Edgar Davids

Edgar Davids (né le à Paramaribo au Suriname) est un footballeur international néerlandais, qui évoluait au poste de milieu défensif, avant de devenir ensuite entraîneur.

Pour les articles homonymes, voir Davids.

Edgar Davids
Biographie
Nom Edgar Steven Davids
Nationalité Néerlandais
Surinamien
Nat. sportive Néerlandais
Naissance
Lieu Paramaribo (Suriname)
Taille 1,68 m (5 6)[1]
Période pro. 19912013
Poste Milieu défensif puis entraîneur
Pied fort Gauche
Parcours junior
Années Club
0 ASV De Dijk
1985-1991 Ajax Amsterdam
Parcours professionnel1
AnnéesClub 0M.0(B.)
1991-1996 Ajax Amsterdam133 (32)
1996-1998 AC Milan029 0(2)
1998-2004 Juventus FC235 (10)
2003-2004 FC Barcelone020 0(1)
2004-2005 Inter Milan023 0(0)
2005-2007 Tottenham Hotspur044 0(1)
2007-2008 Ajax Amsterdam034 0(1)
2010 Crystal Palace007 0(0)
2012-2013 Barnet FC039 0(1)
1991-2013Total564 (48)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
1992-1994 Pays-Bas espoirs008 0(1)
1994-2005 Pays-Bas074 0(6)
2012 Pays-Bas beach soccer
Équipes entraînées
AnnéesÉquipe Stats
2012 Barnet FC(adjoint)
2012-2014 Barnet FC15v, 13n, 17d
2018  Pays-Bas -20 ans(adjoint)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Dernière mise à jour : 12 juin 2018

Surnommé Piranha, Vitamina, Duracell ou encore le Pitbull[2], pour sa hargne et son « mauvais » caractère, il était facilement reconnaissable à la paire de lunettes qu'il portait constamment du fait de ses problèmes oculaires.

Présent dans l'équipe type FIFA et UEFA de la Coupe du monde 1998 et l'Euro 2000, Davids participe quatre fois à une élection du Ballon d'or. Il fait partie du Club van 100. Il est nommé au FIFA 100 en 2004.

Son cousin Lorenzo Davids est également footballeur professionnel.

Biographie

Enfance et formation

Edgar Davids est né au Suriname (ex colonie néerlandaise), pays d'Amérique du Sud qui fournit beaucoup d'internationaux à l'équipe des Pays-Bas, dont Frank Rijkaard, Ruud Gullit, Patrick Kluivert[3], Clarence Seedorf, Mario Melchiot, Jimmy Floyd Hasselbaink ou Royston Drenthe.

Edgar a à peine plus d'un an lorsqu'il embarque sur un paquebot avec son père pour rejoindre les Pays-Bas. Très vite, les ruelles des quartiers pauvres du nord d'Amsterdam deviennent le premier terrain du prodige et de ses camarades. Davids n'est pas grand mais possède une farouche détermination et un talent balle au pied qui ne laissent pas insensibles les observateurs du grand Ajax Amsterdam. Le premier essai est transformé, il enfile la légendaire tunique blanche et rouge et intègre alors l'un des meilleurs centres de formation. Match après match, le prometteur ailier gauche franchit les étapes qui mènent à l'équipe première[3].

Carrière en club

Débuts à l'Ajax (1991-1996)

Davids est lancé dès ses dix-huit ans en équipe première par Louis van Gaal. C'est van Gaal qui lui affuble le premier son surnom de « pitbull », en référence au tempérament de feu dont il fait preuve sur la pelouse. Pour sa première saison chez les professionnels, il dispute treize matchs de championnat et trois en Coupe UEFA que le club remporte, le tout dans l'ombre du titulaire Bryan Roy[3].

En cinq saisons, il ne s'en passe pas une sans que Davids n'ajoute un trophée à son palmarès. Il remporte trois titres de champion national, une Coupe des Pays-Bas et le triplé Ligue des champions-Supercoupe d'Europe-Coupe intercontinentale[3]. Avec Clarence Seedorf, Davids compose un milieu de terrain récupérateur et créatif qui impressionne les recruteurs du monde entier. Si Seedorf part pour la Sampdoria dès 1995, Davids reste et atteint une seconde fois d'affilée la finale de la Ligue des Champions avec son équipe. Auteur d'un match époustouflant contre les Italiens de la Juventus, il doit cependant laisser filer le trophée lors de la séance des tirs au but, où il manque d'ailleurs sa tentative.

