Domenic Pittis

Domenic Pittis, aussi appelé Domenico Pittis, (né le à Calgary, dans l'Alberta) est un joueur professionnel de hockey sur glace canado-italien. Son jeune frère, Jonathan, est également un hockeyeur professionnel.

Pour les articles homonymes, voir Pittis.
Domenic Pittis
Domenic Pittis avec le maillot du ZSC Lions
Surnom(s) Pitter[1]
Nationalité Canada
Italie
Naissance ,
Calgary (Canada)
Joueur retraité
Position Centre
Tirait de la gauche
A joué pour LNH
Penguins de Pittsburgh
Sabres de Buffalo
Oilers d'Edmonton
Predators de Nashville
LAH
Crunch de Syracuse
Americans de Rochester
Admirals de Milwaukee
LIH
Lumberjacks de Cleveland
Ice Dogs de Long Beach
LNA
Kloten Flyers
ZSC Lions
EV Zoug
LNB
HC Viège
Repêc. LNH 52e choix au total, 1993
Penguins de Pittsburgh
Carrière pro. 1994-2013

Biographie

Ses débuts

Né dans la province de l'Alberta le d’un père italien[2], Domenic Pittis, comme beaucoup d'enfants qui ont grandi au Canada, joue au hockey. À 17 ans, il rejoint l'équipe des Hurricanes de Lethbridge, dans la ligue junior de l'Ouest. Lors de sa première saison chez les juniors, il comptabilise 23 points (6 buts et 17 mentions d'assistances) en 65 matchs[3]. Lors des séries éliminatoires, son équipe est éliminée au premier tour par les Blades de Saskatoon. La saison suivante, il améliore ses statistiques et termine meilleur scoreur de son équipe, marquant un total de 119 points (46 buts, 73 passes décisives) en 119 rencontres[3]. Ce résultat le place à la cinquième place du classements des meilleurs pointeurs de la ligue. Malheureusement, son équipe ne parvient toujours pas à passer un tour dans les séries éliminatoires, battue cette fois par les Pats de Regina. Ses performances sont toutefois remarquées, puisqu'il est repêché[Note 1], en fin de saison par les Penguins de Pittsburgh au deuxième tour (52e choix au total) lors du repêchage d'entrée dans la LNH.

Domenic Pittis reste toutefois une saison saison de plus en ligue junior. Il parvient encore à battre son record de points, avec un total de 127 points[3]. Il n'est battu que par Lonny Bohonos et Darcy Tucker. Durant les playoffs, il aide son équipe à passer un tour, face aux Rebels de Red Deer, mais tombe en quart de finale contre les Wheat Kings de Brandon.

Le passage chez les professionnels

Après trois saisons passées dans les ligues juniors, Domenic Pittis tente sa chance chez les professionnels. Il débute ainsi sa carrière en ligue internationale de hockey chez les Lumberjacks de Cleveland. Lors de sa première saison, il inscrit 50 points en 62 parties[3]. Son équipe perd cependant lors du premier tour des séries éliminatoires contre les Cyclones de Cincinnati. Il évolue une autre saison dans l'Ohio, durant laquelle il enregistre seulement 38 points, alors qu'il a joué 74 rencontres[3]. Cleveland est cependant à nouveau éliminé au premier tour des séries, face aux K-Wings du Michigan.

Il rejoint les Ice Dogs de Long Beach pour sa troisième saison, qui se révèle être sa meilleure en LIH, sur le plan comptable, avec 68 points en 65 rencontres[3]. Durant cette saison, il est même appelé par les Penguins de Pittsburgh, qui lui permettent de faire ses débuts en Ligue nationale de hockey. Il ne joue cependant qu'un seul match, au cours duquel il ne parvient à inscrire son nom sur la feuille de match. Il retourne ensuite à Long Beach, avec qui il atteint la finale de la Coupe Turner, mais est battu par les Vipers de Détroit.

