Famille Storm de Grave

La famille Storm de Grave est une famille faisant partie du patriciat néerlandais et dont un membre fut anobli en 1852.

Pour les articles homonymes, voir Storm.
Armoiries de la famille Storm de Grave.

Histoire

La généalogie de cette famille commence avec Aert Jansz Storm, né vraisemblablement en 1526 et mentionné comme échevin de Kruiningen en 1584. Son descendant Salomon Storm (vers 1667-1722) entra au service de la VOC. Son petit-fils Esaias (1731-1769) fut le premier à avoir pris le nom « Storm de Grave » et à avoir fait une carrière militaire. Le petit-fils de ce dernier Carel Willem Johan Storm de Grave (1792-1878) fut anobli en 1852. Avec le petit-fils de ce dernier Frédéric (1862-1907) s’éteignit la branche noble.

Cette famille fut reprise en 1917 dans le Nederland's Patriciaat.

Quelques descendants

Salomon Storm (vers 1667-1722), entra en 1683 au service de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales, fut membre du conseil de justice de Batavia et gouverneur de Banda.

  • Martinus Storm (1698-1746), secrétaire du gouvernement des Indes Orientales en 1729, gouverneur de Ternate; épousa Jacoba Elisabeth Dubbeldecop (1710-1742), fille de Jacob Willem Dubbeldecop en Elisabeth de Grave.
    • Esaias Storm (de Grave; nom ajouté par lui en 1768) (1731-1769), lieutenant-colonel.
      • Adrien Guillaume Storm de Grave (1763-1817), lieutenant général d’infanterie de l'armée Française, chevalier de l’Ordre de l'Union, chevalier de l’Ordre de la Réunion, chevalier de la Légion d'honneur.
        • Antoine Jean Pierre Storm de Grave (1788-1864), colonel d’infanterie, commissaire à la milice.
          • Emile Guillaume Charles Corneille Storm de Grave (1817-1890), lieutenant-colonel d’infanterie.
            • Antoine Iman Storm de Grave (1856-1910), 1er lieutenant de cavalerie
            • Albert Emile Storm de Grave (1885-1954), 1er lieutenant volontaire au corps automobile.
          • Iman Willem Storm de Grave (185-1901), 1er lieutenant des chasseurs-grenadiers.
        • jhr. Carel Willem Johan Storm de Grave (1792-1878), anobli en 1852, lieutenant-général, chevalier de l’Ordre militaire de Guillaume, commandeur dans l’Ordre du Lion néerlandais, grand-croix dans l’Ordre de la Couronne de chêne.
        • Cornelis Marinus Storm de Grave (1794-1871), colonel de cavalerie, chevalier dans l’Ordre militaire de Guillaume.
          • Marie Céline Cornélie Henriette Storm de Grave (1836-1922); épousa en 1858, Edouard van Wickevoort Crommelin (1833-1891), major de cavalerie.
          • Emma Antoinette Isaure Storm de Grave (1841-1933); épousa en 1874, Alexis Pierre Joseph Bricou[1] (Bruxelles -1877), négociant[2] en éponges et peaux de chamois[3], à Bruxelles au Nouveau Marché aux Grains, 9, puis à Schaerbeek, rue du Progrès, 121, veuf de Hermanie Koch[4] et de Gesina Cornelia van Duura[5] (1834-1867)[6], fils de Pierre Gautier Bricou, tailleur de pierres, et de Françoise Jeannette Piron.
          • Willem Adriaan Storm de Grave (1848-1883), premier lieutenant de cavalerie.
            • Albert Paul Marin Adrien Storm de Grave (1878-1952), premier lieutenant de cavalerie puis ritmestre.
              • Willem Adriaan Storm de Grave (1911-1991), ritmestre, épouse en 1941 jkvr. Dorothea van Reenen (1916-2006).