Les critiques le rendent coupable de la défaite. Montré du doigt et victime de toutes sortes de pression, Davids s'envole pour l'Euro 1996 d'où il est expulsé en interne après avoir dénoncé une ségrégation raciale au sein des Oranje. Il décide de s'engager avec le Milan AC[3], en profitant du tout nouvel arrêt Bosman pour rejoindre ses compatriotes Michael Reiziger, Winston Bogarde et Patrick Kluivert au club.

Un passage manqué à Milan (1996-1998)

Son passage à Milan se résume à dix-huit mois de galère. Victime d'une fracture de la jambe, il reste longtemps écarté des terrains et, lorsqu'il retrouve la plénitude de ses moyens, il doit s'assoir sur le banc d'une équipe dont l'entraîneur lui a fermé la porte. Davids dispute 31 matchs sous le maillot rouge et noir[3].

Décembre 1997, Edgar s'apprête à boucler ses valises pour le FC BarceloneBerlusconi souhaite le prêter. C'est alors que la Juventus entre en scène. Pour un peu plus de trente millions de francs, Davids choisit de rejoindre Turin plutôt que son « Pygmalion » van Gaal en Catalogne[3].

Le renouveau à la Juventus (1998-2003)

À Turin, sous les ordres de Marcello Lippi puis Carlo Ancelotti, Davids retrouve des sensations oubliées, la joie de jouer et de gagner. Il remporte le titre de champion dès la première saison. C'est logiquement qu'il joue une troisième finale de Ligue des champions, quelques mois seulement après son arrivée, qu'il perd (0-1) contre le Real Madrid[3]. Davids débarque au sein d'une équipe considérée à l'époque comme la meilleure du continent, comprenant des joueurs tels que Alessandro Del Piero ou Zinédine Zidane. Il s'impose très rapidement et forme avec Didier Deschamps une paire de milieux de terrain très complémentaire.

Davids avec la Juventus en finale de la Ligue des champions 2002–2003.

Davids est opéré d'un glaucome, une maladie de l'œil, en 1999, le contraignant à porter des lunettes spéciales en match.

Les années suivantes, Davids est un membre inamovible de l'équipe turinoise. Mais peu à peu, l'équipe perd de son éclat et n'arrive plus à imposer sa griffe, aussi bien sur le plan national qu'européen. La faute à des dirigeants qui refusent, contrairement à des équipes comme la Lazio de Rome, d'investir des sommes considérables en termes de transferts.

Après la vente de Zinédine Zidane en 2001, la Juventus renouvelle son effectif. Malgré cela, Davids reste titulaire et retrouvera les sommets, comme son club lors de la saison 2002/2003 (champion d'Italie et finaliste de la C1). La saison suivante est plus difficile, et Davids perd sa place à la suite de conflits avec son entraîneur. Désireux de jouer l'Euro 2004, il demande à être transféré. Il est alors prêté à un autre club réputé mondialement : le FC Barcelone.

Il est la tête d'affiche du jeu FIFA Football 2003.

Un court passage à Barcelone (2003-2004)

Quand il rejoint son ex-coéquipier Rijkaard, devenu entraîneur, la situation est délicate. Le FC Barcelone, en dépit de l'arrivée de Ronaldinho, ne concurrence pas le Real Madrid et se situe bien loin des places qualificatives pour la Ligue des Champions.

L'intégration de Davids dans l'effectif catalan coïncide avec la remontée des barcelonais au classement de la Liga. Davids équilibre une équipe jusqu'alors trop portée vers l'avant, tout en déchargeant Ronaldinho de certaines tâches défensives. En fin de saison, Barcelone finit deuxième du championnat, en ayant profité au passage pour dépasser son rival madrilène. Davids ne perdra qu'un match en 18 rencontres sous le maillot blaugrana.

Si Rijkaard est favorable à l'idée que Davids poursuive l'aventure catalane, le salaire du néerlandais est un sérieux obstacle à cette volonté. De plus, les dirigeants barcelonais souhaitent à l'époque bâtir une équipe jeune, constituée de « nouveaux talents ». Ceci explique pourquoi Davids n'est finalement pas gardé à la fin de l'exercice 2003-2004.

Une fin de carrière en dents de scie (2004-2008)

Surfant sur sa très bonne moitié de saison barcelonaise, Davids est en position de force pour négocier un nouveau contrat. La Juventus ne souhaite pas le conserver et le Barça ne formule pas d'offre suffisamment convaincante pour le joueur. José Mourinho le refuse à Chelsea, l'estimant trop « vieux » mais l'Inter de Milan l'accueillera à bras ouverts. Alors moribond en championnat (le club italien n'est plus champion depuis 1989), l'Inter compte sur son expérience pour mettre fin à la domination de la Juventus, son ancien club. Cette expérience ne dure pourtant qu'un an, Davids ne jouant que très peu.