Entre LAH et LNH

Domenic Pittis quitte la LIH après cette défaite pour rejoindre le Crunch de Syracuse en ligue américaine. Sa première saison dans cette ligue se révèle moyennement fructueuse, puisqu'il inscrit 64 points en 75 matchs. Son équipe est elle battue au premier tour des séries éliminatoires par les Bulldogs de Hamilton.

N'ayant pas vraiment reçu sa chance à Pittsburgh, Domenic Pittis quitte l'organisation chère à Mario Lemieux et signe en tant qu'agent libre aux Sabres de Buffalo. Il est néanmoins placé en LAH par la franchise de l'État de New York et joue la grande majorité de la saison 1998-1999 aux Americans de Rochester, car il est participe à trois rencontres en LNH[3]. Il réussit cependant une excellente saison en LAH, marquant 104 points en 76 rencontres. Cela lui permet de remporter le trophée John B. Sollenberger, qui récompense le meilleur pointeur de la ligue américaine. Avec son équipe, il parvient en finale de la Coupe Calder, battu par les Bruins de Providence.

Martin Biron, son coéquipier à Rochester, a terminé meilleur gardien de LAH en 1999.

La saison suivante est moins prolifique pour Pittis, qui ne marque que 65 points en 53 parties. Il compte cependant sept matchs avec les Sabres. Il marque son premier but en LNH le face aux Predators de Nashville[4]. Il connaît par contre une nouvelle déception en playoffs de LAH, échouant à nouveau au poteau, avec Rochester, lors de la finale de la Coupe Calder perdue face au Wolf Pack de Hartford.

Il quitte l'organisation des Sabres pour retrouver son Alberta natal en rejoignant les Oilers d'Edmonton. Il reçoit sa première vraie chance en LNH, puisqu'il n'est pas envoyé en ligue mineure[5]. Il joue 47 matchs avec les Oilers, marquant neuf points, ce qui constitue son record en carrière en LNH[5]. Souffrant d'une blessure à la tête, il ne peut jouer que 22 matches lors de la saison 2001-2002, réussissant à comptabiliser 6 passes décisives[6].

Durant l'été 2002, il rejoint les Predators de Nashville, mais, souffrant d'une nouvelle blessure à la tête, il est relégué en LAH, aux Admirals de Milwaukee, avec qui il joue 30 matches et inscrit 32 points[6]. Durant les séries éliminatoires, son équipe est éliminée au premier tour par les Bears de Hershey.

Il change à nouveau d'organisation au terme de cette saison, puisqu'il retourne dans celle des Sabres[6]. Il joue néanmoins la majeure partie de la saison en LAH, à Rochester, ne jouant que quatre match en LNH[6]. Il marque 77 points, ce qui lui permet de terminer à la deuxième place du classement des pointeurs, derrière le Tchèque Pavel Rosa. Avec son équipe, il atteint la finale d'association, battus par les Admirals de Milwaukee, futurs vainqueurs de la Coupe Calder.

La Suisse, nouvelle terre d'accueil

Deux titres de champions de Suisse et un titre de champion d’Europe

Après cinq saisons à faire la navette entre la LAH et la LNH, Domenic Pittis quitte l'Amérique du Nord et signe aux Kloten Flyers, club évoluant en ligue nationale A, première division suisse. Il ne parvient à faire éviter à son club une participation aux playouts, malgré ses 45 points inscrits en 43 parties[7]. Néanmoins, son tempérament de leader lui a permis de surnager au sein de la délégation nord-américaine du club zurichois[8].

La saison suivante se déroule un peu mieux pour les pensionnaires du Schlufweg, qui parviennent à atteindre les demi-finales des playoffs, éliminés par les futurs champions luganais. Pittis ne réussit pas à rééditer les mêmes performances que lors de sa première saison en Europe, ne marquant que 31 points en 39 rencontres[5].

