Drapeau de Wallis-et-Futuna

Aucun drapeau de Wallis-et-Futuna n'a de statut officiel hormis le drapeau de la France. Cependant il existe aussi un drapeau non officiel rouge qui porte en canton les couleurs françaises et, dans la partie flottante, une croix de saint André rouge dans un carré blanc.

Drapeau de Wallis-et-Futuna

Drapeau non-officiel de Wallis-et-Futuna
Utilisation
Caractéristiques
Proportions 2:3

Une variante ancienne de ce drapeau portait une grande croix pattée blanche à la place du sautoir rouge. Ces deux drapeaux sont, à l'origine, des drapeaux du royaume d'Uvéa. Le drapeau de Wallis est le même que celui de Wallis-et-Futuna sans la croix.

Histoire

Premier drapeau wallisien (1842)

Représentation moderne du drapeau de 'Uvea créé en 1842.

Le premier drapeau de Wallis et Futuna apparaît en 1842. Créé par le père Bataillon (missionnaire mariste)[1], il est reconnu par le commandant de vaisseau Mallet lors de son passage à Wallis en 1842. Un règlement de commerce et de police signé entre le commandant Mallet et le Lavelua (roi de 'Uvea) indique : « Nous, roi de Wallis et les chefs réunis en conseil avons adopté pour couleur le drapeau blanc, sur les côtés duquel seront quatre croix, deux bleues et deux rouges disposées diagonalement et au centre MW (entrelacés) »[2]. Pour Jean-Claude Roux, M et W signifient « Marie Wallis »[1], à moins qu'il ne s'agisse en réalité des lettres A et M entrecroisées, comme sur le blason des pères maristes[3].

Blason des pères maristes avec les lettres A et M entrecroisées. Il a inspiré le premier drapeau de Wallis et Futuna en 1842.

Ce drapeau devait donner à la chefferie wallisienne les attributs d'un État indépendant[4].

Deuxième drapeau mariste

Une sportive arbore fièrement un t-shirt aux couleurs de Wallis lors d'un tournoi international de rugby, au stade de Kafika (août 2019).

Jean-Claude Roux évoque un autre drapeau mariste, déjà existant en 1910 : « le drapeau wallisien (fond rouge avec croix mariste blanche) était écartelé des couleurs françaises », suite à la visite d'officiers français en 1910 à bord du navire de guerre le Kersaint qui révisent le traité de protectorat de 1888. Le drapeau français est donc intégré au drapeau mariste à cette époque[5].

Aujourd'hui, deux versions du drapeau wallisien coexistent.

Drapeaux de Alo et Sigave (Futuna)

Drapeaux des différents royaumes

Notes et références

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Flag of Wallis and Futuna » (voir la liste des auteurs).
  1. Jean-Claude Roux, Wallis et Futuna : Espaces et temps recomposés. Chroniques d'une micro-insularité, Talence, Presses universitaires de Bordeaux, , 404 p. (ISBN 2-905081-29-5, lire en ligne), p. 129
  2. Frédéric Angleviel, Les missions à Wallis et Futuna au XIXe siècle, Bordeaux, Centre de recherche des espaces tropicaux de l’université Michel de Montaigne (Bordeaux III), , 243 p., p. 80-82
  3. Publié par Erhan, « 50ème anniversaire du statut de Wallis-et-Futuna : petite histoire du drapeau » (consulté le 2 août 2017)
  4. Jean-Claude Roux, Wallis et Futuna : Espaces et temps recomposés. Chroniques d'une micro-insularité, Talence, Presses universitaires de Bordeaux, , 404 p. (ISBN 2-905081-29-5, lire en ligne), p. 64
  5. Jean-Claude Roux, Wallis et Futuna : Espaces et temps recomposés. Chroniques d'une micro-insularité, Talence, Presses universitaires de Bordeaux, , 404 p. (ISBN 2-905081-29-5, lire en ligne), p. 159

Voir aussi

Article connexe

  • Portail des drapeaux et pavillons
  • Portail de Wallis-et-Futuna
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.