

Comparaison du même texte[3] dans les différentes créoles à base lexicale française voisins et en français

Français Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits.

Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

Créole guyanais Tout moun fèt lib é égal annan dinyité ké annan drwè.

Yé gen rézon ké konsyans, é divèt aji roun bay ròt kou frè ké sò.

Créole réunionnais Tout bann zïmin i éné lib é égo dan la dinité ek dann droi.

Zot nana la rézon ek la consians é zot i doi azhi inalot dan inn lespri fraternité

Créole sainte-lucien Tout imen ka net lib égo an dignité épi yo dwa.

Yo ni rézon ek konsyans la épi dwet aji yonn pou lot adan yonn lespri di fraternité

Créole guadeloupéen Tout moun ka nèt lib é égal an dinyité é an dwa.

Yo tini rézon épi konsyans é yo pou aji yonn ba lòt adan on lèspri a fratènité.

Créole mauricien Toute bane zimin nèt lib é égo dan la dignité é dan bane droi la.

Zot ena la rézon ek la conscians é fodé ki tout dimoun azi dan ene lespri fraternité

Créole haïtien Tout moun fèt lib e egal nan diyite ak dwa.

Yo gen la rezon ak konsyans epi yo fèt pou aji youn pou lòt nan yon lespri fratenite.

Créole martiniquais Tout moun ka nèt lib é égal an dinyité ek an dwa.

Yo ni rézon épi konsyans, é dwet aji yonn pou lòt adan an lespri di fraternite.

Quelques proverbes créoles guyanais le DOLO

Écriture classique (écriture moderne) : traduction française (proverbe équivalent en français)

  • « Roun chin pa ca couri dèyè dé zo » (Roun chyen pa ka kouri dèyè dé zo) : Un chien ne court pas après deux os (On ne court pas deux lièvres à la fois).
  • « Lò poule lévé asou dizé, a manjé i ca sassé » (Lò poul lévé asou dizé, a manjé i ka sasé) : Quand la poule a fini de couver, elle cherche à manger (Tout travail mérite salaire).
  • « Chin pa ca fè chat » (Chyen pa ka fè chat) : Un chien ne fait pas de chat.
  • « Sa qui la pou to dileau pas ca chariél » (Sa ki la pou to dilo pa ka charyél) : ce qui doit arriver, arrivera.
  • « A graine douri ca plen sac douri. » (A grenn douri ka plen sak douri.) : C'est en ajoutant des grains de riz qu'on remplit un sac (petit à petit, l'oiseau fait son nid).
  • « Roun lanmen lavé ròt » (Roun lanmen lavé ròt) : Une main lave l'autre (« il faut s'entraider » ou bien « une action en efface une autre »)[4].

Grammaire

L'article

En créole guyanais, il n'existe pas de marque de genre féminin ou masculin. La forme de l'article est donc la même pour les noms masculins et féminins.

L'article défini

L'article défini singulier vient s'accoler derrière le mot qu'il accompagne et en est séparé par un trait d'union. L'article défini est a :

chèz-atab-a
la chaisela table

ya est la marque du pluriel défini. Il est également placé après le nom :

tab-ya
les tables

Pour les mots qui se terminent en on, an, en ou -n, on utilise yan

Timoun-yan
Les enfants

L'article indéfini

L'article indéfini a une forme unique, oun (également interchangeable avec roun), qui est placé avant le nom :

Oun wonmOun fanm
Un hommeUne femme

En créole guyanais, l'article indéfini pluriel français « des » ne possède pas d'équivalent :

Li ka manjé manng.
Il mange des mangues.

Le genre

Pour désigner un animal, le sexe suit l'article :

Oun fimèl chyen
Une chienne
Oun mal chyen
Un chien

Les pronoms personnels sujets et les déterminants possessifs

Les pronoms personnels sujets et les pronoms possessifs sont identiques sauf pour son, sa, ses-so. Les pronoms sont toujours placés devant le verbe sauf à l'impératif. On emploiera aussi bien mo pour mon papa, mo papa, ma maman, mo manman que pour mes cousins, mo kouzen. Les pronoms personnels en créole et français.

créole guyanaisfrançais
moje
to, ou (vouvoiement singulier)tu / vous
li, iil, elle
nounous
zòtvous
ils, elles

Les déterminants possessifs en créole et en français.

créole guyanaisfrançais
momon / ma / mes
to / outon / ta / tes
soson / sa / ses
nounotre / nos
zòtvotre / vos
leur / leurs

Comparatif des pronoms personnels guyanais vis-à-vis des autres créoles :

guyanais louisiane grenade mauricien seychellois réunionais guadeloupéen haïtien martiniquais sainte-lucien
mo mo mwen mo mo/mon mwen/mi mwen/an mwen mwen/man mwen
to / ou (politesse) to/vou ou to / ou (politesse) ou ou ou ou ou ou
li, i li/ça i li i li i li i i
nou nou nou nou nou nou nou nou nou nou
zòt vou/zòt zòt zòt zòt zòt zòt zôt zòt zòt
zòt zòt zòt yo yo yo yo

Quelques mots en créole

FrançaisCréolePrononciation
se débattre (débrouillard)djoubatédjou-ba-té
une chosebèt-abè-ta
cielsyèl-asyè-la
pleurer kriyé kri-yé
crier rélé ré-lé
seulement rounso roun-so
eaudilodi-lo
devant divan di-van
feudifédi-fé
terrelatèla-tè
hommewonmou-on-m (en une seule syllabe)
monsieur mouché mou-ché
gars boug bou-g
femmefanmfan-m
garçontibougti-bou-g
filletifiti-fi
enfanttimounti-mou-n
mangermanjéman-jé
boirebwèbouè (synérèse)
vouloir
devoirdivètdi-vè-t
grandgran
petitpiti / ti
adultegranmoungran-mou-n
nuit lannwit lan-nwi-t
je préfère celui-ci mo miyò sa-la
jourjoujou
se promenerpronmennenpron-men-nen
promenadepronmnen(pron-m)-(nen)
mal élevémalélvéma-lél-vé
coup / coup de poingtchòk
frappe-lebay li (fouté l'oun tchòk)
avoirgen / gannyengen comme gain/ gan-nyen
savoirsavésa-vé
danslandan, annanlan-dan, an-nan
dedansandidan, ofonan-di-dan, o-fon
dehorsdéròdé-rò
surasoua-sou
en l'air anlè an-lè
eux
parolepalò

pa-lò

le "ò" se prononce comme le "o" du mot "or"

moi, jemomo comme mots
toi, tutoSe prononce comme le tôt français
il / elleli
nousnou
vouszòt
ils / elles

Le GEREC

Le Groupe d'études et de recherches en espace créolophone (GEREC) fondé en 1975 par le Pr Jean Bernabé, regroupe des chercheurs travaillant sur la langue, la culture et les populations créoles (Martinique, Guadeloupe, Guyane, etc.), avec un regard spécifique sur les créoles à base lexicale française et sur l'aire francophone. Le GEREC produit des travaux concernant l'écriture du créole, notamment une famille de normes concernant sa graphie, qui fait référence depuis 1976[réf. souhaitée].

Notes et références

  • Ne pas confondre le créole à base lexicale française guyanais (code ISO 639-3 gcr) avec le créole à base lexicale anglaise créole guyanien (en) (code ISO 639-3 gyn) parlé dans le Guyana (ancienne Guyane britannique) proche.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail des langues
  • Langues créoles et créolophonie
  • Portail de la Guyane
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.