Il se reprend quelque peu au cours du championnat 2006-2007, puisqu'il réussit à inscrire 52 points au cours des 40 parties auxquelles il a participé. Il termine cependant deuxième compteur de son équipe derrière le Finlandais Kimmo Rintanen[9].

Domenic Pittis fête son premier titre en compagnie d'un fan.

Sous contrat jusqu'en 2010 avec Kloten, il quitte soudainement les Aviateurs au cours de la saison 2007-2008[10] pour rejoindre le rival cantonal, le ZSC Lions[11]. Avec son nouveau club, il remporte le titre de champion de Suisse[12] et Domenic Pittis vainc le signe indien en remportant pour la première fois un titre de champion, après deux échecs avec Rochester en LAH.

La saison suivante, Pittis et le ZSC Lions continuent sur leur lancée, remportant la première Ligue des champions de hockey sur glace, en battant en finale le club russe de Metallourg Magnitogorsk, à la surprise générale[13]. Pittis est l'un des artisans de ce succès, lui qui a marqué marqué 11 points durant toute la compétition[14], dont trois assists lors du match retour de la finale[13].

La saison régulière se passe tout aussi bien, vu que les Zurichois terminent deuxième du classement. Mais le club est éliminé en quart de finale par Fribourg-Gottéron, et ce un peu plus d'un mois après leur titre européen[15]. Les Lions se rattrapent le en battant les Blackhawks de Chicago à l'occasion de la Coupe Victoria[16].

Les Zurichois ne réussissent pas à confirmer leurs exploits en championnat. Ils finissent en effet 6e du championnat régulier, avant d'être une nouvelle fois battus en quart de finale, par l'EV Zoug[17]. Domenic Pittis n'est pas très dominant, ne marquant que 31 points en 37 parties[5]. Il améliore quelque peu son score la saison suivante avec 42 points en 50 rencontres[5], mais son club est éliminé à nouveau au premier tour, par les Kloten Flyers, après avoir terminé à la 7e place du classement de la saison régulière[18].

Pittis entame en septembre 2011 sa huitième saison en Suisse, dont cinq passées au Hallenstadion. Il joue 49 matchs durant la saison régulière, et obtient une fiche de 12 buts et 19 mentions d’assistance[3]. Il termine troisième compteur de son équipe, derrière Jeff Tambellini et Andres Ambühl et est au trente-sixième rang de la ligue[19]. Il signe par ailleurs le but qui permet à son club de se qualifier pour les séries éliminatoires[20]. Le ZSC Lions terminent la saison régulière sur une décevante septième place au classement[21]. Durant ces play-offs, les Zurichois parviennent néanmoins à éliminer le Hockey Club Davos en quart de finale[21]. Lors du deuxième match de la demi-finale, Pittis se blesse au genou, à la suite d’une charge correcte d’Esa Pirnes[22]. Sans lui, les Lions éliminent l’EV Zoug en quatre matches[21]. Le joueur canadien qui « ne pouvai[t] pas rester en tribune »[23] téléphone à un ancien entraîneur pour se faire soigner en Amérique du Nord[23]. Il est d’abord envoyé dans le Vermont, puis au Canada[23]. Il y reste une semaine[23], puis revient en Suisse juste avant le début de la finale[23]. Les Zurichois remportent un nouveau titre de champion de Suisse contre le CP Berne, au septième match, grâce à un but de Steve McCarthy à moins de deux secondes du terme du temps réglementaire[23]. Durant ces séries, Pittis a obtenu 10 points, dont 5 buts, en 13 parties[3].

Sans contrat pour la saison 2012-2013[23], Pittis se décrit une victime collatérale du nouveau lock-out qui sévit dans la LNH[24]. Alors qu’il comptait sur ses bonnes performances lors des séries 2011-2012, il doit déchanter à cause de la venue de plusieurs joueurs estampillés LNH en Europe[24]. Désirant rester en Suisse, il refuse une offre venue de Finlande[24] et est en contact avancé avec le SCL Tigers[24]. Son engagement est réduit à néant par les venues de Jaroslav Hübl, qui remplace le gardien Thomas Bäumle blessé, de Jared Spurgeon et de Tyler Ennis[24].

