Exposition nationale suisse de 1939

La quatrième Exposition nationale Suisse de 1939, appelée Landi 39, a eu lieu à Zurich. Elle a duré du 6 mai jusqu'au 29 octobre.

Pierre commémorative au bord du lac
Une pièce d'aluminium de l'Exposition nationale suisse de 1939.

Planification et lieux

À l'origine, l'exposition était prévue pour 1933, mais elle a été replacée en 1936 et 1938 et, enfin, en 1939. Le organe principal a été compilé en février 1936, les vrais préparatifs ont duré à peine deux ans et demi.

Lieux d'exposition étaient différents places et prairies au bassin inférieur du lac de Zurich. La direction générale de la Landi a été l'architecte et homme politique Armin Meili. Architecte en chef était le Zurichois Hans Hofmann, la direction générale pour les constructions était d'Heinrich Oetiker. 49 500 personnes ont assisté à la cérémonie d'ouverture du 9 mai 1939. Le Président de la Confédération Philipp Etter a tenu le discours d'ouverture.

En plus de nombreux concerts, pièces de théâtre et de plusieurs attractions touristiques la Landi les visiteurs de la Landi ont également pu assister à la Fête fédérale des costumes suisses, à une fête de lutte suisse ainsi qu'à la fête du lac en nocturne le 23 août avec un grand feu d'artifice.

L'accès à l'exposition a été réalisée par deux entrées principaux et trois entrées latérales. À Wollishofen l'entrée principale était près de la gare, du côté opposé à la hauteur de la Klausstrasse. Une entrée pour un adulte coûtait 2 francs, une entrée du soir à partir de 18h un franc, et un abonnement 32 francs. La Landi était ouvert de 8 à 19h, le dimanche à partir de 9h. Les restaurants étaient ouverts jusqu'à 23h, le dimanche jusqu'à minuit. Les lieux de divertissement à Zurich-Enge restaient ouvert chaque jour jusqu'à 3 heures du matin. La plupart des visiteurs – 163 567 – ont été comptés le dimanche 15 octobre. Dans l'ensemble la Landi a été visitée par 10 507 735 personnes payantes.

Arrière-plan

En 1939, la Suisse était sous l'impression du succès nazi en Allemagne. Pendant la Landi éclata la Deuxième Guerre mondiale. L'exposition était placée sous le signe de la Défense spirituelle, comme programme politico-culturel de la Suisse officielle de cette époque marquée par la menace fasciste.

Le but de la Landi a été formulé ainsi: "L' Exposition nationale doit transmettre une image de l'identité et de la culture suisse, de la pensée et de la création suisse, elle doit rassembler et représenter les forces économiques, culturels, sociaux et politiques de notre pays aspirant en avant et elle doit montrer à la population et aux invités de l'étranger la capacité du peuple suisse [...] De même elle doit être une impressionnante manifestation nationale par l'accentuation des généralités suisses et de la communauté.“[1]

La défense spirituelle

Un an et demi avant l'ouverture de l'Exposition nationale suisse, le conseil fédéral a publié son premier message sur la culture sous le titre «Le sens et la mission de la Suisse». Il a influencé la doctrine de la défense spirituelle qu'a propagé un image rétrograde d'une culture paysanne alpine[2]. Avec pathétique Invoquer des Traditions anciennes, prestigieux de l'Histoire, de la Patrie et de la Plie si la Landi est un Symbole de Patriotisme, de la Bravoure et de la Solidarité, un Rempart contre tout Unschweizerische, à la fois un Lieu de Construction de, on y puiser de la Force.

Après le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale et de la mobilisation de l'armée le 1er septembre la Landi a été fermée, les armes exposées ont été éloigné. Trois jours plus tard l'exposition a été de nouveau ouvert par le fraîchement élu Général Henri Guisan[3].

Les éléments de l'exposition

Les places principales étaient la Landiwiese sur la rive gauche du lac à Wollishofen et le Zürichhorn sur l'autre côté du lac, où le Landidörfli avec des maisons traditionnelles aux styles architecturaux des différents cantons a attiré un grand public.

Sur le côté gauche du lac à Wollishofen la Suisse moderne avec une architecture nouvelle, de l'industrie, de l'artisanat et des innovations techniques a été présenté. La «Höhenstrasse» a été placée sous le slogan «La patrie et le peuple». Parmi les plus bâtiments les plus populaires de la Landi était le «Bierhus» de l' architecte Arnold Itten avec plusieurs salles et terrasses pour 1400 personnes. Le restaurant disposait de sa propre boucherie[4].

