David Graham Phillips

David Graham Phillips ( - ) était un journaliste et romancier américain.

David Graham Phillips
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Cimetière de Kensico (en)
Pseudonyme
John Graham
Nationalité
Formation
Activités

Début de carrière

Phillips est né à Madison, dans l'Indiana. Après un diplôme d'études secondaires, Phillips entre au Asbury College, puis obtient un diplôme de l'Université de Princeton en 1887.

Après avoir terminé son éducation, Phillips travaille comme journaliste à Cincinnati, Ohio, avant de partir à New York où il travaille comme journaliste pour The Sun de 1890 à 1893, puis chroniqueur et rédacteur en chef du New York World jusqu'en 1902. Pendant son temps libre, il écrit un roman, The Great God Success, qui est publié en 1901. Le revenu des redevances lui permet de travailler en tant que journaliste indépendant tout en continuant à écrire des fictions. Rédacteur d'articles pour différents magazines, il a commencé à avoir une réputation de journaliste d'investigation compétent. Ses romans sont souvent des observations des questions sociales de l'époque et des chroniques des événements basés sur son expérience de vie réelle du journalisme. Il a été considéré comme un progressiste et un Muckraker.

David Graham Phillips en 1911

Phillips a écrit un article dans Cosmopolitan en , intitulée La Trahison du Sénat (en), exposant les donateurs de campagnes politiques récompensées par certains membres du Sénat américain. L'article est une attaque cinglante contre le sénateur de Rhode Island, Nelson W. Aldrich (en), Phillips obtient une exposition nationale suite à cet article. Celui-ci et d'autres articles similaires contribue à l'adoption du dix-septième amendement de la Constitution américaine, initiant l'élection au suffrage universel des sénateurs américains.

David Graham Philips est connu pour la production d'une des enquêtes les plus importantes où il expose les détails de la corruption par les grandes entreprises du Sénat, en particulier, par la Standard Oil Company. Il est un des écrivains de cette période qui ont amené le président Theodore Roosevelt à utiliser le terme "Muckraker" pour parler d'eux.

L'article a motivé le journaliste Charles Edward Russell (en) à insister auprès de son patron William Randolph Hearst, qui venait récemment d'acheter le magazine Cosmopolitan, à pousser ses journalistes à enquêter sur la corruption du Sénat. Il a proposé à Philips de recueillir plus d'informations sur la corruption et de la dévoiler au grand public. Son frère Harrison et Gustave-Myers ont été engagés comme assistants de recherche pour Philips. Hearst a proposé à Philips la réalisation d'une série qui pourrait révéler la corruption du Sénat tant que la plupart des sénateurs n'auraient pas démissionné. Cela était vrai pour certains des sénateurs, comme les sénateurs de New York Chauncey Depew (en) et Thomas C. Platt. Philips a dévoilé que Chauncey recevait plus de 50 000 dollars provenant de plusieurs entreprises. Il a également contribué à éduquer le public sur la façon dont les sénateurs ont été choisis et qu'il était tenu dans les mains de quelques patrons dans un cercle serré, ont contribué à hausser le niveau de corruption. À la suite de ces articles, seuls quatre des vingt et un sénateurs sur lesquelles Philips a écrit étaient encore en fonction. Philips a également eu quelques-uns des plus grands succès en tant que Muckraker, parce qu'il a contribué à changer la Constitution américaine, avec l'adoption de l'amendement 17, la création d'élections populaires pour les sénateurs.

Son talent pour l'écriture n'était pas la seule chose qui l'a aidé à se démarquer dans les rédactions. Philips était connu pour s'habiller d'un costume blanc avec un chrysanthème important dans la boutonnière. (Fellow, Anthony R. "American History Media: Second Edition» Wadsworth. Boston, MA. 2005.

Décès

La réputation de Phillips lui a coûté la vie en , quand il a été abattu devant le Club de Princeton (en), au Gramercy Park à New York City. Le tueur, diplômé de Harvard, musicien du nom de Fitzhugh Coyle Goldsborough, venait d'une famille importante de Philadelphie. Goldsborough pensait que le roman de Phillips, The fashionable Adventures of Joshua Craig, avait dénigré sa famille. Lorsqu'il fit face à Phillips, Goldsborough a hurlé, "Here you go!". Après que Phillips s'est effondré, une balle dans la tête, il a crié : « Et ici je vais ! ". Admis à l'hôpital Bellevue, Phillips y est décédé un jour plus tard. Un roman 1992 de Daniel D. Victor, le septième tiret, imagine une enquête de Sherlock Holmes sur l'assassinat de Phillips.

Après la mort de M. Phillips, sa sœur Carolyn organisa son manuscrit définitif de la publication posthume comme Susan Lenox: Her Fall and Rise[pas clair]. En 1931, ce livre devait être transformé au cinéma MGM du même nom[pas clair] et avec Greta Garbo et Clark Gable.

David Graham Phillips est enterré dans le cimetière Kensico à Valhalla, New York.

Littérature

  • (en) F. T. Cooper, Some American Story-Tellers, New York, .
  • (en) J. C. Underwood, Literature and Insurgency, New York, .
  • (it) Dizionario Letterario Bompiani. Autori, vol. III, Milan, Valentino Bompiani editore, , p. 143.
  • (en) Abe C. Ravitz, David Graham Phillips, New York, Twayne Publishers, .
  • (en) Louis Filler, Voice of the democracy: a critical biography of David Graham Phillips, journalist, novelist, progressive, University Park, Pennsylvania State University Press, .

Liens externes

  • Portail de la littérature américaine
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.