David Daoud

David Daoud dit Daoud, est un peintre français d'origine libanaise né le à Beyrouth.

Pour les articles homonymes, voir Daoud.
David Daoud
David Daoud
Naissance
Nationalité
Activité
Formation
Maître

Il vit et travaille à Marines et est lauréat du prix Carfort 2011 de la Fondation de France.

Biographie

Né le au Liban[1], Daoud vit et travaille à Paris et à Beyrouth. Il est témoin, dans son enfance, de la guerre civile libanaise qui le contraint avec sa famille à fuir le Liban vers la France en 1983. Les thèmes du départ, de l’errance mais aussi de la recherche de la lumière salvatrice marquent fortement l’ensemble de son œuvre.

Après des études à l'École nationale supérieure des beaux-arts, il se forme à l’École nationale supérieure des arts décoratifs de Paris auprès du sculpteur Charles Auffret, issu lui-même de l’atelier des élèves d'Auguste Rodin. Reconnu internationalement, il a obtenu plusieurs distinctions, notamment en 2011, le 1er prix Frédéric de Carfort de la Fondation de France pour la peinture[2].

Attentif aux liens intimes entre musique et peinture, Daoud est en juillet 2017 l'invité du festival d'Auvers-sur-Oise[3].

Illustrations

  • Ibrahim Maalouf, Levantine Symphony n°1, CD, œuvre de David Daoud (L'Attente, huile sur toile) en couverture, 2018[4].

Réception critique

« Daoud est un peintre de l'exode, écrit Gérard Gamand, ses tableaux mettent en scène, des humains sur le point de départ vers un long voyage […] Ces visages, sans histoire marquée sur leurs fronts, racontent un long chemin de l’exode, portent en eux le poids d’un passé et le rêve d’un avenir. Ils sont tous là représentés dans ces tableaux : hommes, femmes, enfants. Leurs traits ne sont pas clairs, mais de leurs visages se dégagent la compassion humaine, la résignation ainsi que la révolte, le chagrin ainsi que la béatitude, et au-delà de toutes ces émotions, une prière se ressent […][5]. »

David Daoud souligne lui-même que « les tableaux appartiennent à ceux qui regardent ». Ils « vivent par le spectateur, celui qui veut voir, celui qui veut entendre. Dans mes tableaux, je raconte mon histoire, mon amour de la vie, la nostalgie du voyage amplifiée dans la toile, une image que j’ai vue enfant ou dans un rêve. Les gens pourraient participer à cette histoire, cela pourrait leur évoquer leur propre histoire. Pour cela je reste très large, je ne fais pas trop de détails, je laisse une ouverture[6]. »

Commentant l’une de ses expositions, le quotidien libanais L’Orient-Le Jour observe « un travail onirique, presque imaginaire et pourtant bien ancré dans le monde réel. Et qui conserve un grand rapport au pieu, au sacré[7]. »

Pour les critiques les « départs » mis en scène par Daoud reflètent une soif de lumière : « Plus on regarde les tableaux de Daoud, plus on est frappé par ces personnages en quête d’amour. Ils sont souvent sur le départ, la nuit, vers des ailleurs aux autres cieux, en recherche d’espérance ou de résurrection. Ils fuient en silence, on ne sait quelle malédiction […] Chaque scène des tableaux de l’artiste nous entraîne vers un Opéra. Comme dans l’art lyrique, il y a des héros, des hommes en fuite, des lâches et des jaloux, de l’amour et de la violence. [5] »

Le critique d’art Christian Noorbergen revient, dans Artension[8], sur les thématiques dominantes des tableaux de l’artiste : « Les peintures de David Daoud, enfiévrées et nocturnales, creusent leur dur sillon, où les plus humbles, les anonymes et les lointains ont droit de cité, fussent-ils égarés et fantomatiques, noyés dans la nostalgie d’une lumière qui fut. […] Des pénitents d’outre-monde ont traversé l’abîme, et des traces humaines tressaillent dans la nuit. Ce sont des esquisses d’être. Des possibilités d’avenir. De frêles voiles de couleurs, valeurs éphémères et passantes, bouleversent l’obscurité, et ces éclairs ténus éblouissent l’étendue. »

L’artiste a choisi de décliner son œuvre en séries : Dialogues, Compositions, Paysages, Figures et Empreintes. Des tableaux, peintures et dessins souvent grand format, réalisés avec des pigments broyés à l’huile de lin ou à l’encre de Chine . « J'adore utiliser la peinture à l'huile, explique Daoud, car elle donne une âme aux choses et parce que dans mon art je suis à la recherche d'un sens ». Lorsque Christiane Waked lui demande comment nommer son style, il répond : « je préfère dire que je suis un expressionniste contemporain[9]. »

