Denis Rapontchombo

Antchuwè Kowè Rapontchombo[1], dit le « roi Denis », est un souverain mpongwè, né vers 1780, qui fut l'interlocuteur des colonisateurs du Gabon.

Denis Rapontchombo
Le roi Denis Rapontchombo et sa femme.
Biographie
Naissance
Vers
Décès
Activité
Autres informations
Distinction

Biographie

Denis naît vers [2],[3],[4], peut-être en [5],[6]. Fils cadet de Re-Mboko[7], il accède à la dignité d'oga à la mort de son père, vers 1810[3].

Le père de Denis, Re-Mboko, aurait été un « bonnet chinois », terme péjoratif par lequel étaient désignés les soldats africains remplissant les fonctions de chapeau chinois dans les régiments des armées françaises[8],[9]. Un des frères de Denis aurait séjourné en France pendant la Révolution et aurait été un grognard de Napoléon[10],[9]. Pour sa part, Denis aurait servi quelque temps sur un navire négrier espagnol[11],[12],[4],[9].

Le prénom « Denis » est le surnom que lui donnèrent les Français, les Britanniques le surnommant Denny  diminutif du prénom Dennis  mais aussi William[13],[14]. Le titre de « roi » utilisé par les Européens signifie qu'il était le chef d'un clan mpongwè, celui des Asiga[15],[9],[16],[17]. En effet, le terme « roi » a été utilisé par les Européens pour rendre le mpongwè oga (« chef, roi »[18]) et, plus précisément, pour désigner un chef de clan, le terme « prince » étant employé pour désigner un chef de lignage[19].

Le , Denis signe avec le lieutenant de vaisseau Édouard Bouët-Willaumez et le capitaine Broquant, délégué de la chambre de commerce de Bordeaux, un traité autorisant l'installation des Français dans l'estuaire du Komo[20],[21],[22],[23].

Denis meurt le [24],[25] à l'âge de 96 ans. Les chefs des Mpongwè de Libreville et de ses environs viennent en personne assister à ses funérailles, de même que les chefs des Fang établis sur la rive gauche de l'estuaire[24].

Honneurs et distinctions

Le , le roi des Français, Louis-Philippe Ier, nomme Denis chevalier de l'ordre royal de la Légion d'honneur[26]. Aujourd'hui présenté comme le « premier Gabonais » à avoir été décoré de la Légion d'honneur[27], Denis est en fait le premier originaire d'Afrique subsaharienne à avoir reçu cette distinction[28].

Mémoire

Denis a donné son nom à une pointe (la pointe Denis), une rivière et une île. L'île Denis héberge le musée du roi Denis[29].

Notes et références

Notes

    Références

    1. Saint-Périer 2014.
    2. Musée des arts et traditions du Gabon, p. 25.
    3. Julien 1977, p. 73.
    4. Merlet 1990, p. 49.
    5. Deschamps 1968, p. 57.
    6. Baghio'o 1980, p. 66.
    7. Julien 1977, p. 75.
    8. N'Nah, p. 98.
    9. Soiron 2010, p. 81.
    10. M'Bokolo 1977, p. 18.
    11. Raponda-Walker 1960, p. 25.
    12. Julien 1977, p. 74.
    13. Deschamps 1963, p. 334.
    14. Deschamps 1968, p. 56.
    15. Deschamps 1963, p. 333.
    16. Boussougou 2012, p. 74.
    17. Mboyi Moukanda 2013, p. 52.
    18. Raponda-Walker 1995, p. 397, entrée « Oga ».
    19. Soiron 2010, p. 53, n. 104.
    20. Archives nationales d'outre-mer.
    21. Soiron 2010 — Le texte intégral du traité est reproduit en annexe V, p. 466-476.
    22. Histoire du Gabon, ORSTOM (lire en ligne [PDF])
    23. M'Bokolo 1977.
    24. Raponda-Walker 1960, p. 29.
    25. Ratanga-Atoz 1985, p. 20.
    26. Bajot et Poirré 1839, p. 879.
    27. Groupe d'études et de recherches sur la francophonie 2005, p. 331.
    28. Bonneville de Marsangy 1900, p. 120.
    29. Réseau des aires protégées d'Afrique centrale, p. 4.

    Bibliographie

    Voir aussi

    Articles connexes

    Liens externes

    • Portail du Gabon
    • Portail du XIXe siècle
    • Portail du monde colonial
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.