Démographie de la Nièvre

La démographie de la Nièvre est caractérisée par une très faible densité, une population vieillissante, qui diminue depuis les années 1950.

En 2013 la population du département est de 215 221[1], en janvier 2007, le département français de la Nièvre comptait officiellement 221 486 habitants, se situant en 85e rang sur le plan national.

En huit ans, de 1999 à 2007, sa population a perdu près de 4 000 unités, c'est-à-dire de plus ou moins 500 personnes par an. Mais cette variation est différenciée selon les 312 communes que comporte le département. Ainsi sur les 19 de plus de 2 000 habitants, 13 voient leur population augmenter, 8 stagner et 5 diminuer.

La population est principalement concentrée dans le Val de Loire, à l'ouest, et dans la partie sud-ouest du département. Environ trois quarts des Nivernais résident dans une commune située à moins de 10 km d'une des trois routes nationales traversant la Nièvre. La partie nord-est du département est très peu peuplée. Cette zone comporte notamment la partie nivernaise du parc naturel régional du Morvan dont la densité atteint à peine plus de 13 habitants au km2[2]

Carte des densités de population des départements métropolitains de France en 2007. Avec 32,5 hab./km2, La densité de la Nièvre est égale au tiers de celle de la France entière qui est de 100,5 pour la même année.

La densité de population du Nièvre, 32,5 habitants par kilomètre carré en 2007, est égale au tiers de celle de la France entière qui est de 100,5 pour la même année, et se situe en 86e position par rapport à l'ensemble des départements.

Peuplement du territoire de la Nièvre

Des hameaux néolithiques

L’habitat isolé de la période gauloise

Période romaine

Ruralité au Moyen Âge

Évolution démographique du département de la Nièvre

Avec 282 521 habitants en 1831, le département représente 0,87 % de la population française, qui est alors de 32 569 000 habitants. De 1831 à 1866, il va gagner 60 252 habitants, soit une augmentation de 0,61 % moyen par an, de l'ordre de grandeur du taux d’accroissement national de 0,48 % sur cette même période (repère A à B).

L’évolution démographique entre la Guerre franco-prussienne de 1870 et la Première Guerre mondiale est inverse du mouvement national. Sur cette période, la population baisse de 40 605 habitants (repères C à D), soit une baisse de près de 12 % alors qu’on constate un accroissement de 10 % au niveau national. La population continue de baisser de 7,58 % pour la période de l’entre-deux guerres courant de 1921 à 1936 alors qu’elle croit au niveau national de 6,9 % pour la France entière (repères E à F).

À l'instar des autres départements français, le Nièvre va ensuite connaître un légère croissance après la Deuxième Guerre mondiale, de 1954 à 1968, pour reprendre ensuite une baisse inexorable. Le taux de décroissance démographique entre 1968 et 2007 est de 10,5 % alors que la population croît au niveau national de 25 %.

1791 1801 1806 1821 1826 1831 1836 1841 1846
-232 590241 739257 990271 292282 521297 550305 346322 262
1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891
327 161326 086332 814342 773339 917346 822347 576347 645343 576
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946
333 899323 783313 972299 312270 148260 502255 195249 673248 559
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011
240 078245 921247 702245 212239 635233 278225 198222 218218 341
2016 2017 - - - - - - -
209 161207 182-------
(Sources : SPLAF[3] et INSEE pour les années 2006[4] et 2007[5])
Histogramme
(élaboration graphique par Wikipédia)

Population par divisions administratives

Arrondissements

Le département de la Nièvre comporte quatre arrondissements. La population se concentre principalement sur l'arrondissement de Nevers puisqu'on y recense en 2007 55 % de la population totale du département, avec une densité de 60 habitants/km², contre 21 % pour l'arrondissement de Cosne-Cours-sur-Loire, 12 % pour celui de Château-Chinon (Ville) et de Clamecy.

ArrondissementPopulation
2007
Population
1999
variation
2007/1999
Superficie
km2
Densité
hab./km2
Nevers122 084125 243-2,5 %2 02060
Cosne-Cours-sur-Loire45 54545 065==1,1 %1 40332
Château-Chinon (Ville)27 34428 144-2,8 %1 92914
Clamecy26 51326 739==-0,8 %1 46418
Source : Insee[6]

Cantons

Le département de la Nièvre comprend 32 cantons. La population de 11 cantons est en décroissance sur la période 1999-2007, celle de onze stagne. Seulement onze cantons voient leur population croître.

