Ernest Denormandie

Louis-Jules-Ernest Denormandie (, Paris - , Paris), est un financier et homme politique français, avoué de la famille d'Orléans et gouverneur de la Banque de France.

Pour les articles homonymes, voir Denormandie.
Ernest Denormandie
Fonctions
Gouverneur de la Banque de France
-
Sénateur inamovible
-
Député de la Seine
-
Adjoint au maire
8e arrondissement de Paris
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Parentèle
Édouard Denormandie (d) (oncle)
Autres informations
Parti politique
Membre de
Distinction
blason

Biographie

Issu d'une famille d'ancienne bourgeoisie parisienne - dont l'un des membres, Laurent de Normandie, ami intime de Jean Calvin, embrassa la Réforme et émigra à Genève[1] - il est le fils unique d'Augustin Denormandie, avoué de l'enregistrement et des domaines du duc d'Orléans et de la famille d'Orléans, avoué de la liste civile de Louis XVIII, Charles X et Louis-Philippe Ier, et petit-fils du bâtonnier Louis Bonnet, il succède à son père au tribunal de la Seine en 1851, et est plusieurs fois président de la Chambre des avoués à partir de 1867. Il conserve la clientèle de la famille d'Orléans à la suite de son père. Il est le neveu d'Anne-Édouard Denormandie, agent de change, cavalier qui fut cofondateur et l'un des présidents du Jockey-Club.

Ernest Denormandie fut adjoint au maire du 8e arrondissement de Paris, député de la Seine de 1871 à 1876 (grâce au soutien de l'Union parisienne de la presse) et sénateur inamovible de 1876 à 1902.

Administrateur du PLM, il a été le premier président du Conseil d'administration du Comptoir national d'escompte de Paris, gouverneur de la Banque de France de 1879 à 1881, puis président de la Caisse d'Épargne et de Prévoyance en 1882 et de la Banque de l'Indochine de 1892 à 1902.

Il épouse en 1855 sa nièce Julie Henriette Darlu, fille de Pierre Darlu, avoué puis avocat, échevin de Paris, anobli par ses fonctions, et de Marguerite Félicie Calley Saint-Paul (cousine germaine de Ernest Denormandie), ainsi que soeur du comte Édouard Darlu. Ils seront les parents de Louis Ernest Denormandie (1853-1908), avoué au tribunal de Seine et président de la Chambre des avoués en 1906. Ernest Denormandie est l'aïeul au cinquième degré de l'actuel secrétaire d'État Julien Denormandie[2].

Distinctions

Bibliographie

  • Notes et souvenirs sur le Siège et la Commune de Paris, 1892.
  • Temps passés, jours présents, Hachette, 1900.
  • Les parlementaires de la Seine sous la Troisième République, Volume 1 De Jean-Marie Mayeur, Arlette Schweitz

Notes et références

Sources

  • « Ernest Denormandie », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891 [détail de l’édition]
  • Jean Marie Mayeur, Alain Corbin, Arlette Schweitz, Les immortels du Sénat, 1875-1918: les cent seize inamovibles de la Troisième République, Publications de la Sorbonne, 1995
  • Jean-Marie Mayeur, Arlette Schweitz, Les parlementaires de la Seine sous la Troisième République, Volume 1, Publications de la Sorbonne, 2001

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de la politique française
  • Portail de la finance
  • Portail de la France au XIXe siècle
  • Portail de Paris
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.