Dalhem

Dalhem (en wallon Dålem) est une commune francophone de Belgique située en Région wallonne dans la province de Liège, ainsi qu'une localité où siège son administration. Elles se trouvent plus précisément dans la zone géographique du Pays de Herve, en Basse-Meuse.

Pour les articles ayant des titres homophones, voir Dahlem.

Dalhem

La vieille ville

Héraldique
Administration
Pays Belgique
Région  Région wallonne
Communauté  Communauté française
Province  Province de Liège
Arrondissement Liège
Bourgmestre Arnaud Dewez (MR)
(Maïeur)
Majorité Maïeur (MR-CDH-IC)
Sièges
Renouveau
Dalhem Demain
Maïeur
19
3
3
13
Section Code postal
Dalhem
Berneau
Bombaye
Feneur
Mortroux
Neufchâteau
Saint-André
Warsage
4607
4607
4607
4607
4607
4608
4606
4608
Code INS 62027
Zone téléphonique 04
Démographie
Gentilé Dalhemois(e)
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
7 412 ()
49,11 %
50,89 %
206 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
()
21,81 %
64,95 %
13,24 %
Étrangers 8,27 % ()
Taux de chômage 8,57 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 14 497 €/hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 50° 42′ nord, 5° 43′ est
Superficie
– Surface agricole
– Bois
– Terrains bâtis
– Divers
36,06 km2 (2005)
79,0 %
7,23 %
12,50 %
1,27 %
Localisation

Situation de la commune dans l’arrondissement et la province de Liège
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Dalhem
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Dalhem
Liens
Site officiel dalhem.be

    Géographie

    La commune de Dalhem est composée de 8 villages : Berneau, Bombaye, Dalhem, Feneur, Mortroux, Neufchâteau, Saint-André et Warsage.

    Localités Superficie Nombre d'habitants
    (2005)
    I Dalhem2,25 km21 308
    II Berneau3,19 km2694
    III Bombaye5,30 km2635
    IV Feneur1,38 km2482
    V Mortroux3,16 km2553
    VI Neufchâteau8,80 km2854
    VII Saint-André3,64 km2448
    VIII Warsage8,34 km21 419
    Communes limitrophes de Dalhem
    Fourons
    Visé Aubel

    Histoire

    La localité est fondée en 1080 au confluent de la Berwinne et du Bolland. La « vieille ville » comprend divers monuments et habitations : ruines médiévales du château, maisons construites du XVIe jusqu'au XIXe siècle. Le site a été classé en 1978.

    Sous l'Ancien Régime, la localité était le centre du Comté de Dalhem, sous contrôle du Duché du Brabant depuis 1239. Le Comté était contigu du Duché du Limbourg, appartenant également au Brabant. Le Duché de Limbourg et le Comté de Dalhem étaient dénommés alors le Pays d'Outremeuse.

    Le territoire verra ses frontières à diverses reprises modifiées, à la suite des Guerres de religion du XVIe siècle et du XVIIe siècle qui se manifestèrent surtout par la Guerre de Quatre-Vingts Ans dans ces contrées. Le territoire dalhemois sera en proie aux luttes entre calvinistes et catholiques. Le Comté passera ainsi entre les mains des Espagnols, des Provinces-Unies et des Autrichiens durant les temps modernes. Il est à noter qu'une minorité protestante persistera à Dalhem jusqu'au début du XIXe siècle comme témoignage de ces périodes de troubles.

    Après le Congrès de Vienne de 1814-1815 qui voulait mettre un terme à l'erreur révolutionnaire et napoléonienne, Dalhem sera rattachée au Royaume des Pays-Bas de Guillaume Ier. En effet, les Autrichiens ne revendiquèrent pas leur droit sur ces terres estimant celles-ci trop éloignées malgré la volonté du diplomate Metternich de rétablir l'Europe de l'Ancien Régime. Enfin, la Cité des Comtes passa sous l'égide de Bruxelles lorsqu'en 1830 éclata la Révolution belge.