Le tableau ci-dessous recense les populations 2007 de ces cantons et leurs variations sur la période 1999-2007[Note 1].

CantonPop.
2007
var.
/1999
CantonPop.
2007
var.
/1999
Nevers38 007  -7,2 %Luzy4 458  -6 %
canton de Guérigny15 644  -3,8 %Moulins-Engilbert4 357==  1,3 %
Pougues-les-Eaux12 523==  -1,2 %Dornes4 324  2,2 %
Cosne-Cours-sur-Loire11 165  -2 %Prémery3 982  -2,4 %
Charité-sur-Loire11 023==  1,3 %Châtillon-en-Bazois3 855==  -2 %
Decize8 406  -5,7 %Donzy3 843  3,7 %
Imphy8 257  -4,7 %Montsauche-les-Settons3 824==  -1,6 %
Clamecy8 121  -5 %Lormes3 812==  0 %
Machine7 412==  -1,2 %Saint-Amand-en-Puisaye3 554==  -1,1 %
Saint-Pierre-le-Moûtier6 714  3,6 %Nevers-Nord3 527==  0,7 %
Nevers-Sud6 683  12,9 %Saint-Saulge3 285==  1,7 %
Château-Chinon (Ville)6 160  -5 %Cosne-Cours-sur-Loire-Nord3 147  5,6 %
Pouilly-sur-Loire6 001  4,6 %Tannay2 962  5,5 %
Saint-Benin-d'Azy5 327  6,1 %Cosne-Cours-sur-Loire-Sud2 825  5,2 %
Corbigny4 750  -2,5 %Brinon-sur-Beuvron2 406  4 %
Fours4 687  -2,2 %Nevers-Est1 968  3,5 %
Varzy4 459==  1,7 %
Source : Insee[6]

Unités urbaines

Unité urbaineNombre de

communes
(2010)

Population

(2015)

Variation

annuelle

2010-2015

Pop.
(2010)
Variation

annuelle
2010-1999

Pop.
(1999)
Variation

annuelle
1990-1999

Pop.
(1990)
1Nevers758 395−1,05 % 61 647−0,62 % 66 162−0,28 % 67 891
2Cosne-Cours-sur-Loire211 508−0,53 % 11 822−0,44 % 12 422−0,64 % 13 184
3Decize27 550−0,67 % 7 811−0,75 % 8 515−0,66 % 9 057
4La Charité-sur-Loire25 450−0,62 % 5 625−0,50 % 5 954−0,43 % 6 192
5Clamecy24 165−1,64 % 4 536−0,98 % 5 085−0,89 % 5 528
6Marzy13 6610,48 % 3 5761,56 % 3 0510,07 % 3 032
7Imphy13 452−1,54 % 3 739−0,62 % 4 015−1,15 % 4 478
8La Machine13 392−0,77 % 3 527−0,51 % 3 735−1,21 % 4 192
9Guérigny12 482−0,65 % 2 5660,34 % 2 4740,28 % 2 414
10Pougues-les-Eaux12 422−0,30 % 2 459−0,12 % 2 4930,28 % 2 358
11Château-Chinon12 071−0,54 % 2 129−0,70 % 2 307−0,87 % 2 502
Localisation des agglomérations du département de la Nièvre de plus de 2000 habitants en 2015.


Légende :
Agglomération de plus de 50 000 hab.

Agglomération de 10 000 à 50 000 hab.

Agglomération de 5 000 à 10 000 hab.

Agglomération de 3 000 à 5 000 hab.

Agglomération de 2 000 à 3 000 hab.

Communes de plus de 2 000 habitants

Sur les 312 communes que comprend le département de la Nièvre, 19 ont en 2007 une population municipale supérieure à 2 000 habitants, 5 communes ont plus de 5 000 habitants et 2 plus de 10 000 habitants dont Nevers qui possédait 38 007 habitants en 2007.

Les évolutions respectives sur la période 1999-2007 des 19 communes de plus de 2 000 habitants sont présentées dans le tableau ci-après. Deux seulement voient leur population augmenter (Marzy et Guérigny), quatre stagnent et les autres baissent.

