Elmina

Elmina, sur la côte ghanéenne, est aujourd'hui un petit port de pêche de 20 000 habitants issu du premier comptoir européen du Golfe de Guinée. Les forts Saint-Georges-de-la-Mine et Saint-Jacques rappellent l'ancienneté de l'implantation européenne et l'âpreté des luttes dans ce qui a été un des plus grands centres africains de la traite des esclaves.

Elmina

centre-ville
Administration
Pays Ghana
Région Région Centre
District Komenda-Edina-Eguafo-Abirem
Démographie
Population 33 576 hab. (2013)
Géographie
Coordonnées 5° 05′ 00″ nord, 1° 21′ 00″ ouest
Divers
Fondation 1482
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Ghana
Elmina

    Histoire

    En 1380-1381, des navigateurs dieppois, à la recherche d'épices et d'ivoire, fondent La Mine sur la Côte de l'Or (actuel Ghana) avant que la guerre de cent ans n'interrompe les expéditions normandes[1]. En 1433, les Portugais s’emparent du Castel de La Mine, alors abandonné, pour le rebaptiser S. George del Mina qui deviendra plus simplement Elmina[1].

    Le premier comptoir, dit « de la Mine » en raison de la grande quantité d'or qu'il y trouvèrent à acheter, est officiellement fondé en 1471 par Jean de Santerem et Pedro Escobar de retour de Sao Tomé ; le fort Saint-Georges a été construit en 1482 par une décision du roi du Portugal, Jean II, prise l'année précédente. Il est resté la tête de pont du Portugal en Afrique de l'Ouest, jusqu'à ce que la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales s'en empare en 1637 avec l'aide de l'Eguafo voisin. Pour protéger la forteresse nouvellement conquise, les Hollandais firent construire un deuxième fort, le fort Saint-Jacques ou Saint-Jago entre 1666 et 1671.

    Du XVIIe siècle au début du XIXe siècle, la traite des esclaves fait la fortune de la cité. En 1872, Elmina est cédé aux Britanniques.

    Son lagon est aujourd'hui un port de pêche actif.

    Elmina a servi de cadre au réalisateur Werner Herzog pour son film Cobra Verde, avec Klaus Kinski dans le rôle principal.

    Bibliographie

    • (en) Ato Ashun, Elmina, the castle and the slave trade, Ato Ashun, , 61 p..
    • (en) Christopher R. DeCorse, An archaeology of Elmina : Africans and Europeans on the Gold Coast, 1400-1900, Washington, D.C., Smithsonian Institution Press, , 286 p. (ISBN 1-560-98971-8).
    • (en) Harvey M. Feinberg, Africans and Europeans in West Africa : Elminans and Dutchmen on the Gold Coast during the eighteenth century, Philadelphie, The American philosophical society, , 186 p. (ISBN 0-87169-797-1) .
    • Joseph Bato'ora Ballong-Wen-Mewuda (2 vol.), São Jorge da Mina, 1482-1637 : la vie d'un comptoir portugais en Afrique occidentale (texte remanié d'une thèse de 3e cycle), Lisbonne, Paris, Fondation Calouste Gulbenkian, Centre culturel portugais; J. Touzot, (ISBN 972-958713-2).


    Galerie d'images

    Notes et références

    1. Le commerce dieppois au Sénégal et en Guinée (1626-1679), Groupe de recherche d'histoire, Université de Rouen

    Liens externes

    • Portail du Ghana
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.