Christian Noorbergen observe que « la base de l’œuvre est subtilement graphique, quand même s’avancent, en pure peinture, des teintes brunes, mordorées ou d’un bleu-gris équivoque et ouaté. » Pour le critique, David Daoud, est « l’artiste qui sait faire vibrer les ténèbres », il pratique un « art extrême et poignant[8]. »

Expositions

Expositions permanentes

  • 2016 : galerie Danielle Bourdette Gorszkowski, Honfleur[10].
  • 2015 : Beaux Arts Galerie, Paris.
  • 2014 : galerie Matthieu Dubuc, Rueil-Malmaison.
  • 2011 : River Gallery, Bratislava (Slovaquie).
  • 2009 : galerie Maison des Muses, Rueil-Malmaison.

Expositions temporaires personnelles

  • Mai-juillet 2019 : David Daoud - De l'art pariétal à la création contemporaine, musée de Préhistoire libanaise, Beyrouth (en collaboration avec la Faculté des lettres et des sciences humaines de Beyrouth)[11],[12].
  • Mars-avril 2019 : galerie du Jansanet, Troyes[13].
  • Mars 2019 : Espace Jacques-Prévert, Mers-les-Bains[14],[15].
  • Janvier-février 2019 : galerie Cheriff Tabet, Beyrouth[16],[17],[18].
  • Août 2018 : galerie Cheriff Tabet, Beyrouth[19].
  • Juin 2018 : David Daoud - L'éphémère dans l'éternité, dans le cadre du festival Liban en scène, hôtel de ville d'Asnières[20].
  • Mars-avril 2018 : David Daoud : Les Paysages éphémères - Les Empreintes, œuvres graphiques - Les Dialogues, galerie Danielle Bourdette Gorszkowski, Honfleur[21],[22].
  • Mars 2018 : Atelier SoLo, Saint-Leu-la-Forêt[23].
  • Mars 2018 : David Daoud - Visions poétiques, 2e semaine du Marais chrétien, mairie du 3e arrondissement de Paris[24].
  • Septembre-décembre 2017 : médiathèque Maupassant, Bezons, À la rencontre de David Daoud[25].
  • Août-septembre 2017 : galerie Danielle Bourdette-Gorszkowski, Honfleur, David Daoud (peintures) et Nancy Vuylsteke (sculptures)[26],[27].
  • Juin-juillet 2017 : église Notre-Dame-de-l'Assomption et galerie municipale d'Art contemporain d'Auvers-sur-Oise, festival d'Auvers-sur-Oise[3].
  • 2017 : ministère de l'Économie et des Finances, Paris, Voyages de Daoud.
  • 2017 : Maison de l'étang, Louveciennes[28].
  • octobre 2016 : galerie Exode, Beyrouth, Le voyage de Daoud »[29],[30].
  • mars-avril 2016 : cathédrale de Rouen, Daoud - Ailleurs…, peintures[31].
  • Décembre 2015-janvier 2016 : librairie Signatures, Paris.
  • Avril 2015 : Espace culturel des Tanneries, La Ferrière-sur-Risle, Daoud - Dessins, huiles[32].
  • 2016 : musée Tavet-Delacour Pontoise, David Daoud - Paysages.
  • 2016 : galerie Matthieu Dubuc, Rueil-Malmaison, David Daoud, Paysages-rêverie.
  • 2014 : « Au-delà de l’apparence » , salle Georges-Pompidou, Marines.
  • 2013 : David’s Gallery, Honfleur.
  • 2013 : galerie contemporaine Roger Igor, La Frette-sur-Seine.
  • 2011 : galerie des Muses, Rueil-Malmaison, David Daoud - Scènes d'opéra, scènes de rue.
  • 2011 : galerie Schwab Beaubourg, Paris 4e[1].
  • 2010 : galerie La Source, Fontaine-les-Dijon[1].
  • 2010 : galerie Actée, Charenton-le-Pont.
  • 2009 : galerie Thuillier, Paris 3e.
  • 2009 : galerie Itinérance, Paris 13e.
  • 2009 : galerie Arcina, Paris 5e.
  • 2007 : galerie des Arches, Paris 3e.
  • 2007 : exposition avec les œuvres de Jongking sur le paysage d’aujourd’hui, Espace Contemporain Liberté, Charenton-le-Pont.

Expositions collectives

Collections publiques

  • Marines :
  • L’Isle-Adam, fonds municipaux : acquisition en 2013.
  • Longuesse, église Saint-Gildard, trois toiles : Le Christ en croix (façade ouest, au-dessus du confessionnal), La Descente de croix (au dessus de la chaire et de la porte du côté nord), La Mise au tombeau (autel de la chapelle du sud), acquisitions en 2013[34].

