Esclavon

Esclavon est le nom des habitants de l'Esclavonie (actuelle Slavonie)[1].

Pendant l'empire romain et jusqu'à la fin du Moyen Âge, l'Esclavonie était un réservoir d'esclaves. Les Romains les appelaient les Sclavini[2] mais ce n'est au début qu'un nom d'origine, l'esclave en latin s'appelait alors servus[3]. En bas-latin le mot devient Slavonici[4] et sclavi ou slavi[5]. Le mot Esclavon devient alors pratiquement synonyme d'esclave bien qu'on distingue les serfs des Esclavons.

Le mot Esclavons a servi en Espagne musulmane à traduire son équivalent arabe Saqāliba[6] désignant à la fois les esclaves européens et les Slaves[7]. Capturés et achetés en Europe, les Esclavons étaient essentiellement des Slaves et des Germains provenant d'Europe centrale ou orientale, employés au palais ou dans l'armée et convertis à l'Islam[8]. Favorisés sous Abd al-Rahman II, ils ont été ramenés en grand nombre en Andalousie où certains d'entre eux ont reçu une éducation poussée qui leur a permis, après leur affranchissement, d'obtenir de hauts postes dans l'administration[9]. Devenant pour certains Grand Fauconnier, Grand Orfèvre ou encore Commandant de la Garde, ils ont fini par former un groupe à part, se favorisant mutuellement les uns les autres. Ils ont joué un rôle important dans l'éclatement du pays au XIe siècle lors de leurs luttes contre les Berbères. À l'époque des taifas, plusieurs esclavons comme Jairan et Mujahid al-Amiri sont parvenus à se constituer des royaumes comme à Denia, Almeria, Valence ou encore Tortosa, et à en faire de puissantes entités politiques[10].

Notes et références

  1. Dictionnaire universel français et latin, vulgairement appelé Dictionnaire de Trevoux, Tome III. sur Google Livres, 1738, pages 351-352.
  2. latin : Scalavīni / Scalavīnorum, le dictionnaire Gaffiot ne donne que cette forme plurielle
  3. latin : servus / servi, serviteur, esclave qui a donné le mot serf au Moyen Âge.
  4. bas-latin : slavonicus / slavonici
  5. bas-latin : sclavus / sclavi ou slavus / slavi
  6. arabe : (n.m.) ṣaqlab, صقليب (pl.) ṣaqāliba, صقالبة, Slave(s) (adj.) ṣaqlabī, صقلبي
  7. . L'espagnol moderne utilise esclavo pour esclave et eslavo pour l'esclavon, le Slave. Il existe la même ambigüité en anglais avec les mots slave et Slav
  8. François Clément, « Origines ethno-culturelles et pouvoir dans l'Espagne musulmane des Taifas (Ve/XIe siècles) », Mélanges de la Casa de Velázquez, vol. 29, no 1, , p. 197–206 (DOI 10.3406/casa.1993.2644, lire en ligne, consulté le 14 mars 2017)
  9. Francis Conte, Les Slaves, Bibliothèque de l'Evolution de l'Humanité, Albin Michel, 1996, p. 93.
  10. Clot 2004, p. 233

Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie

  • Janine et Dominique Sourdel, Dictionnaire historique de l'islam, Éd. PUF, , (ISBN 213054536X), p. 273, article « Esclavons ».
  • André Clot, L'Espagne musulmane : VIIIe-XIe siècle, Paris, Perrin, , 429 p. (ISBN 2-262-02301-8).
  • Portail de l’histoire
  • Portail de l’esclavage
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.