Il s’entraîne alors chez lui, à Calgary, en compagnie de joueurs comme Alex Tanguay ou Jarome Iginla[24] et sous les ordres de son ancien entraîneur à Zurich, Bob Hartley[25]. Il est embauché par le HC Viège, en Ligue nationale B pour pallier l’absence d’Alexandre Tremblay[25]. Après avoir prolongé son contrat avec le club haut-valaisan[26], il est prêté, après l’élimination de son équipe des séries éliminatoires, au EV Zoug[27]. Il participe à huit matchs avec les Zougois, marquant trois points[3]. Il annonce qu’il met un terme à sa carrière le , malgré une année de contrat encore valable avec le HC Viège[28]. Il rejoint alors l’organisation des Flames de Calgary dans une fonction de responsable technique et de recruteur[28].

Un habitué de la Coupe Spengler

Shawn Heins, ici sous les couleurs de Fribourg-Gottéron est un autre habitué de la Coupe Spengler, qu'il a remporté en 2007 avec Pittis.

Depuis son arrivée en Suisse, Domenic Pittis a participé à pratiquement toutes les éditions de la Coupe Spengler sous les couleurs du Team Canada.

Il est convoqué par pour la première fois au mois de décembre 2004[29]. Les Canadiens ne parviennent toutefois pas à s'immiscer en finale, remportée par le HC Davos face au Sparta Prague[30]

En 2005, il participe y une nouvelle fois, toujours avec le Team Canada qui est battu en finale par le Metallurg Magnitogorsk. Cependant, Domenic Pittis est distingué par une présence dans l'équipe-type du tournoi[31].

Il est à nouveau convoqué en 2006[32]. Le Canada parvient une nouvelle fois en finale, mais il est battu par le club local du HC Davos[33].

En 2007, il est à nouveau sur la glace davosienne entre Noël et Nouvel-An[34]. Il remporte pour la première fois la Coupe Spengler, le Canada remportant la finale face à Salavat Ioulaïev Oufa[35].

Il figure à nouveau dans la sélection canadienne pour la Coupe Spengler 2008[36], étant l'un des six joueurs à avoir remporté la précédente édition, les autres étant Serge Aubin, Shawn Heins, Ric Jackman, Kirby Law, et Jean-Pierre Vigier. Les Canadiens atteignent une nouvelle fois la finale, mais ils sont cette fois défaits par le Dinamo Moscou[37].

Il ne participe toutefois pas à l'édition 2009 à cause d'une blessure au genou[38]. Il est par contre de la partie en 2010[39]. Le Canada atteint encore la finale, mais est battu, comme en 2008, par un club de la KHL, à savoir le SKA Saint-Pétersbourg[40].

En 2011, il fait à nouveau partie des cadres du Team Canada. Cette année-là, le Canada est éliminé aux tirs au but, en « pré demi-finale », par les Allemands de Wolfsburg[41], ne jouant pas la finale pour la première fois depuis 2004.

Statistiques

Pour les significations des abréviations, voir statistiques du hockey sur glace.

