Cyberculture

Apparu au début des années 1990, le terme cyberculture désigne à la fois un certain nombre de productions culturelles et un nouveau rapport à la culture en général, notamment par les internautes[1]. Les cybercultures succèdent à un certain nombre d'autres cybertermes dont elle est censée faire l'addition, tels que cyberpunk, cyberespace, etc. et qui ont pour origine lointaine la cybernétique.

Production culturelle

Du point de vue de la production culturelle, la cyberculture englobe des œuvres très diverses présentant un lien avec les technologies de l'information : informatique et réseaux[2]. Ce lien peut être d'usage, lorsque musiciens et graphistes se saisissent de la micro-informatique comme outil de création. Il peut être imaginaire et métaphorique lorsque les romanciers cyberpunk inventent des intelligences artificielles omniscientes en extrapolant depuis leur Macintosh SE. Au cours des années 1990, de nombreux essais vont utiliser le web, et plus largement l'Internet, comme une métaphore de la connaissance, de la société, bref, du monde.

L'utilisation du micro-ordinateur comme support va permettre aussi l'apparition d'un genre hybride : le multimédia, dont les œuvres mélangent image, son, et programmation[3].

Cyberculture et société

Mais la notion de cyberculture va au-delà d'un genre culturel. Elle désigne aussi, selon Pierre Lévy, l'un de ses principaux théoriciens, un nouveau rapport au savoir, une transformation profonde de la notion même de culture, voire une intelligence collective dont Wikipédia pourrait justement servir d'exemple[4].

Références

  1. « Définition de cyberculture - Encyclopædia Universalis », sur www.universalis.fr (consulté le 19 janvier 2019)
  2. Bernard Miege, « Cyberculture (Pierre Levy) », Réseaux. Communication - Technologie - Société, vol. 16, no 88, , p. 224–225 (lire en ligne, consulté le 19 janvier 2019)
  3. Éditions Larousse, « Définitions : multimédia - Dictionnaire de français Larousse », sur www.larousse.fr (consulté le 19 janvier 2019)
  4. Pierre Lévy, « Essai sur la cyberculture: l'universalité sans totalité », Éd. du Conseil de l'Europe, (lire en ligne)

Annexes

Bibliographie

  • 2006 - Michaël La Chance, Capture totale. Matrix, mythologie de la cyberculture, Presses de l’Université Laval, coll. « Intercultures », 200 p. (ISBN 2-7637-8304-X)
  • 2001 - Michaël La Chance, Les penseurs de fer, Les sirènes de la cyberculture, Trait d’union, coll. « Spirale », 218 p. (ISBN 2-922572-35-8)
  • 1996 - Timothy Leary, Chaos et CyberCulture, Ed. du Lezard , 275 p. (ISBN 2910718077)

Liens internes

Liens externes

  • Portail de l’informatique
  • Portail de la société
  • Portail d’Internet
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.