Datte

La datte est le fruit comestible du dattier (Phœnix dactylifera, L.), un cultivar populairement pris pour un arbre. C'est un fruit charnu, oblong, de 4 à cm de long, contenant un « noyau » allongé, marqué d'un sillon longitudinal. C'est un fruit très énergétique.

Dattes et « noyaux »

Le jujube, fruit du jujubier commun (Ziziphus jujuba), est parfois aussi appelé datte ou datte chinoise.

Botanique

Dattes au stade khalal (partiellement mûres)
Régime de dattes
Deglet : Dattes et « noyaux »

Sur le plan botanique, la datte est une baie. Ce que l'on appelle familièrement le « noyau » de la datte, enveloppé dans l'endocarpe membraneux, est en fait la graine très dure, à albumen corné. Le fruit n'est donc pas une drupe.

La récolte de ce produit agricole se déroule au niveau de la strate arborée et se présente en régime (issu de l'inflorescence femelle) pouvant regrouper une centaine de rameaux et plusieurs centaines de dattes.

Culture

Au sein d'une oasis, toutes les strates sont exploitées pour tirer un rapport des sols fertiles de celle-ci. Certaines mises en culture, via une agriculture conventionnelle du dattier, posent des problèmes sanitaires. Les engrais et produits phytosanitaires de synthèse, destinés aux intercultures situées au niveau de la strate herbacée et arbustive sont également absorbés par les palmiers dattiers et se retrouvent dans les fruits. Le traitement contre la pyrale, un parasite des dattes, se fait en pulvérisation souvent par avion.

Qualités nutritionnelles

Datte deglet nour
Valeur nutritionnelle moyenne
pour 100 g
Apport énergétique
Joules 1178 kJ
(Calories) (282 kcal)
Principaux composants
Glucides 67,03 g
- Amidon 3,68 g
- Sucres 63,35 g
Fibres alimentaires 8 g
Protéines 2,45 g
Lipides 0,39 g
Eau 20,53 g
Minéraux et oligo-éléments
Calcium 39 mg
Magnésium 43 mg
Potassium 656 mg
Vitamines
Acides aminés
Acides gras

Source : https://ndb.nal.usda.gov/ndb/foods/show/2199

La datte fraîche, quand elle arrive à maturité, est un fruit fragile et délicat à transporter. C'est en partie pour cette raison qu'elle est séchée (de 70 % d'eau pour la datte fraîche elle passe à 20 %). Sa valeur énergétique est de 287 kcal par 100 grammes. Elle est très riche en sucres (glucose, fructose et saccharose). Elle est riche en potassium et contient d'autres sels minéraux (magnésium et calcium). Elle est également riche en chrome ainsi qu'en fibres. Elle contient également des vitamines (B2, B3, B5 et B6).

Les dattes étaient l'ingrédient de base du diaphoenix, remède de la pharmacopée maritime occidentale au XVIIIe siècle[1].

Production agricole

Principaux pays producteurs en 2012

En moyenne plus de 5 millions de tonnes de dattes sont récoltées dans le monde chaque année[2]. L'Égypte est le plus gros producteur, mais les dattes voyageant peu – 90 % de la production est consommée dans son pays d'origine, notamment comme aliment pour le bétail. L'Europe est surtout approvisionnée par l'Afrique du Nord (principalement Algérie et Tunisie). On dénombre plus de trois cents variétés (cultivars en fait).

Dattes fraiches

Trois variétés sont commercialisée sous cette forme : la hayani dont le fruit est petit avec une peau luisante et noire, la barhi à la peau lisse et claire, sucrée et juteuse et la sphinx, plus grosse et moins allongée dont la couleur devient brun-noir. Les dattes fraîches ne se conservent que quelques jours ; c'est pourquoi on les congèle ce qui permet aussi de les proposer toute l'année. Elles sont cueillies non matures, le mûrissement se faisant après décongélation.

Dattes sèches

Sous cette forme, la datte deglet nour[3] est la plus réputée avec son fruit, petit et bien parfumé ; viennent ensuite la halawi, tendre et sucrée, la dayri au goût de caramel et la zahidi, un peu plus ronde et légèrement moins sucrée que les autres. Plus grosse, la datte medjoul est très tendre et sucrée ; alors que l'amary est plus riche en fibres. Les variétés kenta, alig et khouat alig sont également commercialisées.