Statistiques par saison[3],[5],[6]
Saison Équipe Ligue Saison régulière Séries éliminatoires
PJ  B   A  Pts Pun PJ  B   A  Pts Pun
1991-1992Hurricanes de LethbridgeLHOu 65617234850224
1992-1993Hurricanes de LethbridgeLHOu 6646731196943368
1993-1994Hurricanes de LethbridgeLHOu 7258691279384111516
1994-1995Lumberjacks de ClevelandLIH 621832506630222
1995-1996Lumberjacks de ClevelandLIH 7410283810030002
1996-1997Penguins de PittsburghLNH 10000-----
1996-1997Ice Dogs de Long BeachLIH 652343669118591426
1997-1998Crunch de SyracuseLAH 752341649051344
1998-1999Sabres de BuffaloLNH 30002-----
1998-1999Americans de RochesterLAH 763866104108207142140
1999-2000Sabres de BuffaloLNH 71016-----
1999-2000Americans de RochesterLAH 5317486585214263028
2000-2001Oilers d'EdmontonLNH 474594930002
2001-2002Oilers d'EdmontonLNH 220668-----
2002-2003Predators de NashvilleLNH 474594930002
2002-2003Admirals de MilwaukeeLAH 301121326562468
2003-2004Sabres de BuffaloLNH 40004-----
2003-2004Americans de RochesterLAH 75205777137165141930
2004-2005Kloten FlyersLNA 4317284511032244[Note 2]
2005-2006Kloten FlyersLNA 391318316611471120
2006-2007Kloten FlyersLNA 401734517511281055
2007-2008Kloten FlyersLNA 357283546-----
2007-2008ZSC LionsLNA 13310131016381120
2008-2009ZSC LionsLNA 421521365041018
2009-2010ZSC LionsLNA 37724314852136
2010-2011ZSC LionsLNA 501527426852356
2011-2012ZSC LionsLNA 491219314613551027
2012-2013HC ViègeLNB 321139506251672
2012-2013EV ZougLNA -----81234
Totaux LNA 34810620931551976223658150
Totaux LAH 30910923334248568196180110
Totaux LIH 20151103154257245111630
Totaux LNH 86511167130002
Totaux LHOu 203110159269210177162328
Statistiques par compétition[3]
Année Équipe Compétition PJ  B   A  Pts Pun
2004 CanadaCoupe Spengler 40000
2005 CanadaCoupe Spengler 53252
2006 CanadaCoupe Spengler 51126
2007 CanadaCoupe Spengler 50004
2008 CanadaCoupe Spengler 40662
2008-2009ZSC LionsCHL 8110118
2010 CanadaCoupe Spengler 51234
2011 CanadaCoupe Spengler 31340

Palmarès et honneurs personnels

Notes et références

Notes

  1. Le terme « repêchage » est un terme canadien correspondant à l'anglicisme draft et désigne un événement annuel présent dans tous les sports collectifs nord-américains, comparable à une bourse aux joueurs, où les équipes sélectionnent des sportifs issus de l'université, de l'école secondaire ou d'une autre ligue, voire d'une autre équipe.
  2. Les statistiques de ces séries éliminatoires concernent des matchs joués dans le cadre de la phase de relégation.

