Dagombas

Les Dagombas sont un peuple d'Afrique de l'Ouest établi principalement au nord du Ghana.

Les More/Mossi sont présents au Burkina Faso, le sous-groupe Dagbani, de nos jours est éclaté en 3 groupes ethniques :

  • les Dagbambas,
  • les Mamprusis
  • les Nanumbas.

Même si ces groupes constituent trois groupes ethniques distincts en apparence, leur peuple s'identifie toujours les uns avec les autres, le lien est particulièrement fort entre les Dagbamba et Nanumba.

Ethnonymie

Selon les sources, on observe plusieurs variantes : Dagbamba, Dagbane, Dagbani, Dagomba, Dagombas, Ngwana[1].

Langue

Leur langue est le dagbani (ou dagombe), une langue oti-volta dont le nombre de locuteurs était estimé à 800 000 en 2004[2].

Implantation géographique

La zone d'habitation des Dagbamba appelé Dagbon couvre un territoire d'environ 8,000 sq. miles et possède une population totale d'environ 650 000 habitants.

Le territoire s'étend sur huit districts administratifs du Nord du Ghana répartis aux alentours de la ville de Tamale : Tamale métropolitain, Tolon/Kumbungu, Savelugu/Nanton, Yendi municipalité, Gushiegu, Karaga, Zabzugu/Tatale et Saboba/Chereponi.

La ville la plus cosmopolite du Dagbon est Tamale, qui sert également de capitale régionale pour la Région du Nord.

Histoire

Na Gbewaa est considéré comme le fondateur du territoire du Grand Dagbon Greater Dagbon qui rassemble de nos jours Dagbon, Mamprugu et Nanung.

En 1888, Louis-Gustave Binger écrit au sujet de la langue Dagombas : « La langue que l'on parle ici se nomme dagouna, dagomsa, dagomba et mampoursa ; elles diffère assez sensiblement du mossi pour qu'on ne la comprenne qu'au bout d'un séjour assez long »[3].

Société

Le chef suprême du royaume traditionnel dagbon est le Ya-Na, traduit littéralement par le « roi au pouvoir absolu », son siège est constitué d'une collection de peaux de vaches, ainsi lorsqu'il est traité de l'histoire politique de Dagbon, il est souvent fait référence à elle comme le Yendi Skin, « la peau de Yendi » et non le trône ou la couronne. La cour et la capitale administrative du Ya Na se situe à Yendi, réputé pour être le plus grand village de l'Afrique de l'Ouest.

Le royaume dagbon possède jusqu'ici des responsabilités administratives traditionnelles sur les acephalous groups (en), des groupes sans chefs et non stratifiés, tels que les Konkomba, Bimoba, Chekosi, Basaari, Chamba, et les Zantasi. Bien que le groupe ethnique Dagbamba représente la majorité de la population, le peuple des groupes ethniques « sujets » possèdent des droits de citoyenneté égaux dans le royaume.

Culture

Ne possédant pas de culture écrite, les Dagbamba sont l'un des groupes culturels possédant une culture orale sophistiqué tissé autour de tambours et d'autres instruments musicaux. Ainsi la majeure partie de leur histoire, jusqu'à tout récemment[Quand ?], était basé sur la tradition orale avec les joueurs de tambours faisant office d'historiens. Selon la tradition orale, l'histoire politique du Dagbon a pour genèse l'histoire légendaire de Tohavie, qui se traduit par le « chasseur rouge ».

Culturellement, Dagbon est fortement influencé par l'Islam. La transmission est patrilinéaire.

Les festivals importants incluent le Damba, Bugum (festival du feu) et les deux festivals islamiques d'Eid.

Notes et références

  1. Source Bibliothèque du Congrès
  2. (en) Fiche langue[dag]dans la base de données linguistique Ethnologue.
  3. L-G. Binger, Du Niger au golfe de Guinée, vol. 2, Hachette, 1892, p. 33-34

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de l’anthropologie
  • Portail du Ghana
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.