Förderndes Mitglied der SS

Un förderndes Mitglied der SS (abrégé : FM-SS, en français un membre bienfaiteur de la SS), est un adhérent de la SS qui ne prend pas part au service actif mais la soutient financièrement. Adolf Hitler autorise cette organisation en 1925, et l'interdit pour la SA en 1926[1]. Les membres bienfaiteurs sont recrutés dès , selon la volonté de l'Oberleiter SS Joseph Berchtold. Si l'adhésion au parti NSDAP n'est pas requise, en revanche seuls des « aryens » peuvent devenir membres bienfaiteurs[2].

Épingle d'un membre bienfaiteur de la SS (recto-verso).
Carnet de membre SS-FM du ténor Karl Erb, adhérant en septembre 1933.
Épingle d'honneur argentée (l'épingle manque).

Le montant de la cotisation est déterminé individuellement et peut être relativement faible, de l'ordre d'un Reichsmark. La cotisation est encaissée par l'office de la SS après autorisation du Reichsführer SS et de l'office financier de la SS. Les membres bienfaiteurs reçoivent un numéro d'adhérent et un carnet de membre où est inscrit le paiement de leurs cotisations. Jusqu'à la prise du pouvoir des nazis le , on compte environ autant de membres bienfaiteurs que de membres actifs. Ils sont 13 217 en 1932, acquittant mensuellement 17 000 Reichsmark, puis leur nombre atteint 167 272 en 1933, et le total des cotisations mensuelles s'élève alors à 357 000 Reichsmark[3].

Heinrich Himmler offre en 1934 une épingle d'honneur argentée aux membres les plus anciens, ceux qui ont soutenu la SS avant 1933. Cette épingle ovale porte six feuilles de chêne et l'inscription « Remerciement de la SS pour l'aide fidèle dans les années de combat. » Le mensuel illustré FM-Zeitschrift, distribué à chaque membre bienfaiteur, paraît pour la première fois en et atteint en 1939 un tirage de 365 000 exemplaires[2].

Dans le cadre de la dénazification de l'Allemagne, la directive no 38 du Conseil de contrôle allié du préconise de poursuivre les membres bienfaiteurs de la SS en tant que Belastete, personnes sur lesquelles pèsent des charges majeures. Cette directive a ainsi pour conséquence de considérer de façon similaire les SS en service actif et les membres bienfaiteurs de la SS, si ces derniers ont rejoint l'organisation après le , ou s'ils ont versé avant 1938 une cotisation supérieure à 10 Reichsmark ou ont effectué une donation importante à l'organisation[4].

Notes et références

  1. (de) Matthias Rösch, Die Münchner NSDAP 1925–1933, Munich, Oldenbourg, , 598 p. (ISBN 3-486-56670-9), p. 497
  2. (en) John M. Steiner, Power politics and social change in National Socialist Germany, Atlantic Highlands, Humanities Press, (ISBN 90-279-7651-1), p.51
  3. (de) Jan Erik Schulte, Zwangsarbeit und Vernichtung : Das Wirtschaftsimperium der SS, Munich, Paderborn, , 550 p. (ISBN 978-3-506-78245-8 et 3-506-78245-2), p.77
  4. (de) « Kontrollrats-Direktive Nr. 38 vom 12. Oktober 1946 : Verhaftung und Bestrafung von Kriegsverbrechern, Nationalsozialisten und Militaristen und Intensivierung, Kontrolle und Überwachung von möglicherweise gefährlichen Deutschen », Amtsblatt des Kontrollrats in Deutschland, no 11, , p.184 (lire en ligne)

Annexes

Bibliographie

  • (de) Bastian Hein, Elite für Volk und Führer? Die Allgemeine SS und ihre Mitglieder 1925–1945, Munich,
  • (de) Jan Erik Schulte, Zwangsarbeit und Vernichtung : Das Wirtschaftsimperium der SS, Paderborn, Schöningh, , 550 p. (ISBN 978-3-506-78245-8 et 3-506-78245-2)
  • Portail du nazisme
  • Portail de l’histoire militaire
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.