Eocrinoidea

Description et caractéristiques

Ces fossiles rappellent par leur forme des crinoïdes (leur nom signifie « crinoïdes de l'aube »), mais de forme plus effilée. Ils sont les plus anciens représentants connus de ce groupe[1].

Comme leurs cousins les cystoïdes, les blastoïdes et les crinoïdes, les éocrinoïdes étaient des animaux marins benthiques, sessiles et suspensivores, se nourrissant par filtration de l'eau.

Comme la plupart des échinodermes, leur corps était protégé par un ensemble de plaques calcaires emboîtées, formant ici une « thèque » solide et allongée, souvent en forme de cône arrondi ou de sac. Celle-ci contient la bouche au centre, entourée d'organes filtreurs appelés brachioles. Cette thèque se prolongeait parfois en un appendice dorsal allongé (mais différent de la tige des crinoïdes car pas formé d'articles), l'autre extrémité étant fixée au substrat[1].

En dépit de leur nom, ils ne sont pas les ancêtres des crinoïdes.

Registre fossile

Les éocrinoïdes sont parmi les plus anciens groupes d'échinodermes, et apparaissent au Cambrien inférieur, pour disparaître au Silurien (530 - 419 Ma)[2]. Ce sont mes échinodermes dominants du Cambrien.

Une des espèces-types est Gogia spiralis, fréquemment retrouvée dans les calcaires de l'Ordovicien du sud des États-Unis.

Classification

Selon BioLib (27 décembre 2017)[3] :

  • ordre Ascocystida Haeckel, 1896
  • ordre Gogiida Broadhead, 1982
  • ordre Imbricata Sprinkle, 1973
  • ordre Trachelocrinida Sumrall & al., 1997
  • genre Archaeocystites Barrande, 1887
  • genre Cardiocystites Barrande, 1887
  • genre Hexedriocystis Sumrall & Zamora, 2011
  • genre Llanocystis Zamora, Sumrall & Sprinkle, 2015


Gogia spiralis fossile (Utah).


Références taxinomiques

Notes et références

  • Portail des échinodermes
  • Portail de la biologie marine
  • Portail de la paléontologie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.