Sur la rive droite du lac, à Riesbach, on trouvait la salle des fêtes avec une superficie de 7 500 m2. Dans le Landidörfli douze bâtiments de différents cantons ont représenté la Suisse conservative et paysanne.

Landidörfli

Le Landidörfli de 1939, sur le Zürichhorn. Photo de Walter Mittelholzer

Dans le Landidörfli on a construit deux fermes à ossature avec des toits en tuiles rouges, une ferme de montagne du Canton de Schwytz, une fromagerie et une maison communale ornée d'une tourelle et ayant sa propre poste.

Dans le Dörfli il y avait plusieurs restaurants tels que, par exemple, le «Cygne», «la Vigne», le populaire «Chüechliwirtschaft» avec une immense salle au bord du lac, ainsi que des locaux de la Suisse orientale, du Tessin, des Grisons et de Vaud.

Après la Landi, les bâtiments ont été démontées, au grand regret de millions de visiteurs, et reconstruits en différents endroits de Suisse. Ainsi, la maison communale est maintenant à Berg am Irchel, où elle sert encore aujourd'hui comme siège de la municipalité[5],[6].

Schifflibach

Tableau d'interdiction sur un bateau du Schifflibach.

Le Schifflibach, un ruisseau long de 1 600 mètres, a mené à travers les installations, les salles et les jardins de la rive gauche du lac a mené des 1600 Mètres de long Schifflibach. Les visiteurs y pouvaient tourner en des bateaux métalliques de 6 places chaque jour pendant 14 heures. Le ruisseau a été conçu par le Laboratoire d'Hydraulique de l'EPF de Zurich.

Il était composée d'un canal en béton large de 1,50 m de large et profond de 50 cm. Le départ était chez le Belvoirpark[7].

Un trajet sur le Schifflibach coûtait 50 centimes, soit une contre-valeur de 2 kilos de pain[8]. Environ 705 000 personnes tournait sur le Schifflibach, ce qui a donné des recettes de 1.475 millions de Francs, alors que le budget prévoyait un tiers de ce chiffre.

Téléphérique

La Landiwiese et le Zürichhorn étaient connécté par un téléphérique qui était considéré comme l'emblème de la Landi.

Les frais de transport étaient de 1,50 franc, plus que le salaire horaire d'un travailleur de production moyen. Les enfants ont payé la moitié. Au cours de la Landi environ 705 000 personnes ont pris la téléphérique.

Les quatre petites navires de la Landi offraient une alternative au téléphérique.

Höhenstrasse

Cette avenue était placée sous le Slogan «La Patrie et le peuple». Elle était le chef-d'Œuvre de l'Exposition nationale.L'histoire de la Suisse et l'autonomie des cantons et des communes y ont été souligné.

Elle a l'Entrée de 700 Mètres vers le Nord et était sous le Ciel recouvre avec les Drapeaux, à l'époque, près de 3000 Communes de la Suisse et des Cantons. De l'Axe zweigten plusieurs architectural, des indépendants, des Pavillons, dont l'un avait pour Thème. D'Entrée, à côté des Paroles de la Chanson «O mon Pays, ô ma Patrie, comme si intimement, ardent je t'aime» de Gottfried Keller, le de quatre Mètres de haut de la Fresque «l'Amour de la patrie» du Peintre Paul Bodmer[9].

Dans la seconde Partie, où systématiquement l'Histoire de la Suisse, a été présenté, s'est déroulée sur un Niveau plus élevé sur d'autres Pavillons d'années. Cela a permis aux Visiteurs de ne pas esquiver, et furent obligés de l'Exposition en question. Ont été accompagnés par les Gens à travers le Bruit de Schifflibaches, parallèlement à la Höhenstrasse s'est déroulée.

Dans les Locaux de «Notre Pays», «Notre Peuple» et de «liberté, à jamais libre» a été avec des Images, des Statistiques et des Graphiques de beaucoup de connaissances acquises à l'école, en montrant des Institutions sociales et des personnages historiques ont été présentés. Avec des petites Figurines de Mariés a été montré qu'à l'époque, chaque huitième Suisse une Étrangère mariée.

La fresque «Le Devenir de la Confédération» de Otto Baumberger a montré l'histoire de la Suisse de 1291 jusqu'en 1939, et devrait fabriqué un lien du serment du Grütli à la Défense spirituelle.

Les organisations de femmes ont organisé un «Pavillon des femmes suisse», dans lequel l'avantage des femmes pour l'économie et la Défense spirituelle constituaient et sur la politique de l'Inégalité de traitement des Femmes ont attiré l'attention. De nombreux métiers féminins ont été appréciés. Dans la grande salle d'honneur, où cent cinquante grandes figures de la Suisse étaient dépeints, trois femmes ont été particulièrement mis en évidence: les écrivaines Anne Louise Germaine de Staël et Johanna Spyri ainsi que Marie Heim-Vögtlin, la première femme médicin diplômée de la Suisse.