Bibliographie

Illustrations

Notes

  1. Petrus Josephus Alexius Bricou, est né à Bruxelles (Royaume uni des Pays-Bas), le 19 septembre 1824 (acte de naissance n° 2757), fils de Pierre Gautier Bricou, "steenhouwer" (tailleur de pierre), né à Bruxelles l'an X, et de Françoise Piron, née à Arquennes le 24 ventôse an VII (demeurant à Feluy lors de leur mariage en cette commune le 5 décembre 1823), fille de Jacques Joseph Piron, maître de carrière à Feluy, et de Marie Josèphe Léonard ; petit-fils de Pierre Joseph Alexandre Bricou et de Marie Agnès Labar mariés à Bruxelles (église Notre-Dame de la Chapelle) le 6 août 1788. Marie Agnès Labar, marchande, née à Cortil le 18 février 1765, demeurant marché de Bavière, veuve de Pierre Joseph Alexandre Bricou, fille de feu Albert Joseph Labar, boucher à Gembloux, et de Jeanne Thérèse François, cultivatrice à Gembloux, épousa à Bruxelles le 13 juillet 1809 (acte 249) Jean Joseph Fayt, tailleur de pierres, demeurant à Saint-Remy-Geest, où il est né (bapt.) le 4 octobre 1776, fils de Jean Gérard Fayt, tailleur de pierres à Saint-Remy-Geest, et de Marie Josèphe Macquoy. En 1812, Joseph Fayt, qualifié de revendeur, demeurait avec son épouse Marie Agnès Labar, section 8, place de Bavière 661, avec les enfants de celle-ci : Alexandre Bricou, 22 ans, garçon tailleur, Jean Aubain Bricou, 19 ans, garçon cordonnier, Justine Bricou, 15 ans, et Pierre Gualter Bricou, 10 ans. Ce dernier, qui deviendra tailleur de pierres comme son beau-père Jean Joseph Fayt, épousera Françoise Piron. (Antoine Massin, Bruxelles. Qui est qui en 1812, Bruxelles, 1997, tome I, p. 81 et 376. Le nom est orthographié erronément Bricourt).
  2. Listes électorales de Schaerbeek, année 1868, Schaerbeek, imprimerie de H. Vandenhoute, rue de la Poste, 166, pp. 6-7 : "Bricou (Alexis-Pierre-Joseph), négociant, rue du Progrès, 121, né en 1824, à Bruxelles". Lire aussi : Moniteur Belge, 1873, 1-3, p. 275 : "M. Alexis Bricou, négociant, demeurant à Schaerbeek, agissant pour lui-même en nom personnel, etc..". La plupart des biographies de Marguerite Yourcenar font de lui un architecte, mais son nom est inconnu des listes d'architectes bruxellois, et aucune œuvre ne lui est attribuée. Peut être l'a-t-on confondu avec le "P. Bricou, architecte à Bruxelles" qui figure en 1827 dans la liste des souscripteurs du livre de Pierre-Jacques Goetghebuer, Choix des monumens, édifices et maisons les plus remarquables du royaume des Pays-Bas, Gand, 1827, p. II. Lire en ligne, p. II.. Ainsi, selon Michèle Goslar, Yourcenar. Biographie, Bruxelles, 1998, p. 78 : "Son mari, architecte, a alors cinquante et un ans". La première source écrite publiée qui semble être dès 1959 à l'origine de cette information erronée n'est autre que le Genealogisches Handbuch des Adels : Hans Friedrich von Ehrenkrook, Genealogisches Handbuch des Adels, C. A. Starke, vol. 21, 1959, p. 459 : "Conrad Adalbert Egon Baron v. Vietinghoff, * Salisburg 17. 12. 1870, + Zürich 11. 1. 1957 ; x den Haag 17.4.1902 Jeanne Bricou, * Schaerbeek b. Brüssel 31.12.1875, + Pully b. Lausanne 15.6.1926, T(ochter) d(es) Architekten Alexis B(ricou) in Brüssel und der Emma Storm de Grave".
  3. H. Tarlier, Almanach du commerce et de l'industrie, Bruxelles, 1857, p. 11 : "Bricou-Koch (A.) négociant en éponges et peaux de chamois. Nouveau Marché aux Grains, 9".
  4. Alexis Bricou avait épousé Hermanie Koch à Bruxelles le 1er octobre 1850, voir : Algemeen handelsblad, 2 octobre 1850. Voir le site Historische Kranten : .
  5. Alexis Bricou, veuf d'Hermanie Koch, avait épousé Gesina Cornelia van Duura à Bruxelles le 13 septembre 1855, voir : Nieuwe Rotterdamsche courant, 15 septembre 1855.
  6. Gesina Cornelia van Duura mourut après une longue maladie à Bruxelles le 3 août 1867, voir : Nieuwe Rotterdamsche courant, 6 août 1867.
  7. Josyane Savigneau, Marguerite Yourcenar. L’invention d’une vie, Paris, Gallimard, 1990, p. 50.
  8. Voir : Genealogisches Handbuch des Adels, et http://www.vietinghoff.org donnent La Haye comme lieu de mariage.

Voir aussi

Source


  • Portail de la généalogie
  • Portail des Pays-Bas
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.