    Le Fort d'Aubin-Neufchâteau, ouvrage de la ceinture fortifiée de Liège en 1940, se trouve sur le territoire de la commune et rappelle que Dalhem a elle aussi payé son tribut de sang lors des guerres du début du XXe siècle.

    En 1977, l'actuelle commune de Dalhem est créée, regroupant autour de Dalhem, sept villages environnants. Il était initialement prévu de fusionner ces huit villages avec la ville de Visé et de créer ainsi une ville de taille moyenne entre Liège et Maastricht, ce qui ne put se faire à cause du refus de plusieurs communes rurales de la région dalhemoise de se réunir avec la cité mosane.

    Étymologie

    Dalhem est un nom d'origine germanique, qui signifie habitation de la vallée. Il existe d'ailleurs des localités dénommée Dalheim dans les proches régions du Luxembourg et de l'Eifel, en Allemagne. Un des quartiers du sud-ouest Berlin, abritant notamment le musée d'ethnologie de la ville, porte également le nom de Dahlem. L'orthographe du village de «Dalhem» n'a pas été figée dès le début. Une carte géographique de l'époque napoléonienne indique d'ailleurs l'orthographe «Dalemm».

    Le village a aussi été nommé en néerlandais 's-Gravendal. Ce qui signifie littéralement Vallée du Comte. Ce nom est à mettre en parallèle avec Fouron-le-Comte ('s-Gravenvoeren en néerlandais), autre entité faisant partie de l'ancien Comté de Dalhem et qui fut en son temps le lieu où le seigneur rendait la justice. Cette dénomination est désormais inemployée.

    Démographie

    La commune compte au , 7 525 habitants, 3 714 hommes et 3 811 femmes[1], pour une superficie de 36,06 km², soit une densité de 208,68 habitants au km².

    Le graphique suivant reprend sa population résidente au 1er janvier de chaque année[2].

    Les chiffres des années 1846, 1900 et 1947 tiennent compte des chiffres des anciennes communes fusionnées.

    • Source : DGS - Remarque: 1806 jusqu'à 1970=recensement; depuis 1971=nombre d'habitants chaque 1er janvier[3]

    Personnalités

    Patrimoine

    • Église Saint-Pancrace (tour de 1714, nef et chœur de 1829-1830).
    • Ruines du château fort des Comtes de Dalhem.
    • Anciens remparts.
    • Poterne du Wichet de la Rose datant de 1520.
    • Ancien hôtel de ville construit en 1665 par le régime des Provinces-Unies.
    • Château du bourgmestre Henri Francotte (de) (1912), anciennement appelé Maison de la Charité, construit dans un style néo-mosan.
    • Tunnel vicinal sur la ligne Liège-Fourons construit en 1904, le plus long de ce type en Belgique (135 m).
    • Conciergerie du Château Albert Thys.
    • Ensembles architecturaux remaniés par Henry Le Bœuf au XIXe siècle dont une gentilhommière qui surplombe la vallée du Bolland.

    Vie politique

    Législature 2006-2012

    Depuis les élections communales du , le collège échevinal (MR + PS) est établi comme suit :

    • Bourgmestre : Jean-Claude Dewez (MR) Compétences : Police, état civil, cultes, finances, personnel et cimetières.
    • 1er échevin : Marie-Catherine Van Michel dit Valet-Janssen (PS) Compétences : Enseignement, jeunesse, petite enfance.
    • 2e échevin : Grégoire Dobbelstein (MR) Compétences : Travaux, agriculture, urbanisme, environnement, coopération.
    • 3e échevin : Jean-Pierre Teheux (PS) Compétences : Sports et tourisme.
    • 4e échevin : Arianne Polmans (MR) Compétences : Culture, affaires sociales, patrimoine, loisirs, classes moyennes, maisons des jeunes.

    L'opposition compte 8 sièges sur 17 et est composée des groupes politiques Cartel2006 et Renouveau Communal.

    Législature 2012-2018

    Bourgmestre : Arnaud Dewez (MR) Compétences : Police - Cultes - État civil - Communication - Personnel - Finances - Information - Site Internet - Informatique - Classes moyennes - Sécurité des personnes et des biens.