Dans une Pièce de la Division «Wehrwillen» avec sol en Granit stand seul Hans Brandenbergers jusqu'au Plafond, larges de la Statue d'un Soldat, le Uniformkittel a attiré. Au Mur, les Drapeaux des trois Urkantone, un Extrait du délivrés par le pacte fédéral de 1291 et de la Gleichheitsartikel de l'actuelle Constitution. Pour ce faire, retentit l'hymne national , vous Écriez-vous, ma Patrie.

Dans le dernier Espace «Vœux» retentit la musique de l'hymne national pour une deuxième Fois. Au Milieu d'un Groupe de quatre Hommes sous un «Genius» cités flottantes, Figure de la convention de Genève de l'Artiste Luc Jaggi, sur le Mur du Début de la musique de l'hymne national dans les quatre Langues nationales. À la Fin de la Höhenstrasse si le Vœu de Sens et de Poids et tout le monde devrait savoir ce qu'il était de défendre[10].

Militaire

La sculpture «Préparation au combat» a été créée par Hans Brandenberger pour la Landi 39. Depuis 1941 une copie de celle-ci se trouve au parc du Musée des chartes fédérales à Schwytz.

Principe de base de la Division de Wehrwesen à la il était, les liens entre l'Armée et le Peuple à le représenter. À l'Extérieur, il y avait Waffenschauen, sous le Thème «la Patrie et le Peuple», il y avait des Expositions et sur l'Allmend Wollishofen ont été, en août, Fonction et Utilisation de la technologie des Armes de l'Infanterie, de l'Artillerie et de l'Aviation militaire montré. «Un knatterndes Spectacle d'effrayant et à la fois apaisante et d'Insistance, il a pourtant tout le monde les grands et les puissants Effets du implacable suisse Verteidigungswillens devant les Yeux.», comme Paul Alfred Sarasin dans un Recueil écrit. Par Hans Brandenberger conçu en Plastique «de préparation au combat» stand dans le Pavillon «Wehrwesen» à la Höhenstrasse et a frappé l'Esprit du temps.

Finances

En lieu et place du budget de 5,5 millions de Francs de droits d'entrée ont été plus de 10 millions de pris. Dans les Économies, on s'attendait à un rendement de 1,45 million de, en résultent ont été de près de 3,5 millions. Les manifestations artistiques ont apporté plus que le double de l'estimation de 250 000 Francs. Financièrement très fructueux s'est avéré être la Schifflibach, à la place prévue de 100 000 Francs à un Bénéfice net de près d'un Million de conduit. À partir de la Landi a dégagé un Bénéfice net de 6,4 Millions de Francs, avec lesquels les prestations de Subventions ont été remboursés[11].

Littérature

  • Gottlieb Duttweiler (Éd.): D'un Peuple et de Créer. L'Exposition nationale Suisse De 1939 à Zurich, dans 300 Photos. De zurich en 1939.
  • Robert Naef: Landi, maison d'édition Ringier, Zurich, 1979, (ISBN 978-3858591043)
  • R. Keller (Rédactionnel): Exposition Nationale Suisse De 1939 À Zurich. Guide officiel avec Ausstellungsverzeichnis et Orientierungsplan.
  • Julius Wagner (Édit.): Fte De Landi, Verkehrsverlag, De Zurich En 1939.
  • Julius Wagner (Édit.): Le Livre d'or de la LA en 1939. Verkehrsverlag, De Zurich En 1939.
  • La Suisse dans le Miroir de l'Exposition nationale de 1939, (deux Volumes), Atlantis Verlag, Zurich 1940.
  • Deux Extraausgaben du Tages Anzeiger à l'Exposition nationale du 6. En mai 1939.

Liens

Notes et références

  1. Art. 4, Reglement für die Aussteller vom 18.
  2. « Années 1930 et mise en scène du repli identitaire - Helvetia Historica », Helvetia Historica, (lire en ligne, consulté le 19 janvier 2018)
  3. Alt-Züri
  4. Extra-Ausgabe des Tages-Anzeigers, 6.
  5. Zürichsee-Zeitung vom 16.
  6. Landihaus Berg am Irchel
  7. Projektarbeit Kulturlandschaftswandel, ETH Zürich, Seite 14
  8. NZZ
  9. Mural.ch
  10. Beschreibung der Höhenstrasse
  11. Robert Naef: Landi.
  • Portail des relations internationales
  • Portail de la Suisse
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.