CommunePop.
2007
var.
/1999
CommunePop.
2007
var.
/1999
Nevers38 007[B 1]  -7,2 %Coulanges-lès-Nevers3 527[B 2]==  0,7 %
Cosne-Cours-sur-Loire11 165[B 3]  -2 %Marzy3 434[B 4]  12,6 %
Varennes-Vauzelles9 438[B 5]  -7,6 %Guérigny2 573[B 6]  3,9 %
Decize5 902[B 7]  -8,5 %Pougues-les-Eaux2 509[B 8]==  0,7 %
La Charité-sur-Loire5 362[B 9]==  -1,7 %Château-Chinon (Ville)2 195[B 10]  -4,8 %
Fourchambault4 711[B 11]  -2,5 %Saint-Léger-des-Vignes2 079[B 12]==  1 %
Clamecy4 423[B 13]  -7,9 %Cercy-la-Tour2 061[B 14]  -2,1 %
Imphy3 763[B 15]  -6,4 %Luzy2 043[B 16]  -8,4 %
Garchizy3 646[B 17]  -4,6 %Prémery2 042[B 18]  -7,2 %
La Machine3 556[B 19]  -4,8 %
Source : Insee[6]

Structures des variations de population

Soldes naturels et migratoires sur la période 1968-2007

La variation moyenne annuelle reste négative depuis les années 1970, traduisant une baisse continue de la population. Le solde naturel annuel qui est la différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès enregistrés au cours d'une même année a baissé, passant de -0,1 à -0,4. Le taux de natalité, passant de 13,5 % à 9,7 %, reste inférieur au taux de mortalité, qui parallèlement passe de 14,2 à 13,3[5].

Le flux migratoire également négatif dans les années 1970 est redevenu positif sur la période 1999-2007, le taux annuel passant de - 0,1 à 0,1 %[5].

Variation de la population par périodes.
1968 à 19751975 à 19821982 à 19901990 à 19991999 à 2007
Variation annuelle moyenne de la population en %-0,1-0,3-0,3-0,4-0,2
- due au solde naturel en %-0,1-0,3-0,3-0,4-0,4
- due au solde apparent des entrées sorties en %-0,1-0,1000,1
Taux de natalité en ‰13,511,5119,99,7
Taux de mortalité en ‰14,214,31413,613,3
Source : Insee[5]

Mouvements naturels sur la période 1999-2007

En 1999, 2 263 naissances ont été dénombrées contre 3 006 décès, traduisant une dépopulation. Le nombre annuel des naissances a baissé depuis cette date, passant à 2 049 en 2007, concomitamment à une baisse du nombre de décès, avec 2 746 en 2007. Le solde naturel reste ainsi négatif tout en se réduisant, passant de -743 à -595. Rapporté à la population correspondante, le taux lié au mouvement naturel annuel reste ainsi stable à -0,3 %[5].

Naissances
Décès

Evolution 2008-2015

Les mouvements migratoires

La Nièvre perd chaque année 0,5 % de sa population sur la période 2008-2013[7]. Ses échanges migratoires avec les autres départements français y participent et contribuent à faire baisser le nombre d’habitants de 0,1 % chaque année. En 2012, 6 000 personnes se sont ainsi installées dans le département tandis que 6 100 le quittaient En 2012 de nombreux seniors déménagent à l’âge de la retraite : 16 % des Nivernais nouvellement installés sont retraités : les arrivées, 950, l’emportent sur les départs, 650, et aboutissent à un excédent migratoire pour la Nièvre de 300 retraités.  L'excédent des seniors ne compense pas le déficit de jeunes.

Les évolutions sont différentes suivant les territoires (2008-2013) : Le Ligérien Nivernais est le plus jeune et le plus dense des territoires. Il rassemble 70 % des habitants et 74 % des emplois. Il concentre ainsi la majorité des migrations du département. Des trois territoires, il est le seul à perdre des habitants au jeu des migrations : 4 700 installations pour 5 100 départs. Le Morvan présente un profil migratoire assez comparable à celui du Haut Nivernais :les deux territoires gagnent des habitants au jeu des migrations et le volume de leurs flux migratoires est faible comparé à celui du Ligérien Nivernais : 1 300 arrivées pour 1 100 départs dans le Morvan, 1 400 arrivées pour 1 200 départs dans le Haut Nivernais.