Références

  1. (de) « Domenico Pittis #9 », sur hockeyfans.ch (consulté le 10 mai 2013).
  2. (de) Redaktion RZ, « «Ich bin ein Winner-Typ» », sur rz-online.ch, (consulté le 10 mai 2013).
  3. (en) « Domenic Pittis », sur Eliteprospects.com (consulté le 10 mai 2013)
  4. (en) « Détail des matchs de Pittis en LNH lors de la saison 1999-2000 », sur nhl.com (consulté le 3 janvier 2012)
  5. (en) « Domenic Pittis profile », sur Eurohockey.com (consulté le 18 mai 2012).
  6. « Domenic Pittis - Statistiques », sur www.nhl.com. Consulté le 3 janvier 2012.
  7. Marc Branchu, « Championnat de Suisse 2004/05 », sur Hockey archives (consulté le 3 janvier 2012).
  8. Marc Branchu, « Bilan du championnat de Suisse 2004/05 », sur Hockey archives (consulté le 3 janvier 2012).
  9. « Classement des compteurs du championnat de Suisse 2006/07 », sur sehv.ch (consulté le 3 janvier 2012).
  10. « Pittis quitte Kloten avec effet immédiat », sur planetehockey.com, (consulté le 3 janvier 2011)
  11. « Domenico Pittis avec les ZSC Lions », sur planetehockey.com, (consulté le 3 janvier 2012).
  12. Marc Branchu, « Championnat de Suisse 2007-2008 », sur Hockey archives (consulté le 3 janvier 2012).
  13. Marc Branchu, « Compte rendu du match retour de la finale », sur Hockey archives (consulté le 3 janvier 2012).
  14. (en) « Classement des compteurs de la Ligue des champions 2008-2009 », sur iihf.com (consulté le 3 janvier 2012).
  15. Marc Branchu, « Championnat de Suisse 2008/09 », sur Hockey archives (consulté le 3 janvier 2012).
  16. « ZSC Lions - Chicago Blackhawks (Victoria Cup) », sur Hockey archives, (consulté le 3 janvier 2012).
  17. Marc Branchu, « Championnat de Suisse 2009/10 », sur Hockey archives (consulté le 4 janvier 2012).
  18. Marc Branchu, « Championnat de Suisse 2010/11 », sur Hockey archives (consulté le 4 janvier 2012).
  19. (en) « 2011 - 2012 NLA Players Statistics », sur eliteprospects.com (consulté le 25 octobre 2012).
  20. « Pittis envoie les ZSC Lions en playoff », sur rts.ch, (consulté le 25 octobre 2012).
  21. « Championnat de Suisse 2011/12 », sur Hockey Archives (consulté le 25 octobre 2012).
  22. (de) mon/mal, « Domenico Pittis zurück auf dem Eis », sur 20min.ch, (consulté le 25 octobre 2012).
  23. Sportinformation, « La victoire de la « famille » zurichoise » (consulté le 25 octobre 2012).
  24. Frédéric Lovis, « Pittis: «Je suis victime du lock-out» », sur lematin.ch, (consulté le 25 octobre 2012).
  25. « Domenico Pittis engagé par le HC Viège », sur planetehockey.com, (consulté le 25 octobre 2012).
  26. (de) Manuela Pfaffen, pd, « Vertragsverlängerung von Domenico Pittis und Alain Brunold », sur 1815.ch, (consulté le 10 mai 2013)
  27. « Trois joueurs du HC Viège partent en NLA », sur planetehockey.com, (consulté le 10 mai 2013).
  28. « Domenico Pittis retourne au Canada », sur planetehockey.com, (consulté le 2 septembre 2013).
  29. « Coupe Spengler: Les stars de NHL marqueront l'édition 2004 », sur rts.ch, (consulté le 3 janvier 2012).
  30. Marc Branchu, « Coupe Spengler 2004 », sur Hockey archives (consulté le 4 janvier 2012).
  31. « Coupe Spengler 2005 », sur Hockey archives (consulté le 4 janvier 2012).
  32. (en) « Sélection canadienne à la Coupe Spengler 2006 », sur sportsnet.ca (consulté le 4 janvier 2012).
  33. « Coupe Spengler 2006 », sur Hockey archives (consulté le 4 janvier 2012)
  34. « Coupe Spengler: la sélection du Team Canada », sur planetehockey.com, (consulté le 4 janvier 2012).
  35. « Coupe Spengler 2007 », sur Hockey archives (consulté le 4 janvier 2012)
  36. « Spengler: la sélection du Team Canada », sur planetehockey.com, (consulté le 4 janvier 2012).
  37. « Coupe Spengler 2008 », sur Hockey archives (consulté le 4 janvier 2012)
  38. « ZSC: Domenico Pittis out 4-6 semaines », sur planetehockey.com, (consulté le 4 janvier 2012).
  39. « Spengler: la composition du Canada dévoilée », sur planetehockey.com, (consulté le 4 janvier 2012).
  40. « Coupe Spengler 2010 », sur Hockey archives (consulté le 4 janvier 2012)
  41. Patrick Pitton, « Spengler Cup: Wolfsburg crée la sensation », sur planetehockey.com, (consulté le 4 janvier 2012).
  • Portail du hockey sur glace
  • Portail de l’Alberta
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.