Elizabeth Simcoe

Elizabeth Posthuma Simcoe, baptisée le et morte le , est une artiste et diariste britannique du Canada colonial. Elle est l'épouse de John Graves Simcoe, premier lieutenant-gouverneur du Haut-Canada.

Elizabeth Simcoe
Biographie
Naissance
Décès
(à 87 ans)
Honiton
Sépulture
Chapelle Wolford (en)
Nationalité
Activités
Conjoint
Enfant
Henry Simcoe (d)
Autres informations
Date de baptême

Biographie

Née Elizabeth Posthuma Gwillim dans le village de Whitchurch, dans le Herefordshire, en Angleterre, elle est la fille du lieutenant-colonel Thomas Gwillim et d'Elizabeth Spinckes. Son père meurt avant sa naissance et sa mère meurt peu de temps après.

Après son baptême, qui a lieu le à Aldwincle[1], le même jour que l'inhumation de sa mère, elle est confiée à la sœur cadette de sa mère, Margaret. En commémoration de sa naissance posthume, Elizabeth reçoit le deuxième prénom, Posthuma. Sa mère adoptive, Margaret, épouse l'amiral Samuel Graves le et elle grandit au domaine de Graves, à Hembury Fort, près de Honiton, dans le Devon. Gwillim fait partie d'un groupe d'amis comprenant Mary Anne Burges à Honiton[2].

Une aquarelle de 1793 réalisée par Simcoe à York Harbour avant la colonisation. York deviendra la ville de Toronto.

Le , Elizabeth épouse John Graves Simcoe, le filleul de l'amiral Graves. Ils ont quatre filles et un fils, Francis Simcoe, pour qui ils ont appelé Castle Frank. Katherine Simcoe, leur seule fille née dans le Haut-Canada, meurt dans l'enfance d'une pneumonie ; elle est inhumée à la garnison de Fort York.

Elizabeth est une riche héritière, qui acquiert un domaine de 5 000 hectares près de Honiton dans le Devon et construit Wolford Lodge. Wolford est le siège de la famille Simcoe jusqu'en 1923[3]. Elle est inhumée à la chapelle Wolford.

Héritage

Elizabeth Simcoe laisse un journal intime qui donne une impression précieuse de la vie dans l'Ontario colonial. Publiée pour la première fois en 1934, une transcription a été publiée en 1965 et une version brochée a été publiée au tournant du XXIe siècle, plus de 200 ans après son écriture. Son legs comprend également une série de 595 aquarelles représentant la ville de York, dans le Haut-Canada. Elle est à l'origine du nom de Scarborough, un district de l'est de Toronto, en l'honneur de Scarborough, North Yorkshire. Les cantons de Gwillimbury Nord, Est et Ouest, juste au sud du lac Simcoe, dans le centre de l'Ontario, portent également le nom de la famille. Le canton de Whitchurch (aujourd'hui la ville de Whitchurch–Stouffville, en Ontario ) est nommé en l'honneur de son lieu de naissance[4]. En décembre 2007, une statue d’Elizabeth Gwillim Simcoe est érigée dans la ville de Bradford West Gwillimbury, à l’occasion du 150e anniversaire de sa constitution. La statue se trouve dans un mini-parc devant le bureau de poste de Bradford, à l'angle des rues John Street West et Barrie Street.

Notes et références

  1. Firth 1988.
  2. The Progress of the Pilgrim Good-Intent, in Jacobinical Times, Mary Ann Burges, AbeBooks, retrieved 2 August 2014
  3. « Simcoe, John Graves », dans Dictionnaire biographique du Canada (lire en ligne)
  4. Jean Barkey, et al., Whitchurch Township (Toronto: Stoddart, 1993), 14.

Annexes

Bibliographie

  • Edith G. Firth, « Gwillim, Elizabeth Posthuma (Simcoe) », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 7, Toronto, (ISBN 0-8020-3452-7, lire en ligne)
  • John M. Bassett, The Canadians: Elizabeth Simcoe, First Lady of Upper Canada, Don Mills, Fitzhenry & Whiteside Ltd, (ISBN 0-88902-204-6)
  • Mary Beacock Frayer, Elizabeth Posthuma Simcoe, 1796–1850: A Biography, Toronto, Duncan Press,
  • Mary Quayle Innis, Mrs. Simcoe's Diary, New York, St. Martin's Press,
  • J. Ross Robertson, The Diary of Elizabeth Simcoe, Toronto, The Ontario Publishing Company Limited,
  • (en) Clara Thomas, « Simcoe, Elizabeth Posthuma Gwillim », dans The Oxford Companion to Canadian History, Oxford University Press, (ISBN 9780191735158, lire en ligne)
  • (en) Mary Lu MacDonald, « Simcoe [née Gwillim], Elizabeth Postuma », dans Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, (ISBN 9780198614128, lire en ligne)

Liens externes

  • Portail de la peinture
  • Portail du Canada
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.