Famien Strada

Famien Strada ou Famiano Strada (1572 à Rome - dans la même ville)[1] est un historien et jésuite italien.

Famiano Strada
Portrait de Famiano Strada, extrait de l'ouvrage Histoire de la guerre des Païs-Bas paru en 1727.
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Autres informations
Religion
Ordre religieux

Biographie

Famien Strada naît à Rome en 1572[2]. Il enseigne la rhétorique au Collège romain[3]. À cause de son poste au collège, il est l'interprète le plus connu de la rhétorique sacrée pendant le XVIIe siècle[4].

Né à Rome en 1572 et l’un des meilleurs élèves d’Horace Tursellin et de François Benci, embrassa l’institution de saint Ignace, et prononça ses vœux dans le Collège romain. Il y enseigna la rhétorique pendant quinze ans, et en formant des orateurs par ses préceptes, il les encouragea par sou exemple, lorsqu’il fut invité à prêcher devant les papes Clément VIII et Paul V. Sa voix retentit encore au Vatican à la mort de Grégoire XV, dont il prononça l’oraison funèbre, en présence du sacré collège. Urbain VIII, protecteur zélé des lettres, aurait voulu récompenser le mérite de l’orateur ; mais non moins savant modeste, Strada bornait son ambition à obtenir un nom en littérature. Il s’était annoncé par quelques discours académiques, et par un recueil dans lequel il avait essayé d’imiter le style de plusieurs latins. C’était le moyen de n’avoir aucune manière à soi ; car il est impossible d’être à la fois Virgile et Lucain, Claudien et Stace, Lucrèce et Ovide. Mais ces tours force étaient alors à la mode, et Tiraboschi lui-même n’a pas su se défendre d’admirer dans Strada un talent aussi versatile.

Page de l'ouvrage De Bello Belgico, decas prima

On aurait probablement oublié cet écrivain, s’il n’avait pas entrepris un ouvrage plus sérieux sur la longue et opiniâtre lutte qui détacha de la domination espagnole les provinces Bataves. Le cardinal Bentivoglio dit qu’après une attente de trente années, on vit paraître, en 1632, le premier volume de cette histoire, dont le second ne fut publié qu’en 1647. Ces deux parties, divisées en vingt livres, commencent à l’abdication de Charles Quint, en 1555, et s’étendent jusqu’à la reddition de Rhinsberg (30 janvier 1590). Elles embrassent par conséquent une période marquée par les grands événements qui se succédèrent en Flandre, sous le gouvernement de la duchesse de Parme, du duc d’Albe, du grand commandeur Requesens, de don Juan d’Autriche et d’Alexandre Farnèse. L’auteur ne s’était point dissimulé la grandeur de sa tâche : regardant même comme peu convenable pour un religieux de manier les armes et de parler de guerre, il se reprochait la hardiesse d’avoir conçu un pareil projet, vivant, comme il le faisait, dans le cloître, plus occupé des temps que des intérêts de son siècle ; il ne voulut pas renoncer à l’avantage d’employer des puisés « dans les lettres et les Mémoires de ceux qui avaient agi dans toutes ces guerres, ou qui avaient commandé qu’elles se fissent. » D’après ce peu de mots on a supposé que Strada avait écrit sous l’influence de la maison des Farnèse ; d’autant plus qu’il s’exprime avec admiration sur Marguerite d’Autriche, et sur le prince de Parme. Mais si c’est un tort que d’en honorer la mémoire, la plupart des lecteurs doivent s’avouer presque aussi coupables que l’historien ; car il est difficile de ne pas rendre justice aux qualités éminentes de ces principaux instruments de la puissance de Philippe II. Il paraît d’ailleurs peu probable que leurs portraits aient été flattés à dessein parla main quia écrit ces paroles remarquables : « Notre siècle a presque perdu la liberté de parler, par le vice même des écrivains qui ne se proposent que de plaire aux grands, et qui, rejetant cette faute sur le temps et sur les mœurs, appellent vertu du siècle la complaisance et la flatterie. Pour moi, qui ai le témoignage de ma conscience, que j’interroge bien souvent, et que je ne trouve assujettie sous l’empire d’aucun prince ni achetée par aucune faveur, je supplie ceux qui me feront l’honneur de considérer mon travail ; que, comme pour écrire l’histoire, ils demandent en moi un esprit dégagé d’amour et de haine pour l’un et pour l’autre parti, ils apportent de même à la lecture de cette histoire un esprit désintéresse de peur qu’on ne blâme sans raison une nourriture, si elle vient à s’aigrir dans un estomac malade et indisposé » (livre Ier.).

