Cubières-sur-Cinoble

Cubières-sur-Cinoble , (en occitan Cubièras de Cinòble), est une commune française, située dans le département de l'Aude en région Occitanie.

Pour les articles homonymes, voir Cubières.

Cubières-sur-Cinoble

Dolmens de l'Arco del Pech.

Blason
Administration
Pays France
Région Occitanie
Département Aude
Arrondissement Limoux
Canton Quillan
Intercommunalité Communauté de communes du Limouxin
Maire
Mandat
Sylvie Romieu
2014-2020
Code postal 11190
Code commune 11112
Démographie
Gentilé Cubiérols
Population
municipale
96 hab. (2017 )
Densité 6,6 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 51′ 43″ nord, 2° 27′ 42″ est
Altitude Min. 360 m
Max. 893 m
Superficie 14,48 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Cubières-sur-Cinoble
Géolocalisation sur la carte : Aude
Cubières-sur-Cinoble
Géolocalisation sur la carte : France
Cubières-sur-Cinoble
Géolocalisation sur la carte : France
Cubières-sur-Cinoble

    Ses habitants sont appelés les Cubiérols.

    Géographie

    Commune située dans les Corbières sur le Verdouble. Elle est limitrophe du département des Pyrénées-Orientales.

    Communes limitrophes

    Histoire

    L'abbaye de Notre-Dame de Cubières est citée en 817 et plus sûrement en 844 lorsque Charles le Chauve accorde un diplôme d’immunité et de protection à l’abbé Eléazar. Cubières fait alors partie du Peyrepertusès, circonscription du comté de Razès. Le territoire est dominé dès 874 par les comtes de Cerdagne puis de Besalu.

    Politique et administration

    Liste des maires successifs
    Période Identité Étiquette Qualité
    mars 2008   Sylvie Romieu DVD  
    mars 2001 mars 2008 Françoise Le Roy    
    Les données manquantes sont à compléter.

    Démographie

    L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3]. En 2017, la commune comptait 96 habitants[Note 1], en diminution de 3,03 % par rapport à 2012 (Aude : +2,19 %, France hors Mayotte : +2,36 %).
    Évolution de la population  [modifier]
    1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
    269252301282283295309327291
    1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
    278258251255210201193195167
    1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
    159139129121108126908378
    1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
    64563964646473102100
    2017 - - - - - - - -
    96--------
    De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
    (Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
    Histogramme de l'évolution démographique

    Économie

    Lieux et monuments

    • Gorges de Galamus
    • Église Notre-Dame. Cette église est un fragment d'une ancienne église abbatiale. Au début du IXe siècle a été fondé une abbaye sous le vocable Saint-Pierre et Notre-Dame à la sortie des gorges de Galamus. L'abbaye est citée dans des diplômes datés de 817[6], 844, 898 et 922. En 1020, dans son testament, Bernard Taillefer donne l'abbaye de Cubières, le comté de Besalú et la vicomté de Fenouillèdes à son fils Guilhem (1020-1052). Puis elle passe sous la dépendance puis des seigneurs du Peyrepertusès. En 1073, elle devient la propriété de l'abbaye de Moissac. L'abbaye devient ma propriété de l'abbaye de Moissac en 1073. En 1200, le monastère n'est plus qu'un prieuré dépendant de l'abbé de Moissac. Il n'est plus fait alors mention de l'abbaye sauf dans un document tardif du moine Philomène, le Gesta Caroli Magni (lire en ligne). Ce texte indique que l'abbaye de Cubières fait partie des possessions de l'abbaye de Lagrasse.
      Il ne reste rien des bâtiments monastiques et seulement le tiers de l'église abbatiale d'origine. Les « Collectariae » des archives vaticanes mentionnent l'église comme paroissiale en 1351. Ce qui subsiste de l'église montre qu'elle a été construite au XIe siècle. Il reste le collatéral sud presque en en entier avec son absidiole, la travée médiane de la nef centrale. Des murs biais raccordent les piliers subsistant de la travée de la nef centrale aux extrémités du collatéral. Une abside semi-circulaire a été construite au nord de la travée de la nef centrale ce qui a créé une nouvelle nef centrale perpendiculaire à l'ancienne. Une tradition locale attribue la destruction de l'ancienne abbatiale à un incendie provoqué par des bandes armées[7],[8],[9].

    Personnalités liées à la commune

    Héraldique

    Blason Parti: au 1) coupé au I d'or à la croisette pattée de gueules, au II d'argent au pot à deux anses de sable, au 2) d'argent à trois fasces de gueules.
    Détails
    Le statut officiel du blason reste à déterminer.

    Voir aussi

    Bibliographie

    • Gauthier Langlois, « Petits établissements monastiques masculins des Corbières : un encadrement religieux dense (IXe-XIIIe siècle) », dans Bulletin de la Société d’études Scientifiques de l'Aude, t. CXIII, (ISSN 0153-9175, lire en ligne), p. 51-68

    Articles connexes

    Liens externes

    Notes et références

    Notes

    1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

    Références

    1. Carte IGN sous Géoportail
    2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
    3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
    4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
    5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
    6. Dans la Notitia de servitio monasteriorum sous le nom monasterium S. Mariæ Caprariensis d'après Étienne Baluze (Recueil des historiens des Gaules et de la France, Victor Palmé éditeur, Paris, 1870, tome 6, p. 409, note ll)
    7. Roger Hyvert, Cubières-sur-Cinobre. Église Notre-Dame, dans Dictionnaire des églises de France, Robert Laffont, Paris, 1966, tome II-C, Cévennes6Languedoc-Roussillon, p. 49.
    8. Gauthier Langlois, « Petits établissements monastiques masculins des Corbières : un encadrement religieux dense (IXe-XIIIe siècle) », dans Bulletin de la Société d’études scientifiques de l’Aude, tome CXIII, 2013, p. 51-68 (lire en ligne)
    9. Cubières-sur-Cinobre : l'église
    • Portail de l’Aude
    • Portail des communes de France
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.