Félix Esclangon

Jules Félix Esclangon, né à Manosque le et décédé le , fut professeur en énergétique appliquée à La Sorbonne et ancien directeur de l'Institut polytechnique de Grenoble de 1940, où il prit la suite du doyen René Gosse, révoqué par le régime de Vichy qui le nomme également, en , au conseil municipal de Grenoble.

Pour les articles homonymes, voir Esclangon.
Félix Esclangon
Plaque à l'effigie de Félix Esclangon,
(médaillon sculpté par Carlo Sarrabezolles),
Pavillon Félix Esclangon, Cité universitaire de Rabot,
Grenoble (Isère).
Naissance
Manosque
Décès
Nationalité française
Pays de résidence France
Diplôme
Profession
Professeur à La Sorbonne
Activité principale
Chaire en énergétique appliquée
Autres activités
Distinctions
Famille
Ernest Esclangon, son oncle
Pierre Pansu et Robert Pansu, ses petits-fils

Il exerça cette fonction de directeur jusqu'à son départ pour Paris en 1951, et il est alors remplacé par le professeur Louis Néel.

Il meurt électrocuté au cours d'une expérience devant ses étudiants en 1956.

En hommage, un lycée de Manosque, un groupe scolaire de Digne, le pont Esclangon, un bâtiment du campus de Jussieu, une rue de Grenoble desservant le polygone scientifique, une rue de Chambéry et plusieurs voies dans différentes communes portent son nom.

Il est le neveu de l'astronome Ernest Esclangon, inventeur de l'horloge parlante, et le grand-père du mathématicien Pierre Pansu et du physico-chimiste Robert Pansu.

Notes et références

    Liens externes

    • Portail Grenoble Métropole
    • Portail des universités françaises
    • Portail des Alpes-de-Haute-Provence
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.