La dessiccation des dattes débute sur l'arbre et se poursuit au soleil ou dans des étuves en veillant à conserver au fruit ses qualités gustatives : la datte doit garder son parfum, et rester suffisamment moelleuse.

Pays producteurs

L'Algérie et la Tunisie sont connues pour leurs exportations de deglet nour[4], produite principalement dans les régions de Biskra (tolga)[5] et Tozeur.

Le Maroc a longtemps produit la medjoul (ce terme veut dire « inconnu » ou « anonyme » en arabe). Mais au XIXe siècle une épidémie a ravagé plus de dix millions de palmiers dattiers. Quelques plants ont néanmoins pu être sauvés et réinstallés dans le sud de la Californie ; dans les années 1970, l'Agence juive en a importé quelques-uns pour les planter dans la vallée de la Arabah. C'est pourquoi le marché européen est aujourd'hui approvisionné en dattes medjhoul américaines[6]et israéliennes.

Production en tonnes. Chiffres 2015
Données de FAOSTAT (FAO)[7]
Égypte1 501 79920,89 %
Iran1 083 72015,07 %
Arabie saoudite1 065 03214,81 %
Algérie848 19911,80 %
Irak676 1119,4 %
Pakistan526 7497,33 %
Oman269 0003,74 %
Émirats arabes unis245 0003,41 %
Tunisie195 0002,71 %
Libye174 0402,42 %
République populaire de Chine150 0002,09 %
Maroc128 0001,78 %
Autres pays347 5284,55 %
Total7 189 789100 %

Commerce international

La Tunisie est le premier pays exportateur de dattes (en valeur). Le premier importateur en Europe est la France (en valeur)[8].

Exportation en dollars. Chiffres 2015
Données de FAOSTAT (FAO)[7]
Tunisie 233 962 000 24 %
Israël 132 398 000 13 %
Arabie saoudite 103 571 000 10 %
Pakistan 85 826 000 9 %
Iran 74 695 000 8 %
Émirats arabes unis 58 524 000 6 %
Irak 54 289 000 5,5 %
États-Unis 45 707 000 4,6 %
Égypte 33 402 000 3,4 %
France 30 282 000 3,05 %
Algérie 29 738 000 2,99 %
Autres pays 110 708 000 11 %
Total 993 102 000 100 %
Importations en dollars. Chiffres 2015
Données de FAOSTAT (FAO)[7]
Inde 183 169 000 19 %
Maroc 78 519 000 8,3 %
France 72 090 000 7,6 %
Malaisie 47 208 000 5 %
Royaume-Uni 38 532 000 4,1 %
Indonésie 37 495 000 4,0 %
États-Unis 35 688 000 3,8 %
Allemagne 31 872 000 3,4 %
Canada 30 165 000 3,2 %
Russie 29 527 000 3,1 %
Autres pays 362 134 000 38 %
Total 946 399 000 100 %

Aspects culturels

Vente de dattes à Dakar au moment du Ramadan

Le terme « datte » dérive du grec ancien δάκτυλος / dáktylos, doigt, en référence à la forme de ce fruit[9].

Traditionnellement, le musulman rompt le jeûne du Ramadan avec des dattes[10].

Selon la tradition musulmane, la datte est le fruit du paradis, un fruit miraculeux de par ses nombreuses vertus nutritionnelles. Dans le Coran, elle est particulièrement citée dans Maryam, la 19e sourate. Ses nombreux bienfaits liés à sa composition sont notamment loués dans le cadre d'une grossesse et d'un accouchement pour aider les femmes durant ces étapes de la vie[11].

Différentes variétés de dattes

Datte mazafati d'Iran

À Bam, dans la région montagneuse d'Iran, une datte fraîche mazafati est produite. Cette production se fait pour partie en agriculture biologique.