Récompenses et distinctions

Notes et références

  1. « DAOUD, David », sur ledelarge.fr.
  2. fondationdefrance.org.
  3. Ville d'Auvers-sur-Oise, David Daoud au Festival 2017.
  4. Ibrahim Maalouf, Levantine Symphony n°1.
  5. Gérard Gamand, « Peinture symphonique », Azart, magazine international de la peinture, n°45, juillet-août 2010
  6. ARTS-TV, « Daoud, artiste peintre », (consulté le 8 août 2017).
  7. Q. B., « Le voyage de la vie - Q. B. », L'Orient-Le Jour, (lire en ligne, consulté le 8 août 2017)
  8. Christian Noorbergen, « David Daoud », Artension, n°146, novembre-décembre 2017, pages 49-50
  9. Christiane Waked, « How painting saved David Daoud to become the man he is after a broken childhood in Lebanon », interview, New Eastern Politics, 6 juin 2017
  10. galerie Danielle Bourdette Gorszkowski, David Saoud.
  11. Musée de préhistoire libanaise, David Daoud - De l'art pariétal à la création contemporaine, présentation de l'exposition, 2019
  12. Musée de Préhistoire libanaise, De l'art pariétal à la création contemporaine, reportage (source : YouTube ; durée : 2'40").
  13. Pascal Veysset-Rapaport, Exposition : David Daoud, galerie du Jansanet, 2019.
  14. Anne-Sophie Marquetty, « À Mers-les-Bains, découvrez les œuvres de David Daoud », L'Informateur, n°3869, 15 mars 2019, page 14
  15. « Mers-les-Bains : Daoud, un artiste à découvrir », Le Courrier picard, 14 mars 2019, page 16.
  16. Edgar Davidian, « David Daoud, couleurs intimes », L'Orient-Le Jour, 9 février 2019
  17. « A walk in the "Paysages intérieurs" of David Daoud », Beiruting, 15 janvier 2019
  18. MTV Liban, Happening : exposition David Daoud, interview de l'artiste par Katia Khoury Mendelek, 2 janvier 2019 durée : 10'52".
  19. Galerie Cheriff Tabet, David Daoud, 2018.
  20. Mairie d'Asnières, Le Liban en scène - Exposition de peinture de David Daoud, juin 2018.
  21. Galerie Danielle Bourdette Gorszkowski, Daoud, dossier de presse, mars 2018.
  22. Le Parisien, Daoud, peinture, mars 2018.
  23. Journal de François, infos de la Vallée de Montmorency, Atelier SoLo, David Daoud, présentation de l'exposition, 2018.
  24. Marais chrétien, David Daoud - Visions poétiques, présentation de l'événement, mars 2018.
  25. Médiathèque de Bezons, À la rencontre de David Daoud, présentation de l'exposition, 2017.
  26. « Nancy Vuylsteke de Laps et David Daoud s'exposent », Ouest-France, 10 août 2017.
  27. « David Daoud expose… », L'éveil de Pont-Audemer, 8 août 2017.
  28. « Daoud à la Maison de L'étang, Louveciennes », film source: YouTube, durée : 1 min 06 s.
  29. Télé-Liban, Interview de David Daoud à propos de son exposition personnelle à la Galerie Exode, Beyrouth, octobre 2016 Durée : 25 min 14 s.
  30. Chaîne OTV, Interview de David Daoud par Rana Abou Mrad, Beyrouth, 23 octobre 2016 Durée : 9 min 14 s.
  31. Association Art et culture du diocèse de Rouen, Courant d'art, dossier de presse, mars 2016.
  32. « David Daoud ouvrira la saison… », Paris-Normandie, 27 mars 2015
  33. 47e Salon de peinture de Champagne-sur-Oise, présentation de l'événement.
  34. Église de Longuesse, L'artiste Daoud.

Annexes

Bibliographie

  • Christian Noorbergen (préface), Gérard Gamand, Matthieu Dubuc et Muriel Foury, Daoud, l'éphémère dans l'éternité, Éditions Le Livre d'art Iconofolio, 2017.
  • Matthieu Dubuc, David Daoud, Gérard Gamand et Brigitte Camus, Daoud, Éditions Galerie Matthieu Dubuc, 2017.
  • « Les cent meilleurs artistes contemporains », Miroir de l'art, 2018[réf. non conforme].
  • Chérine Yazbeck, David Daoud - Paysages intérieurs, peintures et œuvres graphiques, Beyrouth, Éditions Galerie Cheriff Tabet / Eid Printing Press, 2019.

Filmographie

Liens externes

  • Portail de la peinture
  • Portail de l’art contemporain
  • Portail du Liban
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.