Poussé vers la sortie, il est sur le point de rejoindre le Paris Saint Germain en prêt lors du mercato hivernal avant que le club intériste ne décide de réclamer un transfert définitif à la dernière minute. Il part alors pour l'Angleterre et le club londonien de Tottenham Hotspur. Au sein d'un club dans l'ombre du « Big Four » (Arsenal-Chelsea-Liverpool-Manchester United), Davids est accueilli en véritable idole et réalise une première saison très convaincante. Sa deuxième saison ne sera pas du même acabit. Perdant sa place de titulaire, le Pitbull choisit de rentrer au pays et réintègre son club formateur, Ajax Amsterdam. Il y remportera une coupe des Pays-Bas dès l'année de son retour. Introduit capitaine de l'équipe, Davids est rattrapé par la malchance en se blessant lors de la pré-saison 2007-2008. À son retour, l'Ajax ne perdra plus un seul match mais la performance sera insuffisante pour remporter le titre. Vieillissant et quelque peu lassé, l'ancien international prendra sa retraite à l'issue de la saison, niant toute relation entre cette décision et l'arrivée de Marco van Basten, avec qui il entretient des rapports difficiles, à la tête de l'équipe.

En sélection (1994-2005)

Edgar Davids honore sa première sélection avec l'équipe nationale des Pays-Bas le 20 avril 1994 lors d'un match amical face à l'Irlande. Il est titularisé ce jour-là au milieu de terrain aux côtés de Wim Jonk et Frank Rijkaard. Son équipe s'incline cependant sur le score de un but à zéro[4].

Joueur majeur de l'Ajax Amsterdam, Davids s'envole pour l'Euro 1996 en Angleterre. Quelques jours après le débuts de la compétition, il est chassé sans ménagement du camp de base hollandais pour avoir dénoncé une ségrégation raciale au sein du groupe Oranje[3].

Après l'avoir tenu à l'écart pendant près de deux ans, le sélectionneur Guus Hiddink le rappelle après ses bonnes prestations sous son nouveau maillot de la Juventus. Le 27 mai 1998, les Pays-Bas disputent l'une des dernières rencontres préparatoires avant la Coupe du monde face au Cameroun. Davids y gagne son ticket pour la France. Il rayonne tout au long de la compétition, offrant notamment d'une splendide et rageuse frappe croisée à l'ultime seconde du match contre la Yougoslavie, la qualification en quarts-de-finale[3].

Pour l'Euro 2000 à domicile, Edgar Davids est promu capitaine par le nouveau sélectionneur Frank Rijkaard[3]. Il fait forte impression lors de cette compétition où il est désigné dans l'équipe-type du tournoi[5].

Il se fait remarquer lors des éliminatoires de l'Euro 2004 en ouvrant le score lors du premier match face à la Biélorussie, le 7 septembre 2002. Un match que les Néerlandais remportent par trois buts à zéro[6].

Edgar Davids est sélectionné pour divers évènements majeurs. Du fait de la non-qualification des Pays-Bas pour la Coupe du monde 2002, il n'aura joué qu'une seule Coupe du monde, celle de 1998 en France (finissant avec son équipe à la quatrième place de la compétition), mais a participé à l'Euro 1996, éliminé par la France en quart de finale (même si sur le plan personnel, il sera exclu et renvoyé à la maison après 2 matchs pour avoir critiqué le sélectionneur), 2000 (demi-finale) et 2004 (demi-finale). Il sera nommé dans l'équipe-type de la Coupe du monde 1998 et celle de l'Euro 2000.

Il compte 74 sélections internationales pour 6 buts marqués.

Un premier retour sur les terrains (2010)

Deux ans après avoir mis fin à sa carrière, Edgar Davids rechausse les crampons le 20 août 2010 et signe un contrat d'un an avec le club anglais de Crystal Palace, qui évolue en deuxième division. Il y sera payé au nombre de matches disputés[7].

Entre la fin de sa carrière et son retour, le Pitbull avait plusieurs fois évoqué la possibilité de revenir sur les terrains. Quelques clubs anglais et néerlandais avaient manifesté leur intérêt sans toutefois formuler d'offres concrètes.

Après sept matches sous les couleurs du club anglais, Davids décide de mettre un terme à son aventure en deuxième division anglaise le 8 novembre 2010, ne trouvant pas véritablement sa place chez la lanterne rouge du championnat. Une altercation avec son coéquipier Julian Bennett, survenue quelques jours avant cette décision, était l'un des signes de cette mauvaise adaptation.