Voir aussi

Produits à base de dattes

Articles connexes

Bibliographie

  • E.-L. Bertherand, Le noyau de dattes au point de vue des propriétés alimentaires, thérapeutiques et industrielles notamment de la falsification du café, P. Fontana, 1882
  • Guillaume Crouzet, « La délicate datte "Mejhoul" », Le Monde, 29 mai 2002
  • Jean-Henri Fabre, Un voyage au pays des dattes : monographie du palmier-dattier dans l'extrême-sud constantinois avec quelques considérations économiques sur la maturation artificielle des dattes, B. Sirven, 1920
  • N. Kechaou, M. Bagane, M. Maalej et C. Kapseu, « Approche empirique de la cinétique du séchage des dattes » , Sciences des aliments, 1996, vol. 16, no 6, p. 593-606
  • Odette du Puigaudeau, La grande foire des dattes. Adrar mauritanien (avec 61 photographies de l'auteur, 1 dessin et 2 cartes), Plon, 1937
  • I. Booij, G. Piombo, A. M. Risterucci, M. Coupé, D. Thomas et M. Ferry, « Étude de la composition chimique de dattes à différents stades de maturité pour la caractérisation variétale de divers cultivars de dattier (Phoenix dactylifera L.) », Fruits, 1992, no 47 (6), p. 667-678.
  • BELARBI, A. BOUAYAD, A.; DIAOU, M. ; KAASSIS, N. and TIDJANI MALIKI M. 2004. Agro-biodiversité et durabilité des systèmes de production oasiens dans la palmeraie d’Aoufouss Errachidia – Maroc, expertise, ICRA, IPGRI, INRA-Maroc, C.R.R.A-Errachidia, ORMVA, 121, 160p.
  • BELARBI, A. ; AYMARD, Ch. and HEBERT, J.-P. 2004. Deglet-Noor dates polyphenol-oxidase: peculiar aspects of the thermal inactivation kinetics. Food Biotechnology.17 (3), 193-202.
  • BELARBI, A. 2001. "Stabilisation par séchage et qualité de la datte Deglet-Nour". Thèse, Génie des Procédés, ENSIA - Massy, France, 186p.
  • BELARBI, A. ; AYMARD CH. and HEBERT J.P. 2001. Evolution of deglet-noor date quality on it heat treatments. I – color, II – texture. Second International Conference on Date Palms (Al-Ain, UAE, March 25-27, 2001). 861.
  • BELARBI, A. ; AYMARD CH. and MEOT, J.M. 2001. A "true" bicompartimental model for dates thin-layer drying kinetics. Second International Conference on Date Palms (Al-Ain, UAE, March 25-27, 2001). 862.
  • BELARBI, A. ; AYMARD CH. and HEBERT J.P. 2001. Points of caution in studying heat inactivation of enzymes, exemplified by the polyphenoloxidase from the deglet-nour date (Phoenix dactylifera L.). Second International Conference on Date Palms (Al-Ain, UAE, March 25-27, 2001). 863.
  • BELARBI, A. ; AYMARD, Ch. ; MEOT, J.M. ; THEMELIN A. AND REYNES M. 2000. Water desorption isotherms for eleven varieties of dates. Journal of Food Engineering, 43 (2), 103-107.
  • BELARBI, A. ; AYMARD, Ch. and HEBERT, J.-P. 2000. Évolution de la qualité de la datte Deglet-Nour lors de traitements thermiques. I – Couleur, poster, Rencontres du 12/09/00, GPSA- Montpellier, France.
  • BELARBI, A. ; AYMARD, Ch. and HEBERT, J.-P. 2000. Évolution de la qualité de la datte Deglet-Nour lors de traitements thermiques. II – Texture, poster, Rencontres du 12/09/00, GPSA- Montpellier, France.
  • BELARBI, A. 1999. Intérêt des méthodologies appropriées d’étude cinétique et analyse de données : cas de l ’inactivation thermique de la polyphénoloxydase de la datte Deglet-Nour, poster, La science en fête, du 21 au 23 octobre 1999, Montpellier, France.

Liens externes

Notes, références

  1. D'après Dorvault, dans l'ouvrage de Yannick Romieux, De la hune au mortier, Éditions ACL, Nantes, 1986.
  2. « La délicate datte Mejhoul », Le Monde, 29 mai 2002
  3. Sa distribution a été favorisée par les administrations coloniales puis étatiques.
  4. www.afrik.com/article9879.html
  5. http://www.djemla.com/?p=view&fk_category_pk=all&fk_region_pk=7&ad_pk=1169
  6. « La délicate datte "Mejhoul" », loc. cit.
  7. (en) FAO, « FAOSTAT », sur FAOSTAT (consulté le 1er août 16).
  8. ressources.ciheam.org/om/pdf/a28/96605884.pdf
  9. Définitions lexicographiques et étymologiques de « datte » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  10. Les bienfaits de la datte selon la Science, le Coran, et la Sunna
  11. Journal of Obstetrics and Gynaecology, étude publiée en 2011 (www.pageshalal.fr).
  • Portail de l’agriculture et l’agronomie
  • Portail de la botanique
  • Alimentation et gastronomie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.