Densité de population

La densité de population est en stagnation depuis 1968, en cohérence avec la stabilité de la population. En 2007, la densité était de 32,5 habitants/km2.

1968
 
36.3
 
1975
 
36.0
 
1982
 
35.2
 
1990
 
34.2
 
1999
 
33.0
 
2007
 
32.5
 

Répartition par sexes et tranches d'âges

La population du département est âgée. Le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est en 2007 de 30,1 % alors qu'il est de 21,5 % au niveau national.

En fait la question de l'âge doit distinguer deux phénomènes : la gérontocroissance et le vieillissement. Le premier tient à l’augmentation du nombre de personnes âgées, due à la longévité croissante des personnes âgées et aux spécificités de la pyramide des âges. Le nombre des 60 ans ou plus s'élève dans la Nièvre à 66 752 en 2007 et devrait s'accentuer avec les gains d’espérance de vie et l'arrivée dans cette tranche d'âge, à compter de 2005 des générations nées après-guerre.

Le vieillissement, c'est-à-dire la baisse de la proportion des classes d’âge les plus jeunes, se constate même si on isole le phénomène de la gérontocroissance[Note 2], en considérant le rapport entre les jeunes et la population d'âge actif (20-59 ans). Comme la France, la Nièvre voit ce rapport diminuer : 42 jeunes pour cent adultes en 2007. Il est de 47 en 2007 au niveau national.

En 2007, le département comptait 106 339 hommes pour 115 147 femmes, soit un taux de 48,0 % d'hommes, similaire au taux national (48,4 %). Les pyramides des âges du Département et de la France s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la Nièvre en 2007 en pourcentage[8].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ans ou +
1,8 
9,0 
75 à 89 ans
13,7 
17,2 
60 à 74 ans
17,8 
23,0 
45 à 59 ans
21,7 
18,3 
30 à 44 ans
17,2 
15,7 
15 à 29 ans
13,6 
16,2 
0 à 14 ans
14,4 
Pyramide des âges de la France en 2007 en pourcentage[9]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ans ou +
1,1 
6,0 
75 à 89 ans
9,2 
12,6 
60 à 74 ans
13,5 
20,5 
45 à 59 ans
13,5 
21,3 
30 à 44 ans
20,4 
19,7 
15 à 29 ans
18,3 
19,6 
0 à 14 ans
17,5 

Répartition par catégories socioprofessionnelles

Les deux catégories socioprofessionnelles surreprésentées par rapport au niveau national sont celles des retraités d’une part et des ouvriers d’autre part. Avec 35,3 %, la catégorie des retraités est 10,0 % au-dessus de la moyenne nationale. Celle des ouvriers, avec 14,8 %, est 2,9 point au-dessus. La catégorie des artisans, commerçants et chefs d'entreprise est par contre trois ponts en dessous de la moyenne nationale.

Population de 15 ans ou plus par sexe, âge et catégorie socioprofessionnelle
Catégorie socioprofessionnelle 2007 1999 Détails de l'année 2007
Nb % Nb % Hommes Femmes Part en % de la population âgée de
15 à 24 ans25 à 54 ans55 ans ou +
Ensemble187 565100188 67810088 85298 714100100100
Agriculteurs exploitants3 9262,14 5522,43 0209060,53,61
Artisans, commerçants, chefs d'entreprise5 7973,16 4223,44 1061 6910,55,31,6
Cadres et professions intellectuelles supérieures7 7314,16 4983,44 8222 9090,67,51,8
Professions intermédiaires18 3029,817 1859,18 8069 4965,818,42,4
Employés29 38615,728 68715,25 87223 51516,827,24,1
Ouvriers27 83314,829 86615,822 3015 53121,525,32,9
Retraités66 12235,357 49930,529 98436 13800,978,1
Autres personnes sans activité professionnelle28 46815,237 96920,19 94018 52854,211,88,1
Source : Insee[5]

Notes et références

Notes

  1. Les villes de Nevers et de Cosne-Cours-sur-Loire étant constituées de fractions cantonales sont regroupées.
  2. La gérontocroissance est un néologisme créé par Gérard-François Dumont, et très largement repris ensuite par les démographes

Références

  • Recensements de la population au 1er janvier 2007 sur le site de l'Insee pour les communes de : (consultations : 30 août 2010)

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de la Nièvre
  • Portail de la démographie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.