Un dernier challenge (2012)

En 2012, après un passage par le beach soccer[8], Davids devient à 39 ans le nouvel entraîneur-joueur du Barnet FC en D4 anglaise. Le club termine à la 23e et avant dernière place, synonyme de relégation en D5 anglaise. À la suite d'un troisième carton rouge en huit matches joués, il arrête sa carrière de joueur le 28 décembre 2013 expliquant être devenu une cible : « Je pense que je vais arrêter de jouer car les arbitres m'enlèvent ce plaisir ».

Style de joueur

Edgar Davids est un joueur battant, un leader n'ayant peur de rien ni personne. Teigneux mais talentueux, il enlève le ballon des pieds de son adversaire. C'est aussi un footballeur doté d'une grande intelligence tactique et d'une habileté technique au-dessus de la moyenne[3].

Statistiques

Statistiques détaillées

Statistiques de Edgar Davids au 7 janvier 2015[9]
Saison Club Championnat Coupe(s) nationale(s)SupercoupeCompétition(s)
continentale(s)
Autres compétitions Pays-BasTotal
Division MB MBMBCMBCMBMBMB
1991-1992 Ajax Amsterdam D1 13 2 - ---C330----- 162
1992-1993 Ajax Amsterdam D1 28 4 3 4--C383----- 3911
1993-1994 Ajax Amsterdam D1 15 2 2 1--C242---10 225
1994-1995 Ajax Amsterdam D1 22 5 1 1--C170---20 326
1995-1996 Ajax Amsterdam D1 28 7 - -10C1111SU+CLT1+10+060 488
Sous-total 91206610-336-2090 14232
1996-1997 AC Milan Serie A 15 0 4 010C141----- 241
1997-1998 AC Milan Serie A 4 0 3 0---------- 70
Sous-total 1907010-41----- 311
1997-1998 Juventus FC Serie A 20 1 2 0--C150---91 362
1998-1999 Juventus FC Serie A 27 2 6 110C190---61 494
1999-2000 Juventus FC Serie A 27 1 3 0--C3+C45+30+0---112 493
2000-2001 Juventus FC Serie A 26 1 1 0--C150---60 381
2001-2002 Juventus FC Serie A 28 2 5 0--C190---50 472
2002-2003 Juventus FC Serie A 26 1 - ---C1151---82 494
2003-2004 Juventus FC Serie A 5 0 2 0--C150---50 170
Sous-total 159819110-561---505 28515
2003-2004 FC Barcelone Liga 18 1 2 0--------90 291
Sous-total 18120--------90 291
2004-2005 Inter Milan Serie A 14 0 4 0--C150---50 280
Sous-total 14040---50---50 280
2005-2006 Tottenham Hotspur PL 31 1 - ---------10 321
2006-2007 Tottenham Hotspur PL 9 0 3 0--C310----- 130
Sous-total 40130---10---10 451
2006-2007 Ajax Amsterdam D1 11 1 3 0-----PO30-- 171
2007-2008 Ajax Amsterdam D1 14 0 - ------PO30-- 170
Sous-total 25130------60-- 341
2010-2011 Crystal Palace PL 6 0 1 0---------- 70
Sous-total 6010---------- 70
2012-2013 Barnet FC D4 28 1 1 0---------- 291
2013-2014 Barnet FC D5 8 0 2 0---------- 100
Sous-total 36130---------- 391
Total sur la carrière 4223241730-998-80746 64753

Buts internationaux

Palmarès

En club

En sélection

Notes et références

  1. https://www.eurosport.com/football/edgar-davids_prs239/person.shtml
  2. (it) I SOPRANNOMI DEI GIOCATORI — Juworld.net
  3. Thierry Hubac, « Edgar Davids, la tulipe noire », Onze Mondial, no 137, , p. 74 à 77 (ISSN 0995-6921)
  4. « Feuille du match Pays-Bas - Irlande », sur transfermarkt.fr
  5. (en) « EURO 2000 Team of the Tournament », sur www.uefa.com
  6. « Feuille du match Pays-Bas - Biélorussie », sur transfermarkt.fr
  7. « Davids à Crystal Palace », sur lequipe.fr, (consulté le 14 février 2012)
  8. (en) Edgar Davids joins the Dutch Team sur le site de la BSWW, le 20 janvier 2012.
  9. « Fiche d’Edgar Davids », sur footballdatabase.eu

Liens externes


  • Portail du football
  • Portail des Pays-Bas
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.