Ce qu’on est plus en droit de reprocher à Strada c’est la facilite avec laquelle il se jette dans des digressions inutiles[5], qui nuisent à l’ensemble de l’action et arrêtent a chaque pas le développement d’un drame dont l’atrocité fait attendre la fin avec impatience. L’intérêt du spectateur se refroidit au milieu de tant de détails insignifiants sur la vie privée des acteurs de cette sanglante catastrophe : on désirerait aussi plus d’économie dans les épisodes ; on regrette, par exemple, que l’auteur ait donné trop d’importance au combat de Austruweel, à la reddition de Limbourg, de Valenciennes, et qu’il n’ait pas fait mieux connaître les circonstances qui accompagnèrent la prise de Haarlem et le siège de Leyde. On doit convenir aussi que le style est déparé par l’abus des comparaisons et des sentences ; par ces vaines précautions de l’orateur, si déplacées dans un historien, dont la simplicité est mille fois préférable à la recherche. Malgré ces défauts, l’ouvrage de Strada tient une place distinguée parmi les travaux historiques du dix-septième siècle ; et si l’auteur doit se reconnaître inférieur à Bentivoglio, dans l’art de bien décrire les lieux, que celui-ci avait eu l’avantage d’observer lui-même, il ne méritait pas les invectives de Scioppius[6] o ni les critiques de Bentivoglio[7], qui l’a examiné plutôt avec la jalousie d’un rival qu’avec l’équité d’un juge.

Strada a eu pour continuateurs deux de ses confrères, Guglielmo Dondini et Angelo Gallucci. Il meurt à Rome le 6 septembre 1649[8]. On a de lui:

  • Orationes III, de Passione Domini ; dans le recueil intitulé Societatis Jesu orationes, Rome, 1641, in-12. Ces trois passions furent prêchées dans la chapelle pontificale devant Clément VIII et Paul V.
  • Prolusiones et paradigmata eloquentiae, ibid. 1617, in-4. John Edwin Sandys le définit « l’œuvre latin le plus agréable du XVIe siècle. »[9] Les plus remarquables de ces discours sont ceux où l’auteur examine le caractère des principaux historiens de l’antiquité. John Kynaston s’est chargé de défendre Tacite contre les attaques de Strada ; voyez son ouvrage intitulé De impietate C. Cornelio Tacito falso objectata, Oxford, 1761, in-8.
  • Oratio in Novendiali funere Gregorii XV, ibid. 1623 in-4.
  • Oratiuncula qua Urbanum VIII Collegium Romanum invisentem excepit, Vilna, 1624 in-12.
  • Eloquentia bipartita, Gouda, 1654, in-12. C’est dans cet ouvrage que l’auteur a donné un échantillon de différents styles.
  • De Bello Belgico decades duae, Rome, 1632-47 2 vol. in fol., avec des figures gravées par Johann Wilhelm Baur, Jan Miel et autres artistes estimés. La première décade (dix livres) s’étend depuis le départ de Charles Quint de Flandre, en 1555, jusqu’à la mort de don Juan d’Autriche, en 1578 ; traduit en Italien par Carlo Papini, ibid., 1638 in-4. La seconde décade comprend les événements arrives de 1578 à 1590 ; traduit en italien par Segneri, ibid., 1648, in-4. Les deux décades ont été réimprimées ensemble à Mayence, 1651, in-4 ; traduit en français par Pierre Du Ryer, Paris, 1644-1649, 2 vol. in-fol.[10] ; en espagnol (avec la continuation du P. Dondini) par le P. Melchior de Novar, Cologne, 1692, 3 vol. in-fol. Anvers, 1701, 3 vol. in-8. Parmi les ouvrages inédits de Strada, on cite la troisième décade de l’histoire de Flandre, dont on assure que la cour d’Espagne avait empêché la publication.

Œuvres

Œuvres traduites en français

Références

  1. Treccani
  2. A.J. van der Aa, Biographisch woordenboek der Nederlanden, vol. 17, 1874, p. 1031
  3. Giovanni Battista Corniani, Camillo Ugoni et Stefano Ticozzi, I secoli della letteratura italiana dopo il suo risorgimento, Torino, 1855, vol. III, p. 306-310.
  4. Marc Fumaroli, L'Âge de l'éloquence : rhétorique et « res literaria » de la Renaissance au seuil de l'époque classique, Droz, 1980 ; rééd. Albin Michel, 1994.
  5. Bentivoglio en a fait la remarque, par un concetto qui ne manque pas de justesse. Il maggior difetto è che l'autore di cognome Strada, esca tanto fuori di strada. Voy. ses Mémoires, chap. IX.
  6. Infamia Famiani, Amsterdam, 1663, in-12.
  7. Memorie, ovvero diario, Amsterdam, 1648, in-8, pag. 156.
  8. A.J. van der Aa, Biographisch woordenboek der Nederlanden, vol. 17, 1874, p. 1033
  9. John Edwin Sandys, A History of Classical Scholarship: From the Revival of Learning to the End of the Eighteenth Century in Italy, France, England and the Netherlands, Cambridge University Press, (lire en ligne), p. 280
  10. Matthew McLean et Sara K. Barker, International Exchange in the Early Modern Book World, BRILL, (lire en ligne)

Liens externes

  • Portail du christianisme
  • Portail de l’Italie
  • Portail de l’historiographie
  • Portail de la Compagnie de Jésus
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.