    1er échevine : Marie-Catherine Janssen (PS) Compétences : Tourisme - Culture - Affaires sociales - Patrimoine - Logement - Commerce - Bâtiments communaux - Aînés - Loisirs.

    2e échevine : Ariane Polmans (MR) Compétences : Enseignement - Petite enfance - Jeunesse - Bibliothèques - Artisans.

    3e échevin : Léon Gijsens (MR) Compétences : Urbanisme - Agriculture - Cadre de vie - Environnement - Sports - Mobilité - Énergie - Distribution d'eau - Cours d'eau.

    4e échevine : Josette Bolland (PS) Compétences : Travaux - Cimetières - Sécurité routière.

    Président du CPAS: René Michiels

    Législature 2018-2024[4]

    Bourgmestre : Arnaud Dewez (Maïeur-apparenté MR)

    1er échevine : Ariane Polmans (Maïeur- apparenté MR)

    2e échevin : Michel Voncken (Maïeur- non apparenté)

    3e échevin : Fabian Vaessen (Maïeur- apparenté MR)

    4e échevine : Daniela Crema-Wagmans (Maïeur- apparenté Cdh)

    Président du CPAS: Léon Gijsens (Maïeur- apparenté MR)

    Événements et folklore

    Dalhem est renommée dans sa région pour son esprit festif. De nombreux événements sont ainsi organisés tout au long de l'année: des brocantes, des festivités villageoises, des soirées, des marches, des représentations théâtrales, des expositions, des cramignons...

    Le village est également reconnu pour son opposition séculaire entre "Bleus" et "Rouges". Ces deux sociétés fondées au XIXe siècle animent le village par de nombreux événements dont la fête du village et la fête de leur société (Fête de la Saint-Louis pour les Rouges, Fête du Tunnel pour les Bleus).

    La Royale Jeunesse Saint-Servais (la Jeunesse des Bleus) fut fondée en 1858. La Royale Jeunesse "les Enfants belges" (la Jeunesse des Rouges) est au départ une dissidence des Bleus ayant pour cause une sombre dispute concernant l'acquisition d'un orgue par le curé de la paroisse à la fin du XIXe. De l'après-guerre jusque la fusion des communes de 1977, ces deux associations étaient également des partis politiques locaux.

    Cette dichotomie (même si elle s'atténue progressivement) au sein de la population dalhemoise a favorisé une pilarisation du village: clubs de football distincts, salles des fêtes distinctes, quartiers de résidence distincts, cafés distincts, manifestations de violence lors de certaines activités (notamment lors de la fête du village),...

    En 1986 et jusque 2006, avait lieu la feria "Bandas" pendant 3 jours le Vieux Dalhem reprenait vie. Les bandas sont des orchestres de musique de fête, des fanfares aux couleurs vives. Cette manifestation a fait bouger des dizaines de milliers de personnes de tout âge de la région, et recevaient des centaines de musiciens venant de partout (France, Pays-Bas mais aussi les Dom Tom, et bien d'autres). Le refus par l'administration de reconnaître la présence de nombreux bénévoles a causé une interruption, mais la feria a repris depuis 2013 et récupéré son lustre.

    Blason

    La commune possède un blason, créé en 1977 lors de la fusion des communes ; le château symbolise la vieille ville de Dalhem et est inspiré par l'ancien sceau de la commune et son ancienne puissance comtale. Les 8 épis représentent tant les 8 villages qui composent l'actuelle commune qui l'agriculture qui caractérise la région[5].
    Blasonnement : D'azur à un château ouvert ajouré et maçonné du champ à trois tours crénelées, celle du milieu plus haute que les deux autres, et d'où hissent latéralement 2 bannières chargées d'un lion, accosté de huit épis du même, rangés en pal quatre et quatre, ceux à dextre posés en bande, ceux à senestre posés en barre, le tout d'or.

    Notes et références

    Voir aussi

    Articles connexes

    Histoire

    Géographie

    Liens externes

    • Portail de la province de Liège
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.